Monts du Hodna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Monts du Hodna
Localisation des monts du Hodna en Algérie.
Géographie
Altitude 1 890 m, Djebel Afghane[1]
Massif Atlas saharien
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilayas Bordj Bou Arreridj, Sétif, M'Sila, Batna

Les monts du Hodna (arabe : جبال حضنة) sont une chaîne montagneuse d'Algérie située dans le centre-est du pays et s’étendant entre l’Atlas tellien et l’Atlas saharien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les monts du Hodna s'étendent entre l'Atlas tellien et l'Atlas saharien, dont ils font partie, coupant les hauts plateaux en deux parties inégales[2] et dominant la région déprimée du bassin du Hodna[1]. Les monts constituent géologiquement et humainement une réplique diminuée de l'Aurès[3].

La chaîne des monts du Hodna assure la liaison orographique entre les monts des Bibans et l'Aurès. Cette chaîne est formée, du nord-ouest au sud-est, par les monts des Ouennougha, les monts des Maadid, le Bou Taleb, les monts des Ouled Sellem et le Belezma[4].

L'ensemble des monts n’isole pas complètement la dépression du Hodna des hautes plaines du Nord et de l’Est. Ils s’élèvent jusqu’à 1 890 mètres dans le Bou Taleb (djebel Afghane) mais les voies de transhumance les traversent en suivant soit les gorges de la Soubella entre Maâdid et Bou Taleb ou la dépression entre N'Gaous et Barika[5].

Les versants nord, plus arrosés, sont couverts de l’illicaie et de matorral à chênes verts. À l’est, le pin d’Alep domine ; alors que les versants sud sont moins boisés et couverts de genévrier de Phénicie parsemant la steppe à alfa[2]. Les gisements de phosphates sont nombreux : les plus riches sont localisés dans le djebel Maâdid[5].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Minaret du site de Kalâa des Béni Hammad.

Des gisements ont été signalés sur les versants des monts du Hodna. Dolmens et autres sépultures mégalithiques (bazinas, chouchet) ont été décrits dans les monts des Maâdid[5].

Les Romains ont tracé dans les montagnes, des limes, une ligne de défense contre les populations berbères hostiles à la présence romaine et ont édifié des postes militaires tout au long du limes, qui sont par la suite, devenus des villes : Thubuna, Nicivibus (N'gaous), Cellas, Macri, Zabi, Aras, Grimidi[6].

Les versants sud des monts des Maâdid abritent le site archéologique de la Kalâa des Béni Hammad située à 1 000 m d'altitude. La Kalaa première capitale des Hammadides, a été fondée au début du XIe siècle. C'est un des complexes monumentaux les plus intéressants de la civilisation islamique[7]. Le site est classé patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1980.

Populations[modifier | modifier le code]

Les tribus nomades de la Hodna s’arabisent progressivement, alors que les populations des massifs qui la dominent à l’est, depuis le Bou Taleb jusqu’au Belezma, conservent leur mode de vie et leur langue berbère et appartient au groupe chaouis[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Monts du Hodna », sur larousse.fr (consulté le 28 juin 2015).
  2. a et b Jehan Desanges et Jean Riser, « Atlas », dans Encyclopédie berbère, vol. VII (Asarakae – Aurès), Aix-en-Provence, Édisud, (lire en ligne), p. 1013-1026
  3. Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 228
  4. C. El Briga, « Bou Taleb », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis ; En ligne, mis en ligne le 1er juin 2013, consulté le 26 juin 2015.
  5. a b c et d G. Camps, « Hodna », in Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium ; En ligne, mis en ligne le 1er juin 2011, consulté le 26 juin 2015.
  6. Mon beau pays : Le Hodna (III), Info Soir du 20/12/2006.
  7. La Kalâa des Béni Hammad, sur le site de l'Unesco.