Snecma M88

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Snecma M88
Vue du moteur
M88 exposé au Salon du Bourget

Constructeur Snecma
Premier vol
Utilisation AMD-BA Rafale A (démonstrateur)
Dassault Rafale (avion de production)
Caractéristiques
Type Turboréacteur à double flux, à double corps et postcombustion
Longueur 3 538 mm
Diamètre 696 mm
Masse 897 kg
Composants
Compresseur • BP : 3 étages
• HP : 6 étages
Chambre de combustion Annulaire
Turbine • HP : 1 étage (entraînant le corps HP)
• BP : 1 étage (entraînant le corps BP)
Performances
Poussée maximale à sec 50 kN
Poussée maximale avec PC 75 kN
Taux de compression 24,50 : 1
Taux de dilution 0,30 : 1
Débit d'air 65 kg/s
Température Entrée Turbine 1 577 °C (1 850 K)
Consommation spécifique à sec 80 kg/(kN⋅h)
Consommation spécifique avec PC 170 kg/(kN⋅h)

Le Snecma M88 est un turboréacteur double-flux à postcombustion, construit pour l'avion de combat Dassault Rafale par le motoriste français Snecma (désormais Safran Aircraft Engines).

Historique[modifier | modifier le code]

Le développement du M88 débute en 1987 dans les bureaux d'étude de Snecma. Chargé de propulser le futur Rafale de Dassault, il doit pour cela permettre une utilisation polyvalente (missions à haute au basse altitude, missions d'interception) et une faible consommation spécifique en régime de croisière tout en étant compact[1]. Le M88-2 tourne pour la première fois au banc d'essais en [2], puis vole sur le Rafale A le [2].

Après de centaines d'heures de vol sur les différents prototype du Rafale, le M88-2 est certifié « bon de vol » en [2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Au vu des contraintes de polyvalence demandées au moteur, une architecture double corps (pour une accélération rapide) double-flux (pour réduire la consommation) a été retenue[1]. Le moteur M88 délivre une poussée de 50 kN à sec, pour une consommation de 0,8 kg/(daN. h), et 75 kN avec la postcombustion, pour une consommation de 1,7 kg/(daN. h).

Il est équipé d'un système d'autodiagnostic très performant et la disponibilité des moteurs est en nette amélioration, participant à l'arrivée à la maturité technique des Rafale selon le commandant de la Flottille 12F[3]. Le changement d'un réacteur M88 peut être réalisé en une heure à trois mécaniciens d'aéronefs, là où il faut une demi-journée et un point fixe pour un Snecma M53 de Dassault Mirage 2000[4].

Dans le but de faciliter sa maintenance, le M88, comme son prédécesseur le M53, a une conception modulaire. Il est ainsi composé de 21 modules remplaçables isolément et sans mise au point particulière[1].

Versions[modifier | modifier le code]

Un Rafale M au décollage, avec ses deux M88 à pleine PC.
Un M88-4E, en 2013.

Ce moteur fait l'objet de différents programmes de développement :

Le programme M88-2 E4 (pour « étape 4 ») notifié en 2003 par la Direction générale de l'Armement (DGA), adopte de profondes améliorations qui rallongent sa durée de vie et réduisent les coûts de maintenance.

Le programme M88 Pack CGP (pour « coût global de possession »), ou M88-4E, s'appuie sur un contrat d'étude, développement et production notifié en 2008 par la DGA et consiste à introduire des améliorations techniques permettant de réduire les coûts de maintenance. L'objectif de cette version est de réduire le coût de possession du M88 et d'allonger les intervalles d'inspection des principaux modules en augmentant la durée de vie des parties chaudes et des pièces tournantes. Ainsi, l'intervalle entre deux opérations de maintenance est porté de 2 500 à 4 000 cycles, soit une amélioration de 60 % du temps passé sous l'aile[5]. 20 % du moteur a été modifié en comparaison de la version -2E4, les principales modifications concernent le compresseur haute pression qui se voit doté de 3 nouveaux redresseurs et d'un nouveau carter arrière, et la turbine haute pression qui reçoit de nouvelles aubes[6]. Il a été testé en vol pour la première fois le à Istres, sur le Rafale M02 du CEV. Le processus de qualification comprend 70 vols. Les premières livraisons à Dassault sont prévues pour fin 2011 et l'entrée en service dans la Marine et l'Armée de l'air en 2012 avec les derniers Rafale de la tranche 3. Le M88-4E sera alors l'unique standard de production de Snecma et les M88 déjà en service seront progressivement mis à ce standard[6].

Le programme M88-X puis M88-9[6] (9 tonnes de poussée) est un projet mené par la Snecma dans le cadre de la vente de Rafale destinés aux Émirats arabes unis. Cette variante développe 91 kN de poussée (contre 75 précédemment). Les besoins techniques étant de pouvoir opérer dans un pays chaud et permettre à l'avion d'intervenir dans des opérations d'interception. Il pourrait également équiper l'armée française dans la tranche 4 des Rafales commandés, ce moteur devant présenter les mêmes coûts de Maintien en Conditions Opérationnelles (MCO) que les précédentes versions (notamment des « Pack CGP » et « -E4 »)[7]. La principale modification de cette version est un compresseur basse pression plus gros, permettant d'augmenter le débit du moteur de 65 à 72 kg/s. Les trois étages de ce module seront des disques aubagés monoblocs[6]. Son intégration dans le Rafale pourrait poser problème en déplaçant le centre de gravité[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le moteur « high-tech » du Rafale », Air Actualités, no 494,‎ , p. 30 (ISSN 0002-2152)
  2. a b et c « Où en est le Rafale », Air Actualités, no 494,‎ , p. 28-29 (ISSN 0002-2152)
  3. Henri-Pierre Grolleau, « L'antenne ACTIVE dans l'aéro », Air Fan, no 432,‎ , p. 14.
  4. Jean-Marc Tanguy, « Arrivée des Rafales en Jordanie : manœuvre logistique », (consulté le ).
  5. Propulsion aéronautique militaire, Safran Secma, , 32 p., p. 7.
  6. a b c et d François Julian, « Moteurs plus performants pour le Rafale », Air et Cosmos,‎ (ISSN 1240-3113).
  7. Air et Cosmos no 2208.
  8. « Délicate intégration ; M88-X », Air et Cosmos,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]