Pascweten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascweten
Titre
Roi de Bretagne
prétendant, en lutte avec Gurwant
874877
Prédécesseur Salomon
Successeur Alain Ier en lutte avec Judicaël
Comte de Vannes, Comte de Nantes
851, 870877
Prédécesseur Salomon
Successeur Alain Ier
Biographie
Titre complet Prétendant au trône de Bretagne
Date de naissance Vers 800
Date de décès 877
Père Ridoredh
Conjoint Prostlon
Roi de Bretagne

Pascweten (né vers 800 - mort en 877), fut comte de Vannes, de Nantes et prétendant au trône de Bretagne au IXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un certain Ridoredh selon une généalogie tardive établie à Saint Aubin d'Angers au XIe siècle[1], Pascweten était l’un des prétendant qui se disputèrent le trône de Bretagne après la mort de Salomon de Bretagne. Comte de Vannes, puis également de Nantes, il basait ses prétentions sur son mariage avec la fille du roi défunt, Prostlon.

En 874, il conspira avec le comte de Rennes, Gurwant, pour assassiner le roi[2]. Leur alliance ne dura cependant que le temps de faire taire les revendications des autres prétendants, notamment les comtes de Goëlo et de Léon [3]. En 875, il attaqua Rennes, la résidence principale de Gurwant mais échoua en dépit de ce qui semble avoir été une importante supériorité numérique.

Il fit une nouvelle tentative en 876, espérant tirer profit de la maladie de Gurwant. Ce fut à nouveau un échec. Il mourut à la fin de 876 ou, plus vraisemblablement au début de 877, empoisonné ou assassiné par ses alliés Normands.

Son frère Alain hérita des comtés de Vannes et de Nantes et devint roi de Bretagne après la bataille de Questembert.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Saint Aubin d'Angers
  2. Annales de St Bertin AD 874 Charles avait reçu dans ses entrefaites sur Salomon des nouvelles vagues annonçant tantôt qu’il était malade et tantôt qu’il était mort. Il eut à Compiègne un avis certain de sa mort tel que nous allons le rapporter. Poursuivi par les principaux d’entre les Bretons Paswethen, Gurwand et Wigon fils de Rivelen ainsi que par des francs à qui il avait causé de grands dommages et voyant son fils Wigon captif et gardé en prison il s’enfuit et se retira à Paculière et s’étant réfugié dans un petit monastère afin d’échapper à leurs poursuite il fut trahi par les siens et comme il ne devait éprouver aucun mal de la part des Bretons il fut livré à des hommes francs Fulcoald et d’autres. Ayant eu les yeux crevés il fut trouvé mort le lendemain ainsi justement récompensé d’avoir tué sur l’autel où il invoquait le nom de Dieu Hérispoé qui pour échapper à sa poursuite s’était réfugié dans une église
  3. Selon deux actes 236 et 243 de l'été 875 du Cartulaire de Redon « Regnante Pascueten et Worwant Britanniam »

Sources[modifier | modifier le code]

  • Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Angers, Presses de l'Université d'Angers,‎ 1994 (ISBN 978-2-903075-58-3).
  • André Chédeville & Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois Ve ‑ Xe siècle, Éditions Ouest-France, (1984) (ISBN 2858826137)
  • Arthur de La Borderie Histoire de Bretagne: Réédition Joseph Floch Imprimeur Éditeur à Mayenne (1975), Tome deuxième Gurwant et Pascweten 874-877 p. 318-322.
  • René Poupardin « Généalogies Angevines du XIe siècle ». Dans: Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 20, 1900. p.  199-208.

Voir aussi[modifier | modifier le code]