Thivars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thivars
Entrée du village.
Entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Chartres-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chartres métropole
Maire
Mandat
Annick Marcetteau
2014-2020
Code postal 28630
Code commune 28388
Démographie
Population
municipale
1 064 hab. (2014)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 46″ nord, 1° 27′ 05″ est
Altitude Min. 131 m – Max. 161 m
Superficie 9,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Thivars

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Thivars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thivars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thivars
Liens
Site web www.thivars.fr

Thivars est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

C'est un village proche de Chartres, sa population est d'environ 1 000 habitants et il est traversé par la rivière l'Eure.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de l'Eure à 7 km au sud de Chartres, le village de Thivars est desservi par la D 910 (ex-route nationale 10) et l'autoroute A11 qui le place à 50 minutes de Paris. Ayant intégré la communauté Chartres-agglomération depuis 2012, le village de Thivars se développe de manière contrôlée en gardant son côté rural.

Carte de Thivars et des communes limitrophes.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bluet ;
  • Goindreville ;
  • Tachainville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village devient un bourg influent sous le règne de Louis XIV, car l'ancienne nationale a été construite quelques années auparavant pour faciliter le commerce entre Paris et le port de Bordeaux. Cette route facilite le développement de la ville qui voit sa population passer de 100 à presque 300 .

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Thivars fait partie, comme toutes les communes boisées de la vallée de l'Eure, des hauts lieux de la Résistance à l'occupation allemande. Le village est à cette époque un lieu stratégique majeur avec la nationale qui le traverse, reliant Paris à Bordeaux. Elle était donc un lieu de passage important de troupes allemandes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Annick Marcetteau UMP-LR Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 064 habitants, en augmentation de 10,95 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
366 453 465 505 591 638 626 664 653
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
718 713 675 627 610 595 626 660 643
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
590 601 523 526 536 519 536 526 501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
527 533 835 859 975 959 986 959 1 064
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ce petit village de la Beauce est traversé par la route nationale 10, renommée RD 910. Sa petite célébrité est à moitié due à cette nationale. L'autre moitié est due à sa proximité avec la ville de Chartres et sa cathédrale. Le village est aussi traversé par l'Eure qui rejoint par la suite la Seine. Le village est un bourg important pour les villages voisins à cause de son bureau de poste, mais aussi grâce à sa gendarmerie tout juste rénovée et qui dessert les communes voisines. Le village est entouré de champs de blés, de bras de l'Eure et d'étangs. Malgré sa proximité avec Chartres, Thivars fait partie d'une région très campagnarde et verdoyante de la vallée de l'Eure.

L'un des rares et seuls monuments du village est l'église de Thivars appelé Sainte-Radegonde. Visible depuis tout le village, elle date du XVIe siècle. Elle est située au cœur du village, place de la Mairie. Grâce à cette église, le village possède aujourd'hui le rattachement administratif de plusieurs hameaux ne possédant pas d'église et se trouvant à proximité du bourg, comme Tachainville, Goindreville et Bluet.

Le village possède deux silos dont un non utilisé pour stocker le blé, le colza ou le maïs des champs aux alentours. Il y a aussi en bordure du village un stade de football situé au bord de l'Eure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tous les commerces du village se trouvent sur la RD 910, on trouve :

  • une boulangerie
  • deux banques
  • trois restaurants
  • un bar
  • deux garages
  • trois salons de coiffure
  • un salon d'esthétique
  • une pharmacie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :