Saint-Nolff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Nolff
L'église Saint-Mayeul.
L'église Saint-Mayeul.
Blason de Saint-Nolff
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Elven
Intercommunalité Communauté d'Agglomération du Pays de Vannes
Maire
Mandat
Nadine Le Goff-Carnec
2014-2020
Code postal 56250
Code commune 56231
Démographie
Gentilé Nolféen, Nolféenne
Population
municipale
3 712 hab. (2011)
Densité 143 hab./km2
Population
aire urbaine
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 16″ N 2° 39′ 01″ O / 47.7044444444, -2.65027777778 ()47° 42′ 16″ Nord 2° 39′ 01″ Ouest / 47.7044444444, -2.65027777778 ()  
Altitude 79 m (min. : 19 m) (max. : 147 m)
Superficie 25,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Nolff

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Nolff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nolff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nolff

Saint-Nolff [sɛ̃nɔlf] (Senolf en breton) est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, parfois surnommée « petite suisse bretonne »[réf. nécessaire], est boisée et possède un certain relief. De nombreux espaces naturels et agricoles séparent les villages. La commune connaît le problème du mitage résidentiel, avec une pression démographique forte due à la proximité de la ville de Vannes.

Ses habitants sont les Nolféens et Nolféennes.

Position de Saint-Nolff[modifier | modifier le code]

Saint-Nolff - Canton d'Elven - Arrondissement de Vannes - Morbihan - Bretagne sud - Bretagne - Ouest Français - France - Pays de l'ouest - Europe - Eurasie - Terre - Pour voir la suite, cliquer ici et rendez vous en bas de page

Rose des vents Monterblanc Elven Rose des vents
Saint-Avé N Treffléan
O    Saint-Nolff    E
S
Vannes Theix

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne trace d'occupation de la commune date du Ve siècle av. J.-C.

La plus ancienne mention de Saint-Nolff remonte à un document de 1375. Le Moyen Âge voit l'affirmation de deux grandes familles : les Kerboulard et les Gourvinec.

Les XVIe et XVIIe siècles voient la construction de nombreux bâtiments religieux, notamment les chapelles Saint-Anne, Saint-Aman et Saint-Colomban ou l'église Saint-Mayeul dans le bourg. La paroisse est érigée en commune en 1790.

En 1868, le village de Meudon, qui dépendait autrefois de la commune de Saint-Nolff, demande et obtient son rattachement à Vannes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de la commune prête à confusion. Son nom serait issu de saint Mayeul[1], le quatrième abbé de Cluny, né vers 910 et mort en 994 ; ou d'un saint local, Molo, qui aurait vécu au VIe siècle[2]. Une autre possibilité: le nom proviendrait de saint Menulphe.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Nolff (Morbihan).svg

Les armoiries de Saint-Nolff se blasonnent ainsi :

Vairé d'or et de sable; au franc-canton de gueules à l'aigle d'argent, becqué, membré et lampassé d'or.
(Le champ est du Gourvinec, et le canton de Kerboulard)
Conc: J-Cl Renaud.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Joël Labbé EELV Sénateur (depuis 2011)
2014 en cours Nadine Le Goff - Carnec Sans étiquette Contrôleur Principal des Finances Publiques
Les données manquantes sont à compléter.

L'ancien maire de la commune, Joël Labbé, a été en 2005 à l'origine d'un arrêté anti-OGM, interdisant toute culture d'OGM sur le territoire de la commune. L'arrêté a été invalidé par le tribunal administratif de Rennes[3].

La municipalité est membre des « communes du monde » depuis 1997 ; elle s'est lancée en 2005 dans un agenda 21, qui a été reconnu par l'État en 2007 pour la qualité de la démarche, sa sincérité et la présence réelle d'un fond, à la différence de bien d'autres qui utilisent le développement durable comme une façade.

L'agenda 21 local de Saint-Nolff permet une bonne prise en compte des dimensions environnementales et sociales, ainsi qu'une participation citoyenne exemplaire, avec notamment la création en 2007 d'un comité de pilotage participatif. Le degré de participation va donc jusqu'à la codécision.

De nombreux projets et toute une réflexion sur l'avenir voient le jour avec cette démarche.

En 2014, l'élection municipale oppose Marie-Laurence Leray, adjointe aux finances du précédent conseil municipal, soutenue par Joël Labbé, et Nadine Le Goff-Carnec, élue de l'opposition depuis 2008. C'est la candidate de l'opposition qui remporta l'élection avec 52,76 % des suffrages.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Nolff est jumelée avec une ville :

Nom de la Ville Pays de la Ville Lien
Pedrajas de San Esteban Drapeau de l'Espagne Espagne Voir l'article

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 712 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 227 1 202 1 008 1 078 1 121 1 183 1 216 1 278 1 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 274 1 311 1 354 1 230 1 310 1 325 1 329 1 338 1 315
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 269 1 269 1 296 1 135 1 146 1 117 1 110 1 128 1 082
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 017 1 082 1 830 2 537 3 270 3 300 3 564 3 641 3 712
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

École Jean Rostand à la fête du quartier de Dilliec

Saint-Nolff possède 3 écoles primaires: 2 écoles publiques et 1 école privée

Nom Type d'école Position Construction
Ecole Lucien Paye École publique Bourg de Saint-Nolff Avant le XXe siècle
Ecole Jean Rostand [6] École publique Dilliec 1910 après de long débats depuis 1876
Ecole Saint-Joseph École privée Bourg de Saint-Nolff Demande d'informations

De nombreuses questions se sont posées au moment de la construction de l'école Jean Rostand mettant en cause deux projets:

  • Le projet de l'école Jean Rostand.
  • Le projet d'une école de filles dans le bourg.

'La Feuille'[modifier | modifier le code]

La Feuille est un journal d'information communale trimestriel imprimé sur papier recyclé.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Mayeul[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Mayeul a été construite au XVIe siècle, elle a été restaurée au XVIIe siècle, puis remaniée au XIXe siècle.

Chapelle Sainte-Anne[modifier | modifier le code]

Façade de la chapelle Sainte-Anne

La chapelle Sainte-Anne de Saint-Nolff a été construite en 1493 par Olivier de Gourvinec, à proximité immédiate de l'église Saint-Mayeul dans le bourg. À noter : une statue classée de sainte Anne du XVIe siècle conservée au presbytère et la présence inhabituelle de fleurs de lys dans les meneaux des fenêtres et sur les vitraux, à une époque où la Bretagne est encore indépendante (Union de la Bretagne à la France en 1532).

Chapelle Saint-Aman (ou Saint-Amand)[modifier | modifier le code]

Cette chapelle a été édifiée en 1528 par Bertrand de Quifistre, recteur de l'époque, puis remaniée en 1684 et restaurée au XXe siècle. On y trouve une magnifique Vierge à l'Enfant polychrome. La chapelle a été nommée en l'honneur de Saint-Aman, évêque de Vannes au VIe siècle.

Chapelle Saint-Colomban[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Colomban fut vraisemblablement construite au début du XVIe siècle puis profondément remaniée au XVIIe. Cette chapelle porte le nom de saint Colomban de Luxeuil, moine irlandais du VIe siècle qui évangélisa la France, l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche et l'Italie. Lors de son périple, il débarqua à Saint-Coulomb, près de Saint-Malo.

Moulin du Gourvinec[modifier | modifier le code]

Moulin du Gourvinec

Ce moulin fut construit par la famille de Gourvinec, seigneurs du Bézit. La première mention de ce moulin date de 1503. 3 roues sont actionnées par la rivière Condat, afin de transformer le blé en farine. En 1930, il sera transformé en scierie, activité qui s'achèvera en 1951. Un temps utilisé comme élevage de volailles, il sera racheté par la commune en 1989, qui en a assuré la restauration.

Croix de chemin de Rannuec[modifier | modifier le code]

Article connexe : Croix de chemin de Rannuec.

Croix de Saint-Colombier[modifier | modifier le code]

Article connexe : Croix de Saint-Colombier.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Hameaux du Sud de Saint-Nolff[modifier | modifier le code]

Dilliec et Lesteno sont deux petits hameaux boisés de Saint-Nolff. L'école présente à cet endroit est l'école Jean Rostand. Construite probablement en 1911, il y a eu beaucoup de répliques sur sa construction à partir de des années 1840 et 1850. Les autres hameaux du sud de Saint-Nolff sont Rannuec, La Grée, Cosquéric, Le Tanibo, Le-Boterff...

En 2011, l'école Jean Rostand à fêté ses 100 ans.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :