Aéroport de Nantes Atlantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nantes Atlantique
Logo de l'aéroport
Logo de l'aéroport
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Nantes
Coordonnées 47° 09′ 28″ N 1° 36′ 29″ O / 47.157914, -1.60795247° 09′ 28″ Nord 1° 36′ 29″ Ouest / 47.157914, -1.607952  
Altitude 27 m (90 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Nantes Atlantique

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Nantes Atlantique
Pistes
Direction Longueur Surface
03/21 2 900 m (9 514 ft) Béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA NTE
Code OACI LFRS
Nom cartographique NANTES
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Aéroports du Grand Ouest
Site web aéroport Consulter
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP
L'aéroport Nantes Atlantique vu du ciel.

L'aéroport de Nantes Atlantique, auparavant dénommé Aéroport International Château Bougon, est un aéroport français situé sur les territoires des communes de Bouguenais et de Saint-Aignan-Grandlieu[Note 1], au sud-ouest de Nantes.

Jusqu'à fin 2010, l'aéroport Nantes-Atlantique a été géré par la chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire (CCI). Depuis le 1er janvier 2011, le gestionnaire est la société Aéroports du Grand Ouest, qui associe Vinci, la CCI de Nantes et de Saint-Nazaire et ETPO (Entreprise de Travaux Publics de l'Ouest)[1]. Elle est aussi responsable de l'aéroport de Saint-Nazaire - Montoir et de la construction puis l'exploitation de l'aéroport du Grand Ouest Notre-Dame-des-Landes (ouverture prévue en 2017) pour 55 ans. C'est le deuxième aéroport le plus important de l'Ouest de la France, après celui de Bordeaux, et le 10e de France (8e de province) en nombre de passagers[2]. L'aéroport Nantes Atlantique génère environ 1 300 emplois directs.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1928, un camp d'aviation fut créé pour un usage essentiellement militaire, sur un terrain de 50 hectares au bord de la N23 de Nantes à Paimbœuf (actuelle RD 723), près du Château de Bougon (ancienne châtellenie du IXe siècle à l'origine du village de Bouguenais et dont le nom porte celui du « ruisseau de Bougon » qui coule à proximité). Aménagé à partir de 1932, il accueillit en 1934-1935 au Brossais une usine des établissements Breguet, avec un raccordement au terrain d'aviation.
En 1939, la piste en herbe est remplacé par une piste bétonnée de 900 m × 40 m.

Pendant l'occupation, les Allemands en firent un véritable camp avec baraquements, blockhaus, casemates en béton. De là partaient leurs bombardiers vers l'Angleterre. Les Alliés, mesurant l'importance stratégique du site, avec l'usine d'aviation à proximité, bombardèrent le terrain le 4 juillet 1943. Il y eut 20 victimes civiles, et l'usine fut aux trois quarts détruite et rendue inutilisable.

À la fin de guerre, l'Armée de l'air française reprit possession du terrain, dont les Allemands avaient détruit les infrastructures au moment de leur retraite. En 1948-49, le terrain porta sa superficie à environ 300 hectares. Les pre­mières activités commerciales de l'aérodrome apparurent en 1951, avec la construction de premier bâtiment (en bois), alors que se développaient les activités de tourisme et de vols d'essais.

De 1954 à 1960, la zone aéroportuaire fut aménagée et les pistes furent allongées et balisées. La voie ferrée Nantes - Sainte-Pazanne (allant jusqu'à Pornic) fut déviée un peu plus tard en 1963. Cet aéroport prit alors pour nom : aéroport international Château Bougon jusqu'en 1988, année où il fut renommé Nantes-Atlantique.

En 2011, Nantes-Atlantique a reçu le trophée ERA Award 2011-2012 du meilleur aéroport européen[3].

Évolution du trafic[modifier | modifier le code]

Source : site de l'Union des Aéroports Français[4]
Année Mouvements Mouvements :
variation annuelle
Passagers Passagers :
variation annuelle
1993 1 001 351
1994 1 124 569 en augmentation +12,3 %
1995 1 240 000 en augmentation +10,3 %
1996 1 398 000 en augmentation +12,7 %
1997 1 452 000 en augmentation +3,8 %
1998 1 663 000 en augmentation +14,5 %
1999 1 840 796 en augmentation +10,7 %
2000 72 156 1 992 909 en augmentation +8,3 %
2001 71 029 en diminution -1,59 % 1 981 438 en diminution -0,6 %
2002 64 281 en diminution -10,5 % 1 876 903 en diminution -5,3 %
2003 63 815 en diminution -0,73 % 1 905 855 en augmentation +1,5 %
2004 61 450 en diminution -3,85 % 1 938 400 en augmentation +1,7 %
2005 59 874 en diminution -2,63 % 2 154 400 en augmentation +11,1 %
2006 57 849 en diminution -3,50 % 2 423 700 en augmentation +12,5 %
2007 54 858 en diminution -5,45 % 2 596 580 en augmentation +7,13 %
2008 53 084 en diminution -3,23 % 2 731 563 en augmentation +5,5 %
2009 52 364 en diminution -1,36 % 2 650 593 en diminution -3,05 %
2010 55 861 en augmentation +6,68 % 3 031 556 en augmentation +14,37 %
2011 60 800 en augmentation +8,84 % 3 246 226 en augmentation +7,1 %
2012 68 622 en augmentation +12.9 % 3 631 693 en augmentation +11,9 %
2013 68 417 en diminution -0,3 % 3 930 849 en augmentation +8,2 %

En 2007, le trafic se répartit à 62 % sur les compagnies régulières traditionnelles, à 28 % sur les vols vacances et à 10 % sur les compagnies aériennes à bas prix.

En 2009, d'après le journal Le Monde, le trafic a connu un repli de 3 %, alors que la moyenne nationale était de -6 %[5]. Puis le trafic est reparti fortement à la hausse depuis 2010.

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Compagnies Destinations
Aegean Airlines Athènes, Héraklion.

Saisonnier : Corfou, Rhodes.

Air Corsica Ajaccio, Bastia .
Air France Nice, Marseille, et Paris Roissy.
Air France
operated by HOP!
Amsterdam, Paris-Orly.
Air Méditerranée Dakar, Agadir, Paphos, Split, Malaga, Palma de Majorque, Minorque, Kos, Corfou, Heraklion, Marrakech, Fuerteventura, Bodrum, Tenerife, Rhodes.
Air Transat Montréal.
CityJet Londres-City.
EasyJet Aéroport de Londres Gatwick, Lyon, Nice, Rome Fiumicino, Toulouse .
Saisonnier: Liverpool.
EasyJet Switzerland Bâle-Mulhouse-Fribourg, Genève.
Etihad Regional Genève.
Europe Airpost Saisonnier : Porto, Ajaccio, Split.
FlyBe Manchester et Southampton.
Hop! Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Strasbourg, Toulouse, Figari, Calvi, Bruxelles, Düsseldorf et Milan-Malpensa.
Iberia Regional
operated by Air Nostrum
Madrid.
Jetairfly Agadir, Casablanca.

Saisonnier : Marrakech.

Nouvelair Saisonnier : Monastir, Tunis, Djerba.
Royal Air Maroc Marrakech, Casablanca, Agadir.
Ryanair Marseille, Dublin et Fès.

Saisonnier : Shannon.

Sun Express Izmir.
TAP Portugal
operated by Portugália
Lisbonne.
Transavia Berlin, Djerba, Monastir, Palma de Majorque, Funchal, Porto, Lisbonne, Séville, Héraklion, Marrakech, Rome, Venise, Malte, Athènes, Santorin.

Saisonnier : Antalya .

Tunisair Djerba et Tunis.

Saisonnier : Monastir.

Volotea Ajaccio, Bastia, Calvi, Figari, Grenoble, Lille, Montpellier, Perpignan, Strasbourg, Pise, Ibiza, Munich, Olbia, Palerme, Palma de Majorque, Prague, Valence, Venise, Tenerife, Naples, Fuerteventura, Gran Canarie.
Vueling Airlines Barcelone, Malaga, Rome-Fiumicino, Séville.
XL Airways France Punta Cana.

Traitement des passagers[modifier | modifier le code]

L'aéroport possède un terminal composé de trois parties principales (la première et la deuxième partie étant réservées aux vols internationaux). Une quatrième partie qui a été ajoutée sous un hangar pour les vols nationaux affrétés par la compagnie HOP!. La surface de l'aérogare est de 43 512 m2 et elle accueille chaque année près de 3 500 000 passagers. La surfaces des aires de stationnement est de 105 000 m2 pour 6 places de stationnements reliées à des satellites et 20 autres aires qui ne sont pas reliées à des satellites. L'aéroport possède aussi 3 685 m2 de hangars pour aéronefs.

Projet d'aéroport du Grand Ouest[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet d'aéroport du Grand Ouest.

L'aéroport actuel peut accueillir jusqu'à 3,5 millions de passagers par an[6]. Le projet d'une nouvelle infrastructure aéroportuaire tournée vers l'international et implantée à Notre-Dame-des-Landes, au nord-ouest de Nantes, devrait amener la fermeture de l'aéroport Nantes Atlantique au trafic commercial (seul Airbus souhaiterait garder l'usage de la piste[7]). Ce projet fait débat. Les contrats avec l'État ayant été signés fin 2010 et le financement bouclé à l'été 2010, le projet est entré en phase concrète d'étude et de réalisation début 2011. Les travaux de la desserte routière (2×2 voies) devaient débuter en 2012 et ceux de l'aéroport en 2014 pour une mise en service programmée à octobre 2017.

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'aéroport (alors appelé Château-Bougon) sert de décor pour une partie du film Soigne ta droite de Jean-Luc Godard (1987)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seule l'aérogare se trouve entièrement sur le territoire de la commune de Bouguenais, bordant néanmoins les limites de Saint-Aignan. Les pistes étant à cheval sur les deux communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Démarrage de la concession au 1er janvier », sur Projet d'aéroport du Grand Ouest Notre-Dame-des-Landes (consulté le 31 janvier 2011)
  2. Aéroports français classés par le nombre de passagers
  3. www.nantes.maville.com
  4. « Nantes-Atlantique », sur site de l'UAF (consulté le 21 mars 2014)
  5. Hervé Kempf, « Le projet de grand aéroport reste contesté », sur www.lemonde.fr (consulté le 19 novembre 2010)
  6. Fiche technique de l'aéroport Nantes Atlantique
  7. Airbus veut garder sa piste à Nantes-Atlantique - article sur Air Journal du 9 septembre 2012
  8. Antoine Rabaste, Il était une fois à l'Ouest : Nantes et Saint-Nazaire sous les projecteurs, Nantes, éditions Coiffard,‎ 2013, 256 p. (ISBN 978-2-91933-929-7), p. 252.

Liens externes[modifier | modifier le code]