Unilever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unilever
logo de Unilever
illustration de Unilever

Création 1930 (fusion de Lever Brothers et Margarine Unie)
Fondateurs Anton Jurgens (en), Samuel van den Bergh (en) et William LeverVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Euronext : UNA
LSE : ULVR
NYSE : UN
Slogan Small actions Big difference
Siège social Drapeau : Angleterre Londres
Drapeau : Pays-Bas Rotterdam
Direction Paul Polman
Activité Biens de grande consommation : alimentaire, soin de la personne, entretien de la maison
Produits Axe, Ben & Jerry's, Dove, Lipton, Knorr, Cif, Omo, Rexona, Skip, Williams, Alsa, Maille, Amora, Signal, Monsavon, Fruit d'Or, Miko, Eléphant, Cajoline, Slim Fast, Végétaline
Filiales Moscow margarine factory (d), Unilever Philippines, Unilever Indonesia, Unilever Bangladesh Limited (en), Unilever Nepal (en), Hindustan Unilever, Unilever Australasia (en), Unilever Pakistan (en), Unilever (Netherlands) (d), Unilever (India) (d), Unilever (United States) (d), Unilever (Germany) (d) et Unilever (Philippines) (d)
Effectif 171 000 (2011)
Site web www.unilever.fr

www.unilever.com


Chiffre d’affaires 48,4 Md. € (2014)
Résultat net 5,5 Md. € (2014)

Unilever est une multinationale anglo-néerlandaise, dont les sièges sociaux sont situés à Londres (Angleterre) et à Rotterdam (Pays-Bas). Société présente dans plus de cent pays, par son volume des ventes, il s'agit du quatrième acteur mondial derrière Nestlé, PepsiCo et Coca-Cola Company sur le marché de l'agroalimentaire, et du premier producteur de glaces[1] et de thé au monde[2].

Les produits Unilever sont regroupés en quatre grandes catégories :

  • boissons et glaces ;
  • alimentaire ;
  • soin de la personne ;
  • entretien de la maison.

En 2013, la société emploie 174 000 personnes pour un chiffre d'affaires de 49,8 milliards d'euros.

En 2017, la societé refuse une offre de rachat par Kraft Heinz[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

1930 - 2000[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astra Calvé.
Le siège à Rotterdam

Unilever a été fondé le 1er janvier 1930 par la fusion de la compagnie néerlandaise de margarine Margarine Unie (famille Leverd) et du fabricant de savon Lever Brothers[4] (fondé par William Hesketh Lever), formant l'une des premières multinationales de produits de grande consommation. La fusion fut entreprise pour bénéficier de l'usage partagé de saindoux nécessaire à la fabrication de la margarine comme pour le savon et qui pouvait être importé en plus grandes quantités.

Le groupe devait être dénommé Leverd&Lever, mais le nom actuel provient de la contraction des deux entités : Margarine Unie + Lever Brothers[réf. nécessaire].

Dans les années 1930, ses activités se développent et de nouveaux sites apparaissent en Amérique du Sud[4] et en Afrique : Unilever est cité avec d'autres grandes Compagnies coloniales dans le premier film anticolonialiste français, Afrique 50 (René Vautier, 1949)[5] pour avoir réalisé 11 milliards 500 millions de bénéfice en une année .

En 1960, Astra et Calvé, deux filiales d'Unilever spécialisées dans la fabrication d'huiles et de margarines, fusionnent pour devenir Astra Calvé[6]. Après le rachat de Puget en 1974[7], le savon et les graisses comestibles représentent 40 % des profits d'Unilever en 1980. En 1984, le groupe achète la marque Brooke Bond (fabricant du thé PG Tips)[réf. nécessaire].

En 1989, Unilever achète Calvin Klein Cosmetics[8], Fabergé et Elizabeth Arden, mais cette dernière est revendue en 2000 à FFI Fragrances.

En 1994, Unilever rachète Miko à la famille du fondateur[9], et l'intègre à Cogesal, la division glaces et surgelés du groupe, qui possédait également Iglo, les glaces Motta et Frigécrème. La filiale a été renommée à cette occasion Cogesal-Miko, et le nom Miko sera par la suite apposé à tous les produits glacés vendus par Unilever en France, en remplacement de la marque Motta, utilisée sous licence délivrée par le groupe italien IRI[10].

En 1996, Unilever prend le contrôle de Helene Curtis Industries, qui donne au groupe une grande présence sur le marché des déodorants et des shampoings aux États-Unis[11].

2000 - 2011[modifier | modifier le code]

En 2000, Unilever rachète successivement Amora Maille à Danone, Ben & Jerry’s, Slim Fast et Bestfoods[12], une entreprise américaine spécialisée dans la fabrication et la distribution de produits agroalimentaires, qui possédait notamment les marques de mayonnaise Hellmann's, Best Foods, Lesieur, de soupe Knorr, de fécule Maizena et de chocolat Banania et Benco[13]. Ces acquisitions renforcent la présence d'Unilever en Amérique du Nord et étend son portefeuille de marques alimentaires. Afin de ne pas se retrouver en position dominante, l'entreprise s'est engagée auprès de la commission européenne à revendre six marques, dont Lesieur et Royco cédées à Campbell l'année suivante[14].

La même année, Unilever entame une réorganisation du groupe, trop fragmenté avec ses 1600 marques dans le monde. Il est décidé de diviser par quatre leur nombre et de se focaliser sur des marques mondiales comme Signal, Lipton ou Knorr[15]. Certaines changent de nom, pour revêtir celui d'une autre marque du groupe, et d'autres sont vendues. Ainsi, en France, Banania, Benco et Yabon sont cédés en 2003 à Nutrial[16], Puget à Lesieur en 2004[17] et Boursin au Groupe Bel en 2007[18].

Le 2 août 2007, Unilever poursuit sa restructuration et annonce la suppression de 20 000 postes dans le monde en quatre ans[19].

En 2008, Unilever réorganise ses sites de production français Amora Maille : l'usine historique de Dijon et celle d'Appoigny dans l'Yonne sont fermées [20], et la production de moutarde et de cornichons est transférée sur le site de Chevigny-Saint-Sauveur[21].

Cette année-là a également lieu la cession de ses activités de détergents en Amérique du Nord (marques Sun, Snuggle (Cajoline), Surf (Skip)) au groupe Huish Detergents, qui se renomme Sun products.

En 2009, Unilever rachète l'unité de produits de beauté de Sara Lee Corporation, comprenant entre autres les marques de gel douche Sanex et Monsavon (Duschdas en Allemagne et Radox au Royaume-Uni), et les produits de rasage Williams, pour 1,3 milliard d'euros[22],[23]. Cependant, le groupe est contraint par la commission européenne de céder Sanex afin de ne pas se retrouver en position dominante ; la marque en question passe alors entre les mains de Colgate-Palmolive[24].

En septembre 2010, Unilever achète Alberto-Culver, fabricant américain de produits d'entretien et de soin de la personne avec des marques telles que TRESemmé, Nexxus ou VO5, pour 3,7 milliards de dollars[25],[26], et cède l'huile Puget au groupe Lesieur[27].

Depuis 2011[modifier | modifier le code]

Le 14 octobre 2011, Unilever acquiert 82 % du leader russe Kalina, entreprise de produits de beauté. Les marques du groupe étendent la présence sur les marchés émergents, renforcent le portefeuille de marques du groupe sur la catégorie du soin de la personne et donne à Unilever une position de leader sur le marché du soin de la peau en Russie[28].

En 2013, Unilever vend sa marque de pâte d'arachide Skippy à l'entreprise américaine Hormel Foods pour 700 millions de dollars. Il a également la même année vendu pour 580 millions de dollars ses marques de sauces Wish-Bone et Western à Pinnacle Foods, ainsi que celle d'huile Unipro présente en Turquie et de la marque Royal Pasta présentes aux Philippines[29]. Il a également vendu ses produits d'hygiène et de beauté Soft & Beautiful, TCB et Pro-Line Comb-Thru à l'entreprise Strength of Nature en novembre 2013[30].

En mai 2014, Unilever vend ses marques de sauces pour pâtes Ragu et Bertolli pour 1,57 milliards à Mizkan[29]. En juillet 2014, elle vend la marque Slim-Fast à Kainos Capital, un fonds d'investissement, pour un montant inconnu[31]. En décembre 2014, elle achète à Procter & Gamble les marques de savon Camay and Zest et des actifs industriels comprenant 170 employés, pour un montant inconnu[32].

En juillet 2015, Unilever acquiert Murad pour un montant inconnu[33].

En juillet 2016, Unilever annonce acquérir Dollar Shave Club, une entreprise américaine de produits de rasage, pour un montant estimé à 1 milliard de dollars[34]. En septembre 2016, Unilever annonce l'acquisition de Seventh Generation, entreprise américaine spécialisé dans les produits d'hygiène écologiques[35].

En 2017, Kraft renonce au rachat d'Uniliver[36]. En mai 2017, Uniliver annonce l'acquisition des activités dédiées à l'hygiène de Quala, une entreprise colombienne, pour un montant non dévoilé[37]. En septembre 2017, Unilever annonce l'acquisition de Carver Korea, une entreprise cosmétique sud-coréenne, pour 2,27 milliards d'euros[38].

Marques du groupe[modifier | modifier le code]

Unilever possède plus de 400 marques dans le monde, dont 13 ont un chiffre d’affaires s’élevant à plus d’un milliard d’euros et 8 à plus d'un demi-milliard d'euros. Ensemble, les 20 marques principales d’Unilever représentent environ 70 % des ventes au niveau mondial[39].

Recensement des marques présentes en France, par catégories de produits :

Unilever possède des marques internationales (Knorr, Lipton) mais également de nombreuses marques locales. Ainsi, les glaces Miko se nomment Ola en Belgique, France et au Portugal, Algida en Italie, Langnese en Allemagne, ou Frigo en Espagne. Ceci s'explique par le fait qu'Unilever a construit son activité glaces au fil des années en rachetant dans chaque pays une entreprise déjà implantée. Le groupe a décidé en 1998 de donner le même logo en forme de cœur à toutes ses filiales, tout en conservant leur nom propre à chaque pays[40]. Ce logo a ensuite été simplifié en 2003.

Pour certains domaines comme les détergents, le groupe possède plusieurs marques mais ne les commercialise pas toutes dans chaque pays. Ainsi, Persil n'est commercialisé que sur quelques marchés comme le Royaume-Uni, l'Irlande ou la France. Skip est présente en Grèce, en France, à Chypre, au Portugal, en Espagne et en Afrique de Sud. Omo, Surf ou Coral sont les autres marques de lessives vendues dans de nombreux pays.

Parmi les marques non présentes en France, on peut citer : Coral[réf. nécessaire], Sunsilk[réf. nécessaire], Becel, Flora, Blue Band, Rama, Hellmann's, PG Tips, Brooke Bond, Lifebuoy, Lux, Pond's, Close-Up, Comfort, Radiant, Surf, Solo, Vaseline, Radox, Duschdas, TIGI.

Responsabilité sociétale et environnementale[modifier | modifier le code]

À travers son Plan Unilever pour un Mode de Vie Durable, Unilever a pour ambition de doubler la taille de son activité tout en réduisant son impact environnemental[41].

Publié en décembre 2010, ce plan s’est fixé trois ambitions majeures à atteindre d’ici 2020 :

  • aider plus d’un milliard de personnes à agir pour améliorer leur santé et leur bien-être ;
  • diviser par deux l’empreinte environnementale de production et d’utilisation des produits Unilever ;
  • s’approvisionner uniquement en matières premières agricoles issues de l’agriculture durable.

En 2012, Unilever publie un rapport sur les premiers résultats enregistrés depuis le lancement du Plan Unilever pour un Mode de Vie Durable sur les trois piliers qui composent son programme[42].

Santé et nutrition[modifier | modifier le code]

À travers la marque Signal, Unilever a sensibilisé 44 millions d’enfants et de parents à l’importance de se brosser les dents matin et soir. En France, 750 000 enfants de 6 ans bénéficient de ce programme d’éducation à la santé bucco-dentaire chaque année[43].

Leader au rayon glaces, Unilever s’est engagé à ce que l’ensemble de ses glaces pour enfants ne contiennent pas plus de 110 Kcal par portion. C’est aujourd’hui le cas de 95 % de sa gamme Miko pour enfants.

Dans les pays en voie de développement, la marque de savon Lifebuoy souhaite sensibiliser 1 milliard de personnes d’ici 2020 au lavage régulier des mains, afin de lutter activement contre les maladies diarrhéiques et respiratoires causées par le manque de bonnes pratiques d’hygiène.

Depuis 2004, Unilever développe un partenariat avec l’UNICEF pour réduire significativement la mortalité infantile dans le monde d’ici à 2015. En Afrique, ce partenariat public-privé a permis de sensibiliser sur le lavage des mains des enfants avant les repas. Au Ghana, par exemple, le Programme lavage des mains au savon a permis d’augmenter de 40 % à 62 % le nombre de personnes qui se lavent les mains avant de manger[44]. En Inde, Unilever et l’Unicef développent un projet pour lutter contre la malnutrition infantile avec le Synergos Institute appelé Partnership for Child Nutrition[45]. Le partenariat développe également des projets pour lutter contre la malnutrition en Amérique Latine[46].

Environnement[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Groupe Unilever a réduit de 600 000 tonnes de CO2 les émissions de ses usines à travers le monde, utilisant toujours plus d’énergie renouvelable, comme c’est le cas de 100 % de l’électricité achetée en Europe. [réf. nécessaire]

Lancée en 2007, la gamme de lessive ultra-concentrée Petit & Puissant sur les marques Skip, Omo et Persil permet d’effectuer avec une bouteille de 1 L le même nombre de lavages qu’une bouteille de 2 L, et d’économiser l’équivalent de 446 millions de sacs plastiques, 78 millions de litres d’eau et 1 296 tonnes de CO2 en France (par rapport à un liquide standard en 2007)[47].

En matière de logistique, Unilever utilise et promeut la palette carton pour ses opérations de transports, avec 85 000 palettes carton en sa possession. Plus légère et recyclable, elle permet de réduire les émissions CO2 et d’optimiser le remplissage des camions[48].

En France, 95 % des déchets industriels d’Unilever sont recyclés[réf. nécessaire]. Le groupe souhaite retirer le PVC de tous ses emballages d’ici fin 2012.[réf. nécessaire]

Toute la gamme de tablettes Sun est sans phosphate depuis 2010. En 2012, la gamme de poudre de lavage Sun est également sans phosphate.[réf. nécessaire]

Un but d’Unilever est de certifier tous les thés Lipton vendus dans le monde d’ici à 2015 (même ceux qui ne sont plus conditionnés en France) [49].

En 2007, Unilever est reconnue pour son engagement en faveur d’un business durable par Covalence, agence américaine classant les entreprises pour leur réputation éthique[50].

En août 2016, Unilever signe un accord pour acquérir Blueair, fournisseur de solutions et de technologies de purification de l'air intérieur [51].

Agriculture naturelle[modifier | modifier le code]

Unilever a augmenté de 71 % la part de matières premières agricoles d’origine naturelle dans ses produits, passant de 14 % à 24 % en un an[52].

La totalité du Thé Lipton Yellow Label en sachet provient des plantations vérifiées Rainforest Alliance[53]. L’objectif d’Unilever est que 100 % des sachets de thé Lipton proviennent de plantations vérifiées en 2015. Cependant il apparait qu'Unilever ne respecte pas les conditions fixées par Rainforest Alliance, les responsables n'ont pas voulu s'exprimer face aux caméras de télévision[54].

100 % des crèmes glacées Ben & Jerry’s vendues en Europe sont labellisées Max Havelaar depuis début 2012[55]. Les produits laitiers de ces glaces bénéficient également du programme Caring Dairy pour des exploitations laitières durables. Tous les œufs utilisés dans leur fabrication sont des œufs de poules élevées en plein air.

Unilever couvre désormais 100 % de ses achats en huile de palme pour l’Europe par des certificats Green Palm et vise les 100 % au niveau mondial d’ici 2020. Pour faciliter l’atteinte de cet objectif, Unilever a annoncé que des discussions avec le gouvernement indonésien étaient en cours pour la construction d'une usine à Sumatra avec un investissement de 100 millions d’euros localement[56].

Fondation Unilever[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, Unilever a lancé la Fondation Unilever, dédiée à l’amélioration de la qualité de la vie dans les domaines de l’hygiène, l’assainissement, l’accès à l’eau potable, la nutrition, et l’estime de soi[57]. Dans ce cadre, Unilever a noué des partenariats au niveau mondial avec cinq organisations internationales de premier plan : Oxfam, PSI, Save the Children, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial.

En France, Unilever a signé un partenariat avec l’UNICEF le 24 avril 2012 et s’engage à soutenir les programmes d’accès à l’eau et à l’assainissement dans les pays en voie de développement, grâce notamment aux marques Signal et Domestos[58].

Comité exécutif[modifier | modifier le code]

  • Paul Polman : Président Unilever Monde
  • David Blanchard : Directeur Recherche & Développement
  • Doug Baillie : Directeur Ressources Humaines
  • Jean-Marc Huet : Directeur Financier
  • Pier Luigi Sigismondi : Directeur Supply Chain
  • Keith Weed : Directeur Marketing et Communication
  • Harish Manwani : Directeur des Opérations
  • Alan Jope : Directeur Catégorie Personal Care
  • Antoine de Saint Affrique : Directeur Catégorie Food
  • Kevin Havelock : Directeur Catégorie Refreshement
  • Kees Kruythoff : Président Unilever Amériques
  • Jan Zijderveld : Président Unilever Europe


[modifier | modifier le code]

Le logotype Unilever actuel a été adopté en 2004 et fut créé par le Groupe de conseil Wolff Olins. Il est composé de 24 icônes incorporées ensemble pour créer la forme de U et représentant les marques ou valeurs du Groupe[59]. Ce logo ressemble beaucoup à l'ancien logo du groupe Système U.

Mises en cause et controverses[modifier | modifier le code]

Fixation des prix[modifier | modifier le code]

En avril 2011, Unilever se voit remettre une amende de 104 millions d’euros pour avoir illégalement pris part à un cartel de fixation des prix en Europe, aux côtés de Procter & Gamble et Henkel[60]. Le 8 décembre 2011, le groupe est exonéré d'amende pour son aide au démantèlement du cartel de la lessive en France[61].

Écologie[modifier | modifier le code]

À part dans les pays où le phosphate a été totalement interdit dans les lessives comme en France depuis le 1er juillet 2007, Unilever continue à l'utiliser dans ses produits OMO et Skip en Amérique Latine malgré les dommages qu'entraine le phosphate aux eaux des lacs et rivières[62].

Le 7 mars 2001, GreenPeace accuse le groupe Unilever d'avoir déversé 7,4 tonnes de déchet contenant du mercure derrière une de ses usines près de Kodaikanal, une ville de 34 000 habitants en Inde. Le scandale local fut d’une si grande ampleur qu’Unilever dut fermer l’usine[63].

Polémique des tests sur animaux[modifier | modifier le code]

Unilever utilise les animaux pour tester une partie de ses produits et de ses principes actifs. Il se déclare cependant en faveur de l'élimination de ces tests tout en continuant à les mettre en pratique[64].

Début 2011, le groupe a décidé d'arrêter les tests pour la marque de thé Lipton sous la pression et l'indignation des associations et a capitulé[65]. Ces tests ont notamment été dénoncés comme n'ayant aucune valeur légale[Par qui ?]. Ces tests étaient destinés à fournir des arguments de marketing faisant référence à la notion d'alicament pour les thés Lipton. Ainsi, la marque a cherché à observer si une consommation de thé pouvait atténuer une diarrhée dues à une forte présence de bactéries E. coli chez les porcs, diminuer le cholestérol pour des lapins ayant subi un régime riche en matières grasses, en lipides, réduire l'inflammation de la paroi intestinale pour des souris ayant ingéré des feuilles de thé, ou encore diminuer les affections sur des rats subissant un régime riche en sucres.

Aucune autre décision d'arrêter les tests n'a été évoquée concernant un quelconque autre produit du groupe. Ces tests, selon l'industriel, étant, à sa demande, pratiqués par des tiers[réf. souhaitée].

Pots-de-vins[modifier | modifier le code]

En 2001, Unilever admet donner des pots-de-vin aux autorités des pays en voie de développement afin de faire avancer les dossiers dans lesquels ils ont des intérêts. La compagnie affirme que cette pratique n’est « pas encouragée, mais tolérée »[66].

Grèves des travailleurs[modifier | modifier le code]

Unilever a fait appel à la police militaire afin d’intimider ses travailleurs d’une usine au Pakistan lors d'un conflit de travail[67].

Amora Maille[modifier | modifier le code]

Depuis le rachat d'Amora Maille par Unilever, une partie de la production a été délocalisée en Europe : les vinaigrettes en République tchèque[68], le ketchup en Turquie[69]. Cependant, la production de vinaigrettes a été rapatriée en France en 2010[70].

Les cornichons vendus sous les marques Amora et Maille, jadis récoltés dans l'Yonne, viennent depuis les années 2000 de Chine ou d'Inde[71].

Fralib[modifier | modifier le code]

La filiale d'Unilever qui fabrique les thés Lipton et Éléphant possédait deux unités de production en France. Après la fermeture de l'usine du Havre en 1998[72], Unilever décide en septembre 2010 de fermer l'usine Fralib de Gémenos, qui emploie 182 personnes, et de transférer la production en Pologne[73]. Les salariés et leurs organisations syndicales lancent alors une campagne de boycott ciblé[74], décident d'occuper l'usine pour le maintien de l’activité et proposent d'autres solutions de reprise. Ils réclament la cession de la marque Éléphant et un accord de sous-traitance avec Unilever. En mai 2014, après l'annulation par trois fois de son plan social par la justice et 1336 jours d'occupation de l'usine, les Fralibs l'emportent, Unilever conserve la marque, mais cède les machines pour un euro et finance la création d'une SCOP[75].

Travail forcé et travail des enfants[modifier | modifier le code]

En novembre 2016, Amnesty International publie un rapport dénonçant le travail des enfants et le travail forcé dans les plantations indonésiennes de palmiers à huile fournissant des entreprises comme Nestlé, Unilever, Kellogg's, Colgate-Palmolive et Procter & Gamble[76],[77].

Unilever dans le monde[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le siège social d'Unilever France est situé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

En 2011, Unilever France employait 2 800 salariés et son chiffre d'affaires s'élevait à 2,5 milliards d'euros.

Unilever possède trente-deux marques dans ces quatre catégories de produits : les boissons et les glaces, l’alimentaire, le soin de la personne et l’entretien de la maison. Depuis janvier 2010, le PDG d’Unilever France est Bauke Rowers.

La France accueille un centre d’innovation client (sic), qui utilise la technologie virtuelle et un magasin laboratoire[78].

