Île-aux-Moines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Île aux Moines (homonymie).
Île-aux-Moines
Le port.
Le port.
Blason de Île-aux-Moines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement arrondissement de Vannes
Canton canton de Vannes-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Vannes
Maire
Mandat
Philippe Le Berigot
2014-2020
Code postal 56780
Code commune 56087
Démographie
Gentilé Îlois, Îloises
Population
municipale
625 hab. (2011)
Densité 195 hab./km2
Population
aire urbaine
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 51″ N 2° 50′ 36″ O / 47.5975, -2.843333 ()47° 35′ 51″ Nord 2° 50′ 36″ Ouest / 47.5975, -2.843333 ()  
Altitude Min. -1 m – Max. 31 m
Superficie 3,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Île-aux-Moines

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Île-aux-Moines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Île-aux-Moines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Île-aux-Moines
Liens
Site web http://www.mairie-ileauxmoines.fr/

L'Île-aux-Moines [ilomwan] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Elle est constituée de l'île aux Moines, la plus grande île du golfe du Morbihan.

Le nom breton de la commune est Enizenac'h.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle fut appelée successivement Crialeis (« croix courte »), puis Enez manac'h (« île au moine », graphie du XIe siècle : « Enest Manach »), qui donna la contraction du breton actuel en Enizenac'h.
Son nom provient du fait qu'elle fut propriété des moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, bien qu'aucun d'entre eux n'y vint habiter.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Île-aux-Moines est située dans le golfe du Morbihan. Elle mesure 7 km de long sur 3,5 km de large pour une superficie de 310 ha. Sa forme est celle d'une croix et aucun point de l'île n'est situé à plus de 450 m de la mer.

On peut y accéder notamment depuis le port de Larmor-Baden ou en cinq minutes depuis Port-Blanc, à Baden.

Le conservatoire du littoral a acquis en 1980 la pointe méridionale de l'île, la pointe de Penhap qui est gérée par la commune.

C'est un site protégé à cause de sa végétation de type méditerranéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Île-aux-Moines est habitée depuis l'époque néolithique comme l'attestent les dolmens encore visibles ainsi que d'autres vestiges. Des traces d'occupation à l'époque gallo-romaine ont également été découverts au bourg.

En 854, le roi de Bretagne Erispoë en fit don à l'abbaye de Saint-Sauveur de Redon (créée par son père, Nominoë). Elle sert alors de grenier pour l'abbaye.

Après les invasions normandes du Xe siècle, l'île est rattachée à la paroisse d'Arradon.

En 1543, elle fut élevée au rang de paroisse.

En 1792, elle devient une commune sous le nom francisé d'Isle-aux-Moines[1].
Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d'Isle-du-Morbihan[1].

Traditionnellement, les jeunes filles avaient le droit de choisir elles-mêmes leur mari car l'économie de l'île reposait largement sur leurs épaules, du fait du grand nombre de marins au long cours fournis par l'île.

Aujourd'hui, on y trouve une association marine. La pointe de Penhap est une des bases de Jeunesse et Marine, une organisation qui permet aux jeunes de pratiquer toutes sortes de voiliers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Île-aux-Moines (Morbihan).svg

l'Île-aux-Moines porte :

« D'azur à une ancre avec sa gumène d'or, la trabe chargée des mots IZ ENAH en lettres capitales de sable, et à une crosse abbatiale aussi d'or passées en sautoir et posées sur une île de sinople baignant dans une mer moutonnante d'argent issant de la pointe ; au chef d'hermine. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean Pressard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 625 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
992 1 077 1 073 1 058 1 538 1 709 1 702 1 740 1 767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 601 1 714 1 662 1 605 1 629 1 602 1 459 1 401 1 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 226 1 178 1 116 1 016 1 077 1 051 1 029 1 051 879
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
748 711 588 590 617 610 527 536 629
2011 - - - - - - - -
625 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1979 a été tourné sur l'île le feuilleton télévisé L'Île aux trente cercueils de Marcel Cravenne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Michel de l'Île-aux-Moines.
Contours de l'Île-aux-Moines.

Plusieurs vestiges mégalithiques (dolmens...) subsistent sur la pointe sud :

  • le cromlech de Kergonan, au milieu de l'île, d'un rayon de plus de 70 mètres est l'un des plus grands d'Europe ;
  • le dolmen de Penhap, situé au sud à 5 kilomètres du bourg, est le mieux conservé de l'île.

On trouve des calvaires aux pointes du Trec'h, de Brouel et du Nioul ainsi qu'en arrivant au hameau de Kerno.

L'église Saint-Michel, située à la sortie du bourg en direction du nord, présente quelques ex-votos à sainte Anne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ouvrages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Expositions à l'Île-aux-Moines (traitant principalement de l'île-aux-Moines)[modifier | modifier le code]

  • Sylvie André : photographies en 2008
  • Étienne Dehau : photographies (à la Mairie) en 2009
  • Gildas Flahault et Aude Sirvain, (chapelle Sainte-Anne) en 2009
  • Denis Leroy : photographies en noir et blanc (à la Mairie) en 2009
  • Martin Lenclos : aquarelles (à la Librairie-galerie) en 1993 et 2003
  • Marylène Montfort-Govys, Gaëtan Sartor, Yannick Decressac (à la Mairie en 2010)
  • Odile A. Boisnard : photos panoramiques en plein air (Chantier ostréicole Beg Moussir Pointe du Trec'h) en 2010, à la mairie en 2009, 2011 & 2012, à la Poste de l'Île-aux-Moines en 2011, à Arradon en 2012, également à Arradon et l'Île-aux-Moines en 2007. Depuis 2011, exposition tournante sur la vie de l'huître (« de la naissance à l'assiette la fabuleuse histoire de l'huître ») racontée en cinq panneaux.

Tableaux représentant l'Île-aux-Moines[modifier | modifier le code]

Le Bois de la chèvre. Île-aux-Moines (huile sur toile, Conseil général du Morbihan, Musée des beaux-arts de Vannes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Île-aux-Moines », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 décembre 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Music By Gabriel Yared (Documentary, 2007, Rani Khanna)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François de Beaulieu et Thierry Sarmant, L'Île-aux-Moines. Au plaisir de la mer, Spézet : Keltia graphic, 2006, 125 p.(ISBN 2-35313-000-3)
  • Jean-Pierre Bois, Les Invalides de l'Île-aux-Moines : 1739-1789 : chronique d'une garnison côtière au XVIIIe siècle, Annales de Bretagne, no 91, 1, 1984, p. 39-57.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :