AkzoNobel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
AkzoNobel
logo de AkzoNobel
Création 1994
Action NASDAQ : AKZOY
Euronext : AKZ
Siège social Drapeau des Pays-Bas Amsterdam (Pays-Bas)
Activité industrie chimique
Produits produits de santé, peintures, produits chimiques, etc.
Effectif 49 560
Site web www.akzonobel.com
Chiffre d’affaires 16,4 milliards d'euros (2013)

AkzoNobel, trust multinational néerlandais dont le siège se trouve à Amsterdam, est un fournisseur de produits de santé, de peintures et de produits chimiques. Son titre fait partie d'Euronext 100.

Pour l'année 2013, le chiffre d'affaires consolidé a atteint 16,4 milliards d'euros. L'entreprise compte plus de 49 560 employés dans plus de 80 pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

AkzoNobel a une histoire de plus de deux siècles et est né d'un grand nombre de sociétés parentes.

Akzo[modifier | modifier le code]

La plus ancienne de ces sociétés est la petite usine de peinture Det Holmbladske Selskab au Danemark. Holmbladske a été fondé en 1777 et survit dans la marque d'enduit Sadolin.

La plus ancienne des sociétés parentes néerlandaise est Sikkens, une usine de peintures et vernis, qui a démarré en 1792 à Groningue. Il y a eu des fusions avec plusieurs autres sociétés néerlandaises plus ou moins connues (année de fondation en parenthèses) :

  • Nederlandse Kunstzijdefabriek Enka (1911) qui par fusion devient Algemene Kunstzijde Unie (AKU), producteur néerlandais-allemand de fibres synthétiques ;
  • Zwanenberg (1887), branche viande et sa filiale Organon (1923), branche médicaments et produits chimiques ;
  • Kortman & Schulte, Noury & van der Lande (1838) ;
  • Duyvis (1961 (jusqu'en 1987) ;
  • Koninklijke Zwavelzuurfabrieken voorheen Ketjen (1835) ;
  • Bemberg (1792) ;
  • Vereinigte Glanzstoff Fabriken (1899) ;
  • Koninklijke Nederlandse Zoutindustrie (1918) ;
  • Chefaro (1968, (jusqu'en 2001).

En 1962, Koninklijke Nederlandse Zoutindustrie et Ketjen fusionnent pour former Koninklijke-Zout Ketjen. En 1967, Koninklijke-Zout Ketjen et Koninklijke Zwanenberg Organon forment Koninklijke Zout Organon. En 1969, Algemene Kunstzijde Unie (AKU) et Koninklijke Zout Organon forment Akzo.

Selon les normes néerlandaises de l'époque, Akzo était alors une société géante avec plus de 100 000 employés à travers le monde. AKZO continuait de grandir à grands pas mais vendait aussi des sociétés, des produits et des marques pour se concentrer autour de produits principaux. L'objectif initial était les produits pharmaceutiques, pour se tourner après 1990 vers la peinture comme activité principale.

Nobel Industries[modifier | modifier le code]

Nobel Industries, spécialiste de produits chimiques pour l'industrie papetière, a été formé en 1984 par la fusion de KemaNobel et Bofors. En 1871, Alfred Nobel (inventeur de la dynamite) fonde KemaNobel, qui de ce fait est une des entreprises les plus anciennes à l'origine d'AkzoNobel.

AkzoNobel[modifier | modifier le code]

Ancien logo de l'entreprise jusqu'en 2008.
Le siège de l'entreprise à Amsterdam depuis 2007

AkzoNobel est formé en 1994, année de l'achat de Nobel Industries par Akzo.

En 1998, AkzoNobel acquiert pour 1,83 milliard de livres la société britannique Courtaulds, producteur important de revêtements et de fibres. Akzo Nobel devient ainsi un des plus grands producteurs de revêtements au monde. Les usines de fibres synthétiques de Courtaulds et d'AkzoNobel ont été regroupées sous le nom de Acordis, puis vendues[1].

En 2005, le chiffre d'affaires total est de 13 milliards d'euros répartis ainsi : 3,52 milliards d’euros pour la division Pharmacie, 5,5 milliards d’euros pour la division Peintures et 3,89 milliards d’euros pour la division Chimie.

Elle commence alors une politique de spécialisation et de cessions. La séparation des activités pharmaceutiques et des activités de chimie commence par la cession de la filiale "Organon Teknika", spécialisée dans les diagnostics médicaux in-vitro, au groupe français BioMérieux en juillet 2001 pour 311 millions d'euros[2],[3].

Le 7 septembre 2006, AkzoNobel décide de scinder ses activités pharmaceutiques dans une nouvelle entité Organon BioSciences, qui est cédée en mars 2007 à la société américaine Schering-Plough pour 11 milliards d'euros soit 14,4 milliards de dollars[4].

Le 20 août 2007, AkzoNobel acquiert pour 8 milliards de livre, la société britannique ICI avec l'intention de regrouper les activités Peinture (coatings) sous la marque d'ICI Dulux et de vendre, ses activités dans les adhésifs et ses activités chimiques destinés à l'industrie électronique à Henkel[4], pour 4 milliards d'euros[5].

En février 2009, AkzoNobel annonce une dépréciation d'actif de 1,2 milliard d'euro liée à l'acquisition d'Imperial Chemical Industries, abandonnant un programme de rachat d'action de 1,6 milliard d'euros et annonce la suppression de plus de 3 500 postes[6].

En juin 2010, AkzoNobel annonce la vente à Corn Products International de ses activités liés à l'amidon, qu'il a reçu durant l'acquisition de Imperial Chemical Industries, pour 1,4 milliard de dollars[7].

En décembre 2012, AkzoNobel vend ses activités nord-américaine dans la peinture décorative à PPG Industries pour 1,1 milliard de dollars[8].

En février 2016, Akzo Nobel annonce l'acquisition des activités peintures, liées notamment à l'industrie automobile, de BASF, pour 475 millions d'euros[9],[10].

Activité[modifier | modifier le code]

Division Peintures[modifier | modifier le code]

AkzoNobel est devenu le premier producteur mondial de peintures. La division Peintures est formée de cinq unités :

  • Car Refinishes (CR) pour l'industrie automobile ;
  • Decorative Coatings Europe (DCE) and International (DCI) - des peintures décoratives ;
  • Industrial Finishes (IF) - des peintures pour les applications industrielles ;
  • Powder Coatings (POW) - des revêtements en poudre ;
  • Marine and Protective Coatings (MPC) - de la peinture protectrice, entre autres pour la marine.

Les marques les plus connues sont, entre autres, Flexa, Sikkens, Trimétal, International et Interpon. Ces produits ont été appliqués, par exemple, sur le London Eye à Londres, La Scala de Milan et le pont de l'Øresund entre le Danemark et la Suède.

Division Chimie[modifier | modifier le code]

Depuis le regroupement de 2005 la division Chimie est formée de cinq unités :

  • Base Chemicals (BC) ;
  • Functional Chemicals (FC) ;
  • Polymer Chemicals (PC) ;
  • Surfactants (SC) ;
  • Pulp and Paper Chemicals, qui traite aussi sous le nom de Eka Chemicals (PPC).

La division Chimie d'AkzoNobel est le premier producteur mondial de sel, de produits chlorine-alkali et d'autres produits chimiques industriels de base, qui servent pour la fabrication de produits de consommation tels que le papier, la glace à la crème, les produits de cuisine, les cosmétiques, les matières plastiques, le verre.

Division pharmaceutique[modifier | modifier le code]

La division pharmaceutique de AkzoNobel a été regroupée dans Organon BioSciences vendue en 2007. Pour la santé animale, voir Intervet et Schwabenheim an der Selz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Akzo Nobel to Acquire British Paint Maker, The New York Times, 21 avril 1998
  2. bioMérieux en passe d'acquérir l'activité diagnostic d'Akzo-Nobel, Les Échos, 15 février 2001
  3. BioMérieux-Pierre Fabre finalise l'acquisition d'Organon Teknika pour 311 millions d'euros, Les Échos, 4 juillet 2001
  4. a et b Imperial Chemical Agrees to Takeover Offer, Julia Werdigier, The New York Times, 14 août 2007
  5. Henkel va réaliser la plus grosse acquisition de son histoire, Thibaut Madelin, Les Échos, 14 août 2007
  6. Akzo Nobel defends ICI takeover, Michael Steen, Financial Times, 24 février 2009
  7. Akzo Nobel ends three-year search for starch unit buyer, Michael Steen, Financial Times, 22 juin 2010
  8. AkzoNobel sells North American paint arm to PPG for $1.1 billion, Sara Webb et Gilbert Kreijger, Reuters, 14 décembre 2012
  9. Akzo Nobel splashes €475m on BASF’s coatings business, Financial Times, 17 février 2016
  10. Akzo Nobel to buy BASF industrial coatings unit for 475 mln euros, Thomas Escritt et Luwig Burger, Reuters, 17 février 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :