Plescop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plescop
Plescop
Chapelle Notre-Dame de Lézurgan.
Blason de Plescop
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Loïc Le Trionnaire
2020-2026
Code postal 56890
Code commune 56158
Démographie
Gentilé Plescopais, Plescopaise
Population
municipale
5 999 hab. (2018 en augmentation de 11,73 % par rapport à 2013)
Densité 257 hab./km2
Population
agglomération
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 59″ nord, 2° 48′ 17″ ouest
Altitude 50 m
Min. 17 m
Max. 67 m
Superficie 23,35 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vannes
(banlieue)
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vannes-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plescop
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Plescop
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plescop
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plescop
Liens
Site web Site officiel de la commune de Plescop

Plescop [plɛskɔp] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plescop fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

La commune de Plescop est entourée des communes de Grand-Champ, Meucon, Saint-Avé, Vannes, Ploeren, Pluneret et Plumergat.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 928 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Ave », sur la commune de Saint-Avé, mise en service en 1993[7] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,7 °C et la hauteur de précipitations de 994,7 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 10 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[11] à 12,4 °C pour 1991-2020[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Plescop est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vannes, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[16] et 79 795 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 8,6 % 202
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 2,3 % 55
Terres arables hors périmètres d'irrigation 49,7 % 1166
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 17,8 % 417
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 15,9 % 373
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 1,4 % 32
Forêts de feuillus 1,1 % 25
Forêts de conifères 2,6 % 60
Forêts mélangées 0,6 % 14
Source : Corine Land Cover[21]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme Ploescob en 1365[22].

Pleskob en breton prononcé [pleˈʃkwɔp].

L'origine de son nom vient du breton « plou » qui signifie paroisse et du breton « eskob » (du latin episcopus, lui-même dérivé du grec ancien ἐπίσκοπος (episkopos) qui dans le cas présent se réfère à l'évêque). Étymologiquement parlant, Plescop serait donc « la paroisse de l'évêque ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'évêque de Vannes y possédait une résidence à Kérango. Les évêques du diocèse de Vannes venaient habituellement y séjourner l'été.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1887 une délégation des royalistes de Vannes, d'Arradon, de Plescop, de Sarzeau, de Theix, de l'Île-aux-Moines et de Saint-Avé se rendit à Jersey afin d'y rencontrer le comte de Paris qui y était en exil[23].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Plescop (Morbihan).svg

Énoncé héraldique :

Ecu d’argent à la fasce de gueules chargée de trois besants d’or, et accompagnée de six mouchetures d’hermine de sable.

Le blason de Yves de Pontsal a été adopté lors du Conseil Municipal du 24 octobre 1986.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1808 Jean Boleis    
1808 1816 Jean Riguidel    
1817 1835 Joachim Chapelain    
1835 1848 Jean Guyodo    
1848 1850 Vincent Le Meitour    
1850 1871 Marc Madec    
1871 1908 Joachim Dano    
1908 1925 Jean-Mathurin Le Roy    
1925 1929 Joseph Laigo    
1929 1953 Jean-Mathurin Guillevic    
1953 1959 Henri Oliviero    
mai 1959 janvier 1986[24]
(démission)
Roger Le Studer   Agriculteur
1986 1989 Gérard Cadeau    
mars 1989 mars 2004
(démission)
Jean Lévêque PS Ancien directeur adjoint de la CPAM du Morbiban
mars 2004 mars 2014 Nelly Fruchard UDB Enseignante
mars 2014
Réélu en 2020[25]
En cours Loic Le Trionnaire DVG Cadre supérieur à la CPAM du Morbihan
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2018, la commune comptait 5 999 habitants[Note 6], en augmentation de 11,73 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8491 2208021 0051 0059209331 0131 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9881 0151 1491 1161 1731 2361 2421 2461 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1371 1471 1001 0641 0509481 0071 0461 030
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0891 2091 8572 6782 9663 6714 1664 6795 647
2018 - - - - - - - -
5 999--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

  • L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .
  • La commune a reçu le label de niveau 1 de la charte le puis le label de niveau 2 le .
  • À la rentrée 2017, 61 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 9,4 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[30].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Saint-Ave - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Plescop et Saint-Avé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Saint-Ave - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Plescop et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Vannes », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  22. Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1042.
  23. Journal La Petite Presse, n° du 5 juillet 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4723772v/f1.image.r=Arradon?rk=21459;2
  24. Il quitte ses fonctions le 24 janvier 1986 pour raisons de santé et devient deuxième adjoint. [1]
  25. « Municipales à Plescop. Loïc Le Trionnaire conforté dans son rôle de maire », sur Maville.com, (consulté le ).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :