CFM International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CFM International
Image illustrative de l'article CFM International

Création 1974[1]
Dates clés 1982 Le Premier CFM56-2 entre en service sur un Delta DC-8 Super 70
Siège social Drapeau de la France Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Activité aéronautique
Produits Moteurs d'avions
Société mère coentreprise de GE et Safran Aircraft Engines
Effectif 30 000
Site web www.cfmaeroengines.com/

CFM International est une coentreprise entre la société américaine General Electric et la société motoriste française Safran Aircraft Engines, anciennement SNECMA[2]. Le but de cette union est de développer et vendre la série de réacteurs d'avions CFM56.

CFM n'est pas un sigle et n'a pas de sens particulier. Le nom de l'entreprise (CFM) et du produit qu'elle vend (le CFM56) vient de la combinaison des noms des deux réacteurs produits par les sociétés mères, le CF6 de GE Aviation et le M56 de la Snecma.

Au début du XXIe siècle, CFM International est un exemple de coopération industrielle franco-américaine réussie. Les moteurs CFM56 – la famille de turboréacteurs la plus vendue au monde – connaissent un vif succès auprès des compagnies aériennes. Ces moteurs équipent aujourd'hui la majorité de la famille des A320 d'Airbus (A318/319/320/321), ainsi que la quasi totalité des Boeing 737. CFM développe le LEAP, moteur nouvelle génération, dont le premier essai en vol a eu lieu le [3].

Créée en 2010, spécialisé dans les pièces d'occasions, CFM Materials, LP fournit des solutions matérielles pour les moteurs CFM56, offre la possibilité de stocker des pièces ou moteurs pour le compte d'autres entreprises et aide à déterminer la valeur des moteurs CFM56.

Produits[modifier | modifier le code]

CFM56[modifier | modifier le code]

La famille de moteurs CFM International CFM56 a été livrée à plus de 31 000 unités en 2016 et équipe près de 14 000 avions commerciaux et militaires, notamment les Airbus (A320) et Boeing (737). Le CFM56 est le moteur qui équipe le plus d'avions au monde. On distingue [Quand ?] deux versions différentes du moteur, le CFM56-7BE et le CFM56-5B PIP.

Leap[modifier | modifier le code]

Le moteur LEAP est une évolution de la famille CFM56, plus aérodynamique, plus léger, réalisé avec des matériaux plus solides, une chambre de combustion à faibles émissions. À partir de 2016, le nouveau moteur LEAP pourra alimenter les trois nouvelles générations monocouloir de jets commerciaux, tels que l'Airbus A320neo, le Boeing 737 MAX et le COMAC C919, ce qui représente environ 90% du marché à fuselage étroit. Il existe trois différentes versions du moteur: LEAP-1A (Airbus A320neo), le LEAP-1B (Boeing 737 MAX) et le LEAP-1C (COMAC C919).

Clients[modifier | modifier le code]

En 2014, l'United States Air Force exploite 2 500 moteurs CFM, ce qui en fait le premier client de l’entreprise[4].

CFM International remporte l'un des plus gros contrats de son histoire en février 2016, Transportation Partners, la filiale de leasing de Lion Group, décide motoriser les 174 A320neo commandés à Airbus en mars 2013 avec des réacteurs Leap-1A. Le contrat porte sur 348 moteurs et représente 4,9 milliards de dollars aux prix catalogue, soit un montant unitaire de l'ordre de 14,1 M$.

Le contrat comprend également le soutien de CFM en conseil et en ingénierie pour concevoir, construire et mettre en service un nouvel atelier de maintenance et d'essais pour le compte du groupe à Batam, en Indonésie, celui ci sera conçu pour les moteurs CFM56 et Leap[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Challenges, 15 mai 2014
  2. « Safran : la fin de Snecma, Turbomeca, Labinal, Messier-Bugatti, Hispano-Suiza,....... - Air&Cosmos » (consulté le 15 juillet 2016)
  3. « Premier vol d'un LEAP », Air et Cosmos,‎ (lire en ligne)
  4. Propulsion aéronautique militaire, Safran Secma, , 32 p., p. 13.
  5. « CFM Intl: la branche leasing de Lion Air commande 348 moteurs pour des Airbus A320 », sur Investir (consulté le 19 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]