Aéroport Périgueux-Bassillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Périgueux - Bassillac
L'aérogare et la tour de contrôle.
L'aérogare et la tour de contrôle.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Périgueux
Coordonnées 45° 11′ 52″ N 0° 48′ 54″ E / 45.197704, 0.81500545° 11′ 52″ Nord 0° 48′ 54″ Est / 45.197704, 0.815005  
Altitude 100 m (328 ft)

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Périgueux - Bassillac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Périgueux - Bassillac
Pistes
Direction Longueur Surface
11/29 1 750 m (5 741 ft) revêtue
11L/29R 845 m (2 772 ft) non revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA PGX
Code OACI LFBX
Nom cartographique PERIGUEUX
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Mairie de Périgueux[1]
Cartes SIA VAC - IAC

L'aéroport Périgueux-Bassillac (code AITA : PGX • code OACI : LFBX) est un aéroport français situé sur la commune de Bassillac dans le département de la Dordogne et la région Aquitaine. Il est géré par la mairie de Périgueux.

Historique[modifier | modifier le code]

Devant l'expansion prévisible du transport aérien, la Chambre de commerce envisage en 1927 de trouver un site proche de Périgueux pour une aérogare[2]. Plusieurs lieux sont envisagés à Atur, Boulazac, Coulounieix-Chamiers, Château-l'Évêque et dans la vallée de l'Isle[2]. En définitive, l'aérodrome de Périgueux, implanté à Bassillac, est mis en service en novembre 1936[2]. L'aérodrome étant réquisitionné par l'armée de l'air pour le transformer en école militaire en août 1939, le trafic aérien y est stoppé[2]. Jusqu'en 1942, il sert alors de dépôt de matériel puis les Allemands le rendent inutilisable[2]. Réhabilité après la guerre, les vols peuvent y reprendre en avril 1946[2]. L'aérogare actuelle date de 1988[2].

Gestion[modifier | modifier le code]

L'aéroport est géré en 2014 par la mairie de Périgueux[1]. Au 1er janvier 2015, c'est Le Grand Périgueux, la structure intercommunale, qui en reprend la gestion[3]. Celle-ci, bien que largement déficitaire, devrait être maintenue pour favoriser l'économie périgourdine[3]. En 2014, le déficit prévu s'élèverait à 750 000 euros[3]. Ce déficit est pris en charge par le Conseil général de la Dordogne (42 %), Périgueux (23,69 %), Le Grand Périgueux (17,85 %), la Chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne (8,15 %), les communes de l'ancienne communauté de communes Isle Manoire en Périgord (6,46 %) et Bassillac (1,85 %)[3].

Dessertes et compagnies[modifier | modifier le code]

Depuis le 31 mars 2008, la liaison Périgueux–Paris-Orly est rétablie à raison de 2 trajets aller/retour journaliers. C'est la compagnie aérienne française Twin Jet[4], partenaire du programme Flying Blue, qui assure cette liaison. Chaque année, 8 000 passagers utilisent cette ligne aérienne. Le contrat devrait être rallongé jusqu'à la fin de l'année 2014[1].

Plate-forme[modifier | modifier le code]

Les utilisateurs basés sur la plate-forme sont :

  • ASAP – Aéroclub de Périgueux (bâpteme de l'air, vol d'initiation, école de pilotage)[5]
  • Association GenAIRation Antonov (exploitation d'un Antonov An-2)[6]
  • CVVP – Centre de vol à voile du Périgord[7]
  • Périgord Travail Aérien (détection maritime, veille incendie)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Et l'aéroport à Bassillac ? », CAP Forum, no 46,‎ novembre 2013, p. 12.
  2. a, b, c, d, e, f et g Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze,‎ mars 2003, 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 23-24
  3. a, b, c et d Hervé Chassain, Des échéances pour l'aéroport, Sud Ouest édition Périgueux/Bergerac/Sarlat du 29 octobre 2014, p. 16.
  4. Site de Twin Jet
  5. Site officiel de l'Aéroclub de Périgueux
  6. Site de l'Association GenAIRation Antonov
  7. Site du Centre de vol à voile du Périgord

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :