Gecina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gecina
logo de Gecina

Création 1959
Dates clés 1998 : changement de nom
Personnages clés Bernard Carayon (Président), Meka Brunel (DG)
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : GFC
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Immobilier locatif
Effectif 500
Site web gecina.fr

Gecina est une société foncière qui détient, gère et développe un patrimoine immobilier de 19,6 milliards d’euros situé à près de 93 % en Ile-de-France[1]. Gecina est une société d’investissement immobilier cotée (SIIC) sur Euronext Paris et compte près de 500 salariés. La foncière oriente son activité autour du premier patrimoine de bureaux de France et d’un pôle de diversification composé d’actifs résidentiels et de résidences pour étudiants.


Histoire[modifier | modifier le code]

Gecina est créée en janvier 1959, sous l’appellation Groupement pour le Financement de la Construction (GFC), drainant les fonds d’une soixantaine de compagnies d’assurance pour financer le développement d’immeubles résidentiels.

La société est renommée Gecina en 1998 à l’occasion du rachat de la société immobilière Foncina. Gecina poursuit son développement par l’acquisition de plusieurs sociétés immobilières et, grâce au rachat de Simco en 2003, double pratiquement de taille et devient la première foncière en France[2]. Gecina adopte en 2003 le statut SIIC (société d’investissement immobilier cotée) qui lui permet notamment de diversifier son patrimoine et de se développer dans le secteur tertiaire.

En juin 2017, Gecina annonce l'acquisition d'Eurosic pour 3,3 milliards d'euros, qui lui permet de devenir la 4e foncière européenne et la 1re foncière de bureaux[3],[4]. Eurosic avait acquis la Foncière de Paris en 2016, qui elle-même avait fusionné avec la Foncière Paris France en 2013.

La Caisse de dépôt et placement du Québec est le 1er actionnaire, en 2018, de Gecina, en détenant 23 % des parts du capital.


Stratégie[modifier | modifier le code]

Gecina a confirmé sa volonté de se concentrer sur l'immobilier de bureaux sur les principaux quartiers d'affaires de la capitale. Elle poursuit son développement avec l'acquisition d'immeubles de bureaux sur les quartiers d'affaires de La Défense (acquisition de la Tour T1[5]), de Boulogne (acquisition de l'immeuble City 2 [6]), de la région lyonnaise (acquisition de Sky 56[7]) et du QCA parisien (acquisition du 145 rue de Courcelles [8] et du 34 rue Guersant[9]).

En 2016 la foncière a finalisé la cession de son patrimoine d'immobilier de santé [10].

En juillet 2018, Gecina affirme vouloir se concentrer bien plus sur l'immobilier résidentiel, à Paris surtout (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/biens-d-equipement-btp-immobilier/immobilier-gecina-veut-se-concentrer-sur-paris-et-le-logement-785834.html).



Gouvernance[modifier | modifier le code]

Gecina a été nommée en 2016 et en 2017 en tête du SBF 120 sur les enjeux de féminisation des instances dirigeantes[11].

Meka Brunel est nommée directrice générale en janvier 2017[12].


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de Gecina compte des grands noms de l’architecture française ou internationale : Ateliers Jean Nouvel, Jean-Paul Viguier, Valode et Pistre, AIA, Ateliers 234, Skidmore, Owings and Merrill, Atelier Zündel Cristea, Elisabeth Naud et Luc Poux, Foster + Partners, Franklin Azzi, Anthony Béchu, CALQ, Chaix et Morel, DTACC, François Leclercq, Jean Dubuisson, Dusapin-Leclercq, Franck Hammoutène, Lobjoy & Bouvier, Pei Cobb Freed & Partners…

Le patrimoine de Gecina compte notamment des immeubles emblématiques comme la Tour Mirabeau, la Tour Horizons, la Tour T1, le Centre commercial Beaugrenelle (cédé en 2014[13]) ou l'immeuble LVMH situé 101 Avenue des Champs-Élysées.

Données boursières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]