Louis-Gaston de Sonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonis.
Officier général francais 3 etoiles.svg Louis-Gaston de Sonis
Louis-Gaston de Sonis dans les années 1870.
Louis-Gaston de Sonis dans les années 1870.

Naissance
à Pointe-à-Pitre ,
Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe
Décès (à 61 ans)
à Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1825-1883
Conflits Guerre de 1870
Commandement 17e Corps d'armée de l'armée de la Loire
Faits d'armes Bataille de Loigny
Distinctions Grand Officier de la légion d'honneur[1]

Louis-Gaston de Sonis, comte romain et de Sonis (1er, 1880), né à Pointe-à-Pitre le et mort à Paris le , est un officier de l'armée française qui s'est particulièrement illustré lors de la bataille de Loigny durant la guerre de 1870, où il perdit une jambe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à la Guadeloupe où son père était officier, il s'installe en métropole au Prytanée militaire pour y faire ses études[2]. Il intègre le collège de Juilly puis l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, à la sortie de laquelle il rejoint l'École d'application de Cavalerie à Saumur. Il en sort sous-lieutenant et rejoint le 5e régiment de hussards basé à Castres.

Sollicité par ses camarades de s'affilier à la franc-maçonnerie, ignorant les condamnations de l'Église qui la frappent, il est initié par la loge maçonnique du Grand Orient de France et s'affilie dès son arrivée en 1848 à la très républicaine loge l’Harmonie universelle à Castres. Remplaçant régulièrement le 1er surveillant, il est élu 2e maître des cérémonies le 16e jour du 10e mois de 5848 (16 décembre 1848). Il claque avec fracas la porte de cette organisation quelques mois plus tard : « […] c'est un piège ! […] Vous n'avez pas tenu vos promesses ; je suis délié des miennes. Vous ne me reverrez plus. Bonsoir ! » De son passage de neuf mois dans la franc-maçonnerie, il conserve un mauvais souvenir et déconseillera plus tard à ses fils d'y adhérer : « Le père de famille veillera avec soin à ce qu'aucun des siens ne fasse partie d'une société secrète » (Mémoire).

Il épouse le 18 avril 1849, à Castres, Jenny Antoinette Anaïs Roger, née à Saissac (Aude) le 29 juillet 1831, fille de Jean Louis Prosper Roger, avocat et notaire à Castres, et de Françoise Antoinette Aglaé Meyran, qui lui donnera 12 enfants : Marie (1850), Gaston (1851), Henri (1853), Albert (1854), Marie-Thérèse (1857), Madeleine (1858), Marthe-Carmel (1861), Joseph (1863), Jean-Marie 1864), Germaine[3] (1866), François (1867), Philomène (1869). Elle lui survivra 40 ans et décédera à Chartres le 21 janvier 1927.

Après Paris, puis Limoges, il est nommé capitaine en 1854 et quitte Limoges pour l'Algérie. Il s'établit à Alger et participe à l'expédition de la Kabylie lors de la campagne de 1857. Après l'attaque d'El-Amiz et la soumission des Beni-Raten, il conduit une messe d'action de grâces. Louis-Gaston de Sonis est ensuite désigné pour la campagne d'Italie de mai à août 1859. Il commande la charge de son escadron lors de la bataille de Solférino. En octobre 1859, il se porte volontaire pour la campagne du Maroc, durant laquelle son principal ennemi sera le choléra. En 1860, Sonis est nommé commandant supérieur du cercle de Tenez, puis de Laghouat et enfin de Saïda. En 1865 il participe au combat de Metlili et conduit une expédition dans le désert en 1866. En 1869, il dirige le combat d'Ain-Madhi.

De retour en France dans le contexte de la guerre de 70-71, il est nommé général[4] commandant le 17e Corps d'armée de l'armée de la Loire. Il est à Rennes (1871-1874), Saint-Servan (1874-1880), Châteauroux et Limoges (1880-1883), ne se mettant en disponibilité, malgré ses douloureux problèmes physiques, que du fait de son refus de participer à la désagrégation des communautés religieuses à laquelle l'armée et donc les troupes sous son commandement doivent prêter main forte. Sonis est fait grand officier malgré lui : il veut se retirer de la vie publique et militaire, mais le général Gallifet refuse sa démission. Les quatre dernières années de sa vie se passent à Paris dans une atmosphère très religieuse.

Cet officier très pieux est connu aussi pour avoir combattu en 1870 à la tête des Zouaves pontificaux et des Volontaires de l'Ouest sous l'étendard du Sacré-Cœur de Jésus et la devise Miles Christi (soldat du Christ), aux côtés du futur général de Charette. Grièvement blessé lors du combat, il passa la nuit, par -20°, sur le champ de bataille de Loigny à rassurer les soldats blessés eux aussi autour de lui. On lui amputa la jambe le 4 décembre 1870[5]. Il est anobli par le pape Léon XIII et titré « comte romain et de Sonis » en 1880.

Il est le beau-frère de Charles Flandin, docteur en médecine, père d'Étienne Flandin, magistrat, député de l'Yonne puis sénateur des Indes françaises, puis résident général de France en Tunisie lui-même père de Pierre-Étienne Flandin, 113e président du Conseil des ministres français.

Postérité[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative apposée au no 2 de la rue de Sontay à Paris, où mourut le général de Sonis.
  • Tous les ans, le dimanche le plus proche du 2 décembre, a lieu une cérémonie officielle à Loigny-la-Bataille pour rendre hommage au général de Sonis et aux autres combattants. Il s'agit de la dernière commémoration présidée par des autorités militaires et civiles à se perpétuer pour une bataille de la guerre de 1870.
  • Depuis 2002, la corniche de l'ICES porte le nom du général de Sonis.
  • Chaque année est organisée une marche de Fains la Folie à Loigny-la-Bataille, en l'honneur et pour prier pour la béatification du général de Sonis, quelques semaines avant la Pentecôte.
  • Le site de 9 hectares d'une des anciennes casernes militaires d'Orléans, devenu une ZAC, porte le nom de « Quartier Sonis[6] ».
  • Un grand voilier trois mâts, construit en 1902 par la Société nouvelle d’armement pour la Compagnie française de navigation a porté le nom de « Général de Sonis[7] ». Il a été détruit en 1932.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Léonore.
  2. Selon A. Bessières, Sonis n'a pas été au Prytanée mais au collège Bourbon puis à Stanislas sur conseil d'un ami de son père, malheureusement transféré à la pension d'un certain monsieur Dufour avant que de rejoindre Juilly.
  3. Ancienne carmélite de Laval en 1892, elle devient prieure du carmel de Rouvray en Belgique.
  4. Confirmé à l'unanimité par la commission de révision des grades en 1871 à la suite de la commission d'enquête - Albert Bessieres « Sonis » éd. Beauchesne et fils 1946.
  5. Cette amputation fut réalisée par le docteur Georges Dujardin-Beaumetz, qui avait parmi ses aides l'aide-major Philippe-Michel Labrousse. L'on peut en lire le récit dans : Bataille de Loigny-Pourpry, 2 décembre 1870, au point de vue du service de santé, par Ladislas-Xavier Gorecki, Paris : R. Chapelot, 1901, in-8°, pp.28-30 [1].
  6. « Sonis, un quartier plus qu'un chantier », La République du Centre, 27 mai 2013.
  7. Les voiliers de la Société Nouvelle d'Armement et de la Société Générale d'Armement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques de la Faye, Histoire du Général de Sonis, Bloud et Barral, Paris, 1890
  • Mgr Louis Baunard, Le Général de Sonis d'après ses papiers et sa correspondance, Poussielgue, Paris, 1890
  • P. de Hazel, Le général Gaston de Sonis, J. Lefort, 2e édition, 1894
  • Jean des Marets, Le Général de Sonis, préface d'Émile Baumann, Fernand Sorlot, Paris, 1934
  • Albert Bessières S.J, Sonis, Beauchesne et ses fils, Paris, 1946
  • Maurice Briollet, Le Général Gaston de Sonis et sa descendance, R. Madiot, Laval, 1969
  • Francine Dessaigne, Sonis, mystique et soldat, Nouvelles éditions latines, Paris, 1988 (ISBN 2-7233-0373-X)
  • Gérard Bedel, Sous la bannière du Sacré Cœur le Général de Sonis, DEL, 1997 (ISBN 2-911009-04-5)
  • Gérard Bedel, Le général de Sonis, Via Romana, Versailles, 2012 (ISBN 979-10-90029-16-3)
  • Claude Mouton-Raimbault, La Franc-maçonnerie et le général de Sonis. Réfutation d’un mémoire, Saint-Laurent-sur-Sèvre, éditions de Chiré, 1988, 156 p.
  • Amédée Delorme, Deflandre et Sonis, 1870, librairie militaire E. Dubois, 1893 [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]