Séné (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séné.
Séné
La maison Rose, repère maritime de l'entrée de la rivière de Vannes.
La maison Rose, repère maritime de l'entrée de la rivière de Vannes.
Blason de Séné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Séné
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes agglomération
Maire
Mandat
Luc Foucault
2014-2020
Code postal 56860
Code commune 56243
Démographie
Gentilé Sinagot
Population
municipale
8 852 hab. (2014)
Densité 444 hab./km2
Population
aire urbaine
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 14″ nord, 2° 44′ 09″ ouest
Altitude 15 m (min. : 0 m) (max. : 21 m)
Superficie 19,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Séné

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Séné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Séné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Séné
Liens
Site web Site de la mairie

Séné [sene] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Séné est une commune située au fond du golfe du Morbihan, limitée à l’ouest par la ville de Vannes et à l’est par la commune de Theix dont elle est physiquement séparée par la rivière de Noyalo. Sa superficie est de 2 000 ha. Elle est entourée par 47 km de trait de côtes particulièrement découpées, avec de nombreuses petites plages et ports.

La position de Séné, à la fois maritime et terrestre, a fait de ses habitants une population de marins et d’agriculteurs.

Les marins naviguaient autrefois sur des barques à fond plat et à deux voiles rouges appelés « sinagots ». La pêche les conduisait selon la saison à draguer les coquillages sur les vasières du golfe, à pêcher avec des casiers au printemps la seiche, appelée localement « morgat ». La pêche se pratiquait également au filet, au large, sur plusieurs jours, entre la baie de Quiberon et Le Croisic, jusqu'à l’embouchure de la Vilaine où se pêchait la civelle.

Dans les nombreux villages entourant le bourg de Séné, la culture du chou-pomme a été longtemps la principale activité, ce jusque dans les années 1950-1960, avec l’élevage de vaches laitières. Il y a aujourd’hui beaucoup moins de fermes et les agriculteurs ont évolué vers des cultures maraîchères, certaines ont acquis le label « Bio ».

Séné compte quatre îles :

Le territoire communal compte également quelques roches qui ne sont jamais recouvertes par la marée, comme Le Grafol (dans la rivière de Vannes) ou l'îlot de Boëd sur lequel était sis un poste de guet des douanes.

Les anciens marais salants (près de 220 ha) sont devenus depuis peu un havre de paix pour des milliers d'oiseaux migrateurs ou nicheurs de la région. La réserve naturelle des Marais de Séné à Falguéréc organise des balades naturalistes.

Séné est séparée de la presqu'île de Rhuys par la rivière de Noyalo. Le passage Saint-Armel permettait autrefois de traverser la rivière.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Un plan local d'urbanisme a été établi en février 2011. Révisé à 4 reprises jusqu'en 2016, il est toujours en vigueur. Il prévoit notamment la rénovation d'une zone d'aménagement concertée dans le quartier nord très urbanisé du Poulfanc. Compte-tenu de la situation littorale de Séné sur le Golfe du Morbihan, de la présence de zones d'estran, de marais, et d'îles, il accorde une large part à la prévention des risques d'inondation et de submersion. Un accent est mis sur le maintien ou la création de voies de circulation douces, interdites aux voitures et de sol perméable. En termes de paysage, le PLU comporte plusieurs mesures relatives au style du bâti dans les zones de caractère ancien, ainsi qu'une limitation de la flore autorisée dans les haies et jardins, soit en raison de son caractère invasif, soit de son caractère exotique[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En breton le nom de la commune est Sine, forme attestée en 1731 et sous la forme Sene en 1387. Le nom serait relatif à un homme seul[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de peuplement à Séné remontent à l'époque néolithique. Quelques vestiges de mégalithes (dolmens et tumulus sont encore visibles de cette époque à Gornevèze et sur l'île de Boëd. Ces premières installations ont pu être datées, grâce à ces vestiges, au Ve millénaire av. J.-C..

Les Vénètes s'installèrent ensuite au Ve siècle av. J.-C. sur le territoire qui allait devenir le Vannetais. Leur capitale était située à Locmariaquer. Leur défaite en -56, face à l'armée romaine, incorpore de facto l'Armorique aux conquêtes de Rome. Des vestiqes de l'époque gallo-romaine ont par ailleurs été découverts sur la commune : tuiles à rebords (tegulae) et restes de fours à augets.

Le Moyen Âge voit la multiplication de seigneries sur le nord du territoire sinagot, du fait de son rattachement au domaine ducal vannetais : Lestrénic, Auzon, Cano, Barrarac'h... qui vont donner leurs noms aux villages actuels.

La majorité de la population, déçue par les nouvelles réformes des révolutionnaires (et notamment la Constitution civile du clergé), supportera la chouannerie, sans pour autant participer aux actions armées qui eurent lieu plus au nord. En 1790 est créé le département du Morbihan, dont Séné devient une commune.

Aujourd'hui, les Sinagots ont perdu leur identité maritime. Bien sûr, les sinagots, ces navires à fond plat et voiles rouges, naviguent toujours dans le golfe. Les anciens marais salants sont devenus réserve naturelle, propriété du Conservatoire du littoral. La pêche décline, l'activité ostréicole également. On ne compte plus à Port-Anna qu'une dizaine d'unités de pêche, travaillant essentiellement à la ligne ou au casier. Séné est désormais devenue une commune périurbaine qui tente de protéger son riche patrimoine, tant culturel, que naturel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1941 Henri Ménard    
1941 1944 René Fayet    
1944 1945 Henri Ménard    
1945 1947 Eugène Benoit    
1947 1953 Olivier Tamareille    
1953 1967 Alphonse Le Derf    
1967 1971 Louis Uguen    
1971 1980 Albert Guyomard    
1980 1983 Daniel Mallet DVG  
1983 1988 Francis Pouligo DVD  
1989 2001 Marcel Carteau PS  
2001 2008 Patrick Salic UMP  
2008 en cours Luc Foucault MRC  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 8 852 habitants, en augmentation de 3,81 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 667 1 890 1 816 1 846 1 899 2 391 2 476 2 517 2 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 554 2 707 2 815 2 702 2 849 2 943 2 868 2 918 2 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 780 2 860 2 801 2 590 2 440 2 243 2 091 2 030 2 017
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
2 353 2 744 3 596 4 599 6 180 7 868 8 126 8 821 8 852
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Groupe dans les anciennes salines de Séné.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Recteurs de Séné[modifier | modifier le code]

Les recteurs de Séné
Nom et prénom
Michel Gicquello 2013-
Alberto Lequitte 2003-2013
Maurice Guillerme 1991-2003
Alphonse Chauvin 1980-1991
Joseph Le Roch 1968-1980
Joseph Gouzerh 1958-1968
François-Marie Corlobé 1956-1958
François-Marie Poezivara 1932-1956
Pierre-Joseph Ollier 1914-1932
Désiré Bellego 1901-1914
Georges Le Buon 1877-1901
Denis Le Sabazec 1695-1700

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Séné (Morbihan).svg

Les armoiries de Séné se blasonnent ainsi :

D'azur à un sinagot de sable habillé de gueules, adextré d'un pal de sinople chargé d'un échassier contourné d'argent, becqué et membré de sable, soutenu d'une champagne ondée d'argent, au comble d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermine de sable.
(Le sinagot est un bateau de pêche typique du golfe du Morbihan. Les habitants de Séné s'appellent « Les Sinagots ».)

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .

Le 28 novembre 2011 a été remis à la commune le label Ya d’ar brezhoneg de niveau 1.

À la rentrée 2016, 44 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 7,1 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. PLU de Séné - règles écrites Version du 28 janvier 2016
  2. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, p. 113 [1]
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Michel Rocard a habité Séné (Morbihan) pendant près de 30 ans [vidéo] », sur Ouest-France,‎ (consulté le 9 juillet 2016)
  8. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :