La Ferté-Vidame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie).

La Ferté-Vidame
La Ferté-Vidame
La mairie.
Blason de La Ferté-Vidame
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Saint-Lubin-des-Joncherets
Intercommunalité Forêts du Perche
Maire
Mandat
Bernard Planque
2014-2020
Code postal 28340
Code commune 28149
Démographie
Population
municipale
708 hab. (2015 en diminution de 2,88 % par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 44″ nord, 0° 54′ 06″ est
Altitude 246 m
Min. 214 m
Max. 286 m
Superficie 39,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
La Ferté-Vidame

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
La Ferté-Vidame

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferté-Vidame

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferté-Vidame

La Ferté-Vidame est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Ferté-Vidame est une commune de la région naturelle du Thymerais. Elle est limitrophe du département de l'Orne et située à 36 km de Saint-Lubin-des-Joncherets, 40 km de Dreux et 49 km de Chartres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes et département limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Ferté-Vidame
Moussonvilliers (Orne) La Chapelle-Fortin Lamblore
La Lande-sur-Eure (Orne)
Marchainville (Orne)
La Ferté-Vidame Les Ressuintes, La Puisaye
Neuilly-sur-Eure (Orne) Manou Senonches

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune abrite la source de la Meuvette, affluent en rive droite de l'Avre, sous-affluent du fleuve la Seine par l'Eure[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une ferté (du latin firmitas ; à rapprocher de ferme) est au Moyen Age une forteresse, un site fortifié (château fort, fortification, rempart) permettant de tenir solidement, fermement, une position et d'en assurer la défense et la sécurité.

Le titre de vidame de Chartres fut deux fois associé à La Ferté, car deux fois, par le jeu des alliances, le vidamé (la vidamie) de Chartres fut possédé par les seigneurs de La Ferté.

Un vidame désigne à l'origine celui qui mène l'armée d'un évêque et exerce au nom de celui-ci un certain nombre de droits féodaux. À l'époque moderne, le titre de vidame est intégré à la hiérarchie nobiliaire, et considéré comme équivalent à celui de vicomte. Certains titres de vidames étaient attachés à des fiefs, d'autres étaient héréditaires : les vidames de Chartres relèvent au début de la deuxième sorte, ils n'étaient pas au départ liés à une terre précise ; puis sous l'Ancien Régime on les associe volontiers à la terre de La Ferté-Arnaud (ou La Ferté-Ernault, devenue La Ferté-Vidame), qu'ils possèdent alors systématiquement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Age et Époque moderne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurs de la Ferté.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de La Ferté-les-Bois[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Retirada.

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 2 000 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la République espagnole devant les troupes de Franco, arrivent en Eure-et-Loir. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (le camp de Lucé et la prison de Châteaudun rouverte pour l’occasion), 53 villages sont mis à contribution[3], dont La Ferté-Vidame[4]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[5]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, mais en décembre, 922 ont préféré rester et sont rassemblés à Dreux et Lucé[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1971 Louis Poussin    
1971 2001 Jacques Dussutour RPR Conseiller Général d'Eure-et-Loir (1973-2004)
2001 2014 Jean-Pierre Jallot UMP Conseiller Général d'Eure-et-Loir (2004-2015)
2014 en cours Bernard Planque SE Retraité

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8088587258087728318229741 040
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9751 0039399339791 0061 027960978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
956966881801831778745849802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
893793790784801818779729708
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas.
Article détaillé : Église Saint-Nicolas.

Église Saint-Nicolas, XVIIe siècle, Logo monument historique Classé MH (1976)[10].

Dans cette église se trouve une plaque funéraire avec l'inscription suivante :

« Ci git Louis de Saint Simon, pair de France, comte de Rasse, Grand d’Espagne de première classe, marquis de Ruffec, comte de La Ferté Arnault, vidame de Chartres, gouverneur des ville, citadelle et comté de Blaye, bailly et gouverneur de Senlis, chevalier des ordres du Roy, cy devant du Conseil de Régence dès son établissement, depuis ambassadeur extraordinaire en Espagne, décédé le 2 mars 1755, âgé de 80 ans environ. Requiescat in pace. »

Château de la Ferté-Vidame[modifier | modifier le code]

Château de la Ferté-Vidame.
Article détaillé : Château de la Ferté-Vidame.

Château de la Ferté-Vidame, ancien domaine de Jean-Joseph de Laborde, Logo monument historique Classé MH (1976, 1991),  Inscrit MH (2007)[11].

Église Saint-Pierre de Réveillon[modifier | modifier le code]

L’ancienne église du Réveillon comporte une représentation murale du Dit des trois morts et des trois vifs : trois jeunes gentilshommes sont interpellés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme, Logo monument historique Classé MH (1978)  Inscrit MH (1978)[12].

Château du Hallier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château du Hallier.

Centre d'essai Citroën[modifier | modifier le code]

Prototype de la 2CV retrouvé dans une grange au centre d'essai de Citroën.

Les bureaux d'étude de Citroën ont disposé à la Ferté-Vidame, d'un centre d'essai secret, dissimulé dans un parc clos. C'est ici qu'ont roulé les premiers prototypes de la 2CV, appelé projet TPV. On y a retrouvé en 1994, trois exemplaires oubliés de la présérie de 1939, qui y furent cachés aux Allemands à la veille de la guerre. Cette découverte a été révélée au grand public en 1995 et exposée au salon Rétromobile de 1998. Elles sont maintenant exposées au conservatoire Citroën.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason La Ferté-Vidame.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’azur au château de trois tours d’or maçonné de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Meuvette (H4240600) » (consulté le 4 octobre 2017)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Ferté-Vidame », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 décembre 2012)
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  6. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  7. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Église Saint-Nicolas », notice no PA00097107, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Château de la Ferté-Vidame », notice no PA00097106, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Ancienne église du Réveillon », notice no PA00097108, base Mérimée, ministère français de la Culture