Grand-Champ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Champ
L'église Saint-Tugdual
L'église Saint-Tugdual
Blason de Grand-Champ
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Grand-Champ (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de Communes du Loc'h
Maire
Mandat
Yves Bleunven
2014--
Code postal 56390
Code commune 56067
Démographie
Gentilé Grégamistes
Population
municipale
5 031 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Population
aire urbaine
11 906 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 33″ N 2° 50′ 36″ O / 47.7591666667, -2.84333333333 ()47° 45′ 33″ Nord 2° 50′ 36″ Ouest / 47.7591666667, -2.84333333333 ()  
Altitude 127 m (min. : 28 m) (max. : 167 m)
Superficie 67,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Grand-Champ

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Grand-Champ

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Champ

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Champ
Liens
Site web Site officiel de la commune

Grand-Champ [gʁɑ̃ ʃɑ̃] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Elle est le chef-lieu du canton de Grand-Champ

Ses habitants se nomment les Grégamistes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Vannes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Gregam.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Grand-Champ est en fait derivé de « Grandi Campo », un lieu-dit de la paroisse de Plumergat dont la désignation faisait très vraisemblablement référence à un camp romain.

Le nom de la commune est toutefois sujet à controverse, puisque certains diront que son nom provient de sa situation géographique et signifierait « grande étendue » alors que d'autres encore, se référant à son nom breton « Gregam » ou « ker kamm » défendent une signification voulant désigner « le lieu du boiteux » (référence au Roi Stevan ?)

On y trouve un certain nombre de références au Roi Stevan, dont le moto de la commune : Grand-Champ, pays d'accueil du Roi Stevan.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Grand-Champ (Morbihan).svg

Les armoiries de Grand-Champ se blasonnent ainsi :

D’azur au chevron d’or, au chef d’hermine.


L'azur représente le ciel des landes de Lanvaux et ses plans d'eau ; l'or ses genêts et ajoncs. Le chef d'hermine caractérise la Bretagne.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 mars 2001 Célestin Blévin   Notaire honoraire
mars 2001 mars 2014 Gilles-Marie Pelletan MoDem Vétérinaire à la retraite
mars 2014 - Yves Bleunven   Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 031 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 514 4 865 4 332 4 180 4 550 4 769 4 833 5 209 5 233
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 089 4 913 3 923 3 678 3 627 3 691 3 716 3 275 3 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 208 3 166 3 040 2 874 2 998 2 933 2 857 2 686 2 562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 556 2 662 3 052 3 503 3 897 4 246 4 691 4 817 5 031
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 63 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 10,4% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires de Grand-Champ sont :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thierry Le Méro, né le 15 avril 1963 à Vannes (Morbihan), rugbyman français.
  • Monseigneur François-Marie Kersuzan, né le 25 mars 1848 à Grand-Champ, décédé le 24 juillet 1935, Archevêque de Cap-Haïtien (1886-1929).
  • Monseigneur Joseph Mahuas, né le 2 janvier 1922 à Grand-Champ, ordonné prêtre à Grand-Champ le 2 juillet 1947, décédé à Vannes le 23 décembre 2011. Prélat de Sa Sainteté, Doyen du Chapitre cathédral de Vannes. En 1992, il devint doyen du Chapitre et membre du Conseil épiscopal, responsable du temporel diocésain. En 1997, postulateur de la cause d'Yves Nicolazic.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LECORNEC, Joël, Le souterrain de l'âge du Fer de Kermeno à Grandchamp, Annales de Bretagne, no 77, 1, 1970, p. 57–71.
  • LECORNEC, Joël, La sépulture mégalithique de Lost-er-Lenn, Grandchamp, Annales de Bretagne, no 79, 1, 1972, p. 21–33.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :