Plougoumelen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plougoumelen
Plougoumelen
Chaumière du hameau de Cahire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Lena Berthelot
2020-2026
Code postal 56400
Code commune 56167
Démographie
Gentilé Plougoumelenois, Plougoumelenoise ou Plougoumeleniste
Population
municipale
2 599 hab. (2020 en augmentation de 5,14 % par rapport à 2014)
Densité 122 hab./km2
Population
agglomération
126 266 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 12″ nord, 2° 54′ 56″ ouest
Altitude 20 m
Min. 0 m
Max. 56 m
Superficie 21,3 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vannes-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plougoumelen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plougoumelen
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Plougoumelen
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plougoumelen
Liens
Site web Site officiel de la commune

Plougoumelen [plugumlɛn] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Ses habitants sont les Plougoumelenois, Plougoumelenoises ou Plougoulenistes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Parrochia de Cumelen en 1219 ; Ploegomelen en 1427, en 1448 et en 1536 ; Plogomelen en 1464 et en 1477 ; Plougoumelan en 1481[1].

Plougoumelen, en breton Plougouvelen, se décompose en Plou signifiant « paroisse » et de l'anthroponyme Konvelen remplacé par saint Melaine[1]. Le nom Melaine semble venir de l'adjectif breton melen (jaune). Selon A. Marteville et P. Varin le nom était à l'origine "Plougou-Melenn" ("la paroisse de saint Melaine")[2].

Plus tard, à une date indéterminée, saint Philibert , abbé de Noirmoutier, fut associé à saint Melaine et devint même le principal saint patron de la paroisse[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Plougoumelen fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

Communes limitrophes de Plougoumelen
Pluneret Plumergat Plescop
Plougoumelen Ploeren
Bono Baden

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Les altitudes les plus élevées se rencontrent dans la partie nord du finage communal, jusqu'à 51 mètres entre les hameaux de Locmaria et Cléguérec ; elles s'abaissent progressivement vers le sud-ouest, jusqu'à 11 mètres à l'ouest de Toul er Lann, et même jusqu'au niveau de la mer en allant vers l'ouest, puisque le territoire communal est riverain de la rive gauche de la Rivière du Bono (ou Sal), en fait une ria en aval du moulin de Pont Sal. Le bourg est à une altitude intermédiaire, vers 27 mètres.

La plage du Tron (Traon), sur la rive gauche du Sal, en Plougoumelen.
La rive gauche du Sal (Rivière du Bono) juste en aval du Traon, en Plougoumelen.
La Rivière du Bono (le Sal) vue des environs d'En Ti Nuy en Pluneret ; à l'arrière-plan le clocher de l'église paroissiale de Plougoumelen.

La commune est limitée à l'ouest par le Sal, un petit fleuve côtier aux méandres assez accentués et encaissés (notamment celui du moulin de Kervilio) , et plus en aval par la Rivière du Bono, ria précitée. Ce cours d'eau reçoit sur sa rive gauche quelques petits affluents dont les confluences avec la ria de la Rivière du Bono forment des anses : celle de Lann Vihan émerge totalement à marée basse ; celle de l'étang de Kervilio (qui sert aussi de limite communale avec Le Bono), anciennement estuaire du tout petit fleuve côtier Len, a été transformée par l'aménagement du dit étang.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 859 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Auray », sur la commune d'Auray, mise en service en 1994[9] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,5 °C et la hauteur de précipitations de 964,5 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 14 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[13] à 12,4 °C pour 1991-2020[14].

Transports[modifier | modifier le code]

La voie express RN 165 traverse la partie nord de la commune, laquelle est desservie par l'échangeur routier du Kénéah, lequel permet via la D 101E de relier le bourg de Plougoumelen, qui est à l'écart de ce grand axe de circulation, et une bonne partie de la commune (sa partie sud relié le bourg de Plougoumelen au Bono en passant par la digue de l'étang de Kerlivio). L'ancienne RN 165, devenue la D 765, a un tracé proche et parallèle à la voie express.

La D 19, de Vannes à Sainte-Anne-d'Auray longe la limite nord de la commune.

La ligne ferroviaire de Paris à Quimper traverse la commune dans sa partie nord, mais Plougoumelen n'a pas de gare, et il faut se rendre dans la gare d'Auray ou celle de Vannes pour prendre le train.

Paysages et habitat[modifier | modifier le code]

Plougoumelen a un paysage agraire traditionnel de bocage avec un habitat dispersé en écarts constitués de hameaux et fermes isolées. Mais ce paysage traditionnel a beaucoup été transformé en raison de l'extension du bourg, la création de nombreux lotissements entraînant une importante périurbanisation autour du bourg et, à un degré moindre, autour de certains hameaux comme Lestréviau, le Hallate, Lohenven et Penvern.

Une importante zone d'activités industrielles et commerciales s'est développée à proximité de l'échangeur routier de Kénéah, tant au nord qu'au sud de la voie express.

La partie nord-est de la commune à conservé de nombreux bois, principalement au nord de la RN 165 (Lann Loperhet, Lann er Hénéah, ou encore sur la rive droite du Sal), mais aussi au sud de celle-ci (Guernen) ; les rives du Sal, en pente forte par endroits, sont aussi restées boisées en amont du moulin de Pont Sal et notamment autour du château du même nom.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Plougoumelen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (37,6 %), zones agricoles hétérogènes (26 %), forêts (19,8 %), prairies (8,5 %), zones urbanisées (3,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,7 %), zones humides côtières (1,8 %), eaux maritimes (0,3 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Outre les menhirs et le dolmen de Men-Druec (désormais en Le Bono), signalés détruits en 1853 par A. Marteville et P. Varin, ces derniers citent « un peulven d'environ 2 mètres, jadis vertical et aujourd'hui gisant sur le sol », qui présente à son sommet une cavité en forme de carré long ; un petit dolmen de 3 mètres, situé entre Pontsal et le bourg, « supporté par huit pierres, dont quatre sont verticales et les quatre autres orientées vers le nord » et, à l'est et à l'ouest de la vallée de Pontsal deux barrows tronqués de 5 mètres d'élévation, l'un au milieu d'un taillis, l'autre au bord d'un précipice[2].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La voie romaine allant de Vannes (Darioritum) à Hennebont suit la limite entre les communes de Plougoumelen et Plescop ; une autre voie romaine de moindre importance traverse la partie sud de la commune de Plougoumelen : venant de Vannes par la route d'Auray, traversant le bourg de Baden, elle entre par le sud dans la commune de Plougoumelen, passant par les villages de Kerléan, Mané-Guen, du Mané (ou de la Montagne), de Kerbihan, pour aboutir au hameau du Bono. « Pour joindre le pont romain de la pointe de Kerisper, et compléter ainsi la communication entre Vannes et Locmariaquer, on suppose qu'un pont romain, aujourd'hui détruit, devait exister au hameau du Bono et traverser la Sal »[2].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Baptiste Ogée en 1400 le château de Pont-Sal, qui était la principale seigneurie de Plougoumelen, appartenait à Jacques de Pont-Sal, qui eut un fils nommé Yves[Note 7], qui fut vice-chancelier du duc de Bretagne de 1451 à 1457 et évêque de Vannes. En 1536 la terre de Pont-Sal, petite seigneurie d'environ 800 hectares, appartenait à Henri de Launay, en 1598 à la famille Talhouët de Kerservant et par la suite aux Botherel de Quintin[25].

En 1430 le manoir de Ros appartenait à Jean Halsehuiche ; celui de Gorsty à Louis de Beaupré ; Kerdrech aux Chevaliers du Saint-Esprit . En 1530 Treufal appartenait à Michel Gillard ; Trevelen à Jean Lorveloux ; le Ros à Olivier de Coltedo et Kerdréan à Jean de Musuillac[26].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini (paroisses de Plougoumelen et Pluneret).

La confrérie du Saint-Sacrement de l'Autel, dite aussi confrérie de l'Adoration perpétuelle fut créée en 1655 ; Plougoumelen possédait aussi alors trois chapelles frairiennes : Notre-Dame de Bequerel, Saint-Thuriau[Note 8] et Notre-Dame de Locmaria[Note 9] ; en plus chaque manoir devait avoir sa chapelle domestique, mais elles ont disparu sans laisser aucune trace. Plougoumelen avait aussi huit chapellenies, réparties entre l'église paroissiale et les diverses chapelles[27].

En 1759 une ordonnance royale de Louis XV ordonne à la paroisse de Plogomelin [Plougoumelen] de fournir 28 hommes pour servir de garde-côtes[28].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plougoumelen en 1778 :

« Plougommelin ; à 3 lieues à l'ouest de Vannes, son évêché ; à 23 lieues de Rennes et à une lieue d'Aurai, sa subdélégation et son ressort. On y compte 1 500 communiants[Note 10] : la cure est à l'alternative. Ce territoire, arrosé de plusieurs bras de mer et coupé de vallons, est très bien cultivé et fertile en grains de toutes espèces. [Plougoumelen fait partie du] Comté de Largoët, haute justice, qui s'exerce à Aurai et ressortit au présidial de Vannes. (...)[26]. »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Mathurin Derian, recteur de Plougoumelen depuis 1767, refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé ; prêtre réfractaire, âgé, il émigra en Espagne[27].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En mai 1802 des officiers chouans de la légion d'Auray (commandée alors par Vincent Hervé[Note 11], dit "La Joie", de Plougoumelen[29] ; Marc Le Guénégal, qui habitait le manoir de Kerdréan (désormais en Le Bono), en était membre[30]) embarquèrent clandestinement, certains à partir de Kerderf (Kerdrec'h), alors en Plougoumelen (désormais en Le Bono), dans la Rivière d'Auray à destination des Îles anglo-normandes[31].

En 1810 l'abbé Joseph Le Leuch, ancien chouan, bravant l'autorité de l'évêque de Vannes et les lois civiles, transforma sa chaumière située dans le hameau de Cahire en chapelle de la Petite Église, un courant catholique schismatique refusant le Concordat.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plougoumelen en 1853 :

« Plougoumelen (sous l'invocation de saint Philibert et saint Melaine) : Commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Pahir, le Mané, Kerléan, Maneguen, Kerbihan, Lestrévihan, le Bono, Hallat, Lohéven. Superficie totale :2 726 hectares, dont (...) terres labourables 820 ha, prés 270 ha, vergers 16 ha, herbages 5 ha, pâturages 183 ha, marais 4 ha, courtils, jardins potagers 46 ha, étangs, mares et abreuvoirs 6 ha, bois 55 ha, pins et sapins 84 ha, landes et incultes 1 172 ha (...). Moulin à eau de Kerlivio. La commune de Plougoumelen (...) est située dans une position avantageuse, entre deux rivières navigables, la Sal et le Loc'h, qui toutes deux portent leurs eaux au golfe du Morbihan. Ce territoire n'est tourmenté (accidenté) qu'aux abords de ces deux rivières. La route royale de Vannes à Lorient le traverse de l'est à l'ouest. Le bourg (...) est situé à peu de distance du bras de mer de la Sal, aussi appelé Rivière du Bono, ou Dour-Bihan[2]. »

La misère d'un pêcheur du village de Guéménez (Gumenen) en 1858 (Journal des débats politiques et littéraires).

Les mêmes auteurs poursuivent :

« Les hommes sont cultivateurs ou pêcheurs. Le village du Bono est le port de la commune. Les barques de pêche, nommées forbans, au nombre de vingt, y sont construites suivant un gabarit particulier et qui ne se rencontre que dans cette localité. (...) Les principales productions sont le froment, l'avoine et le mil. On compte trois chapelles frairiales : Saint-Thurial, Locmaria et Becquerel, où il y a un grand pardon chaque année. On trouve dans la commune le château de Pontsal, qui domine une vallée sauvage et pittoresque ; Kervilio, sur les bords de la rivière la Sal, et le Rocher, ou plutôt Men-Druec, jolie maison de campagne bâtie dans une admirable position, sur le point culminant d'une petite presqu'île, au confluent des deux rivières de la Sal et du Loc'h. Pour la construire, on a été obligé de détruire plusieurs menhirs et le beau dolmen de Men Druec (la pierre druidique), qui a donné son nom à ce promontoire. Dans une lande qui l'avoisine s'élève le petit barrow de Men-Druec. (...) On parle le breton de Vannes[2]. »

En 1856 la peste sévit à Plougoumelen[32] et en 1867 une épidémie de fièvre typhoïde fit 19 malades (dont 6 morts) à Plougoumelen[33].

Dessin de A. Karl représentant la chapelle Notre-Dame de Becquerel (vers 1893).

En 1881 est construite à Plougumelen une école des garçons[34]. La construction d'une école publique mixte au Bono est décidée en 1882[35].

Joseph-Marie Le Mené[Note 12] évoque en 1891 l'existence à Plougoumelen de 5 lec'hs (stèles gauloises) dont l'un (couché et long de 1,50 mètre, situé dans le cimetière), était surnommé "la pierre du serment". Henri Gaidoz la décrit ainsi en 1892 : « Elle a la forme d'un cône tronqué et environ 5 pieds de hauteur ; elle a été jadis verticale, mais elle est renversée maintenant et de temps immémorial. À son sommet elle offre une cavité en forme de carré long. L'opinion générale de la commune est que ce cippe, aussi bien qu'un autre presque tout semblable, qui est couhé dans le fossé d'un champ, était autrefois un objet sacré devant lequel on prêtait serment »[36]. Ces pierres ont disparu depuis.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En 1901 un projet d'érection en commune distincte du village de Mériadec, divisé entre les communes de Plumergat, Pluneret et Plougoumelen, à la suite d'une pétition signée par de nombreux habitants de ce village et des hameaux avoisinants en date du , est présenté au Conseil général du Morbihan ; les pétitionnaires font valoir « la distance qui les sépare de leurs chefs-lieux respectifs, l'abandon dans lequel ils sont laissés par les Conseils municipaux et la difficulté des communications, les chemins étant en si mauvais état qu'ils demeurent, le plus souvent, impraticables, surtout pendant la mauvaise saison » ; de plus, seule la partie de Mériadec appartenant à la commune de Plumergat dispose d'une section électorale distincte, ceux dépendant des communes de Pluneret et Plougoumelen sont distants pour certains de plus de 8 km de leurs chefs-lieux communaux. Mais les Conseils municipaux de ces trois communes, ainsi que le Conseil d'arrondissement ayant donné un avis défavorable, la demande est rejetée par le Conseil général[37].

En 1902 le conseil municipal de Plougoumelen fut dissous[38]. En 1905 , suite à une pétition signée par 135 électeurs du Bono (arguant que sur 580 électeurs dans la commune, 298 sont inscrits maritimes et résident principalement dans le quarter du Bono), et malgré l'opposition du conseil municipal de Plougoumelen[39], une section électorale distincte est créée pour le quartier du Bono, qui reste toutefois dans la commune de Plougonvelen[40].

Suite à la laïcisation des écoles en 1909, une école privée congréganiste de filles ouvre à Plougoumelen en 1910[41].

En 1913 le maire de Plougoumelen fut accusé de s'être approprié, ainsi que certains de ses amis, pour une somme infime, les biens du culte devenus propriété de l'État depuis les inventaires et attribués depuis par décret présidentiel à la commune, faute de bureau de bienfaisance ; l'affaire fut évoquée au Sénat[42].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plougoumelen porte les noms de 105 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 3 (Jean Guillermo, Jean Hervé et Joseph Le Pluart) sont des marins disparus en mer ; 8 soldats sont morts en Belgique dont 5 dès août 1914 (3 : Joachim Lucas, Louis Hays et Jean Quélo, à Maissin ; 2 : François Henriot et Joseph Le Rohellec, à Dixmude) ; un soldat (Joseph Lefay) est mort en 1915 en Turquie lors de la bataille de Sedd-Ul-Bahr et un autre (Louis Leray), membre de l'Armée française d'Orient, est mort en Serbie en 1917 ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français dont 3 (Émile Defretin, Jean Le Cheville et Maurice Troplong, ce dernier étant aussi Chevalier de la Légion d'honneur) ont été décorés à la fois de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et 2 (Pierre Bainvel et Paul Robic) de la Médaille militaire[43].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La difficile reconstitution des actes d'état-civil non établis par l'ancienne municipalité (article du journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest du ).

En 1920 le maire de Plougoumelen, Vincent Le Sommer, se vit reprocher par le parquet de Lorient d'avoir "marié" une quinzaine de couples à l'auberge sans aucune transcription d'acte, au lieu de l'avoir fait légalement à la mairie, ce qui rendait les dits "mariages" illégaux[44]. Il dut démissionner et fut poursuivi devant les tribunaux ; il fut condamné à une peine d'amende[45].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En mai 1941 le conseil municipal de Plougoumelen envoya un message de confiance et de soutien au maréchal Pétain[46].

Les tombes des aviateurs de la Royal Air Force dans le cimetière de Plougouvelen.
Tombe d'un aviateur australien dans le cimetière de Plougoumelen.

Le monument aux morts de Plougoumelen porte les noms de 11 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles 2 ( Marcel Goasmat, décédé le lors du naufrage du contre-torpilleur Bison en Mer de Norvège, et Joseph Le Garrec, mort en mer le lors du naufrage du paquebot Meknès au large de Dieppe) sont des marins disparus en mer ; Jean Guingo fut victime d'un bombardement de Lorient par la Royal Air Force le et 3 membres de la famille Leray sont des victimes civiles tuées par l'écrasement d'un avion de la Royal Air Force sur leur maison à Plougoumelen le [47] ; le crash tua aussi l'équipage de l'avion[48] ; Pierre Le Sommer, né en 1926 à Plougoumelen, fut aussi une victime civile de la guerre, tué à Brech le  ; Jean Le Marhollec est mort accidentellement en service le à Salbris[43].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1947, Le Bono se sépare de Plougoumelen et devient commune à part entière.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Un nouveau monument aux morts a été édifié en 2018, situé à proximité de l'ancien, qui a été conservé[43].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[50].

En 2020, la commune comptait 2 599 habitants[Note 13], en augmentation de 5,14 % par rapport à 2014 (Morbihan : +3,12 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3721 1271 2891 4271 3691 5201 5171 5311 546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6011 6141 6501 5501 6481 7311 7711 9521 973
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0572 2112 3052 1182 2052 2652 3752 405831
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
7187291 0231 3571 5441 7622 0832 2002 404
2015 2020 - - - - - - -
2 4712 599-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1807 1808 Le Sommer    
         
1814 1830 Pierre Le Méro[Note 14]   Tient les registres d'état-civil entre 1808 et 1814 en tant qu'adjoint au maire.
1830 1830 Vincent Le Berrigaud[Note 15]   Laboureur. Chevalier de la Légion d'Honneur. Capitaine de la Garde nationale.
1830 1839 Tanguy    
1839 1848 Le Clanche[Note 16]   Laboureur et sacristain.
1848 1852 Bainvel    
1852 1867 Bily Guillo[Note 17]   Laboureur.
1867 1874 Mathurin Guillouzic[Note 18]   Forgeron.
1874 1876 Bily Guillo   Déjà maire entre 1852 et 1867.
1876 1879 Mathurin Guillouzic   Déjà maire entre 1867 et 1874.
1880 1888 Jean-Marie Le Berrigaud[Note 19] Républicain Laboureur. Fils de Vincent Le Berrigaud, maire en 1830.
1888 1902 Mathurin Jollivet[Note 20]   Laboureur.
1902 après 1911 Louis Le Moing[Note 21]   Greffier de paix à Auray. Propriétaire.
  1920 Vincent Le Sommer[Note 22]   Boulanger.
Maire en 1924 ? Louis Le Moing   Déjà maire à partir de 1902
après 1938 Mathurin Corignet[Note 23]    
Les données manquantes sont à compléter.
Joseph Le Clanche[Note 24]   Retraité de la Marine, ostréiculteur
Ancien combattant 14-18
Premier maire du Bono (1947 → 1959)
Philippe Le Sommer SE  
Joseph Danilo DVD Commerçant, maire honoraire
Jacques Bardet DVD Antiquaire, ancien adjoint
Jean-Claude Guiziou PS Professeur agrégé d'histoire-géographie
Olivier Coulon UMP Horticulteur
Vice-président de la CA du Pays de Vannes
[53] Olivier Kilman[Note 25] SE Responsable sécurité
Démissionnaire[54]
Thomas Palou[55] SE Ancien policier
Démissionnaire[56]
[57] Sophie Lebreton[58] SE-DVD Cadre administratif et financier
Première adjointe, maire par intérim
En cours Lena Berthelot[59] SE Animatrice enfance jeunesse
Vice-présidente GMVA (2020 → )

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chaumière du hameau de Cahire.
Le port de Plougoumelen, vu depuis la rive droite de la rivière du Bono. Au fond, le moulin de Kervilio.
  • Église Saint-Philibert : l'église paroissiale actuelle date de 1865 ; en forme de croix latine, elle est de style néo-gothique ; une imposante statue de saint Philibert est au-dessus du maître-autel [62].
  • Plusieurs maisons de la rue des Mimosas et de la rue des Chaumières, qui sont d'anciennes fermes restaurées, ont conservé leur toit de chaume.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans la serie Fais pas ci, fais pas ça les Lepic annoncent passer leurs vacances en Bretagne. Au debut de l'épisode 1 de la Saison 5 (Le bonheur, c'est maintenant !) ils annoncent qu'ils rentrent de leurs vacances à Plougoumelen. Le nom de la commune est à nouveau cité dans l'épisode 4.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Yves de Pontsal, né au château de Pont-Sal à une date inconnue, évêque de Vannes entre 1444 et 1476.
  8. Cette chapelle, située dans le village de Lestréviau, est encore mentionnée en 1930, mais a disparu depuis.
  9. Cette chapelle est encore mentionnée en 1930, mais a disparu depuis.
  10. Personnes en âge de communier.
  11. Probablement Vincent Hervé, né le à Plougoumelen, décédé le à Ile-d'Arz.
  12. Joseph-Marie Le Mené (1831-1923), chanoine et historien, président de la Société polymathique du Morbihan.
  13. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  14. Pierre Le Méro, baptisé le à Plougoumelen, décédé le à Kermarquer en Plougoumelen.
  15. Vincent Le Berrigaud, né le à Plougonvelen, décédé le à Plougoumelen.
  16. Probablement François Le Clanche, né le à Plougoumelen, décédé le à Plougoumelen.
  17. Bily Guillo, né le au bourg de Plaudren, décédé le à l'hôpital de Vannes.
  18. Mathurin Guillouzic, né le à Grand-Champ, décédé le à Plougoumelen.
  19. Jean-Marie Le Berrigaud ,né le à Trévien en Plougoumelen, décédé le à Manéguen en Plougoumelen.
  20. Mathrin Jollivet, né le à Arradon.
  21. Louis Le Moing, né le à Plougoumelen.
  22. Vincent Le Sommer, né le au Palastre en Plescop, décédé le à Plougoumelen.
  23. Mathurin Corignet, né le au bourg de Brech, décédé le à PLougoumelen.
  24. Joseph Le Clanche, décédé le .
  25. Olivier Kilman, né le , décédé le . [1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Étymologie et Histoire de Plougoumelen », sur infobretagne.com (consulté le ).
  2. a b c d et e A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Rennes, Deniel, (lire en ligne), pages 330 et 331.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Auray - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Plougoumelen et Auray », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Auray - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Plougoumelen et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vannes », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. « Château de Pont-Sal », sur Châteaux de France (consulté le ).
  26. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 3, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), page 414.
  27. a et b « La paroisse de Plougoumelen », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  28. France, Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne, (lire en ligne).
  29. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 2, (lire en ligne), page 460.
  30. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 1, (lire en ligne), page 183.
  31. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 4, (lire en ligne), page 278 et Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 3, (lire en ligne), page 167.
  32. Abbé J.-M. Mouillard, Vie de saint Vincent Ferrier : ses prédications, ses miracles, sa canonisation, son culte, son tombeau et ses reliques à Vannes, (lire en ligne).
  33. Dr Alfred Fouquet, Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan.., Vannes, Impr. de Galles, (lire en ligne), page 8.
  34. « Plougoumelen. Acquisition d'une maison d'école », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , p. 13 et 14 (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Plougoumelen. Construction d'une école publique mixte au Bono. Demande de secours », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , p. 146 (lire en ligne, consulté le ).
  36. Henri Gaidoz, Un vieux rite médical, opuscule offert à Anatole de Barthélemy pour fêter le 50e anniversaire de son élection comme membre de la Société des antiquaires de France, le 9 mai 1842, Paris, E. Rolland, (lire en ligne), pages 56-57.
  37. Morbihan. Conseil général, « Projet d'érection en commune de la section de Mériadec », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , pages 133 à 135 (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Échos de partout », Journal L'Univers,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Section électorale. Commune de Plougoumelen. Quartier du Bono », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Les conseils généraux de Bretagne. Morbihan », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ , p. 130 et 131 (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Instruction publique. Rapport dde l'inspecteur d'académie », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , p. 94 et 95 (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Sénat. Séance du 14 mai 1913 », Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Sénat.,‎ , page 435 (lire en ligne, consulté le ).
  43. a b et c « Plougoumelen. Monument aux morts (Relevé n°69227) », sur memorialgenweb.org, (consulté le ).
  44. Clément Vautel, « Mon film », Le Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « Sans titre », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Hommage au marchal Pétain », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Plougoumelen. Plaque commémorative victimes du 5-6 août 1944 (Relevé n° 69417l », sur MemorialGenWeb, (consulté le ).
  48. « Plougoumelen. Plaque commémorative aux victimes du 5 août 1944 (Relevé n° 993040) , Soldats britanniques », sur MemorialGenWeb, (consulté le ).
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  53. « Conseil. Olivier Kilman est le nouveau maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  54. « Plougoumelen. Gravement malade, le maire Olivier Kilman démissionne », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Mairie de Plougoumelen, « Compte-rendu et procès-verbal du conseil municipal du 07 janvier 2017 » [PDF], (consulté le ).
  56. « Thomas Palou n'est plus maire de Plougoumelen », sur Océane FM, .
  57. « Plougoumelen. Sophie Lebreton à la tête de la commune jusqu’aux élections », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  58. « Plougoumelen. Sophie Lebreton a présenté ses vœux », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  59. « Lena Berthelot élue maire de Plougoumelen », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  60. « Moulin de Kervilio, actuellement atelier d'ébénisterie (Le Bono) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  61. « Plougoumelen. La croix près de l’église est un Monument historique », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. https://www.plougoumelen.bzh/leglise-saint-philibert/.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]