Crécy-Couvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crécy.
Crécy-Couvé
Église Saint-Éloi-Saint-Jean-Baptiste de Crécy-Couvé.
Église Saint-Éloi-Saint-Jean-Baptiste de Crécy-Couvé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Dreux-1
Intercommunalité Agglo du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Didier Arnoult
2014-2020
Code postal 28500
Code commune 28117
Démographie
Population
municipale
254 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 11″ nord, 1° 16′ 56″ est
Altitude 65 m
Min. 107 m
Max. 166 m
Superficie 6,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Crécy-Couvé

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Crécy-Couvé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crécy-Couvé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crécy-Couvé
Liens
Site web http://www.crecy-couve.fr/

Crécy-Couvé est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Crécy-Couvé et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune ne fut définitivement fixé qu'à la fin du XIXe siècle, Crécy y désignait le château et la seigneurie de Crécy, tandis que Couvé désignait le bourg et la baronnie de ce nom.

Crécy[modifier | modifier le code]

Crécy a pour étymologie Cressa, Cresta, mots qui signifient le haut, la crête d'une montagne ou d'une colline. C'était primitivement un chateau-fort. Dans une transaction qui fut faire vers 1100, entre le comte de Guillaume, comte de Chartres, et l'évêché de cette ville, il est fait mention d'un Robert de Crécy comme y étant présent : c'était sans doute le seigneur d'alors. Le château de Crécy fut détruit par les Anglais au XIIe siècle : d'après la tradition, leur camp dont quelques vestiges subsistaient encore au début du XXe siècle, était situé sur la colline d'en face, du côté de la Bellassière. Un nouveau château fut reconstruit sur le même emplacement, au-dessus et près du village de Couvé, l'un et l'autre dépendant de la paroisse d'Aunay-sous-Crécy.

Couvé[modifier | modifier le code]

Couvé s'appelait autrefois Covaium, Coveium, Covetum en latin, Couvey, Couvay, Couvai en français : l'étymologie en est Cova, Cavae, ce dernier mot signifiant caverne, lieu creux. Ce qui laisse penser que le village de ce nom se trouvait au-dessous du château de Crécy, qui par sa situation sur la hauteur, dominait la vallée, le bourg et la plaine de Couvé ; par la suite, Couvé s'est étendu jusqu'à l'emplacement actuel. Au XIIIe siècle, l'église de Couvé, comme celle d'Aunay-sous-Crécy et de Tréon, appartenait aux moines bénédictins de l'abbaye de Saint-Père-en-Vallée, une charte de Regnault de Mouçon, évêque de Chartres leur en confirme la possession[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Patrick Jouteau    
2014 en cours Didier Arnoult SE Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 254 habitants, en diminution de -7,3 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240 269 261 212 230 250 250 246 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
276 276 267 253 269 256 270 235 272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
272 283 277 268 272 267 267 290 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
298 256 279 262 316 281 277 255 254
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Crécy-Couvé comporte huit édifices inscrits au titre de monument historique :

Église paroissiale Saint-Éloi-Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Éloi-Saint-Jean-Baptiste fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moulin de la Bellassière[modifier | modifier le code]

Façade-fronton du moulin.
Article détaillé : Moulin de la Bellassière.

Le moulin de la Bellassière fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [7].

Pont de la Bellassière[modifier | modifier le code]

Le pont de la Bellassière fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [8].

Grille du château de Bailleul[modifier | modifier le code]

La grille, 22 rue de l'Ancien-Château, qui provient du château de Bailleul (Eure), fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [9].

Bailliage de justice[modifier | modifier le code]

La façade du bailliage de justice fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [10].

Machine hydraulique[modifier | modifier le code]

Les éléments subsistants de la machine hydraulique font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [11].

Glacière[modifier | modifier le code]

La glacière fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [12].

Hôpital Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Les façades et toitures de l'ancien hôpital Saint-Jean font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis de Verjus (1629-1709) : négociateur, fils d'un conseiller au parlement, conseiller d'état. Il assista, en tant que plénipotentiaire à la Diète de Ratisbone et concourut en 1697 au traité de Ryswick. Membre de l'Académie Française depuis 1679. Il avait pris le titre de Comte de Crécy. Il est inhumé dans le chœur de l'église de Crécy-Couvé.
  • Louis-Alexandre de Verjus, fils de Louis de Verjus. Il revendra son domaine de Crécy à Madame de Pompadour.
  • Louis XV (1710-1774), Roi de France. Il offrit le domaine de Crécy à la Marquise de Pompadour en 1746.
  • Madame de Pompadour (1721-1764), maîtresse de Louis XV de 1745 à 1750. Elle acheta le domaine de Crécy à Louis-Alexandre Verjus en 1746 et le revendit au Duc de Penthièvre en 1757. L'architecture du village en porte toujours profondément la marque.
  • Louis Jean Marie de Bourbon, Duc de Penthièvre (1725-1793) : petit-fils de Louis XIV de France et de Madame de Montespan. Il était à son époque le propriétaire foncier le plus riche du royaume ; il possédait, entre autres en Eure-et-Loir, les châteaux d'Anet, de la Ferté-Vidame et de Crécy de 1757 à 1775. Grand Amiral de France et dernier Comte de Dreux.
  • Jean Richepin (1849-1926), poète, romancier et auteur dramatique, dont la mère, Rose-Pauline Béchepoix, est née à Crécy-Couvé le 18 août 1826[14].
  • Paul Facchetti (1912-2010), photographe et marchand de tableaux, inhumé dans la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach de Crécy-Couvé et Saulnières, année 1905, historique rédigé par Paul Richard, curé de Crécy-Couvé et desservant de Saulnières. Consultable à la Médiathèque de Chartres, cote Juss. R. 556/17
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Eglise paroissiale Saint-Eloi-Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00097254, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Moulin de la Bellassière », notice no PA00097258, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Pont de la Bellassière », notice no PA00125351, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Propriété dite la Terrasse », notice no PA00097259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Ancien bailliage de justice », notice no PA00097253, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Machine et grille », notice no PA00097257, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Glacière », notice no PA00097256, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ancien hôpital Saint-Jean », notice no PA00097255, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Article du Docteur G.Gillard, publié dans le tome XIII des procès-verbaux de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :