Tafna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tafna
(Nigrensis)
Illustration
embouchure de la Tafna à Rachgoun
Caractéristiques
Longueur 165[1] km
Bassin 7 245[2] km2
Bassin collecteur Tafna
Débit moyen ?
Cours
Source au Djebel Merchiche
· Localisation près de Sebdou
· Altitude 867 m
· Coordonnées 34° 39′ 48″ N, 1° 20′ 02″ O
Embouchure la Méditerranée
· Localisation près de la plage de Rachgoun
· Altitude m
· Coordonnées 35° 17′ 52″ N, 1° 28′ 18″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Khemis, Isly, El Abbes, Bou Kiou, Chiha
· Rive droite Atchane, Znoun, bou Messaoud, Amiguier, Sikkak
Pays traversés Drapeau de l'Algérie Algérie
Régions traversées wilaya de Tlemcen
Principales localités Siga

Sources : Google Earth

La Tafna (ou Oued Tafna) est un cours d'eau d'Algérie située dans le Nord-Ouest du pays. Communément qualifiée de rivière, il s'agit en fait d'un fleuve. Elle traverse les wilaya de Tlemcen et d'Aïn Témouchent avant de se jeter dans la Méditerranée.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, des erreurs de copistes l'ont fait appeler la rivière Ligar. Elle a aussi été appelée Nigrensis.

Au XIe siècle, Al-Bakri mentionne que la Tafna est navigable[3].

De même, le géographe, Mac Carthy, mentionne qu’en 1850 des pêcheurs espagnols remontaient la rivière[3].

La rivière a donné son nom au traité de la Tafna signé le 30 mai 1837[4] entre l’émir Abdelkader et Bugeaud[5].

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

La Tafna prend sa source au Djebel Merchiche, dans les Monts de Tlemcen près de Sebdou, à 1 600 mètres d’altitude[3].

En période de hautes eaux, une partie du débit de la rivière est alimenté par l'exsurgence karstique de Ghar Boumâaza, car la Tafna possède un cours amont souterrain dont les galeries ont été explorées par des spéléologues[6].

Son cours à l'air libre, long de 165 km, s'étire dans la wilaya de Tlemcen, et après avoir franchi des gorges sinueuses[1], pénètre dans la wilaya d'Aïn Témouchent, traverse la cité antique de Siga[7], et se jette dans la Méditerranée, face à l’île de Rachgoun[3].

Son bassin hydrographique a une superficie de 7,250 km2[2] et alimente cinq barrages[8] : Beni Bahdel, El-Meffrouch, Sidi Abdelli, Hammam Boughrara et Sikkak.

La Tafna a comme affluents et sous-affluents l’Oued Khémis, l’Oued Bou Kiou, l’Oued Dahman, l’Oued Zitoun, la Sikkak, la Mouilha, l’Oued Bou Khallouf, l’Oued Tellout et l’Oued Isser. Par son sous-affluent l'oued Isly[9], le bassin hydrographique de la Tafna s'étend partiellement au Maroc.

Irrigation[modifier | modifier le code]

Le bassin subvient aux besoins en eau pour les diverses utilisations de plus de 2 millions de personnes[2]. Les barrages cumulent une capacité globale de 380,106 m3, mais la sécheresse a engendré une baisse croissante des ressources en eau superficielles et souterraines depuis le milieu des années 1970[2].

Toutefois, le bassin est remarquable par le dynamise agricole des cultures maraichères, melons et pastèques qui alimentent les marchés de Tlemcen et d'Oran[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benamar Dahmani, Fatiha Hadji, Farouk Allal, Traitement des eaux du bassin hydrographique de la Tafna, Acte du Congrès EuroMed 2002, Sharm El Sheikh, Sinai, Égypte (04/05/2002) 2003, vol. 152, no 1-3 (394 p.), éditeur Elsevier - Amsterdam, Résumé en ligne sur Reddoc.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article Tafna, Larousse du XXe siècle, éd. 1933 révisée, tome V, p.570
  2. a, b, c et d Abderrahmane Nekkache Ghenim et Abdesselam Megnounif, « Ampleur de la sécheresse dans le bassin d'alimentation du barrage Meffrouche (Nord-Ouest de l'Algérie) », Physio-Géo En ligne, Volume 7, 2013, mis en ligne le 13 février 2013, Consulté le 20 mars 2013.
  3. a, b, c et d La Tafna, la rivière du traité, Le Soir d'Algérie du 02/07/2008.
  4. Malek Chebel, Dictionnaire Amoureux de l’Algérie, Plon, 501 p. (ISBN 2-259-21236-0), p. 391.
  5. a et b Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 40
  6. La Tafna
  7. Vuillemot Georges. Siga et son port fluvial. In: Antiquités africaines, 5,1971. pp. 39-86.
  8. Benamar Dahmani, Fatiha Hadji, Farouk Allal, Traitement des eaux du bassin hydrographique de la Tafna, Acte du Congrès EuroMed 2002, Sharm El Sheikh, Sinai, Égypte (04/05/2002) 2003, vol. 152, no 1-3 (394 p.), éditeur Elsevier - Amsterdam, Résumé en ligne sur Reddoc.fr
  9. Article Tafna, Le Grand Robert des noms propres, 1992, (ISBN 2-85036-202-6), p. 3041