Rueil-la-Gadelière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rueil-la-Gadelière
Buste de Maurice Vlaminck par Paul Belmondo, 1962.
Buste de Maurice Vlaminck par Paul Belmondo, 1962.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Saint-Lubin-des-Joncherets
Intercommunalité Communauté de communes Normandie Sud Eure
Maire
Mandat
Françoise Poulet
2014-2020
Code postal 28270
Code commune 28322
Démographie
Population
municipale
533 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 56″ nord, 0° 58′ 38″ est
Altitude Min. 147 m – Max. 192 m
Superficie 18,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Rueil-la-Gadelière

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Rueil-la-Gadelière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rueil-la-Gadelière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rueil-la-Gadelière

Rueil-la-Gadelière est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes, département et région limitrophes[modifier | modifier le code]

Rueil-la-Gadelière est situé au nord-ouest de l'Eure-et-Loir et limitrophe de Verneuil-sur-Avre, commune du département de l'Eure, en région Normandie.

Communes limitrophes de Rueil-la-Gadelière
Verneuil d'Avre et d'Iton (comm. dél. de Verneuil-sur-Avre) (Eure) Verneuil d'Avre et d'Iton (comm. dél. de Verneuil-sur-Avre) (Eure) Montigny-sur-Avre
Boissy-lès-Perche Rueil-la-Gadelière Fessanvilliers-Mattanvilliers
Boissy-lès-Perche Beauche Beauche

Accès routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du nord-ouest au sud-est par la D 939, qui relie Verneuil-sur-Avre (Eure) à Angerville (Essonne), via Châteauneuf-en-Thymerais et Chartres.

Site[modifier | modifier le code]

Carte de Rueil-la-Gadelière et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les communes de Rueil et de La Gadelière ont été réunis en 1858 pour former le village actuel.

Rueil tire son nom du romain "rotoialo" qui signifie "passage". Le village devait peut être ce nom à un gué ou à un pont franchissant la rivière dite de "La Vigne".

La Gadelière tire son nom d'un chevalier nommé "Gadel" qui fit bâtir une forteresse et donna le nom de "La Gadelière" à son domaine. Une communauté se rassembla autour du château donnant par la suite naissance à la commune de La Gadelière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2008 Guy Naveau UMP  
2008 2014 Arlette Bintein    
2014 en cours Françoise Poulet SE Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 533 habitants, en augmentation de 10,81 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
284 311 309 325 318 353 378 374 376
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
388 558 584 525 507 451 443 427 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
388 398 372 344 375 384 365 384 396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
376 311 305 406 455 476 453 516 533
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Maurice Vlaminck dans le cimetière de Rueil-la-Gadelière.
  • Maurice de Vlaminck (1876-1958) : il habitait à la Tourilière où sa fille vit toujours. Il y est enterré. Sur sa tombe, simple pierre de granit, sont gravés ces simples mots : « Je n'ai jamais rien demandé, la vie m'a tout donné. J'ai fait ce que j'ai pu, j'ai peint ce que j'ai vu ».
  • La princesse Véra Obolensky (1911-1944), grande figure de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors d'une cérémonie organisée à Rueil en 1958, elle fut décorée de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre à titre posthume. On trouve trace de cette cérémonie sur le monument aux morts du village (l'inscription est d’ailleurs erronée car Véra Obolensky fut décapitée et non fusillée par les nazis).
  • Le dessinateur Marcel Mordekhaï Gotlieb dit Gotlib (1934-2016), alors âgé de 8 ans, se cacha avec sa sœur chez les fermiers Coudray pendant l'occupation nazie afin d'échapper aux rafles de juifs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. 48° 43′ 29″ N, 0° 58′ 51″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. « Château de la Gadelière », notice no PA00097250, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, , 808 p. (lire en ligne), p. 119, 125-126
  7. Charles Métais, Les Templiers en Eure-et-Loir : Histoire et Cartulaire, Chartres, coll. « Archives du diocèse de Chartres » (no VII), , 263 p. (lire en ligne), p. LIII-LIV


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :