Tabula Rogeriana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une copie de la fin du Moyen-Âge (1300 ou 1486) de la Tabula Rogeriana, avec le nord en bas, dessinée par Muhammad al-Idrisi pour Roger II de Sicile en 1154.

Le Nuzhat al-mushtāq fi'khtirāq al-āfāq (arabe : نزهة المشتاق في اختراق الآفاق , lit. «le livre des voyages agréables dans des pays lointains»), le plus souvent connu sous le nom Tabula Rogeriana (lit. « Le Livre de Roger » en latin), est une description du monde et une carte du monde créées par le géographe arabe, Muhammad al-Idrisi, en 1154. Al-Idrisi a travaillé sur les commentaires et les illustrations de la carte pendant quinze ans à la cour du roi normand Roger II de Sicile, qui a commandé l'ouvrage autour de 1138[1],[2]. Elle est restée la carte du monde la plus précise pendant les trois siècles qui ont suivi[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le livre, écrit en arabe, est divisé en sept zones climatiques (en accord avec le système établi par Ptolémée), dont chacune est sous-divisée en dix sections, et contient des cartes montrant le continent eurasien dans son ensemble, mais seulement la partie nord et la cote est du continent africain. La carte est orientée au sud (avec le nord vers le bas). Le texte reprend les descriptions exhaustives des conditions physiques, culturelles, politiques et socio-économiques de chaque région et chacune des 70 sections a sa carte correspondante[2],[4].

Production[modifier | modifier le code]

Copie de 1929 par Konrad Miller, avec la transcription des noms en alphabet latin.

Pour produire l'œuvre, al-Idrisi a interrogé individuellement et en groupes des voyageurs expérimentés sur leurs connaissances du monde et compilé « seulement la partie ... sur laquelle il y avait accord complet et semblait crédible, sauf ce qui était contradictoire »[1]. Roger II avait sa carte gravée sur un disque d'argent pesant environ 300 livres[1], d'environ 3,5 par 1,5 mètres ; néanmoins, cette carte fut détruite en 1160[5]. Ce travail a montré, selon les mots d'al-Idrisi, « les sept régions climatiques, avec leurs pays respectifs et les districts, les côtes et les terres, les golfes et les mers, les cours d'eau et embouchures »[1].

Copies[modifier | modifier le code]

Carte de la Syrie, de la Palestine et du Sinai extraite d'une copie de la Tabula Rogeriana conservée à la BnF.

Dix copies manuscrites du Livre de Roger existent aujourd'hui, dont cinq ont le texte complet et dont huit ont les cartes[2]. Deux copies sont dans la Bibliothèque nationale de France, dont la plus ancienne, date d'environ 1325 (MS Arabe 2221). Une autre copie, faite au Caire en 1553, est dans la Bodleian Library à Oxford (Mss. Pococke 375). Il a été acquis en 1692[6]. Le manuscrit le plus complet, qui comprend la carte du monde et la totalité des soixante-dix cartes des sections, est conservée à Istanbul[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Houben, 2002, pp. 102-104.
  2. a, b, c et d Harley & Woodward, 1992, pp. 156-161.
  3. S. P. Scott (1904), History of the Moorish Empire
  4. a et b Bacharach, 2006, p. 140.
  5. (en) Norman J. W. Thrower, Maps and Civilization: Cartography in Culture and Society, University of Chicago Press, , 3e éd., 362 p. (lire en ligne), p. 47
  6. The Book of Roger, BBC Online.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]