Aller au contenu

La Saucelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Saucelle
La Saucelle
L'église Sainte-Anne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Intercommunalité Communauté de communes des Forêts du Perche
Maire
Mandat
Philippe Penny
2020-2026
Code postal 28250
Code commune 28368
Démographie
Population
municipale
204 hab. (2021 en augmentation de 7,94 % par rapport à 2015)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 52″ nord, 1° 01′ 49″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 215 m
Superficie 14,26 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Lubin-des-Joncherets
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Saucelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Saucelle
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
La Saucelle
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
La Saucelle

La Saucelle est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le Thymerais, une région du Perche. Elle s'étend sur une surface de 1 398 ha.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée au nord par la Meuvette, affluent en rive droite de l'Avre, sous-affluent du fleuve la Seine par l'Eure[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Sud-ouest du bassin Parisien » et « Normandie (Cotentin, Orne) »[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 672 mm, avec 11,1 jours de précipitations en janvier et 8,1 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Senonches à 8 km à vol d'oiseau[4], est de 10,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 817,0 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Saucelle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,5 %), forêts (35,7 %), prairies (15,8 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de La Saucelle est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Gervaine et le Meuvette. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1999[16],[14].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de La Saucelle.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines[17]. L'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[18].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 46,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (52,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 121 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 54 sont en aléa moyen ou fort, soit 45 %, à comparer aux 70 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[19],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[14].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saliciolum, vers 1080 (Cartulaire Saint-Père-en-Vallée de Chartres) ; Salcetula, vers 1115 (Cartulaire Saint-Père-en-Vallée de Chartres) ; La Saucelle, (Archives nationales-JJ 215, n° 13, fol. 8) ; La Sausselle, 1701 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-E, Seigneurie de La Ferté-Vidame) ; La Saucelle, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

Du latin salix et suffixe diminutif ella, bas latin salicella, « petite saulaie », osier (FEW, XI, 101a).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La paroisse religieuse comprenait 2 collectes fiscales.
  • L’arrêté préfectoral du réunit les communes de La Framboisière et de La Saucelle sous le nom de La Framboisière-la-Saucelle ; l’arrêté préfectoral du redonna leur indépendance et leur territoire à chacune de ces communes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2020 Jacques Baston DVD Agriculteur retraité
2020 En cours Philippe Penny    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2022, la commune obtient deux étoiles pour le label national « Village étoilé », décerné par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN)[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2021, la commune comptait 204 habitants[Note 2], en augmentation de 7,94 % par rapport à 2015 (Eure-et-Loir : −0,64 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446458506500434417405366414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
422418392376340338304313291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248258243215226225207224226
1962 1968 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2021
202162145164167168188197204
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

* Lycée professionnel.[réf. nécessaire]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Anne[modifier | modifier le code]

La construction débute entre le XIe[26] et le XIIe siècle pour la partie romane de l'édifice[27]. Le bas-côté nord est ajouté à la nef au XVIe siècle.

L'église est ornée de vitraux losangés : bleutés dans le chœur (baies n°1 et 2) ; verdâtres sur trois baies (n°4, 8 et 10) et incolores sur la baie n°6 côté sud de la nef ; formant une teinte orangée côté ouest (baie n°3). L'oculus se trouvant au-dessus de la porte principale est rouvert et une baie y est créée par un artisan local en 2017. On y trouve une base de vitrerie avec un panneau central peint représentant une vierge à l'enfant de style oriental. Une baie de la sacristie qui avait été murée est rouverte en 2020 et une baie de losanges y est créée par les ateliers Lorin de Chartres. L'atelier est également chargé de réaliser des bavettes de plomb au bas de chaque baie afin de créer une aération générale de l'édifice. Les enduits extérieurs et intérieurs sont entièrement repris par une entreprise de maçonnerie.

Les réparations de maçonnerie dans la nef ont permis de dégager et de restaurer deux ensembles de peintures murales, confiées à l'atelier Moulinier : d'une part, un ensemble daté du XVe siècle comportant une alternance d'apôtres en pied (avec des croix de reconsécration intégrées) et de fresques encore énigmatiques du fait de la disparition des pigments d'origine végétale, d'autre part, un ensemble du XVIIe siècle comportant plusieurs litres funéraires en couches superposées avec ornements d'armoiries, pour la plupart effacées ou martelées.

Le mobilier intérieur de la nef a été restauré en suivant les préconisations de la direction régionale des Affaires culturelles, dans le respect du patrimoine, en particulier les bancs-clos dont certains remontent au XVIIe siècle.

A l'issue de ces restaurations (2017-2022) qui ont bénéficié de subventions publiques et privées et du soutien de la Fondation du patrimoine[27], l'église Sainte-Anne de La Saucelle rejoint ainsi les quelques églises peintes qui peuvent être visitées dans le Perche. Les traces retrouvées sur place à l'occasion de cette restauration correspondent à la succession de grands épisodes historiques, notamment plusieurs qui ont marqué le nord du Perche eurélien : une pierre tombale dans la nef et des traces notariées, toponymiques et archéologiques attestent de l'activité de l'ordre du Temple aux débuts de cette église entre le XIIe et le XIVe siècle ; l'élargissement de la nef correspond à la période des guerres de Religion entre catholiques et protestants au XVIIe siècle ; les 2 cloches d'origine ont été fondues pour les guerres napoléoniennes après la Révolution française, pendant laquelle les marques de la noblesse ont été martelées ou recouvertes ; elles furent remplacées en 1860 par la seule cloche actuelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Meuvette (H4240600) » (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre La Saucelle et Senonches », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Senonches », sur la commune de Senonches - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Senonches », sur la commune de Senonches - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de La Saucelle », sur Géorisques (consulté le ).
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  16. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  17. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  18. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de La Saucelle », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  20. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  21. « La commune labellisée village étoilée », L’Écho républicain,‎ , p. 10.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. « L’église Sainte Anne en partie restaurée », sur lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  27. a et b « Eglise Sainte Anne de la Saucelle en Eure-et-Loir », sur fondation-patrimoine.org (consulté le ).