Le Tour-du-Parc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tour.
Le Tour-du-Parc
La plage de Roch Vétür
La plage de Roch Vétür
Blason de Le Tour-du-Parc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Séné
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes agglomération
Maire
Mandat
François Mousset
2014-2020
Code postal 56370
Code commune 56252
Démographie
Gentilé Parcais, Parcaise
Population
municipale
1 221 hab. (2014)
Densité 131 hab./km2
Population
aire urbaine
12 712 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 36″ nord, 2° 38′ 39″ ouest
Altitude 12 m (min. : 0 m) (max. : 17 m)
Superficie 9,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Le Tour-du-Parc

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Le Tour-du-Parc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Tour-du-Parc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Tour-du-Parc
Liens
Site web Site officiel de la commune

Le Tour-du-Parc [lətuʁdypaʁk] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Son nom breton est Tro-Park [tʁoˈpaʁk].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

C'est une commune limitrophe de la rivière de Pénerf, donc l'activité ostréicole y est importante (route de l'huître),

Elle est située au sud-est de la presqu'île de Rhuys. Elle est limitrophe avec les communes de Surzur au nord, Sarzeau à l'ouest et au sud, et Damgan à l'est.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune du Tour-du-Parc bénéficie d'un climat océanique particulièrement doux en raison de la proximité avec le golfe du Morbihan.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune du Tour-du-Parc est voisine de la Rivière de Pénerf, et de nombreux ruisseaux alimentés par cette ria sont présents.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Encore dépourvue de pistes cyclables il y a quelques années, la commune du Tour-du-Parc a achevé, en partenariat avec la commune de Saint-Armel, à l'été 2009, la création d'une piste cyclable du bourg du Tour-du-Parc à Saint-Armel, ce qui permet de rejoindre depuis Le Tour-du-Parc les nombreuses pistes cyclables de la presqu'île de Rhuys.

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Principaux hameaux, lieux-dits ou écrats situés sur la commune du Tour-du-Parc :

  • Le Bourg (chef-lieu de commune)
  • Pen Cadenic
  • Caden
  • Belle-Croix
  • Toulcaden
  • Le Pont-Neuf
  • Le Grand Mare
  • Kerjambet

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Troenparc dès 1543. Le Tour-du-Parc, en breton Tro-Park.

Son toponyme vient de l'ancien parc du château de Suscinio. Le Tour-du-Parc est un simple secteur géographique, un lieu-dit, son territoire touche le mur, encore visible par fragments, du grand enclos servant jadis de réserve de chasse au château de Sucinio[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Rhuys fut démembrée au VIe siècle en quatre paroisses : Arzon à l'ouest, Ilur au nord, Saint-Démètre à l'est (dans l'actuel quartier de Penvins), et Saint-Goustan au sud, qui forma en grande partie la commune Saint-Gildas-de-Rhuys. Puis vers l'an mille, les paroisses furent une nouvelle fois modifiées avec la création de celle de Sarzeau[2]. Le village du Tour-du-Parc, autrefois dénommé Kervahuet, dépendait de la paroisse de Sarzeau.

Le Tour-du-Parc fut érigé en paroisse en 1841, et devint une commune en 1864.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Tour-du-Parc (Morbihan) 1.svg

Les armoiries de Le Tour du Parc se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d’hermine plain et au second parti au I de gueules à la croix de la Fontaine Saint-Clair du lieu d’or, au II d’azur semé de billettes d’argent ; à deux demi-fasces crénelées de deux pièces d’or brochant sur la ligne de partition, et à une fasce alésée crénelée de tois pièces du même, brochant aussi sur la ligne de partition et sur la partie inférieure des deux demi-fasces.

Blason ville fr Le Tour-du-Parc (Morbihan).svg

Autre version rencontrée:

Coupé : au un) parti d’hermine et de gueules à une croix de la fontaine Saint Clair d’or; au deux) d’azur à quatorze billettes d’argent, quatre, trois, quatre et trois.

Nuvola apps important square.svg
Différences entre dessin et blasonnement : La croix est une croix simple. Cette erreur vient de la source[3]..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie du Tour-du-Parc.jpg

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Camille Le Joubioux    
2008 2014 Georges Sarasin    
2014 en cours François Mousset    


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 221 habitants, en augmentation de 10,5 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 100 1 055 752 786 706 705 646 640 646
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
638 532 479 414 445 429 435 483 502
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 - -
583 571 672 741 889 1 105 1 221 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'année 2014 marque les 150 ans de la commune, fondée en 1864. À cette occasion, une fête a eu lieu les 12 et 13 juillet 2014.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune contient :

  • Un bar-tabac ;
  • Une petite surface de proximité (Carrefour Contact) ;
  • Un boulangerie ;
  • Deux campings dont un municipal (Roch Vertur) et l'autre privé (Le Cadran Solaire).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux
L'église du Tour-du-Parc.
  • Le calvaire de la mission sur la place de l'église ;
  • L'église Saint Vincent Ferrier (XIXe siècle), en forme de croix latine ;
  • L'ancienne chapelle Saint-Clair attachée au prieuré (disparue), elle était autrefois sous le vocable de Saint-Michel ;
  • Le prieuré de Lauglenec, dépendant de l'abbaye Saint-Gildas de Rhuys, aujourd'hui disparu ;
  • La croix de Caden (1806) ;
  • Les croix du bourg, datant du (XIXe siècle).
Civils
Pen Cadenic, vu de Damgan
  • Le manoir de Caden (XIIIe siècle-XVe siècle), cité pour la première fois en 1378, et sa chapelle (XVe siècle-XVIe siècle). Ce manoir fut la propriété d'officiers ducaux et, au XVIIe siècle, du gouverneur de Suscinio. La tour carrée fut ajoutée en 1641. Cette demeure est aujourd'hui un musée avec un jardin botanique, potager et son jardin de sorcellerie qui se visite sur réservation ;
  • Le parc à huîtres du XIXe siècle ;
  • La fontaine Saint-Clair, surmontée d'une croix celtique ;
La fontaine Saint-Clair et son lavoir
  • La maison de Rouvran (XIXe siècle) ;
  • La maison du Pont-Neuf (1784).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michèle Bourret, Le patrimoine des communes du Morbihan, Volume 1
  2. Dom Morice, Reuuisii pagus, mons et castrum in monte.
  3. "l'armorial du Morbihan" de Froger et Pressensé
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :