Aéroport de Limoges-Bellegarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport International de Limoges-Bellegarde
L'aérogare
L'aérogare
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Limoges
Coordonnées 45° 51′ 40″ N 1° 10′ 49″ E / 45.861175, 1.180344 ()45° 51′ 40″ Nord 1° 10′ 49″ Est / 45.861175, 1.180344 ()  
Altitude 396 m (1 300 ft)

Géolocalisation sur la carte : Limoges

(Voir situation sur carte : Limoges)
Aéroport International de Limoges-Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aéroport International de Limoges-Bellegarde
Pistes
Direction Longueur Surface
03/21 2 500 m (8 202 ft) béton bitumineux
03R/21L 800 m (2 625 ft) gazon
Informations aéronautiques
Code AITA LIG
Code OACI LFBL
Nom cartographique LIMOGES
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Chambre de commerce et d'industrie de Limoges et de la Haute-Vienne
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP

L'Aéroport international de Limoges-Bellegarde (code AITA : LIG • code OACI : LFBL) est situé sur la commune de Limoges. En plus de la desserte de l'agglomération, il sert aussi de porte d'entrée au Limousin. Il est à 8 km du centre ville de Limoges et à 20 km de Saint-Junien, deuxième ville du département de la Haute-Vienne. Dans un rayon d'une heure et demie en voiture, on trouve les agglomérations de Poitiers, Périgueux, Angoulême, Châteauroux, Guéret, Tulle et Brive.

C'est un des aéroports les plus élevés parmi ceux ayant une piste de plus de 2000 mètres. C'est également sur le site que se trouve la station météo donnant les prévisions pour la ville de Limoges. L'aéroport étant situé 100 mètres plus haut que la ville, sa température est en moyenne inférieure de 2°. À cet effet un capteur prend celle-ci au centre ville pour les diffusions non-aéronautiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier aéroport[modifier | modifier le code]

Le premier aérodrome de Limoges fut ouvert au Mas de l'Age dans la commune de Couzeix dans les années 1920 puis a été transféré à Feytiat, sur le terrain de l'actuel golf municipal, en 1933. La compagnie Air Limousin y assura ses premiers services d'avion taxi à partir de 1967 avant d'offrir ses premières lignes régulières à Bellegarde.

Les débuts de l'actuel aéroport[modifier | modifier le code]

Le site actuel a été aménagé en 1972 et deux compagnies Air Inter et Air Limousin,qui devint Alta en fusionnant avec Air Alpes,ouvrirent des lignes intérieures. Après la faillite de cette dernière et le rachat d'Air Inter par Air France en 1997, cette compagnie resta la seule à exploiter des lignes intérieures soit avec ses filiales Brit Air et Régional soit en affrétant Airlinair.

En 1982 s'installait un détachement de la gendarmerie qui opère aujourd'hui avec un Ecureuil et pendant cette décennie un seuil d'approche artificiel fut aménagé au nord de la piste pour sécuriser les atterrissages aux instruments, seul site de ce genre en France.

En 1992, la Poste a ouvert une ligne de fret aérien vers Paris via Clermont Ferrand qui transporte en moyenne 1500 tonnes de courrier par an avec un Fokker 27 de la compagnie Europe Airpost. À cette époque, Airbus a fait de nombreux "Touch and go" sur le site avec la famille A 320 pour le qualifier. Airbus a également pratiqué cette exercice pour qualifier l'A 380.

L'aéroport international[modifier | modifier le code]

En 2004, deux compagnies à bas prix, Ryanair et FlyBe, ont commencé à ouvrir des lignes vers le Royaume-Uni.

La tour de contrôle

Une nouvelle tour de contrôle a été construite dans les années 1990 et avec le succès des vols internationaux, une troisième aérogare, capable de recevoir 500 000 passagers, a été édifiée en 2005.

Depuis septembre 2007, la compagnie aérienne Airlinair y a implanté un centre de maintenance pour ses turbopropulseurs ATR qui emploie une trentaine de personnes.

Devant le succès de l'aéroport et avec les stationnements anarchiques, un parking payant a été créé en 2008.

En février 2009, les aéroports de Limoges, Poitiers et Bergerac ont signé une convention de partenariat pour mettre en commun un maximum de services (mutualisation des matériels et personnels en cas de besoin, achats groupés, offre globale aux Low Cost...). En août 2009, l'aéroport d'Angoulême a rejoint cette convention qui dorénavant s'appelle Les Aéroports du Centre-Ouest (ACO).

En été, deux à six navettes bus par jour relient l'aéroport à la chambre de commerce en mini bus climatisé.

