Lauzach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lauzach
L'église Sainte-Christine
L'église Sainte-Christine
Blason de Lauzach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Questembert
Intercommunalité Questembert Communauté
Maire
Mandat
Patrice Le Penhuizic
2014-2020
Code postal 56190
Code commune 56109
Démographie
Gentilé Lauzachois
Population
municipale
1 080 hab. (2014)
Densité 100 hab./km2
Population
aire urbaine
16 444 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 56″ nord, 2° 32′ 36″ ouest
Altitude 52 m (min. : 17 m) (max. : 63 m)
Superficie 10,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Lauzach

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Lauzach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lauzach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lauzach

Lauzach [lozak] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lausa en 1330, Lauza en 1387, Lauzach en 1823[1].

La commune se nomme Laozag en breton[1].

On prétend souvent que Lauzach vient du breton « Loc-Jacq » (paroisse de Saint Jacques). Cette interprétation vient sans doute du fait que saint Jacques était le saint patron de la paroisse de Lauzach jusqu'en 1809 où il fut détrôné par sainte Christine.

Des historiens sérieux comme Job Jaffré, dans « Secrets et mystères de nos ker » et Joseph Danigo, dans « Églises et chapelles du Pays de Muzillac » donnent cette origine comme peu probable. Selon Job Jaffré, le nom provient de En ozac'h, qui signifie « homme habile et courageux », désignant probablement un personnage à l'origine de l'implantation[2].

En effet, jusqu'au XVIIIe siècle, le village s'écrivait « LAUZA » (sans le CH sans doute rajouté tardivement pour donner une allure plus bretonne à ce nom) et la première partie du mot s'écrit « LAU » depuis au moins le XIIIe siècle. Il ne peut donc être assimilé à « LOC ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Lauzach semble être un fundus gallo-romain. Lauzach dépendait autrefois de la seigneurie de Rochefort, dont le possesseur jouissait, dans la paroisse, des privilèges de fondateur et de prééminencier.

Sous l'Ancien Régime, Lauzach dépend du doyenné de Péaule et de la sénéchaussée de Vannes. Lauzach est érigée en commune en 1790 du canton du Muzillac et du district de La Roche-Bernard.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Lauzach (Morbihan).svg

Les armoiries de Lauzach se blasonnent ainsi :

D’azur au chevron d’or chargé d’un autre de gueules et accompagné en pointe d’une coquille du même, au chef d’hermine.
Conc. B. Le Ny-Jegat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 mai 2005 Roland Luherne DVD Agriculteur
mai 2005   Patrice Le Penhuizic   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
Le nouveau bâtiment de la Mairie (Ti-Kêr) inauguré en 2014

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 080 habitants, en augmentation de 17,01 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
437 347 362 418 368 382 412 432 425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
444 428 427 450 448 446 433 415 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458 479 488 476 434 417 407 403 376
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
387 373 341 444 502 551 796 948 1 080
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Nourry, né en 1743, village de Kerglérec à Lauzach, recteur de Bignan, écrivain de langue bretonne, il a traduit la bible en breton vannetais. Le parler breton local de Lauzach a été collecté dans les années 1980 par Patrick Le Besco et Yves Le Cerf pour le nouvel Atlas Linguistique de la Basse Bretagne de l'Université de Bretagne Occidentale. Lauzach est d'ailleurs la commune la plus orientale de Basse Bretagne .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. Secrets et mystères de nos ker,
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]