Nonancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nonancourt
Nonancourt
L'église Saint-Martin, Logo monument historique Classé MH (1975).
Blason de Nonancourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Intercommunalité CA du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Jean-Loup Justeau
2022-2026
Code postal 27320
Code commune 27438
Démographie
Gentilé Nonancourtois
Population
municipale
2 275 hab. (2019 en diminution de 1,52 % par rapport à 2013)
Densité 316 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 38″ nord, 1° 11′ 39″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 152 m
Superficie 7,21 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Lubin-des-Joncherets-Nonancourt
(ville-centre)
Aire d'attraction Nonancourt - Saint-Lubin-des-Joncherets
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Verneuil-sur-Avre
Législatives 1re circonscription de l'Eure
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Nonancourt
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Nonancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nonancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nonancourt

Nonancourt est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Les Nonancourtois y résident.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune de Nonancourt se trouve à 28 kilomètres au sud de la préfecture d'Évreux[1]. Elle est excentrée au sud du département de l'Eure, puisqu'elle est limitrophe au département d'Eure-et-Loir. Cette situation géographique est probablement une des raisons de son appartenance à la communauté d'agglomération du Pays de Dreux, dont le siège est en Eure-et-Loir.

Nonancourt est une commune de 7,21 km2 dans une vaste cuvette au sol calcaire, marécageux à l'origine du fait de la présence de limon argileux. La cuvette proprement dite est située entre 97 et 152 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les cinq communes limitrophes sont La Madeleine-de-Nonancourt au nord et Droisy au nord-ouest (deux communes du département de l'Eure), Saint-Rémy-sur-Avre à l'est, Saint-Lubin-des-Joncherets au sud, Dampierre-sur-Avre au sud-ouest (trois communes du département d'Eure-et-Loir).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Nonancourt est traversée par l'Avre.

Climat[modifier | modifier le code]

Nonancourt connaît un climat océanique tempéré à influence continentale typique du bassin parisien.

Les précipitations se répartissent tout au long de l'année, s'accentuant au printemps et en automne. En moyenne, il tombe 604,6 mm de pluie par an[2].

Sous l'influence de l'océan, les amplitudes thermiques annuelles et journalières sont modérées mais souvent nuancées par l'influence continentale. Avec une moyenne de 6,6 °C, le mois de janvier est le plus froid ; août affiche la température moyenne la plus élevée avec 15 °C.

L'ensoleillement faible ne dépasse pas les 1684,4 heures par an et seuls 47,15 jours en moyenne connaissent un ciel totalement dégagé.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nonancourt est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Lubin-des-Joncherets-Nonancourt, une agglomération inter-régionale regroupant 5 communes[6] et 12 610 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nonancourt - Saint-Lubin-des-Joncherets, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 2 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,1 %), forêts (27,6 %), zones urbanisées (18,8 %), prairies (10,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 255, alors qu'il était de 1 214 en 2013 et de 1 097 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 83,3 % étaient des résidences principales, 2,4 % des résidences secondaires et 14,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 56,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 42,1 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Nonancourt en 2018 en comparaison avec celle de l'Eure et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (2,4 %) inférieure à celle du département (6,3 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 45,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (43,6 % en 2013), contre 65,3 % pour l'Eure et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Nonancourt en 2018.
Typologie Nojeon-en-Vexin[I 1] Eure[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 83,3 85,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 2,4 6,3 9,7
Logements vacants (en %) 14,2 8,3 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La desserte routière est assurée depuis l'origine par la route nationale 12 de Paris à Brest, transformée en D 50 de la RN 12 jusqu'à la RD 53, prolongée par la RD 53 de la RD 50 jusqu'à la N 12, lors de la mise en service de la déviation en 1975.

Les accès à la ville de Nonancourt sont assurés par une série de voies routières :

La ligne Paris-Granville passe dans la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Nonancourt (48° 46′ 33″ nord, 1° 11′ 35″ est), sur la ligne Paris-Granville, est desservie par desservie par des train TER Normandie) . Le trafic quotidien de cette gare s'élevait en à environ 50 personnes par jour[13]. Cette ligne voyageurs offre de nombreuses liaisons dans quatre régions :

Cette gare pourrait être renforcée avec la réouverture programmée au trafic de la ligne de Grande Ceinture entre Nonancourt et Saint-Germain-en-Laye.

Quatre lignes de cars desservent la commune de Nonancourt en six arrêts :

Arrêt Localisation Géolocalisation Correspondances
1 Longchamp (6) - Victor Hugo (340) 62 rue de Nonancourt 48° 45′ 47″ nord, 1° 13′ 40″ est 6, 340
2 L'Espérance 3 Quai à de l'Espérance 48° 46′ 11″ nord, 1° 12′ 07″ est 6, 6A, 340
3 Victor Hugo (6) 4 rue Grande 48° 46′ 11″ nord, 1° 12′ 07″ est 6
4 Monument (6A) 6A
5 Hôtel-de-Bretagne 8 rue Hyppolite-Lozier 48° 46′ 22″ nord, 1° 11′ 43″ est 6, 6A
6 rue de la Gare 1 rue de l'Abreuvoir 48° 46′ 23″ nord, 1° 11′ 45″ est 340

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Nonnencuria vers 1102 (cartulaire de Saint-Père-en-Vallée)[17],[18]; Nonencors en 1119 (Orderic Vital), Nonancort en 1195 (La Roque); Nonanticurtis (sans date, Guillaume de Jumièges)[18]; apud Nonancurt en 1189; Nonencort en 1193[17] ou en 1196 (Géraud, Notes de la chron. de Guill. de Nangis)[19], Nonancuria en 1204 (charte de Philippe Auguste); Nonencuria en 1230; Nonacuria en 1237 (charte de Robert de Courtenay); Nonancurtis en 1239 (cartulaire de l’Estrée); Nonnancort en 1290 (cartulaire de Saint-Taurin), Nonnancourt en 1340 (chron. des abbés de Saint-Ouen); Nonencourt en 1406 (archives nationales), Nonnancourt en 1450 (lett. de Charles VII, cartulaire de Nonancourt); Novencourt en 1588 (Bourgueville)[20].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale précoce en -court au sens ancien de « cour de ferme, ferme » cf. français cour, courtois. Il est précédé d'un élément Nonan- qui peut-être un nom de personne[17] au cas régime ou un autre mot[17],[18].

Orderic Vital employa le terme municipium pour désigner Nonancourt, il signifiait très précisément une agglomération située dans l'enceinte ou aux abords d'une fortification[21],[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Henri Ier d'Angleterre fait construire le château de Nonancourt pour mettre un terme aux incursions des puissants et belliqueux seigneurs[23] du Thymerais, notamment Gervais Ier et Hugues II de Châteauneuf acquis à la cause du roi de France.

En 1169, Henri II Plantagenêt fortifie la frontière sud de la Normandie, l'une des plus menacée : sur les bords de l'Avre, il bâtit des forts à Verneuil, Courteilles, Tillières, Nonancourt. En 1189 Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion y signent une trêve qu'ils ne respecteront pas. En 1196 Philippe-Auguste fait le siège de la ville[24].

Philippe d'Artois, né en 1269, en est seigneur. En 1290 l'abbaye de Taurin donne le droit de foire à la ville.

En décembre 1377, les clés sont remises au maire de la ville, et en 1378 Charles le Mauvais se voit dépouillé de Nonancourt par Charles V.

En 1833, Thomas et Frédéric Waddington achetèrent un terrain à 3 km de leur filature de Saint-Rémy-sur-Avre, dans un lieu où avait fonctionné autrefois un moulin à foulon ; l'usine de tissage de Mocdieu, qu'ils construisirent en 1834, produisait des cretonnes, doublures, longottes et tissus pour la Marine[25].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Évreux du département de l'Eure.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Nonancourt[26]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Verneuil-sur-Avre

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Eure.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Nonancourt était membre de la communauté de communes du Val d'Avre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2001 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Afin de réunir les communes du bassin de vie drouais dans une structure de coopération intercommunale unique, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté d'agglomération du Pays de Dreux dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2014 dans l'Eure, la liste DVD du maire sortant Eric Aubry est la seule candidate et obtient la totalité des 524 suffrages exprimés. Elle est élue en totalité (19 conseillers municipaux dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 56,11 % des électeurs se sont abstenus, et 14,24 % d'entre eux ont voté blanc ou nul[27].

Lors des élections municipales de 2014 dans l'Eure, la liste DVD du maire sortant Eric Aubry est à nouveau la seule candidate et obtient la totalité des 265 suffrages exprimés.
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 76,83 % des électeurs se sont abstenus et 11,07 d'entre eux ont voté blanc ou nul[28]

Après la démission d'Éric Aubry, de nouvelles élections municipales sont organisées, qui voient, lors du premier tour du , la victoire de la liste menée par Jean-Loup Justeau, qui a obtenu 15 sièges de conseillers municipaux, devançant celle menée par Jean-Paul Langouët qui a obtenu 4 sièges.
Lors de ce scrutin, 56,55 % des électeurs se sont abstenus[29].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1950 1965 Raoul Dauphin Rad. Médecin
Conseiller général de Nonancourt (1950 → 1961)
Les données manquantes sont à compléter.
2002 2006 Jacques Bion[Note 4] SE Médecin
Décédé en fonction
2006 2022[30] Éric Aubry[31] DVD Cadre bancaire retraité, ancien adjoint
Vice-président de la CA du Pays de Dreux (2014 → 2021)
Démissionnaire
26 février 2022[32] En cours
(au 5 mars 2022[33])
Jean-Loup Justeau   Ancien officier de gendarmerie

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[35].

En 2019, la commune comptait 2 275 habitants[Note 5], en diminution de 1,52 % par rapport à 2013 (Eure : +0,75 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1281 2041 2431 3591 3451 4101 5291 6291 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5901 4041 7501 8171 9832 0752 0722 0582 073
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0542 0461 8261 6941 7481 7331 6731 6851 736
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 7941 6881 8621 7522 1842 3202 1742 1542 247
2015 2019 - - - - - - -
2 2832 275-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Nonancourt compte deux édifices inscrits et classés au titre des monuments historiques :

Autres édifices :

  • les restes des remparts du XIIe siècle ;
  • des maisons à colombage ;
  • la gare de Nonancourt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Nonancourt Blason
Parti, au premier d'or à une étoile de sable accompagnée de trois besants de gueules, au second d'azur à trois fleurs de lys d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Nonancourt », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Une rue de la commune porte le nom de ce maire.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Calcul de l'orthodromie entre Nonancourt et Evreux » (consulté le ).
  2. « Climat en France - Normales à Trappes », Météo France, (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Saint-Lubin-des-Joncherets-Nonancourt », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. « usagers de la ligne sncf paris - argentan - granville », (consulté le ).
  14. http://www.transbeauce.fr/ftp/FR_lignes/L6_sit.pdf
  15. http://www.transbeauce.fr/ftp/FR_lignes/L6a_sit.pdf
  16. a et b http://www.vtni27.fr/ftp/FR_documents_vtni27/FicheEure340_Hiv15.pdf
  17. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 500a.
  18. a b et c François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 152.
  19. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non-romanes ; formations dialectales, vol. 2, Droz, , p. 901.
  20. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 155.
  21. Astrid Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l'Avre : De la fondation de la Normandie à sa réunion au domaine royale (911-1204), Publication des universités de Rouen et du Havre, coll. « ouvrage publié avec le concours de la région Haute-Normandie », , p. 173.
  22. J.Boussard, Hypothèses sur la formation des bourgs et des communes en Normandie, Annales de Normandie, , p. 426.
  23. Revue nobiliaire, notice historique sur la baronnerie de Châteauneuf-en-Thymerais.
  24. Charles Petit-Dutaillis Bibliothèque de l'école des chartes, Année 1938, Volume 99, Numéro 99, pp. 42-66.
  25. Dufresne Geneviève. Deux grands industriels du coton au Second Empire : Thomas et Frédéric Waddington. In: Annales de Normandie, 38e année, n°2-3, 1988. Les entrepreneurs de Normandie du Maine et de l'Anjou à l'époque du Second Empire. pp. 99-103.
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Résultats officiels pour la commune Nonancourt
  28. « Eure (27) - Nonancourt », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  29. « Nonancourt. La liste de Jean-Loup Justeau gagne les municipales : L'équipe emmenée par Jean-Loup Justeau a gagné les municipales de Nonancourt (Eure) en un seul tour, dimanche 20 février 2022 », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Nonancourt. Les électeurs rappelés aux urnes après la démission d'Éric Aubry : Le maire de Nonancourt (Eure) quittant son poste pour raison de santé et plus du tiers de son conseil municipal démissionnant, les électeurs sont rappelés aux urnes le 20 février », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Au regard de la loi, Chantal Breux, jusqu’alors 2e adjointe, assure les fonctions de maire pendant l’intérim, la campagne électorale ne devant débuter qu’à partir du 7 février 2022 ».
  31. « Éric Aubry présente sa liste et son programme pour Nonancourt : Maire sortant, Eric Aubry brigue un nouveau mandat à Nonancourt. Il part à la tête d'une liste renouvelée de moitié avec 21 candidats », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Élu en cours de mandat en 2006 après le décès de Jacques Bion, réélu en 2008, puis en 2014, Eric Aubry, 64 ans, brigue à nouveau le fauteuil de maire de Nonancourt, à l’occasion des élections municipales de mars 2020 ».
  32. « Jean-Loup Justeau, nouveau maire de Nonancourt fixe ses priorités », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Seul candidat, Jean-Loup Justeau, ancien officier de gendarmerie, est élu maire par 15 voix pour et 4 nuls ».
  33. « Nonancourt. Jean-Loup Justeau dévoile ses priorités de nouveau maire : Après sa nette victoire aux élections municipales de Nonancourt (Eure), Jean-Loup Justeau, nouveau maire, dévoile ses priorités pour les quatre ans à venir », Le Réveil normand, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  37. « Église Saint-Martin », notice no PA00099502, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Immeuble », notice no PA00099503, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1985, t. V, p. 769-773.
  40. Annie Butor, Comment voulez-vous que j'oublie… Madeleine et Léo Ferré, 1950-1973, Phébus, 2013.