Maghreb central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Algérie Médiévale Le Maghreb central ou Maghreb al-awsat est une partie historique de l'actuelle Algérie, dont les limites fixes sont difficiles à désigner. Il correspond généralement à une grande partie de l’Algérie septentrionale.

Cette partie du Maghreb est nommée par les historiens et géographes musulmans dans la période du Moyen Âge occidental et repris par certains historiens contemporains pour indiquer une partie de l'Algérie[1]. Le Maghreb central était considéré par les historiens arabes du Moyen Âge comme le territoire des communautés rurales berbères et lié souvent aux révoltes contre le pouvoir central arabe[2]. Avant d’être intégré dans l’espace politico-économique fatimide[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les chroniqueurs de l’époque islamique du Maghreb avant l’installation des Ottomans, distinguent trois ensembles : le Maghreb al-Adna (Maghreb le plus proche, de l’Orient) ou l’Ifriqiya, le Maghreb al-Awsat (Maghreb central ou médian) et le Maghreb al-Aqsa (Maghreb extrême)[3]. Mais à ces découpages géographiques ne correspondent pas d’États stables et durablement fixés[3]. Ainsi après les tentatives d’empires maghrébins, le Maghreb est partagé entre trois entités politiques : Hafsides, Zianides et Mérinides, États fluctuants qui rivalisent pour établir leur emprise sur tout le Maghreb mais qui peuvent selon Gilbert Meynier « dans l’anachronisme (pré)figurer pour les théologies nationalistes les d’États-nations d’aujourd’hui »[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Maghreb central correspond généralement à une grande partie de l’Algérie septentrionale[2]. Pour certains auteurs, c'est la région comprise entre la frontière marocaine et le méridien de Béjaïa [4]. Pour d'autres auteurs, il s'agit d'un ensemble qui s'étend de la Moulouya jusqu'à Annaba, ville à l'est de laquelle commence l'Ifriqiya[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Meynier, L’Algérie, cœur du Maghreb classique : De l’ouverture islamo-arabe au repli (698-1518), Paris, La Découverte, , 358 p. (ISBN 9782707152312)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]