Séné (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Séné
Séné (Morbihan)
La maison Rose, repère maritime de l'entrée de la rivière de Vannes.
Blason de Séné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Sylvie Sculo
2020-2026
Code postal 56860
Code commune 56243
Démographie
Gentilé Sinagot
Population
municipale
8 946 hab. (2018 en augmentation de 1,42 % par rapport à 2013)
Densité 449 hab./km2
Population
agglomération
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 14″ nord, 2° 44′ 09″ ouest
Altitude 15 m
Min. 0 m
Max. 21 m
Superficie 19,94 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Vannes
(banlieue)
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Séné
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Séné
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Séné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Séné
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Séné
Liens
Site web http://www.sene.bzh

Séné [sene] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Séné est une commune située au fond du golfe du Morbihan, limitée à l’ouest par la ville de Vannes et à l’est par la commune de Theix dont elle est physiquement séparée par la rivière de Noyalo. Sa superficie est de 2 000 ha. Elle est entourée par 47 km de trait de côtes particulièrement découpées, avec de nombreuses petites plages et ports.

Séné fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

La position de Séné, à la fois maritime et terrestre, a fait de ses habitants une population de marins et d’agriculteurs.

Les marins naviguaient autrefois sur des barques à deux voiles rouges appelés « sinagots ». La pêche les conduisait selon la saison à draguer les coquillages sur les vasières du golfe, à pêcher avec des casiers au printemps la seiche, appelée localement « morgat ». La pêche se pratiquait également au filet, au large, sur plusieurs jours, entre la baie de Quiberon et Le Croisic, jusqu'à l’embouchure de la Vilaine où se pêchait la civelle.

Dans les nombreux villages entourant le bourg de Séné, la culture du chou-pomme a été longtemps la principale activité, ce jusque dans les années 1950-1960, avec l’élevage de vaches laitières. Il y a aujourd’hui beaucoup moins de fermes et les agriculteurs ont évolué vers des cultures maraîchères, certaines ont acquis le label « Bio ».

Séné compte quatre îles :

Le territoire communal compte également quelques roches qui ne sont jamais recouvertes par la marée, comme Le Grafol (dans la rivière de Vannes) ou l'îlot de Boëd sur lequel était sis un poste de guet des douanes.

Les anciens marais salants (près de 220 ha) sont devenus depuis peu un havre de paix pour des milliers d'oiseaux migrateurs ou nicheurs de la région. La réserve naturelle des Marais de Séné à Falguéréc organise des balades naturalistes.

Séné est séparée de la presqu'île de Rhuys par la rivière de Noyalo. Le passage Saint-Armel permet en saison estivale de traverser la rivière. Deux passeurs existent à Séné, celui de Montsarrac, et Barrarach(vers Conleau en Vannes).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 789 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1998 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records VANNES-SENE (56) - alt : 3m, lat : 47°36'12"N, lon : 02°42'48"W
Statistiques établies sur la période 1998-2010 - Records établis sur la période du 01-10-1998 au 04-07-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,6 3,5 4,8 6,6 10 12,5 14,2 13,7 11,3 9,6 5,8 3,1 8,3
Température moyenne (°C) 6,5 7 8,9 11,1 14,3 17,4 18,9 18,6 16,5 13,4 9,3 6,4 12,4
Température maximale moyenne (°C) 9,5 10,5 13 15,6 18,6 22,3 23,5 23,5 21,7 17,3 12,9 9,6 16,5
Record de froid (°C)
date du record
−7,4
10.01.09
−7,3
11.02.12
−8,6
01.03.05
−2,6
07.04.08
−0,6
01.05.16
3,7
01.06.15
7
29.07.15
6,2
20.08.14
2,5
29.09.07
−1,5
26.10.10
−5,8
29.11.10
−7,1
02.12.10
−8,6
2005
Record de chaleur (°C)
date du record
16,7
24.01.16
20,2
27.02.19
23,7
19.03.05
27,1
07.04.11
29,9
25.05.12
36
30.06.15
37
18.07.06
38,3
09.08.03
32,1
03.09.05
28,5
01.10.11
20,6
01.11.15
16,4
27.12.15
38,3
2003
Ensoleillement (h) 746 1 022 1 515 1 899 2 039 2 523 2 463 2 185 2 076 1 165 918 844 19 394
Précipitations (mm) 99,8 71,2 76,8 70,6 62,8 36,8 56,8 50,3 60,2 105,7 105,3 111,6 907,9
Source : « Fiche 56243001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Séné est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vannes, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[10] et 79 795 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[15]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[16],[17].

Un plan local d'urbanisme a été établi en février 2011. Révisé à 4 reprises jusqu'en 2016, il est toujours en vigueur. Il prévoit notamment la rénovation d'une zone d'aménagement concertée dans le quartier nord très urbanisé du Poulfanc. Compte tenu de la situation littorale de Séné sur le Golfe du Morbihan, de la présence de zones d'estran, de marais, et d'îles, il accorde une large part à la prévention des risques d'inondation et de submersion. Un accent est mis sur le maintien ou la création de voies de circulation douces, interdites aux voitures et de sol perméable. En termes de paysage, le PLU comporte plusieurs mesures relatives au style du bâti dans les zones de caractère ancien, ainsi qu'une limitation de la flore autorisée dans les haies et jardins, soit en raison de son caractère invasif, soit de son caractère exotique[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 27,0 % 464
Zones industrielles ou commerciales et installations techniques 1,2 % 34
Équipements sportifs et de loisirs 1,8 % 31
Terres arables hors périmètres d' irrigation 1,6 % 28
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 27,2 % 467
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 35,2 % 605
Forêts de feuillus 0,7 % 12
Landes et broussailles 2,2 % 38
Marais maritimes 1,2 % 20
Zones intertidales 1,0 % 18
Mers et océans 0,1 % 2
Source : Corine Land Cover[19]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En breton le nom de la commune est Sine, forme attestée en 1731 et sous la forme Sene en 1387[20].

Toponyme emprunté au latin médiéval sene « Séné » plante buissonnante, « légumineuse du genre cassia dont on extrait une drogue laxative »[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Les premières traces de peuplement à Séné remontent à l'époque néolithique. Quelques vestiges de mégalithes de cette époque (dolmens et tumulus) sont encore visibles à Gornevèze et sur l'île de Boëd. Ces premières installations ont pu être datées, grâce à ces vestiges, au Ve millénaire av. J.-C..

Les Vénètes s'installèrent ensuite au Ve siècle av. J.-C. sur le territoire qui allait devenir le Vannetais. Leur capitale était située à Locmariaquer. Leur défaite en -56, face à l'armée romaine, incorpore de facto l'Armorique aux conquêtes de Rome. Des vestiges de l'époque gallo-romaine ont par ailleurs été découverts sur la commune : tuiles à rebords (tegulae) et restes de fours à augets.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge voit la multiplication de seigneuries sur le nord du territoire sinagot, du fait de son rattachement au domaine ducal vannetais : Lestrénic, Auzon, Cano, Barrarac'h... qui vont donner leurs noms aux villages actuels.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La majorité de la population, déçue par les nouvelles réformes des révolutionnaires (et notamment la Constitution civile du clergé), supporta la chouannerie, sans pour autant participer aux actions armées qui eurent lieu plus au nord. En 1790 est créé le département du Morbihan, dont Séné devient une commune.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Amédée de Francheville écrit :

« Les bateaux de pêche de Séné, nommés sinagots, sont excellents voiliers. Ils sont pointus aux deux extrémités, larges au grand bot. Ils ont de 7 à 8 mètres de tête à tête, et ne portent qu'une seule voile quadrangulaire amurant sur le côté[22]. »

En 1869, une épidémie de variole fit 52 malades et provoqua 4 décès à Séné[23].

Benjamin Girard écrit en 1889 que « la commune de Séné borde le littoral. Sa population est essentiellement maritime, et la pêche côtière constitue sa principale industrie ; les marins pêcheurs de cette localité sont renommés pour leur intrépidité ; ils montent des embarcations connues sous le nom de sinagots ; ces bateaux, non pontés et d'un faible échantillon, sont pointus à chaque extrémité et ne portent qu'une seule voile »[24].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, les Sinagots ont perdu leur identité maritime. Bien sûr, les sinagots, ces navires à fond plat et voiles rouges, naviguent toujours dans le golfe. Les anciens marais salants sont devenus réserve naturelle, propriété du Conservatoire du littoral. La pêche décline, l'activité ostréicole également. On ne compte plus à Port-Anna qu'une dizaine d'unités de pêche, travaillant essentiellement à la ligne ou au casier. Séné est désormais devenue une commune périurbaine qui tente de protéger son riche patrimoine, tant culturel, que naturel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1941 Henri Ménard    
1941 1944 René Fayet    
1944 1945 Henri Ménard    
mai 1945 octobre 1947 Eugène Benoit   Boulanger
octobre 1947 mai 1953 Olivier Tamareille   Négociant
mai 1953 1967
(décès)
Alphonse Le Derf    
1967 1971 Louis Uguen    
mars 1971 avril 1980[25]
(démission)
Albert Guyomard DVG Instituteur et directeur d'école
mai 1980[26] mars 1983 Daniel Mallet DVG  
mars 1983 mars 1989 Francis Pouligo DVD  
mars 1989 mars 2001 Marcel Carteau PS  
mars 2001 mars 2008 Patrick Salic RPR puis UMP Dentiste
mars 2008 26 mai 2020 Luc Foucault MRC Journaliste
26 mai 2020 En cours Sylvie Sculo[27] DVG Adjointe de son prédécesseur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2018, la commune comptait 8 946 habitants[Note 5], en augmentation de 1,42 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6671 8901 8161 8461 8992 3912 4762 5172 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5542 7072 8152 7022 8492 9432 8682 9182 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7802 8602 8012 5902 4402 2432 0912 0302 017
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 3532 7443 5964 5996 1807 8688 0648 0958 126
2013 2018 - - - - - - -
8 8218 946-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Groupe dans les anciennes salines de Séné.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Séné (Morbihan).svg

Les armoiries de Séné se blasonnent ainsi :

D'azur à un sinagot de sable habillé de gueules, adextré d'un pal de sinople chargé d'un échassier contourné d'argent, becqué et membré de sable, soutenu d'une champagne ondée d'argent, au comble d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermine de sable.
(Le sinagot est un bateau de pêche typique du golfe du Morbihan. Les habitants de Séné s'appellent « Les Sinagots ».)

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .

Le 28 novembre 2011 a été remis à la commune le label Ya d’ar brezhoneg de niveau 1.

À la rentrée 2016, 44 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 7,1 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Vannes », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. PLU de Séné - règles écrites Version du 28 janvier 2016
  19. « Données statistiques sur les communes de Métropole communes; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  20. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, p. 113 [1]
  21. Simples médecines, éd. P. Dorveaux, § 1108.
  22. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, tome 1, 1843, Lire en ligne
  23. Docteur Alfred Fouquet, "Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan", Vannes, 1870, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528773r/f10.image.r=Riantec?rk=21459;2
  24. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f411.item.r=Benjamin%20Girard
  25. « M. Albert Guyomard, maire de Séné démissionne pour raison de santé », Ouest-France,‎ .
  26. « M. Daniel Mallet, nouveau maire de Séné », Ouest-France,‎ .
  27. « Municipales à Séné. Sylvie Sculo est la première femme maire de la commune », sur Ouest-France, (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Michel Rocard a habité Séné (Morbihan) pendant près de 30 ans [vidéo] », sur Ouest-France, (consulté le ).
  33. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :