La Chaussée-d'Ivry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chaussée-d'Ivry
La Chaussée-d'Ivry
L'église Sainte-Blaise avant 1925
Logo monument historique Inscrit MH (1926)[1].
Blason de La Chaussée-d'Ivry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Francis Pecquenard
2020-2026
Code postal 28260
Code commune 28096
Démographie
Gentilé Chausséens
Population
municipale
1 189 hab. (2018 en augmentation de 12,7 % par rapport à 2013)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 59″ nord, 1° 28′ 48″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 168 m
Superficie 8,39 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ivry-la-Bataille
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Anet
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
La Chaussée-d'Ivry
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
La Chaussée-d'Ivry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chaussée-d'Ivry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chaussée-d'Ivry
Liens
Site web http://www.lachausseedivry.fr

La Chaussée-d'Ivry est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Chaussée-d'Ivry est limitrophe du département de l'Eure et de la région Normandie.

Elle fait partie de la région naturelle et agricole du Drouais[2].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes, département et région limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Chaussée-d'Ivry est traversée par la rivière la Vesgre, affluent de l'Eure en rive droite, sous-affluent du fleuve la Seine.

Le point de confluence de la Vesgre avec l'Eure se situe sur le territoire de la commune à l'ouest .

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chaussée-d'Ivry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ivry-la-Bataille, une agglomération inter-régionale regroupant 3 communes[6] et 5 085 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[9],[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Calciata en 1215, Calciata Ebraici en 1236, Chaussée Nantillé en 1793, La Chaussée en 1801[11], Chaussée (Partie du Village de la) en 1833 ; Chaussée (La) en 1968, XXe siècle.

« Chaussée » : un des premiers sens du mot est « levée de terre pour retenir l'eau d'une rivière, ou d'un étang, pouvant servir de chemin de passage ». Ici, il s’agit du tronçon de Richebourg à Évreux de l’antique chemin de Normandie partant de Paris. Les chaussées étaient parfois dallées, parfois revêtues de chaux ou d’un simple cailloutis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1959 Joseph Dimpault    
1959 1965 Michel Dimpault    
1965 1977 Gérard Gruson    
         
2008 En cours Francis Pecquenard[12],[13]   Ancien artisan, commerçant ou chef d'entreprise

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au concours des villes et villages fleuris[14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2018, la commune comptait 1 189 habitants[Note 3], en augmentation de 12,7 % par rapport à 2013 (Eure-et-Loir : −0,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
338397471420390449468495509
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
479490496487494484498480478
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467489536518541475486499508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4705416498799659249921 0021 011
2013 2018 - - - - - - -
1 0551 189-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Clocher carré de l'église.
Clocher carré de l'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Blaise
XIIe et XVe siècles, Logo monument historique Inscrit MH (1926)[1] ;
  • Ancienne chapelle Saint-Pierre de Nantilly.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jimmy Guieu (1926-2000), enterré au cimetière de la Chaussée-d'Ivry. Il était écrivain et ufologue, et y fut inhumé le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Saint-Blaise de La Chaussée-d'Ivry », notice no PA00097078, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 7 avril 2021)
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 d'Ivry-la-Bataille », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020).
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020).
  14. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.