Smurfit Kappa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Smurfit Kappa Group
logo de Smurfit Kappa
illustration de Smurfit Kappa

Création 1934
Forme juridique Limited Company (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Londres (SKG) et Irish Stock Exchange (SK3)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Dublin
Drapeau d'Irlande Irlande
Direction Anthony Smurfit (en) (depuis )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Packaging
Produits Caisse américaine, emballage e-commerce, display, PLV, emballage alimentaire, heavy duty...
Effectif 46 000 en 2019
Site web [1]

Capitalisation 6,639 milliards milliards fin août 2019
Chiffre d'affaires 9,048 milliards d'euros en 2019
Résultat net 484 millions d'euros en 2019

Smurfit Kappa Group est une entreprise de fabrication d'emballages à base de papier. Leader européen du secteur, elle opère dans 35 pays, et fournit des produits en carton ondulé, bag-in-box, et carton plat, allant de l’emballage prêt-à-vendre à la publicité sur le lieu de vente (PLV), en passant par le heavy-duty (très résistant) et la palette en carton.

Historique[modifier | modifier le code]

A l'origine une petite fabrique de boites et de carton d'emballage est créée en 1934 à Rathmines, un faubourg de Dublin pour le marché irlandais[2]. Elle est achetée par Jefferson Smurfit en 1938. En 1955, Michael Smurfit (en) rejoint l'entreprise de son père Jefferson. L'entreprise Jefferson Smurfit (nl) fait son entrée à l'Irish Stock Exchange en 1964.

En 1994, le groupe Smurfit achète la papeterie française La Cellulose du pin[3] de Biganos (et le Comptoir du pin[4], la société forestière chargée de l’approvisionnement de la papeterie de Biganos), dont le groupe Saint-Gobain se sépare[5].

En 2005, les papeteries irlandaises Jefferson Smurfit, fusionnent avec les papeterie néerlandaises Kappa Packaging (nl), et prend le nom de Smurfit Kappa.

Propriété de Smurfit Kappa, la Société des papeteries de la Seine, dite aussi Papeterie du Petit Parisien, à Nanterre[6], ouverte en 1904, est fermée en 2011[7],[8].

En , Smurfit Kappa annonce l'acquisition de Reparenco, une entreprise néerlandaise pour 460 millions d'euros[9]., .

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Mise à jour au [10].

Nom %
Norges Bank Investment Management 6,94%
Vanguard Group 3,39%
Gic Pte Investment Management 3,15%
Henderson Global Investors 2,99%
Schroder Investment Management 2,94%
State Street Global Advisors 2,54%
Legal & General Investment Management 2,48%
Newton Investment Management 1,62%
Dws Investment 1,57%
BlackRock Fund Advisors 1,48%

Activité[modifier | modifier le code]

Smurfit Kappa est numéro 2 sur le marché mondial pour la production d'emballages en carton ondulé avec 9 milliards € de chiffres d'affaires en 2019[11].

Smurfit Kappa possède 368 installations dans le monde, emploie 45 000 personnes et opère dans 21 pays en Europe et 12 pays en Amérique latine.

Présence en France[modifier | modifier le code]

Smurfit Kappa France a réalisé un chiffre d'affaires de 693 millions d'euros en 2015[12] avec un résultat net négatif de 25 millions d'euros. La société emploie 2710 salariés dans 28 établissements[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hubert Bonin, Facture-Biganos, I. La naissance de la papeterie (1925-1945), Bulletin de la société historique et archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, 2e trimestre 2012, n°152, pp. 32-54, 16 p., [[ lire en ligne]]
  • Hubert Bonin, Facture-Biganos, II. La croissance de la papeterie (des années 1940 aux années 1970), Bulletin de la société historique et archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, 3e trimestre 2012, n°153, pp. 30-57, 19 p.,[[ lire en ligne]]
  • Hubert Bonin, Facture-Biganos, III. la papeterie menacée mais gagnante (1975-2008) , Bulletin de la société historique et archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, 4e trimestre 2012, n°154, pp. 36-50.
  • Richard Antoine, « Les papeteries landaises », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. tome 5, fascicule 1,‎ , p. 103-110 (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2020)
  • Anne-Marie Pinaud, « Les papeteries des Landes de Gascogne », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. tome 46, fascicule 2,‎ , p. 157-180 (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2019)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.smurfitkappa.com/about/corporate-governance/board-of-directors »
  2. « Notre histoire », sur smurfitkappa.com (consulté le 5 novembre 2019)
  3. « Smurfit Kappa Cellulose du Pin », sur smurfitkappa.com (consulté le 19 avril 2020)
  4. « Smurfit Kappa Comptoir du Pin (SKCDP) », sur smurfitkappa.com (consulté le 19 avril 2020)
  5. « Smurfit Kappa Biganos : usine durable », sur nouvelle-aquitaine.fr, (consulté le 5 novembre 2019)
  6. Papeteries de la Seine, Nanterre
  7. « Les salariés des Papeteries de la Seine trouvent portes closes », sur Le Parisien,
  8. Nanterre : que va devenir le site des papeteries ?
  9. « Ireland's Smurfit aims to see off takeover with Dutch acquisition », sur Reuters,
  10. Zone Bourse, « liste des actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 2 septembre 2019)
  11. « Qui sommes-nous », sur www.smurfitkappa.com (consulté le 30 juillet 2018)
  12. comptes récents non disponibles
  13. « identité et bilans », sur www.societe.com (consulté le 2 septembre 2019)