Baden (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baden
Baden (Morbihan)
L'église paroissiale Saint-Pierre.
Blason de Baden
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Patrick Eveno
2020-2026
Code postal 56870
Code commune 56008
Démographie
Gentilé Badenois, Badenoise
Population
municipale
4 362 hab. (2018 en augmentation de 0,37 % par rapport à 2013)
Densité 185 hab./km2
Population
agglomération
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 10″ nord, 2° 55′ 08″ ouest
Altitude Min. −1 m
Max. 43 m
Superficie 23,53 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Baden
(ville isolée)
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vannes-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Baden
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Baden
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baden
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baden
Liens
Site web http://www.baden.fr/

Baden ([badɛn], mais au XVIIIe siècle [badɛ̃]) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La place de Weilheim et l'église Saint-Pierre.

Baden est une commune vaste de 2 353 hectares dont le territoire de Baden borde le Golfe du Morbihan et est relié à l'ouest par la rivière d'Auray. Baden est à mi-chemin des deux pôles urbains que sont : Auray (8 kilomètres) et Vannes (13 kilomètres).

Baden fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

C'est une commune à la fois touristique et résidentielle. Les communes limitrophes sont, au nord, Le Bono, Plougoumelen, Ploeren, à l'est, Arradon et, au sud, Larmor-Baden.

Le littoral[modifier | modifier le code]

La commune présente un linéaire littoral très sinueux de 37 kilomètres, comprenant quatre îles : l'île du Rénaud, les Sept Îles et les îles Grand et Petit Veïzit, et pour sa partie continentale, séparé en deux tronçons par la commune de Larmor-Baden : le tronçon ouest comprend une partie de l'Anse de Locmiquel, la Pointe de Locmiquel, l'étang de Toulvern, l'Anse de Baden, la Pointe du Blair et une partie de la rive gauche de la Rivière d'Auray jusqu'à la Baie de Kerdréan (partagée avec Le Bono) en passant par le port du Parun (une anse aux infrastructures portuaires très sommaires) ; le tronçon est comprend l'Anse de Kerdelan, la presqu'île de Port-Blanc, l'Anse du Moustran, la presqu'île de Penmern et les rias du Moulin du Pont et du Ruisseau du Pont de Lohac, cette dernière étant partagée avec Arradon ; ces deux rias étant séparées par la presqu'île du Moulin Neuf.

Les îles de Baden

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le littoral présente des aspects très variés, alternant de nombreuses zones basses bordées de plages ou de grèves, notamment au niveau des anses précitées et quelques parties plus accidentées, principalement à l'ouest de la commune, par exemple dans l'étroite et longiligne Pointe du Blair, dont l'altitude s'élève pourtant jusqu'à 21 mètres et qui est bordée de falaises, ou encore dans la presqu'île de Toulvern, dont l'altitude s'élève jusqu'à 26 mètres à peu de distance de la mer ; mais quelques parties accidentées existent aussi dans la partie orientale du territoire communal : les rives de la ria du Ruisseau du Pont de Lohac sont encaissées (l'altitude monte jusqu'à 19 mètres dans la presqu'île du Moulin Neuf et jusqu'à 21 mètres dans celles de Penmern et de Port-Blanc).

Le littoral le long de la Rivière d'Auray
La Pointe du Blair
L'Anse de Baden et Locmiquel
Entre l'Anse de Kerdelan et le moulin de Pomper

L'ostréiculture a été très importante dans le passé, principalement le long de la Rivière d'Auray où de nombreux anciens terre-pleins ostréicoles, le plus souvent de nos jours à l'abandon, sont encore visibles ; quelques ostréiculteurs pratiquent toujours cette activité, notamment dans l'anse du Port de Parun et à proximité.

Les parties intérieures de la commune[modifier | modifier le code]

Bien que connue surtout pour son littoral, la commune de Baden possède une vaste partie intérieure : son bourg est d'ailleurs à une bonne distance de la côte, comme c'est le cas de nombreuses communes fondées à la suite de l'immigration bretonne du Haut Moyen-Âge et est même à la limite nord du finage communal. Il est situé à une vingtaine de mètres d'altitude.

Le territoire communal s'élève jusqu'à 43 mètres au Cosquer (à l'est du bourg) et n'est drainé que par de minuscules fleuves côtiers : le Rohu passe au nord du bourg et se jette dans l'Anse de Baden, le fond de sa ria formant l'étang du moulin de Baden ; le ruisseau de Toulvern alimente l'étang de Toulvern ; le ruisseau de Brangon alimente le marais de Pen en Toul (ancien marais salant situé en Larmor-Baden)  ; le ruisseau de Moulin du Pont se jette dans l'anse du même nom ; le ruisseau de Kernormand et le ruisseau du Pont de Lohac (lequel forme limite avec la commune d'Arradon) se jettent dans la ria du Ruisseau du Pont de Lohac. Tous, à l'exception du ruisseau du Pont de Lohac qui a sa source en Ploeren, ont un cours si bref que leurs sources se trouvent dans la partie nord du finage communal

Baden était traditionnellement une commune rurale, en bonne partie agricole, avec un paysage de bocage et un habitat dispersé en hameaux et fermes isolées. La proximité littorale et l'attractivité balnéaire du Golfe du Morbihan ont entraîné une forte rurbanisation, sensible en maints endroits, notamment dans la presqu'île de Port-Blanc et le long de l'Anse du Moustran, ou encore aux alentours de Locmiquel ou du Guern. L'intérieur de la presqu'île du Blair forme un véritable parc de résidences de luxe. La périurbanisation concerne aussi les hameaux non littoraux, comme Le Bois Bourgerel, Mériadec, Mané Kerplouz, Tourlarec et Kerverner ; elle est en partie constituée de résidences secondaires.

Les schistes datant du carbonifère dits de Châteaulin affleurent notamment aux alentours du château de Kergonano et contiennent des porphyroïdes[1]. Un gisement de graphite à proximité de Kergonano fit l'objet d'une tentative d'exploitation laissée sans suite[2].

Les transports[modifier | modifier le code]

En raison de sa situation péninsulaire, Baden n'est desservi par aucun axe important de transport : la voie express RN 165 et la voie ferrée venant de Paris via Rennes (ou Nantes) et Vannes et se dirigeant vers Lorient et Quimper, qui desservent la sud de la Bretagne, passent nettement au nord du territoire communal, passant par Auray.

Baden est desservi par le route départementale 101 qui vient de Vannes et se dirige, via Le Bono, vers Pluneret (et Auray) en faisant un coude pour desservir le bourg de Baden, dans lequel se greffe la route départementale 316 qui dessert Larmor-Baden. L'absence de pont sur la Rivière d'Auray oblige à un long détour via Pluneret et Auray pour gagner sa rive occidentale et se rendre par voie terrestre par exemple à Locmariaquer.

Malgré la longueur de son littoral, aucun port important n'existe à Baden : Port-Blanc [3] assure essentiellement un trafic touristique de passagers vers l'Île-aux-Moines et le Golfe du Morbihan ; c'est aussi un port de plaisance. La tentative de création d'un port à la Pointe du Blair par Arthur Dillon au début du XXe siècle fut un échec, même si un très modeste port y subsiste.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 854 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Larmor-Baden », sur la commune de Larmor-Baden, mise en service en 1995[10] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[11],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,7 °C et la hauteur de précipitations de 868,2 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 14 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[14] à 12,4 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Baden est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Baden, une unité urbaine monocommunale[19] de 4 340 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[22],[23].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[24]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (34,8 %), terres arables (30,5 %), zones urbanisées (14,3 %), prairies (9,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (6 %), forêts (3,1 %), zones humides côtières (1,1 %), eaux maritimes (0,7 %), eaux continentales[Note 6] (0,2 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[28].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Badan en 1430, Baden en 1793[29]. L'origine du nom est inconnue[30].

Le nom de la commune en breton est Baden.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Une dizaine de monuments mégalithiques, principalement des dolmens, existent dans la commune, notamment à Crafel, Toulvern, le Couédic, le Rohello et dans les îles de Berder, de Gavrinis et de l'Île Longue[31] et un "Mur des Vénètes" (un mur et un fossé formant un retranchement) dans l'oppidum de la Pointe du Blair[32].

Six haches polies et trois broyeurs percuteurs ronds trouvés près d'un dolmen à Kergonano sont exposés au British Museum[33].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Pointe du Blair abrite une nécropole constituée de plusieurs centaines de tombelles (à l'Âge du fer les incinérations étaient nombreuses et les cendres, déposées dans des urnes ou des pots étaient enfouies dans le sol et protégées par des pierres posées dessus, le tout formant de petits monticules appelés "tombelles" ) très voisines les unes des autres, les plus grandes mesurant 4 à 5 mètres de long, dont un certain nombre ont été éventrées par des chercheurs de butins. Des traces d'un éperon barré y ont aussi été identifiées[34].

Yves Coppens a découvert un four à sel gaulois à Locmiquel en Baden en 1952[35].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un monastère aurait existé à Moustéran [Moustran] (le toponyme suggère la présence d'un monastère à cet endroit); il aurait été détruit par les Normands et il est possible que saint Bieuzy, blessé à mort, s'y soit embarqué pour rejoindre son maître saint Gildas[31], même si une autre source indique qu'il se serait rendu à pied à l'abbaye Saint-Gildas de Rhuys pour y mourir[36]. Quelques vestiges à cet endroit sont peut-être les restes d'une ancienne chapelle dédiée à saint Gildas[31].

Le château de Cardelan appartenait en 1420 à Guillaume de Kerabault [Keralbault], seigneur de Cardelan[37]. Les seigneurs de Cardelan avaient leurs enfeus dans la chapelle Saint-Jean de l'ancienne église de Baden, construite au XIIe siècle ; dans l'autre chapelle, celle de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, se trouvaient les enfeus des familles de Kergonano et de Toulvern[31]. Le château de Kergonano et le manoir de Toulvern (qui appartenait à la famille Loénan ou Laouënan de 1426 à 1536) étaient sièges de seigneuries[31].

Lors de la réformation de 1427 Jean de Peillac est dit seigneur de Trévrat [Trévras] en Baden. La famille de Peillac était originaire de Guer et détenait cette seigneurie depuis le mariage de Jehan de Peillac avec Alix de Bodeveno, fille de Sylvestre de Bodeveno et d'Alix de Baden[38]). La liste des 7 nobles de Baden présents à la montre du à Vannes et des 13 nobles de Baden présents à celle du à Vannes est consultable sur un site Internet[31].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Une partie de la paroisse de Baden (incluant les manoirs de Bois-Bas, de Tréverat, de Cardelan) dépendait du domaine royal ou était « fief du roi » ; l'autre partie dépendait du domaine de la seigneurie de l'Argoet (Largouet) , ou était fief de l'Argoet[39]. Cette division existait déjà en 1427[40]. Baden comptait en tout à l'époque moderne 19 seigneuries[31].

En 1624 René de Keralbaud, écuyer, seigneur de Cardelan, justifie les droit de banalité qu'il prélève sur les paroissiens de Baden pour leur usage du moulin de Pontneuf[41]. En 1677, Abel de Kerabault [Keralbault ou Keralbaud], seigneur de Cardelan, fut capitaine des francs-archers de l'évêché de Quimper[37]. En 1705 Louis de Keralbaud de Cardelan, chanoine, est, jusqu'à sa mort en 1718, vicaire perpétuel de la paroisse de Sainte-Croix (dite aussi de Saint-Pierre) à Vannes[42].

Quatre chapelles frairiennes existaient : Saint-Mériadec (dans le village homonyme), Saint -Michel (à Locmiquel), Notre-Dame (à Penvern), Saint-Julien (près de Lohac) ; en plus des chapelles privées se trouvaient dans les châteaux de Kergonano, de Kerdelan [Cardelan] (desservant la chapellenie de Sainte-Marguerite[43]) et de Bois-bas[31].

Le château de Kergonano vers 1900 (carte postale David).

La famille Dondel hérite du château de Kergonano, siège d'une ancienne seigneurie, à la fin du XVIIe siècle en raison du mariage en 1673 de Pierre Dondel de Keranguen (qui fut sénéchal de Vannes) avec Marie-Hyacinthe Loënan de Kergonano ; leur fils François Dondel de Kergonano fut sénéchal du présidial de Vannes entre 1715 et 1772 et le père et grand-père de deux maires de Baden au XIXe siècle[44].

Jean-Baptiste Ogée décrit Baden en 1778 comme une « paroisse, dont la cure est à l'Ordinaire, compte 1 800 communiants[Note 7]. [Où] s'y exerce deux hautes justices, l'une du comté de Largouet, et l'autre de la baronnie de Ker-aër, qui ressortissent au siège royal d'Aurai [Auray]. Ce territoire, qui renferme plusieurs fiefs appartenant au Roi, possède des terres très fertiles en grains et pâturages.[37] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1793 Baden fournit 60 hommes au sein de l'Armée royaliste de Bretagne[45].

Baden est considérée comme une commune suspecte par le capitaine Couscher, commandant la 3e compagnie du bataillon de Maine-et-Loire, envoyée rétablir l'ordre dans la région[46].

Jean Le Vigouroux[Note 8], maire de Baden (qui a caché à plusieurs reprises Joseph Le Leuch,prêtre réfractaire et un des responsables de l'Armée catholique et royale de Bretagne), ainsi que Keralbaud-Cardelan[Note 9], Lantivy-Trédion[Note 10], L. Guignolé et deux hommes de la famille Kergal, font partie en 1795 de la « liste des individus du ressort de Vannes absents de leur commune [Baden] (...) pour se réunir aux chouans »[47]. Mais selon Gustave de Closmadeuc c'est à tort qu'Yves de Keralbauld, seigneur de Cardelan est inscrit sur la liste de ceux qui devinrent chouans ; quoique noble, il n'émigra pas et ne se montra pas hostile à la Révolution, acquérant même des biens nationaux et ne participant pas à l'expédition de Quiberon ; les chouans, en représailles, un mois après la défaite des émigrés de Quiberon, assaillirent dans la nuit du 24 au 25 fructidor an III (10 au ) le manoir de Cardelan, le pillèrent, se saisirent du seigneur de Cardelan, l'égorgèrent et le jetèrent à l'eau[48] ; son corps fut découvert par Mathurin Guillevic, laboureur et tisserand au Ter[49].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre est reconstruite en 1835-1836 principalement, mais son clocher et sa flèche entre 1860 et 1864 ; Jean de Keralbaud, seigneur de Cardelan et Trévoat, en est le fondateur[31].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Baden en 1843 (cette description inclut le territoire de l'actuelle commune de Larmor-Baden qui ne s'est constituée qu'en 1924) :

« Baden : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui desservance. Il y avait autrefois quatre chapelles desservies ; il y en a encore aujourd'hui trois. L'église a été en grande partie reconstruite en 1835 et 1836. (...) Principaux villages : Trévernay, Carado-Graffel, Kerihuel, Guernehué, Brangon, Kerplous, Penmern, Kerhouleven, Kercorsnet, Meriadec, Toulvern, le Blair, le Couédic, Keredern, Lourmar, Kersbout, Logueltas, tour de Bourgat. Superficie totale 2 571 hectares, dont (...) terres labourables 1 045 ha, prés et pâturages 415 ha, vergers et jardins 29 ha, marais 24 ha, vignes 5 ha, étangs 32 ha, marais salants 7 ha, bois 16 ha, landes et incultes 935 ha (...). Moulins à eau de Toulvern et de Pomper ; à vent de Saint-Julien. Étangs de Toulven et de Pomper. La saline de Pentout [Pen en Toul] est à l'est. Le territoire, coupé de quelques vallons, est en général bien cultivé, et présente de belles prairies. La commune est renommée pour la qualité de ses veaux. Les hommes s'adonnent à la marine dans la partie qui avoisine la mer. L'agriculture emploie les goémons qui se récoltent sur les côtes ; mais cet engrais est peu abondant. (...) Géologie : constitution granitique. On parle le breton[50]. »

Le château de Rohello sur la rive gauche de la Rivière d'Auray.

Le château de Rohello est construit entre 1850 et 1856 par le vicomte de Gouvello à l'emplacement de l'ancien manoir du même nom[51].

En 1868, Pierre Le Pontois[Note 11] est propriétaire de marais salants à Baden ; ceux-ci sont alors en crise : sur les 350 œillets[Note 12] qu'il possède, Le Pontois déclare que seulement 134 sont en activité et qu'il paie désormais ses paludiers au mois, leur procurant un travail complémentaire sur ses terres car ils ne peuvent plus vivre avec le mode de rémunération traditionnel (les paludiers recevaient entre le tiers et le quart de la récolte de sel). Il ajoute que l'état atmosphérique du Morbihan rend les récoltes de sel aléatoires et que la baisse des prix du sel en raison de la concurrence des salines du Midi et de l'Est de la France, ainsi que des salines étrangères rend cette activité de moins en moins rentable[52].

Les sentiments légitimistes d'une partie de la population de Baden à cette époque sont illustrés par le fait que Mathurin Robert, un paysan du village du Ter qui fut le courrier du général Georges lors du débarquement de Quiberon, fit partie, alors qu'il était âgé de 68 ans, de la délégation bretonne qui se rendit à Wiesbaden pour y rencontrer Henri V, prétendant au trône de France, le [53]. Lors des élections législatives de 1878 « le maire de Baden, haranguant les électeurs, leur disait qu'on aurait la guerre s'ils ne votaient pas pour le « bon candidat » (Charles Guillo du Bodan, député monarchiste) (...) Le maire allait d'auberge en auberge se faire représenter par les électeurs leur bulletin de vote pour s'assurer du nom porté au dit bulletin. (...) De son côté, le clergé de la commune n'a cessé d'influencer les électeurs à domicile ou du haut de la chaire, et par tous les moyens possibles (...) disant même (...) aux fidèles assemblés dans l'église que s'ils votaient pour les révolutionnaires [en fait le candidat républicain] , les portes de l'église allaient être fermées. (...) »[54].

En 1871, François Olivier Dondel de Kergonano (alors maire de Baden) et son épouse firent partie de la délégation qui rencontra à Lucerne le comte de Chambord[55]. En 1869 il fut remarquable par son dévouement pendant l'épidémie de variole et fut le responsable des Hospitaliers sauveteurs bretons du Morbihan en 1876[56].

Carte de Baden en 1880.

Vers 1896 les Filles de Jésus de Kermaria assuraient les soins des malades à domicile à Baden, comme dans de nombreuses autres communes de la région[57].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'école congréganiste tenue par les Filles de Jésus de Kermaria à Baden est laïcisée en septembre 1903[58].

Un décret du président de la République en date du attribue à « la commune de Baden, à défaut de bureau de bienfaisance, les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Baden et actuellement placés sous séquestre »[59].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article relatant la cérémonie en mémoire d'un soldat de Baden mort au champ d'honneur en 1916 (journal L'Ouest-Éclair).

Le monument aux morts de Baden porte les noms de 96 soldats et marins mort pour la France pendant la Première Guerre mondiale (ce nombre inclut les 23 morts de Larmor-Baden qui ne constituait pas encore une commune indépendante)[60].

Un vœu en faveur d'un projet de construction d'une ligne de chemin de fer à voie étroite allant d'Étel à Vannes en passant par La Trinité-sur-Mer, Crach, Le Bono, Baden et Arradon, qui aurait nécessité la construction de plusieurs ouvrages d'art, fut voté en 1916 par le Conseil général du Morbihan, mais ce projet n'aboutit pas[61].

L'armée américaine, qui utilisait les camps de Meucon et de Coëtquidan, eut en août 1917 le projet de construire un port en eau profonde en aval de la Pointe du Blair, mais il ne fut jamais réalisé[62].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La commune de Larmor-Baden est créée en 1924, amputant le territoire de la commune de Baden ; le décret est signé le par Alexandre Millerand, président de la République, avec parution au Journal Officiel le [63].

En mai 1928, Joseph Le Brix, originaire de Baden, et Dieudonné Costes, reçurent, après avoir effectué la première traversée de l'Atlantique sud sans escale en 1927, un accueil triomphal à Vannes et Baden[64].

Le les obsèques de l'aviateur Joseph Le Brix, décédé accidentellement en Russie alors qu'il tentait de relier en avion Paris à Tokyo sans escale, furent l'objet d'une importante cérémonie en présence d'une foule immense et de nombreuses personnalités[65].

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Baden porte les noms de 10 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale; parmi eux Jean Le Mouroux, lieutenant de vaisseau, victime de l'incendie de son bâtiment, le Primauguet lors de l'Opération Torch le dans le port de Casablanca (Maroc) et Pierre Le Guénégal, résistant FFI, fusillé au fort de Penthièvre le [60].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason ville fr Baden (Morbihan).svg

Les armoiries de Baden se blasonnent ainsi :

D’azur à trois coquilles d’or ; au chef d’hermine.
(Armes de la famille de Rolland augmentées du chef de Bretagne). Conc. L. Ermoy

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Baden.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean Le Vigouroux    
1815 1821 Jean Jacob[Note 13]   Laboureur. Ancien chouan, membre de l'Armée catholique et royale de Bretagne.
1821 1830 François Dondel[Note 14]   Officier (capitaine d'infanterie en 1808)[66]. Habitait le château de Kergonano.
1830   Vincent Bourdé[Note 15]   Paludier, marin, laboureur.
1833 1837 Pierre Le Gouguec[Note 16]   Cultivateur
1837 1864 Jean Marie Le Gouguec[Note 17]   Cultivateur ; propriétaire.
1864 1871 François Olivier Dondel de Kergonano[Note 18]   Trésorier du duc de Bordeaux. Fils de François Dondel, maire jusqu'en 1830[66].
1871 après 1904 Joseph Selo[Note 19]   Capitaine au long cours.
1919 1945 Joseph Le Brix[Note 20]   Quartier-maître. Père de l'aviateur Joseph Le Brix.
         
21 mars 1971 19 mars 1989 Raymond Le Corre[Note 21]   Commandant marine de commerce.
19 mars 1989 30 mars 2014 Maurice Nicolazic[67] DVG  
30 mars 2014 4 juillet 2020 Michel Bainvel[68] SE Retraité
4 juillet 2020 En cours Patrick Eveno[69]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[71].

En 2018, la commune comptait 4 362 habitants[Note 22], en augmentation de 0,37 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0632 0632 2882 5342 7422 6522 6442 7392 652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8112 6752 6332 6392 6762 7332 7752 7792 716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7272 7652 8702 8482 1452 0951 9821 9601 896
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 8691 8441 9572 3692 8443 3603 8993 9764 260
2017 2018 - - - - - - -
4 3404 362-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[72].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2017 66 % (en tout 1 990 logements) des logements de Baden étaient des résidences principales , 28 % (en tout 843 logements) des résidences secondaires, 6 % étant des logements vacants[73].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le roi Stevan, mendiant et prophète du XVIIIe siècle, serait mort à Baden en 1775.
  • Joseph Le Leuch s'installe secrètement à Baden, chez l'ancien maire Jean Le Vigouroux pendant la Chouannerie.
  • Joseph Le Brix (1899, Baden - 1931, Oufa, Russie), aviateur français.
  • Gaël Danic (né en 1981), footballeur professionnel, a joué à l'ASC Baden.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune de Baden possède au nombre de ses commerces, les bars « Les 7 îles », « Les Kerguelen » et le « Trait d'Union ».

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il existe, sur la commune, des parcs à huitres et un golf, lesquels figuraient ou étaient cités sur la flamme postale de la localité du début des années 1990.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Les îles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Personnes en âge de communier.
  8. Jean Le Vigouroux, né le au Ter en Baden, laboureur, décédé le au Ter en Baden.
  9. Yves de Keralbaud, seigneur de Cardelan, Trévras et autres lieux
  10. René Joseph de Lantivy Trédion, baptisé le à Ploërmel, fusillé à Vannes le .
  11. Pierre Le Pontois, né le à Lorient, négociant, décédé le à Baden.
  12. Bassin de marais salant en forme de rectangle, sur laquelle on fait évaporer l'eau de mer et où on recueille le sel.
  13. Jean Jacob, né le à Baden, décédé le à Baden.
  14. François Olivier Dondel, né le à Vannes, aide de camp du général de Floirac (commandant de l'Armée catholique et royale de Bretagne en 1815), décédé le à Kergonano en Baden.
  15. Vincent Bourdé [Le Bourde],né le à La Saline en Baden, décédé le au bourg de Baden.
  16. Pierre Le Gouguec, né le à Kefanc en Baden, décédé le à Kefanc en Baden.
  17. Jean Marie Le Gouguec, né le à Keilio en Baden, décédé le à Kerlio en Baden.
  18. François Olivier Dondel de Kergonano, né le à Vannes, lieutenant des gardes mobiles du Morbihan en 1870, décédé en 1894.
  19. Joseph Marie Selo, né le à Baden, décédé le à Baden.
  20. Joseph Le Brix, né le à Mériadec en Baden, décédé le à Baden.
  21. Raymond Le Corre, né le au bourg de Baden, décédé le à Auray.
  22. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Barrois, Le bassin du Ménez-Bélair "Annales de la Société géologique du Nord", 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57748152/f215.image.r=Kergonano?rk=793995;2
  2. Alfred Lacroix, "Minéralogie de la France et de ses colonies", tome 2, 1893-1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3078931n/f9.image.r=Kergonano?rk=901292;0
  3. https://www.golfedumorbihan.bzh/fiche/port-blanc-baden/
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2021)
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 16 juillet 2021)
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le 16 juillet 2021)
  10. « Station Météo-France Larmor-Baden - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 16 juillet 2021)
  11. « Orthodromie entre Baden et Larmor-Baden », sur fr.distance.to (consulté le 16 juillet 2021).
  12. « Station Météo-France Larmor-Baden - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 16 juillet 2021).
  13. « Orthodromie entre Baden et Séné », sur fr.distance.to (consulté le 16 juillet 2021).
  14. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  15. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juillet 2021)
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  19. « Unité urbaine 2020 de Baden », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 31 mars 2021).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur insee.fr (consulté le 31 mars 2021).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  24. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  25. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  26. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 3 mai 2021)
  28. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 3 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. https://www.decouvrirbaden56.fr/p/toponymie_21.html
  31. a b c d e f g h et i http://www.infobretagne.com/baden.htm
  32. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00091014
  33. Charles Schleicher, Le préhistorique français au British Museum, revue "L'Homme préhistorique", n° de juillet 1926, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58607675/f13.image.r=Kergonano?rk=407727;2
  34. Bouix, La Pointe Le Blaire, en Baden, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1941
  35. Notice du Musée d'Histoire et d'Archéologie de Vannes
  36. Alain Dag'Naud, Lieux insolites et secrets de toutes les Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, (lire en ligne), p. 24
  37. a b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist01og/page/50/mode/2up
  38. Jacques-Marie Le Claire, "L'ancienne paroisse de Guer", 1915, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1653155/f278.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=6974283;2
  39. http://www.infobretagne.com/seigneurie-argoet.htm
  40. Jean Gallet, "Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution", éditions Ouest-France Université, 1992, (ISBN 2-7373-1023-7).
  41. Léon Maître, "Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Loire-Inférieure", tome 1er, 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k920138p/f115.image.r=Keralbaud?rk=407727;2
  42. J.-M. Mouillard, "Vie de saint Vincent Ferrier", 1856, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62124266/f148.image.r=Keralbaud?rk=429186;4
  43. https://www.decouvrirbaden56.fr/p/chapelles.html
  44. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 12-13,DEZ-DREG", 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5815966m/f83.item.r=Kergonano
  45. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://www.google.fr/books/edition/Dictionnaire_historique_et_g%C3%A9ographique/DI8DAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&printsec=frontcover (page 64)
  46. Xavier de Pétigny, "Un bataillon de volontaires (3e bataillon de Maine-et-Loire), 1792-1796", 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6367409v/f301.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=2660957;2
  47. Gustave de Closmadeuc, "Quiberon, 1795 : émigrés et chouans, commissions militaires, interrogatoires et jugements", 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k72925q/f478.item.r=Baden%20(Morbihan)
  48. Gustave de Closmadeuc, "Quiberon, 1795 : émigrés et chouans, commissions militaires, interrogatoires et jugements", 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k72925q/f479.item.r=Baden%20(Morbihan)
  49. Association pour le développement du tourisme et des loisirs à Larmor-Baden (Morbihan), "Larmor-Baden sous la Révolution : chronique anecdotique : 1788-1799", 1989
  50. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://www.google.fr/books/edition/Dictionnaire_historique_et_g%C3%A9ographique/DI8DAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&printsec=frontcover (page 63)
  51. http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/manoir-puis-chateau-du-rohello-baden/8e8cbc62-c13b-4a9e-96e0-934ee43b4b21#historique
  52. France. Ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, "Enquête sur les sels", 1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k850928b/f43.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=7060120;4 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k850928b/f84.item.r=Baden%20(Morbihan)
  53. Henri Carion, "Voyage à Wiesbaden, suivi de la Cause de l'appel au peuple défendue devant Henri de France", 1850, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727208d/f38.item.r=Baden%20(Morbihan) et "Quelques jours à Wiesbaden", 1850, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57272003/f41.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=7382010;4
  54. "Journal officiel de la République française", n° du 1er mars 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6253055z/f33.item.r=Baden%20(Morbihan)
  55. Paul de Léséleuc de Kérouara, "Cinq jours à Lucerne : adresse de la jeunesse française remise à Mgr le comte de Chambord, le 14 novembre 1871", 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54607461/f32.image.r=Kergonano?rk=42918;4
  56. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 12-13,DEZ-DREG", 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5815966m/f84.image.r=Kergonano?rk=214593;2
  57. Émile Cheysson, "La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements", n° 57, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829564x/f15.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=751076;4
  58. "Bulletin des congrégations", n° du 6 septembre 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57563941/f6.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=5622345;2
  59. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 8 mars 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6338308k/f4.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=493564;4
  60. a et b https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=56008&pays=France&dpt=56&idsource=44377&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  61. « Nos futurs chemins de fer », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 5 (lire en ligne sur Gallica, consulté le 9 avril 2021)
  62. https://archives.morbihan.fr/voyagez-dans-le-temps/une-base-arriere-des-americains
  63. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64603656/f1.item.r=Baden%20(Morbihan)
  64. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 10 mai 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6574480/f1.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=193134;0w
  65. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 30 septembre 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658686h/f1.item.r=Baden%20(Morbihan) et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658686h/f5.image.r=Baden%20(Morbihan)?rk=429186;4
  66. a et b Joseph Rousse, "Notes sur les familles Lequéré et Roger de Bissin", 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k930231k/f7.item.r=Baden%20(Morbihan)#
  67. https://www.ouest-france.fr/bretagne/baden-56870/maurice-nicolazic-ancien-maire-mis-lhonneur-avec-humour-3066127
  68. https://www.ouest-france.fr/bretagne/baden-56870/le-parcours-et-les-projets-de-michel-bainvel-le-nouveau-maire-2146647
  69. « Conseil municipal : Michel Bainvel passe la main à Patrick Eveno », sur Le Télégramme, (consulté le 6 juillet 2020).
  70. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  72. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  73. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-56008#figure-6-2
  74. Site officiel : museedebaden.fr.
  75. http://www.baden.fr/218-tourisme/2410-patrimoine/1137-chateau-de-kergonano.html
  76. http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/manoirs-morbihan-manoir-a-baden-manoir-de-toulvern.html