Tiddis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tiddis
Ruines romaines de Tiddis.
Ruines romaines de Tiddis.
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Coordonnées 36° 27′ 48″ N 6° 29′ 02″ E / 36.4633, 6.4838936° 27′ 48″ Nord 6° 29′ 02″ Est / 36.4633, 6.48389

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Tiddis
Tiddis

Tiddis (ou Castellum Tidditanorum) est une cité romaine qui dépendait de Cirta, elle est située sur le territoire de l'actuelle commune de Beni Hamiden dans le wilaya de Constantine en Algérie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tiddis est un authentique site berbère appelé « Res eddar » ou le « pic de la maison » situé dans le cadre des gorges du Khreneg. La vallée du Rhummel mène à l'entrée des gorges du Kheneg, dont l'énorme pilier oriental est constitué de la "montagne de Tiddis", aux ruines appelées Ksantina-el-Kdima par les autochtones.

Tiddis marque la présence d'une vieille civilisation berbère à travers des inscriptions libyques et des symboles sur la poterie berbère. Tiddis a été modifiée par les romains et aménagée selon leur système d'urbanisation.

Cette agglomération prospère, établie sur un plateau, possédait une porte monumentale, des thermes, des installations industrielles(tanneries), un sanctuaire de Mithra daté du IVe siècle av. J.-C., mais aussi une chapelle chrétienne.

Des châteaux d'eau et des citernes de toutes formes rappellent que la ville a peu à peu été abandonnée parce qu'elle manquait de sources. On peut y admirer le mausolée circulaire que Quintus Lollius Urbicus, natif de Tiddis et fils d'un propriétaire terrien berbère[1] puis devenu préfet de Rome, a dédié aux cinq membres de sa famille[2].

Les fouilles ont été dirigées quasi exclusivement par l'archéologue André Berthier qui s'est consacré (de 1940 à 1973) au dégagement et à l'étude exhaustive de cette cité.

Personnalités originaires de Tiddis[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Colin Wells, 'The Roman Empire, Harvard University Press, 1995, pp.225-226.
  2. Dédicace référencée CIL VIII, 06705

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mounir Bouchenaki, Cités antiques d'Algérie, collection Art et Culture no 12, Alger, Ministère de l'Information et de la Culture, 1978 (114 p.) (ISBN 84-399-7904-5)
  • Serge Lancel, L'Algérie antique, Éditions Mengès, 2003, (ISBN 2-85620-431-7)
  • Gilles Demri, La vie sociale dans les castella de Numidie : Castellum Tidditanorum & Castellum Arsacalitanum d'après le dossier épigraphique", Nice, 1995.
  • Jacques Gascou, pagus et castellum dans la Confédération Cirtéenne, Antiquités africaines, L 19, 1983.
  • André Berthier, Tiddis, cité antique de Numidie, Acad. des Belles lettres, 2000
  • André Berthier, La Numidie, Rome et le Maghreb, Éd.Picard, 1981.
  • André Berthier, L.R. Decramer, Ch. Ouasli, Nouvelles recherches sur le Bellum Jugurthinum, 2001.
  • André Berthier, , Tiddis, antique Castellum Tidditanorum, guide, 1951, in 8 °, 56 p, fig., pl. Réédition 1972, Sous-direction des Arts, Musées, Monuments historiques, Antiquités et Alger, 1991.
  • André Berthier, J. Juillet, R. Charlier, Le Bellum Jugurthinum de Salluste et le problème de Cirta, R.S.A.C., 1949