Broué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Broué (homonymie).
Broué
La gare de Marchezais - Broué.
La gare de Marchezais - Broué.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Anet
Intercommunalité Agglo du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Patrice Leromain
2014-2020
Code postal 28410
Code commune 28062
Démographie
Population
municipale
892 hab. (2014 en diminution de 1,87 % par rapport à 2009)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 56″ nord, 1° 31′ 22″ est
Altitude Min. 131 m
Max. 152 m
Superficie 12,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Broué

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Broué

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Broué

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Broué
Liens
Site web Site officiel

Broué est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Broué
Serville Marchezais Goussainville
Germainville Broué Champagne
La Chapelle-Forainvilliers Boutigny-Prouais

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de Broué et des communes limitrophes.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal. La commune possède une gare ferroviaire sur cette ligne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Brolium, Broletum furent dégénérés au XIIe siècle. On retrouve Broetum vers 1110, Broedatum vers 1 115, Brodéocum en 1184, Broé en 1250, puis Broeium, Brouetum dont notre idiome français a fait Brouez, puis Broué. Signification : pâture

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le 1er mai 1755, les vignes gèlent comme en 1705. Le vin est vendu 120 livres la queue[incompréhensible]. En 1775, un vol est signalé dans l'église et du vandalisme. La fin des inhumations dans l'église a lieu l'année suivante.

Le village est très fortement touché par les conséquences de l'éruption du Laki en Islande et du nuage toxique qu'il a provoqué durant l'été 1783 et qui s'est répandu au dessus de l'Europe du Nord-Ouest. La région de Chartres fut une des régions les plus touchées par le nuage[1]. Environ un tiers des paysans moururent (principalement à cause de l'inhalation de gaz sulfurés lors des travaux dans les champs)[1]. La population effrayée demanda au curé de la paroisse de pratiquer une séance pour exorciser le nuage[1].

En 1792 le premier garde champêtre de Broué est nommé. L'église est fermée durant la Terreur.

Au hameau de Marolles se trouvait l'ancienne maison seigneuriale des Célestins, inscrit en 1990 au titre de monument historique. L'édifice a été démonté en 2002[2].

Le 25 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande, eut lieu l' affaire de Broué où fut engagée la Légion des Volontaires de l'Ouest.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1957 Georges Breant   Conseiller général d'Eure-et-Loir (1945-1964)
1957 1977 René Leromain    
1977 2001 André Aubé    
2001 2008 Gilles Vorimore    
2008 en cours Patrice Leromain DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2014, la commune comptait 892 habitants[Note 1], en diminution de 1,87 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : +1,94 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530 537 595 526 582 631 663 626 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
576 578 559 576 560 558 545 527 528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 585 575 478 526 505 498 477 484
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
477 416 484 614 675 762 895 914 903
2014 - - - - - - - -
892 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le mécène Camille Renault (1904-1984) fit construire à Broué « Le Bateau de pierre »[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nuage mortel, film documentaire britannique de Monica Kupper et Dan Walker, 2006, diffusé sur Arte le 9 juillet 2016.
  2. « Ancienne maison seigneuriale des Célestins », notice no PA00097260, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. http://www.shalp-puteaux.org/artistique/pages/etudeart001.html

Liens externes[modifier | modifier le code]