Hauts Plateaux (Algérie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hauts-Plateaux.
Localisation des Hauts Plateaux ou Hautes Plaines

Les Hauts Plateaux algériens, connus aussi comme Hautes Plaines, sont un relief bordant l'Atlas tellien au nord et l'Atlas saharien au sud. Ils parcourent en diagonale l'Algérie du Sud marocain au Nord-Ouest tunisien à une altitude moyenne de 1000 m. La végétation est de type steppique. Les étés sont généralement arides et les hivers rigoureux[1].

Ses principales villes sont Bordj Bou Arreridj, Sétif, Tiaret, Djelfa, M'sila[2].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Paysage du Sersou près de Tissemsilt

Les Hauts Plateaux sont situées entre l'Atlas tellien au Nord et l'Atlas saharien au Sud, à des altitudes plus ou moins importantes de 900 à 1200 m. Elles sont constituées de dépressions salées, chotts ou sebkhas et elles sont séparées du Sahara par l'Atlas saharien, qui forme une succession de chaînes au caractère aride[3]. Deux grands ensembles sont distingués[3] :

  • les steppes occidentales, qui sont situées dans le Sud oranais et le Sud algérois. L'altitude de ces Hautes Plaines décroît du Djebel Mzi à l'Ouest à la dépression salée du Hodna au Centre.
  • les steppes orientales à l'Est du Hodna, qui sont situées dans le Sud constantinois. Elles sont bordées par le massif des Aurès et des Némemchas.

Géographie humaine et administrative[modifier | modifier le code]

Paysage de la Hodna.

Sur le plan administratif, l'ensemble territorial des Hauts Plateaux est constitué en 14 wilayas sur le total de 48 Wilayas algériennes, réparties à travers trois espaces (Hauts Plateaux-Ouest, Hauts Plateaux-Centre, Hauts Plateaux-Est)[4] :

Il connait une augmentation de son poids démographique pour diverses raisons telles que l’importance apportée à cet espace dans la politique nationale algérienne d’aménagement du territoire. Il enregistre en 2008 un poids démographique de 27,3 % contre 26,5 % en 1998. Les taux de croissance démographique enregistrés sont relativement plus élevés que la moyenne nationale (1,6 %): ils se situent à 3,8 % pour la région Centre, 1,95 % pour la région Ouest et 1,51 % pour la région Est[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Labourdette, Marie-Hélène Martin, Le Petit Futé Algérie, p. 42.
  2. http://www.cosmovisions.com/Algerie.htm.
  3. a et b Présentation de l'Algérie sur le site du FAO.
  4. a et b Étude parue au JO 21/10/2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]