SP-350

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sortie de la SP-350
Une des soucoupes plongeantes

La SP-350 ou Denise est la première soucoupe plongeante de la Calypso. Elle a été installée à bord du navire océanographique en 1959 et était encore en service lors du naufrage de la Calypso, en 1996.

Description[modifier | modifier le code]

Le SP-350 Denise est un petit sous-marin conçu pour abriter deux personnes et capable d'explorer des profondeurs allant jusqu'à 400 mètres pendant 4 heures. Il a été inventé par Jacques-Yves Cousteau et l'ingénieur Jean Mollard à l'Office français de recherches sous-marines (OFRS).

Sa propulsion consiste en des jets d'eau dirigeables actionnés par des moteurs électriques, qui lui permettent de naviguer dans toutes les directions et de tourner autour de son axe vertical. Les membres d'équipage entrent dans le vaisseau par une écoutille située au-dessus de la coque et le dirigent allongés côte à côte sur des matelas, observant les alentours à travers des hublots inclinés qui leur permettent de s'approcher à quelques centimètres de leur objectif. Des lampes électriques sont prévues pour la plongée de nuit et pour fournir la lumière nécessaire à la photographie dans des profondeurs de travail extrêmes. Un bras manipulateur dirigé électriquement peut être installé à l'avant du vaisseau pour prendre des objets et les examiner à travers les hublots.

La coque d'acier pressurisée, presque circulaire dans le plan horizontal, a deux mètres de diamètre et 1,43 mètre de haut. Elle peut résister à une pression de plus de 90 kg par centimètre carré, équivalente à une profondeur de presque 900 mètres, bien que les plongées n'excèdent jamais 300 mètres pour des raisons de sécurité.

Bien que disposant d'une flottabilité positive, le SP-350 est lesté avec des ballasts qui lui confèrent une flottabilité négative, ballasts qui peuvent être éjectés en cas d'urgence. Pour corriger l'attitude de la coque, le pilote peut déplacer un ballast constitué d'une masse de mercure liquide.

Si le vaisseau se trouve à moins de 100 mètres de la surface, l'équipage peut l'abandonner par l'écoutille supérieure, à condition d'être équipé d'un dispositif respiratoire d'urgence.

Le lancement et la récupération sont réalisées par une grue installée sur la Calypso.

La Denise a deux petites sœurs : les SP-500 ou « Puces », sous-marins monoplaces capables de descendre à 500 mètres.

Utilisation en eau douce[modifier | modifier le code]

Ce mini sous-marin, piloté par Albert Falco, fut utilisé pour inspecter des barrages EDF dans les années 1970 (le barrage de Serre-Ponçon en 1971 et le barrage de Cap-de-Long en 1973)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]