Larmor-Baden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Larmor-Baden
Vue de la Baie de Port Lagaden
Vue de la Baie de Port Lagaden
Blason de Larmor-Baden
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Vannes-Ouest
Intercommunalité Vannes agglo - Golfe du Morbihan
Maire
Mandat
Denis Bertholom
2008-2014
Code postal 56870
Code commune 56106
Démographie
Gentilé Larmorien, Larmorienne
Population
municipale
844 hab. (2011)
Densité 215 hab./km2
Population
aire urbaine
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 16″ N 2° 53′ 45″ O / 47.5877777778, -2.89583333333 ()47° 35′ 16″ Nord 2° 53′ 45″ Ouest / 47.5877777778, -2.89583333333 ()  
Altitude 21 m (min. : 0 m) (max. : 26 m)
Superficie 3,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Larmor-Baden

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Larmor-Baden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larmor-Baden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larmor-Baden

Larmor-Baden [laʁmɔʁ badɛn] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Le nom breton de la commune est An Arvor-Baden.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe au coeur du golfe du Morbihan,à 14 km de Vannes et à 14 km d'Auray. Larmor-Baden possède 4 îles sur son territoire, l'île de Berder (Berder), reliée au continent par une chaussée submersible, l'île de Gavrinis (Gavriniz), site d'un des plus grands tumulus mégalithique de Bretagne, l'île Longue (Morbihan) et Radenec. Le marais de Pen an Toul occupe environ 42 hectares à l'intérieur du territoire communal. Une digue, dite Pont de Pen en Toul, équipée de vannes, permet de contrôler la hauteur de l'eau dans le marais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Larmor-Baden est érigée en commune en 1924. Elle faisait auparavant partie de la commune de Baden et plus anciennement de la paroisse de Plougoumelen.

  • En 1857, Larmor est encore un village dépendant de la paroisse et de la commune de Baden. Lorsqu'en août 1858, l'Empereur Napoléon III et l'Impératrice Eugénie visitent la Bretagne, les habitants de Larmor en profitent pour solliciter de leurs majestés impériales que leur section soit érigée en Succursale de la Paroisse de Baden. Le , le décret impérial érigeant en Succursale l'église de Larmor-Baden, est signé par l'Empereur Napoléon III.
L'église de Larmor-Baden
  • Les recteurs furent successivement :
    • MM Le Pelvé 1860-avril 1864
    • Nicol mai 1864-novembre 1865
    • Plumer novembre 1865-janvier 1867
    • Le Portz janvier 1867-octobre 1867
    • Dumestre octobre 1867-juillet 1869
    • Philippe août 1869-octobre 1877
    • Thomas octobre 1877-décembre 1886
    • Le Person décembre 1886-janvier 1899
    • Tanguy janvier 1899-mars 1908
    • Le Rouzic mars 1908-octobre 1929
    • Le Trévédic octobre 1929-mai 1952
    • Le Lain mai 1952-novembre 1961
    • Drouet novembre 1961-juillet 1966
    • Aubernon août 1966-juillet 1977
    • Gouzerh septembre 1977-mai 1986
    • Josso mai 1986-septembre 1987
    • Guillevic septembre 1987-octobre 1990
    • Le Bras octobre 1990-juin 2005, dernier recteur résidant au presbytère de Larmor, don de Marie-Louise Mahéo (1851-1896)(bâtiment ravagé par un incendie dans la nuit du 2 au 3 décembre 2012, avant sa vente par la commune.)
    • L'abbé Guillemin nommé en 2005 - est responsable du doyenné de Vannes-Ouest, curé d'Arradon, Ploëren et recteur de Larmor-Baden, nous quitte en octobre 2012
    • Le père Arnauld Calonne est nommé curé d'Arradon, Ploëren et recteur de Larmor-Baden le 1er septembre 2012 et responsable du doyenné de Vannes-Ouest.
  • « Pas de paroisse distincte sans commune distincte »… Mais ce n'est que 64 ans après la création de la paroisse qu'aboutirent les démarches pour l'érection du village de Larmor en commune. Le décret est signé le par Alexandre Millerand, président de la République, avec parution au Journal Officiel le .

