Aéroport de Malaga-Costa del Sol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Malaga-Costa del Sol
Aeropuerto de Málaga-Costa del Sol
Vue du Terminal 2
Vue du Terminal 2
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Ville Malaga
Coordonnées 36° 40′ 37″ N 4° 29′ 53″ O / 36.677024, -4.49804336° 40′ 37″ Nord 4° 29′ 53″ Ouest / 36.677024, -4.498043  
Altitude 16 m (52 ft)

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

(Voir situation sur carte : Andalousie)
Aéroport de Malaga-Costa del Sol

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Aéroport de Malaga-Costa del Sol
Pistes
Direction Longueur Surface
13/31 3 200 m (10 499 ft) Asphalte
12/30 2 750 m (9 022 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA AGP
Code OACI LEMG
Nom cartographique MALAGA
Type d'aéroport Civil et militaire
Gestionnaire Aena
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L'aéroport de Malaga-Costa del Sol, (code AITA : AGP • code OACI : LEMG) (Espagnol: Aeropuerto de Málaga-Costa del Sol) est l'aéroport desservant la ville espagnole de Malaga, en Andalousie. Il est la propriété de l'État, qui le gère à travers l'organisme public Aena. C'est l'aéroport espagnol le plus ancien d'Espagne : des trois aéroports espagnols ayant participé à la première route aérienne (Toulouse-Casablanca), établie en 1919 par les avions de la Ligne Latécoère, il est le seul existant encore aujourd'hui.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première ligne aérienne espagnole[modifier | modifier le code]

Le 9 mars 1919, un avion Sampson 2A, dans lequel se trouvait Latécoère, atterrit à Málaga, à l'endroit appelé El Rompedizo. Le but de ce voyage était d'établir une ligne aérienne entre la France et le Maroc en reliant Toulouse à Casablanca en passant par Barcelone, Alicante et Malaga[1]. Le 1er septembre 1919, six mois plus tard, après quelques vols supplémentaires, Didier Daurat inaugura la première ligne commerciale Toulouse-Casablanca et devint le premier directeur de l'aérodrome de Málaga.

La Guerre d'Espagne[modifier | modifier le code]

À partir du 18 juillet 1936, jour du déclenchement de la guerre civile espagnole, l'aéroport se transforma en base aérienne des Républicains Elle tomba aux mains des Nationalistes de Franco le 8 février 1937 et même temps que la ville de Malaga.

Les Nationalistes, à la différence des Républicains, vu l'éloignement du front, l'utilisèrent plus à des fins logistiques et d'appui que purement militaires. Deux ans plus tard s'y créèrent les écoles des membres d'équipage, observateurs et spécialistes de l'armée de l'air espagnole. Don Francisco Iglesias Brage fut nommé chef de la base aérienne et de ses écoles, qu'il inaugura le 9 février 1938, en même temps que la nouvelle tour de contrôle.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Le 12 juillet 1946, l'aéroport retrouva une fonction civile, tout en gardant une base militaire, et s'ouvrit au trafic national et international (déjà ouvert de manière exclusive à la compagnie italienne Ala Littoria depuis 1938). Malgré tout, l'aérogare civile ne fut construite que deux ans plus tard, en 1948.

L'école de spécialistes fut déplacée en 1950 à la Maestranza Aérea de León et l'école d'observateurs disparut à son tour en 1957.

Années 1960 et 1970[modifier | modifier le code]

En 1960 débutèrent d'importants travaux de modernisation des installations civiles, comprenant notamment le prolongement de la piste, la mise en place d'une voie de circulation et la construction d'un nouveau terminal (actuel terminal 1), inauguré le 29 janvier 1968.

De plus, le 30 juin 1972 fut inauguré le terminal 2, rendu nécessaire par le nombre croissant de vols non réguliers, et réservé à ces derniers.

La base militaire, pour sa part, vit disparaître ses derniers avions de combat en 1973. Depuis cette année, elle est considérée comme unité aérienne d'appui opérationnel.

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

Dès les années 1990, une nouvelle modernisation de l'aéroport civil fut rendue nécessaire par le nombre croissant de passagers. Le nouveau terminal Pablo Ruiz Picasso (terminal 2) fut inauguré le 30 novembre 1991. En 1995 fut construit un nouveau parc de stationnement et en 1996 un hangar pour la maintenance des avions et un terminal marchandises.

Finalement, une nouvelle tour de contrôle fut inaugurée en 2002.

Le 6 juin 2011, l'aéroport de Malaga devient aéroport de Malaga-Costa del Sol. [2]


Infrastructures[modifier | modifier le code]

Terminaux[modifier | modifier le code]

L'aéroport possède actuellement 5 terminaux. Les Terminaux 2 et 3 sont connectés et forment une même structure, cependant les passagers sont obligés de passer par le Terminal 3 au départ (unique poste de contrôle de sécurité) comme à l'arrivée. Les enregistrements peuvent s'effectuer dans les deux Terminaux. L'aéroport possède également un Terminal d'aviation générale et un Terminal de fret. Actuellement le Terminal 1 est fermé au public.

Terminal d'aviation générale[modifier | modifier le code]

Ce terminal est entré en service le 22 juillet 2007. [3] Il concerne l'aviation d'affaires, les vols privés, aérotaxis ou encore les vols d'école. Il se situe au sud de la zone aéroportuaire, à la place du premier terminal de passagers inauguré en 1968. Il possède 2 niveaux, une salle de réunion, un salon, un poste de sécurité et de contrôle des passeports. [4]

L'aéroport actuellement[modifier | modifier le code]

Statistiques d'opérations[modifier | modifier le code]

En 2012 l'aéroport est le 4e d'Espagne en volume de trafic de passagers et en termes de mouvements.

Année Nombre de passagers Évolution Mouvements Évolution
2012 (Provisoire)[5] 12 582 191 en diminution1,9% 102 153 en diminution4,9%
2011[6] 12 823 117 en augmentation6,3% 107 397 en augmentation1,7%
2010[7] 12 064 521 en augmentation3,8% 105 634 en augmentation2,0%

Années précédentes :

En 2007, il traita 13 590 537 passagers (dont 10 001 021 pour les vols internationaux) et 129 693 opérations de décollage et atterrissage.

Le nouveau terminal, T3, d'un coût prévu de 980 millions d'euros, une nouvelle piste (en 2011) et une gare ferroviaire souterraine (dans un premier temps pour les trains régionaux, puis par la suite pour le métro et l'AVE) augmenteront sa capacité de 50 %. Il vient d'être inauguré par le roi Juan Carlos,le 15 mars 2010.

La piste, située sur la plaine de l'embouchure du fleuve Guadalhorce, possède une orientation nord-ouest - sud-est. Les vents y circulent toujours parallèlement.

Accès[modifier | modifier le code]

L'aéroport est situé à 8 km au sud-ouest de Malaga. Il est accessible par route, train et bus. Une plate-forme de correspondance se situe au niveau du Terminal 3, accessible aux départs comme aux arrivées, pour faciliter le transit de passagers de ou vers les différents moyens de transport.

Plate-forme de correspondance


Route[modifier | modifier le code]

La N-340 relie l'aéroport à Fuengirola (au sud-ouest) et à Malaga (au Nord-Est). Depuis Málaga, la N-331 part au nord en direction de Cordoue. La E-15, de son côté, mène à la Costa del Sol.

Train[modifier | modifier le code]

La ligne de train régional, cercanias C-1, dessert le centre de Malaga (Centro Alameda), la Gare de Malaga-María Zambrano et l'aéroport jusqu'à la ville de Fuengirola[8]. La station souterraine se situe à quelques mètres de la plate-forme de correspondance et du Terminal 3, le train y passe toutes les 20 minutes. Elle a été inaugurée le 10 septembre 2010. [9]

Station aéroport

Bus[modifier | modifier le code]

L'aéroport est desservi par plusieurs lignes de bus :

  • La ligne express (Ligne 75) relie l'aéroport au centre de Malaga.
  • La ligne 19 relie l'aéroport au port de Malaga.
  • La ligne M-128 relie les villes de Benalmádena et Torremolinos à l'aéroport.
  • La ligne M-135 relie la ville de Malaga et Santa Amalia en passant par l'aéroport.
  • Des lignes longues distances relient les villes de Grenade, Algésiras et plus, à l'aéroport.

Compagnies aériennes et dessertes[modifier | modifier le code]

Aéroport militaire[modifier | modifier le code]

Actuellement, le commandant de la base aérienne de San Julián est également le chef du Secteur aérien de Málaga et Commandement militaire aérien de l'aéroport de Málaga. Dans ses locaux se trouve notamment le Centre de maintenance de micro-ondes n°22, dépendant de l'Escadrille de micro-ondes n°2 de Séville. Cette dernière a pour mission le maintien du réseau militaire de communications.

Sur la base se trouvent également en permanence détachés les unités d'hélicoptères de la police nationale et de la Garde civile. De plus, chaque été depuis 2000 s'y trouve un détachement de Canadair CL-215T (deux en juillet et août, un en juin et septembre) du groupe 43 de l'Armée de l'air espagnole, prêt à intervenir dans toute l'Andalousie en cas d'incendie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. site officiel de Pierre-Georges Latécoère
  2. (es) « Fomento aprueba que el nombre del aeropuerto sea Málaga-Costa del Sol », sur http://www.elmundo.es,‎ 06 juin 2011 (consulté le 14 avril 2013) : « el aeropuerto de Málaga incluya en su nombre la referencia Costa del Sol »
  3. (en) « Airport at Málaga-Costa del Sol (plans) », sur http://www.20minutos.es,‎ 23 juillet 2007 (consulté le 15 avril 2013)
  4. (es)http://www.aena-aeropuertos.es/csee/ccurl/74/661/anual-provisional-2012.pdf Rapport annuel provisoire 2012
  5. (es)http://www.aena-aeropuertos.es/csee/ccurl/206/811/anualDefinitivos_2011.pdf
  6. (es)http://www.aena-aeropuertos.es/csee/ccurl/333/933/anualDefinitivos_2010.pdf
  7. http://www.renfe.com/FR/viajeros/cercanias/malaga/mapa_zonas_malaga.html
  8. (es) « El cercanías llega directo al aeropuerto », sur http://www.diariosur.es,‎ 11 septembre 2010 (consulté le 14 avril 2013) : « Desde ayer, los trenes de la línea Málaga-Fuengirola (C-1) llegan directamente a una nueva estación subterránea »

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]