La France compte 6 usines de production exportatrices :

Avant 2012, Unilever France possédait une septième usine à Gémenos (Bouches-du-Rhône). Il s'agissait de l'usine Fralib qui produisait les marques Lipton et Éléphant. La fermeture annoncée de cette usine soulève de nombreuses polémiques et l'occupation du site[79].

La totalité des lessives et des gels douches vendus en France sont importés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « An Ice Cream Machine That Measures Smiles », CBS News,
  2. [PDF] (en) http://www.indianet.nl/pdf/CertifiedUnileverTea.pdf
  3. « Kraft a proposé une fusion à Unilever qui l'a rejetée », sur fr.reuters.com (consulté le 17 février 2017)
  4. a et b Notre histoire, sur le site d'Unilever Canada
  5. [1]
  6. En savoir plus sur la société Astra
  7. Puget, sur Prodimarques
  8. Béatrice Collin et Jean-François Delplancke, L'Oréal, La beauté de la stratégie, Dunod, (ISBN 9782100729890, lire en ligne)
  9. Unilever fait le ménage chez Miko, Libération, 7 février 1995
  10. Unilever peut s'emparer du groupe Ortiz-Miko, Les Echos, 17 mars 1994
  11. Unilever Agrees to Buy Helene Curtis, New-York Times, 15 février 1996
  12. Le rachat de Bestfoods par Unilever autorisé sous conditions
  13. « Bestfoods se tournerait vers Diageo pour contrer Unilever », L'Expansion,‎ (lire en ligne)
  14. La réorganisation d'Unilever France s'intensifie, le groupe cède une nouvelle série de marques, sur l'Usine Nouvelle
  15. Chez Unilever, ainsi meurent les marques, sur l'Expansion
  16. Banania redevient l'ami des enfants
  17. Lesieur rachète l'huile d'olive Puget, sur Usine Nouvelle
  18. Lettre Capital Finance du 12 novembre 2007 p. 13
  19. « Unilever va supprimer 20.000 emplois dans les quatre ans à venir », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne)
  20. avec AFP, « Amora va fermer son usine historique de Dijon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  21. L'usine historique d'Amora ferme ses portes à Dijon, l'Express, 04 février 2009
  22. Sara Lee poursuit son démantèlement
  23. Personnel de rédaction, « Unilever : rachat de la branche PC de Sarah Lee », BFM,‎ (lire en ligne)
  24. Sanex rejoint Dove, Axe et Rexona dans la famille Colgate
  25. Unilever aims for big hair day with Alberto buy, David Jones, Reuters, 27 septembre 2010
  26. Unilever rachète Alberto Culver
  27. Keren Lentschner, « Unilever vise un retour à la croissance en France », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  28. (en)Unilever agrees to acquire 82 % of Russian skincare maker Kalina
  29. a et b Laurence Girard, « Les sauces pour pâtes Ragu et Bertolli quittent les rayons d'Unilever », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  30. Unilever Agrees to Sell Soft & Beautiful, TCB and Pro-Line Comb-Thru to Strength of Nature, Reuters 19 novembre 2013
  31. Unilever sells Slim-Fast brand to U.S. private equity firm, Reuters, 10 juillet 2014
  32. P&G to sell soap brands Camay and Zest to Unilever, Reuters, 22 décembre 2014
  33. Unilever to acquire Murad to expand skincare business, Reuters, 2 juillet 2015
  34. Unilever buys men's grooming brand Dollar Shave Club, Reuters, 20 juillet 2016
  35. Unilever to buy U.S.-based Seventh Generation, Reuters, 19 septembre 2016
  36. « Kraft Heinz a renoncé «à l’amiable» à racheter Unilever », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  37. Unilever rachète la branche hygiène de Quala, Le Figaro, 15 mai 2017
  38. Hyunjoo Jin et Martinne Geller, « Unilever steps up beauty push with $2.7 billion Carver Korea deal », sur Reuters,
  39. (en) [PDF] "Annual Report and Accounts 2008" Adding Vitality to Life
  40. (en)Hertbrands logos
  41. http://www.sapsustainabilityreport.com/unilever
  42. « Premiers résultats du plan Mode de vie durable d'Unilever »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 mars 2013)
  43. Unilever célèbre le premier anniversaire de son plan pour un mode de vie durable et publie ses progrès accomplis en 2011
  44. http://www.unicef.org/wash/files/26351LayoutFR1small.pdf
  45. http://www.synergos.org/partnerships/pcnindia.htm
  46. http://www.unicef.org/lac/Situation_Analysis_on_FCF_final(1).pdf
  47. Skip rétrécit la lessive, sur Journal du Net
  48. « Unilever France a retrouvé la croissance », La Tribune.fr,‎ (lire en ligne)
  49. http://cdurable.info/Rainforest-Alliance-lettre-d-information-Automne-2010,2955.html
  50. http://www.drugs.com/news/covalence-ethical-ranking-2007-7571.html
  51. Unilever : acquisition dans la purification d'air
  52. « Premiers résultats du plan Mode de vie durable d'Unilever »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 mars 2013), article du 26 avril 2012.
  53. http://www.rainforest-alliance.org/fr/multimedia/kericho-tea-estate
  54. Le business du commerce équitable, ARTE
  55. Les crèmes glacées Ben Jerrys seront 100 % équitables en 2011
  56. Unilever investit dans l'huile de palme naturelle, sur le site belge de RTL
  57. Eau potable, Unilever s'investit aux côtés de l'Unicef
  58. France s'engage aux côtés de l'Unicef pour améliorer durablement l'accès à l'eau potable et aux sanitaires dans les pays en voie de développement
  59. Explication du logo Unilever
  60. (en) « Unilever and Procter & Gamble in price fixing fine », BBC News.com,‎ (lire en ligne)
  61. Prudhomme 2011
  62. (en) « Unilever-Chile Reducira el uso de los fosfatos », Ultimahora (consulté le 30 septembre 2010)
  63. http://www.greenpeace.org.uk/media/press-releases/greenpeace-accuses-unilever-of-negligence-over-mercury-poisoning-of-indian-tourist-resort
  64. Cf FAQ d'Unilever Canada. Consultation du 17 mars 2011
  65. Cf. Dépêche AFP du 2 février 2011 et article du journal suisse Le Matin Unilever ne testera plus les thés Lipton sur des animaux. Consultation du 17 mars.
  66. (en) Dow Jones, « 2 Companies Admit Payments to Officials », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  67. http://www.marxist.com/pakistan-unilever-management-employs-dirty-tactics.htm
  68. « Rebsamen: "Je ne comprends pas la stratégie d'Amora" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  69. « Dijon perd sa moutarde : Maille Amora supprime 265 emplois », Le Point.fr,‎ (lire en ligne)
  70. Didier Hugue, « Amora-Maille fait monter la mayonnaise à Dijon », L'Usine Nouvelle.fr,‎ (lire en ligne)
  71. Le cornichon en France
  72. Claire Rainfroy, « La vie chahutée des Fralib », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  73. Keren Lentschner, « Unilever solde le conflit avec les «Fralib» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  74. Ils appellent au boycott de leur marque, Europe 1, publié le 29 décembre 2010.
  75. « Scop : les Fralib dans l’infusion de la victoire », Libération, 15 juin 2014.
  76. « Huile de palme : travail des enfants et travail forcé », sur amnesty.fr,
  77. Charlotte Cieslinski, « Colgate, Nestlé... achètent de l'huile de palme produite par des enfants », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  78. Unilever verse dans Second Life, sur eMarketing
  79. http://www.fralib.fr/
  • Cécile Prudhomme, Amende exceptionnelle pour le cartel de la lessive, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Unilever.

Liens externes[modifier | modifier le code]