Worldline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Worldline
Image illustrative de l'article Worldline

Création 2004
Forme juridique société anonyme à conseil d'administration
Action Euronext : WLN
Siège social Bezons
Drapeau de France France
Direction Gilles Grapinet
Produits Terminaux de paiement et services commerçants, Traitements de transactions, Mobilité & Services Web transactionnels
Société mère Atos
Effectif 8 600 (2016)
Site web fr.worldline.com

Chiffre d’affaires 1,6 milliard d'euros (2016)

Worldline, filiale du groupe de services numériques Atos, est l'un des leaders européens des services de paiement et de transaction.

L'entreprise est cotée au SBF 120.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 2004[modifier | modifier le code]

Les premières activités de Worldline dans le traitement des transactions de cartes de paiement remontent aux années 1970[1], d'abord sous le nom de Sligos - issue en 1973 de la fusion entre Sliga, filiale de la banque Crédit Lyonnais, et Cegos[2] - puis, à partir des années 1980, avec Segin, spécialisée notamment dans les transactions sur Minitel. À partir des années 1990, l'entreprise se diversifie dans les paiements sur le Web avec Axime, qui donnera naissance - après sa fusion Sligos - au groupe Atos[3].

Depuis 2004[modifier | modifier le code]

En 2004, Atos intègre ses activités de services de paiement et de services en ligne dans une division appelée alors Atos Worldline.

En 2006, Atos Worldline intègre dans son périmètre les sociétés belges Banksys, en charge de la sécurisation et de la garantie des paiements électroniques en Belgique, et Bank Card Company (BCC)[4], spécialisée dans la gestion des systèmes de paiement liés aux deux plus grands réseaux de cartes de crédit du pays, Visa et MasterCard. Les deux sociétés, employant environ 1 100 salariés pour un chiffre d'affaires de 309 millions d'euros, sont rachetées auprès de leurs quatre actionnaires : Dexia, Fortis, ING et KBC[5].

En 2010, Atos Worldline acquiert l'entreprise indienne Venture Infotek pour environ 100 millions de dollars et l'intègre à Atos Worldline[6]. La société, spécialisée dans les moyens de paiement et le traitement des transactions, couvre le marché des commerçants ainsi que celui des banques et des programmes gouvernementaux[7].

En 2011, Atos acquiert les activités de SSII de Siemens, qui incluent également des activités de transactions électroniques, qui sont intégrés dans sa division Worldline. En 2012, Atos Worldline acquiert pour un montant inconnu Quality Equipment, une entreprise néerlandaise de paiement électroniques et l'intègre à Atos Worldline[8],[9].

En 2013, Atos filialise sa division Atos Worldline, lui donnant plus d'autonomie[10],[11].

En 2014, Atos introduit partiellement en bourse Worldline sur 26,59 % de ses participations pour 575 millions d'euros, valorisant Worldline à une capitalisation de 2,1 milliards d'euros[12],[13].

En novembre 2015, Worldline fusionne ses activités de traitements de transactions financières électroniques avec Equens, une entreprise néerlandaise. Dans le cadre, de cette fusion, Worldline débourse 72 millions d'euros, mais possède 63,6 % de la co-entreprise Equens Worldline Company ainsi créée, le restant étant détenue par des banques néerlandaises, allemandes et italiennes, actionnaire de Equens. Dans le cadre de cette fusion, Worldline acquiert la possibilité à terme d'acquérir de manière préférentielle les participations de ces banques dans cette co-entreprise[14].

En juillet 2017, Worldline annonce l'acquisition de la société suédoise Digital River World Payments (DRWP) pour un montant non révélé[15]. L'entreprise, créée en 1997 et basée à Stockholm, génère un chiffre d'affaires annuel de 37 millions de dollars[16].

Dans la foulée, Worldline fait l'acquisition de First Data Baltics, filiale de First Data Corp en Lituanie, Lettonie et Estonie pour un montant d'environ 73 millions d'euros[17]. Ces trois filiales ont dégagé en 2016 un chiffre d'affaires de 23 millions d'euros[18], employant environ 200 personnes[17].  

Activités[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires de Worldline se répartit, en 2015[1], entre :

  • Services aux commerçants (30%). L'entreprise compte 186 000 clients commerçants, dans 20 pays.
  • Services financiers (45%). Worldline processe environ 1 000 transactions de paiement par seconde sur sa plateforme européenne.
  • Mobilité & services Web transactionnels (25%)

Fintech[modifier | modifier le code]

En juillet 2017, Worldline et le groupe pétrolier Total s'associent pour financer le déploiement d'une solution digitale de guichet unique en Afrique, conçue par la startup sénégalaise InTouch, spécialisée dans la Fintech[19].

Nouveaux moyens de paiement[modifier | modifier le code]

Au printemps 2017, Worldline développe en collaboration avec la banque belge Belfius la première application de paiement via smartphone en Belgique[20].

Direction[modifier | modifier le code]

  • Directeur général (depuis juillet 2013[21]) : Gilles Grapinet
  • Directeur général délégué (depuis juillet 2013[21]) : Marc-Henri Desportes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Worldline reformule les paiements », sur lesechos.fr, (consulté le 16 août 2017)
  2. « Henri Pascaud PDG de Sligos », sur lesechos.fr, (consulté le 16 août 2017)
  3. « La fusion de Sligos et d'Axime donne naissance au groupe Atos », sur lesechos.fr, (consulté le 16 août 2017)
  4. (en) « Ce qu’il faut savoir pour réussir à absorber ses concurrents », sur www.dynamique-mag.com (consulté le 4 septembre 2017)
  5. « Atos Origin : rachète BCC et Banksys, pour devenir un leader européen des services de paiement », Boursier.com,‎ (lire en ligne)
  6. Europe’s card services company to buy Venture Infotek for $100 million, Mayur Shetty et M Sabarinath, The Economic Times, 27 août 2010
  7. Reuters Editorial, « Atos rachète un spécialiste des moyens de paiements en Inde », Reuters,‎ (lire en ligne)
  8. Paiement électronique : Atos rachète Quality Equipment, Les Échos, 11 juin 2012
  9. Atos avale son partenaire Quality Equipement, Olivier Robillart; Clubic, 13 juin 2012
  10. Atos va filialiser son activité de paiement à la mi-2013, Solveig Godeluck, Les Échos, 22 février 2013
  11. Atos va filialiser ses activités de paiement et de transactions, Joël Antoine, L'Express, 22 février 2013
  12. Atos : succès de l'introduction en bourse de Worldline, Figaro, 26 août 2014
  13. Succès de l’introduction en bourse de Worldline, Worldline, 26 juin 2014
  14. Worldline s'allie avec Equens pour se renforcer dans le paiement, Usine Nouvelle, 3 novembre 2015
  15. « e-Paiements: Worldline absorbe son concurrent Digital River World Payments », ITespresso.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Paiement : Worldline promet de multiplier les acquisitions », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  17. a et b « WORLDLINE : acquisition de First Data Baltics », Le Figaro Bourse,‎ (lire en ligne)
  18. « BREF - Worldline rachète des filiales de First Data dans les pays baltes », Investir,‎ (lire en ligne)
  19. « Total et Worldline misent sur la Fintech africaine InTouch », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  20. « Payer avec son smartphone est aussi possible chez KBC et BNP Paribas Fortis », Echo.be,‎ (lire en ligne)
  21. a et b « Worldline, le leader européen dans les paiements et services transactionnels, est constitué et opérationnel | Euronext », sur www.euronext.com (consulté le 18 août 2017)