Gilles (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilles.
Gilles
Le chevet de l'église Saint-Aignan.
Le chevet de l'église Saint-Aignan.
Blason de Gilles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Anet
Intercommunalité Agglo du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Michel Malhappe
2014-2020
Code postal 28260
Code commune 28180
Démographie
Gentilé Gillois, Gilloise(s)[1]
Population
municipale
540 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 52″ nord, 1° 30′ 55″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 166 m
Superficie 7,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Gilles

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Gilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gilles
Liens
Site web mairie-gilles.fr

Gilles est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire. Elle appartient au canton d'Anet. Le village a conservé son aspect rural en préservant les lavoirs, l'église, et les sept moulins à eau qui s'y situent.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes, département et région limitrophes[modifier | modifier le code]

Gilles se situe dans le département d'Eure-et-Loir appartenant à la région Centre-Val de Loire, en limite du département des Yvelines qui fait partie de la région Île-de-France.

La commune est limitrophe des communes de La Chaussée-d'Ivry, Guainville et Le Mesnil-Simon en Eure-et-Loir, ainsi que de Neauphlette, Mondreville et Longnes dans les Yvelines.

Communes limitrophes de Gilles
Guainville Neauphlette (Yvelines) Longnes (Yvelines)
Guainville Gilles Mondreville (Yvelines)
La Chaussée-d'Ivry Le Mesnil-Simon Le Mesnil-Simon

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de Gilles et de ses communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Une villa romaine, simple domaine rural, du nom de Guill puis Guilles, occupait ce site ; l'étymologie de ces appellations reste incertaine[2].

À l'époque des Mérovingiens, Gilles appartient au domaine royal. Vers l’an 700, le roi cède Gilles, ainsi que les moulins de l’Étang et de La Boissière, à l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés[2],[Note 1].

Au retour de la prise de Jérusalem en 1099, à laquelle des seigneurs du voisinage de Gilles ont pris part (dont celui d'Ivry), des templiers s’installent dans la maison dite « à Guillaume »[Note 2]. L'odonyme Côte des templiers est sans doute le souvenir de cet épisode[2].

Vers l’an 1100, quatre seigneuries se partagent alors Gilles : Vitré, La Boissière, Les Mazis et Jolivet. Leurs seigneurs s'opposent parfois en conflit armé[2].

Renaissance[modifier | modifier le code]

En 1400, la famille de Crèvecoeur s’était installé à Gilles. Près de deux siècles plus tard, en 1590, elle y entreprend la construction de l'actuel Château de Vitré (ou Vitray)[3] pour en faire sa résidence ; les travaux dureront seize ans. Cette famille y vivra jusqu’à la fin du XVIIIe siècle[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Gilles 28.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’argent à la croix enhendée d’azur percée, en cœur, d’un carreau en losange du champ, au chef de sinople chargé d’un épi d’orge d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 2010 Paul Boquet    
2010 2011 Jacques Dufrane    
2011 en cours Michel Malhappe SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 540 habitants, en diminution de -4,93 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403 454 485 418 434 415 424 400 400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381 378 335 313 322 301 315 307 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
281 273 359 269 259 250 233 232 202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
227 256 307 319 445 540 567 564 540
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Aignan
Château de Vitray.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 828, le polyptyque de l'Abbé Irminion de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, récapitule des propriétés de l’ordre.
  2. La maison à Guillaume se trouve au n° 3bis de la Grande Rue.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]