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Larmor-Baden (Morbihan).svg

Les armoiries de Larmor-Baden se blasonnent ainsi :

D’azur à deux jumelles courbées d’or au canton du chef d’argent chargé d’une mouchetures d’hermine de sable et accosté de deux étoiles d’or.
Conc. B. Frelaut.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 avril 1924 24 août 1924 Emile Sébire    
28 septembre 1924 février 1944 Vincent Le Tallec    
intérim 1944   Joseph Jouanno    
25 février 1945 26 octobre 1947 Joseph Binvel    
1947 1959 Camille Lesquel    
1959 1971 Maurice Neveu    
1971 1989 Charles Le Berrigaud    
1989 février 1994 André Beauchesne    
mars 1994 mars 1998 Marie-Henriette Mahéo épouse Le Boru    
avril 1998 décembre 1998 Jean-Marc Guillaume    
1999 mars 2001 Christian Patte    
mars 2001 mars 2008 Bernard Le Boru    
mars 2008   Denis Bertholom    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 844 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
631 705 650 857 675 761 739 751 811
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
816 954 847 816 844 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cairn sur l'île de Gavrinis situé à 10 minutes en bateau de la cale de Pen Lannic.
  • L'Île de Berder, accessible par chaussée à basse mer; arbres remarquables, sentier côtier, chaise currule ...
  • Le marais de Pen an Toul, réserve ornithologique… et sentier piétonnier de découverte du marais.
  • Pat en Diaul : la main du diable sur un rocher à Pen-en-Toul.
  • Le siège de Saint Gildas à Pen Lannic.
  • Le Douet de Locqueltas : un lavoir et deux fontaines.
  • Sentiers piétonniers en bord de mer et à l'intérieur.
  • Église paroissiale bénie le 29 juillet 1880 par Monseigneur Jean Marie Bécel, évêque de Vannes. Marraine de la cloche : la comtesse Dillon. Parmi les statues et peintures qui ornent l'église, dons ou travaux de paroissiens, deux ont été choisies pour être exposées d'avril à novembre 2006 à Sainte-Anne-d'Auray puis à la Cohue à Vannes : l'une, la statue Notre-Dame de Larmor, en bois polychrome, tenant un trois-mâts dans sa main gauche et s'appuyant de sa main droite sur une ancre de marine et l'autre, un petit tableau aquarelle représentant un brick-goëlette, le « Giralda », offert par le capitaine Héno (1849-1913), en remerciement d'être sortis sains et saufs, lui et son équipage, d'une terrible tempête dans l'Atlantique nord en 1878.
  • Une seule croix se dresse sur les bords de nos routes : la Croix-Hémon (route d'Auray) datée de 1812. Elle rappelle les années de crise dans le clergé français depuis 1790, date du décret de la Constitution civile du clergé, jusqu'en 1905, date de la loi de séparation de l'Église et de l'État, en passant par le Concordat en 1801. Le prêtre, Claude Hémon, (1756-1834), né au village de Larmor, fut hostile au Concordat, adhéra à la « Petite Église » et fut mis à l'écart par l'autorité diocésaine.
  • Chapelle Sainte-Anne à Berder, construite en 1885 où reposent le comte Dillon (1834-1922) et son épouse Henriette (1848-1926).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le triplan de Groos.
  • En 1909, Alfred Groos, jeune ingénieur des Arts et Manufactures, en garnison à Vannes, réussit un envol avec un monoplan de sa conception (après plusieurs essais sur un triplan - photo ci-dessous) sur le « Champ d'expériences de navigation aérienne » de Pen en Toul, mis à disposition par le comte Dillon. (Centenaire organisé par l'association LALALA le sur le site, en présence des descendants d'Alfred Groos, de l'universitaire Thierry Le Roy, des personnalités locales, avec la participation de l'association « Les Vieilles Tiges » qui a offert 4 survols du Golfe du Morbihan).
  • En juillet 1902, à l'âge de 15 ans, l'archiduc Charles d'Autriche (1887-1922) fit un séjour en Bretagne. Le mardi 20 juillet, accompagné du duc et de la duchesse de Rohan et d'autres invités, il monta, à Vannes, à bord du yacht à vapeur Manuela de Monsieur le comte Dillon et se dirigea sur l'Île de Berder. Le soir, les voyageurs prirent congé de Monsieur le comte et Madame la comtesse Dillon et de Madame la duchesse d'Uzès. Ils regagnèrent Josselin. L'archiduc deviendra, en 1916, le dernier empereur de l'empire austro-hongrois sous le nom de Charles Ier. Il renoncera à son trône après la défaite en 1918 et mourra en exil à Madère en 1922.
  • Le Cardinal Roncalli, nonce apostolique à Paris, qui sera le Pape Jean XXIII en 1958, fut l'hôte des Sœurs de Saint-François, à Berder, le . La veille, il présida le pèlerinage de Sainte-Anne d'Auray.
  • Né à Larmor en 1944, Hubert Perrodo, embarqué à 19 ans comme simple pilotin sur un bateau de la Delmas-Vieljeux, fonda en 1992 la société PERENCO, (exploitation et production d'hydrocarbures ) avec plus de 4 000 personnes réparties dans 13 pays. Il disparaît tragiquement le , au cours d'une randonnée à ski à Courchevel.
  • Alain Bry, Ambassadeur de France et écrivain habite la commune depuis 1973.


  • Propriétaires successifs de l'ile de Berder :
En 1750, l'île appartenait à une Demoiselle Dubreuil-Jarno et à ses frères et sœurs.
En 1879, l'île fut achetée par le comte Arthur Dillon.
En 1920, ruiné, il vend l'île à la duchesse d'Uzès.
La duchesse d'Uzès vendit Berder aux Oblats de Marie-Immaculée et en 1937, ce sont les Sœurs de Saint-François qui en sont propriétaires jusqu'en 1991.
Puis l'île appartient à la SIMYR (Société Immobilière Yves Rocher) qui la met en vente en 2012.

Activités[modifier | modifier le code]

Larmor-Baden est un grand centre ostréicole. Dans son ouvrage « L'huître du Morbihan », Pierre Dalido, en 1947, signalait 116 exploitants à Larmor-Baden. Il s'agit là de tous les concessionnaires de parcs et non d'exploitants de chantiers. Dans les années 1960/1970, il y avait au moins 35 à 40 ostréiculteurs à Larmor-Baden, alors classé 2e centre ostréicole (après Locmariaquer) employant environ 150 personnes. Jusqu'à cette période, seule « la plate » est travaillée à Larmor-Baden, dans le Golfe du Morbihan et en Baie de Quiberon. Ce n'est qu'après 1970 que « la creuse » est introduite dans le Golfe et que le mode d'élevage évolue. En 2007, il subsiste 12 exploitations, mais le tonnage produit, compte tenu de l'évolution des techniques et des équipements, est beaucoup plus important (environ 1 200 tonnes). Une soixantaine de personnes (hommes et femmes) travaille actuellement dans les différents chantiers larmoriens. Depuis 2008, l'ostréiculture traverse une crise : les jeunes huîtres (les juvéniles) meurent sans que, jusqu'à présent, les scientifiques n'aient trouvé les causes… Le tourisme et particulièrement le nautisme occupent une place importante dans l'économie locale… La vie associative animée offre un choix intéressant d'activités : La Cataschool, Centre Nautique de Larmor-Baden, propose l'activité Voile (catamarans et planches à voile); l'association LVS (Larmor Volontaires Solidaires) organise, en alternance, la Semaine du Golfe à Larmor et une brocante marine; l'association LALALA (Larmor Autrefois, Larmor Aujourd'hui, Larmor Avenir) propose Accordéon diatonique, Chanter entre amis, Histoire locale, remise en état d'anciens sentiers et terre-pleins ostréicoles et rencontres amicales; Larmor en fête organise deux manifestations en été; Tennis-Club de Larmor-Baden (TCLB); Lire à Larmor à la médiathèque ... etc. À signaler également l'Association des Navigateurs de Larmor-Baden (A.N.L.B).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]