Après avoir essayé de nombreuses destinations régulières en France (Brive, Toulouse, Rennes, Marseille, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Bordeaux, Pau, Agen, etc...), celles-ci s'orientent vers le Royaume-Uni.

En février 2012, le directeur de l'aéroport, Jean-Philippe Gaillard, nommé depuis 3 mois a été démasqué pour usurpation, en effet, il avait menti sur ses diplômes, son expérience dans le domaine aéronautique mais également sur son casier judiciaire qui comptait déjà des cas d'usurpation. Paradoxalement son travail aurait été de bonne qualité[1].

Accidents[modifier | modifier le code]

  • Le vendredi 21 mars 2008, un Boeing 737 de Ryanair, assurant la liaison Charleroi/Limoges, est sorti de la piste à l'atterrissage suite à une mauvaise gestion de l'atterrissage par les pilotes. Cet accident a fait quelques blessés légers.
  • Le lundi 25 août 2008 à 23 h 30, un Boeing 737 de Ryanair, assurant la liaison Bristol/Barcelone, a atterri en urgence à Limoges suite à une dépressurisation. Dix sept passagers ont été acheminés aux urgences du CHU et de la clinique Chénieux pour des blessures légères aux tympans.
  • Le vendredi 18 février 2010 le moteur gauche de l'ATR postal a pris feu au décollage obligeant l'équipage à un retour d'urgence. Aucune conséquence tant pour les passagers que pour l'appareil.

Trafic[modifier | modifier le code]

Cet aéroport est ouvert 24 heures sur 24 au trafic commercial national et international, régulier ou non, aux avions privés, tant en vols aux instruments IFR qu'en vols à vue VFR.

Bénéficiant de produits diversifiés (lignes nationales, bas prix international, aviation d'affaire et de loisir, vol à voile), sa fréquentation a été en hausse jusqu'en 2007. Depuis, sa fréquentation a baissé de 20 %.

Dès l'ouverture des lignes low cost en 2005 le trafic international a dépassé le national (près de 80 % en 2012). Le trafic 2012 a été de 306 000 passagers classant l'aéroport à la 35e place nationale.

Au trafic commercial s'ajoute un trafic d'affaires (+ 80 % en 2008 avec 1 052 passagers) réparti ainsi : 45 % par les entreprises, 30 % pour le sanitaire, 20 % pour les VIP et 5 % pour le fret. Ce trafic d'affaires justifie sur l'aéroport la présence d'une compagnie d'avions-taxi (Avialim) et d'Hélicolim, entreprise de travail aérien et de transport exploitant un Bell 206B.

L'aviation légère et de loisir est représentée par trois aéro-clubs et un club de vol à voile qui dispose d'une piste réservée en herbe de 800 mètres.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Évolution du trafic l'aéroport de Limoges (Source : Site des aéroports français Statistiques annuelles de trafic aérien)
Année Passagers dont
low-cost
trafic national Mouvements
commerciaux
Mouvements
non commerciaux
2012 306 837 242 799 57 262 7 550 31 634
2011 334 816 256 485 70 061 6 164 27 854
2010 339 047 263 771 64 596 6 500 23 390
2009 356 353 278 039 69 713 +800 26 569
2008 382 398 274 086 101 827 7 128 25 371
2007 391 220 267 778 115 168 8 116 25 519
2006 376 558 254 631 113 428 7 018 25 195
2005 283 849 166 962 109 762 6 093 27 301
2000 133 165 0 119 589 5 207 32 010
1997 120 208 0 99 764 à renseigner à renseigner

Destinations[modifier | modifier le code]

La liste des destinations est consultable sur le site internet de l'aéroport[2].

L'aéroport dessert cinq aéroports français régulièrement : Paris Orly-Ouest et Nice-Côte d'Azur avec la compagne Twinjet, et Lyon Saint-Exupéry, Avignon Caumont et Ajaccio - les deux dernières de façon saisonnière - avec la compagnie Chalair.

L'aéroport dessert également plusieurs villes britanniques quotidiennement (Liverpool, Londres-Stansted, Nottingham et Leeds) avec deux compagnies à bas prix (Ryanair et Flybe). En saison, on ajoute à cela plusieurs destinations charters, changeant selon les saisons (Corse, Croatie, Sicile...)

Développement de la plateforme[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2011 d'importants travaux ont permis l'agrandissement du parking de stationnement des avions de grande dimension, la création d'un système de guidage autonome et sécurisé des appareils ainsi que la rénovation du parking dédié à l'aviation légère.

L'ouverture de nouvelles lignes est actuellement à l'étude notamment vers Roissy CDG, Marseille ou Strasbourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]