Loïc Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duval.
Loïc Duval
Photographie d'un homme brun, vu en gros plan, habillé dans un polo blanc, de trois-quarts.

Loïc Duval à Tokyo en 2009.

Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Chartres (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Années d'activité Depuis 2002
Qualité Pilote automobile
Équipe Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest (WEC
Drapeau : États-Unis Dragon Racing (FE)
Champion du monde WEC 2013
Site web loicduval.com

Loïc Duval, né le à Chartres, est un pilote automobile français. Il remporte notamment les 24 Heures du Mans 2013 et est sacré champion du monde la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formules de promotion[modifier | modifier le code]

Après plusieurs années de karting, Loïc Duval a commencé sa carrière en sport automobile en 2002, à l'âge de 19 ans, dans le championnat de France de Formule Campus. Sacré champion dès sa première année dans la discipline, il passe en 2003 dans le championnat de France de Formule Renault 2.0, où il décroche un nouveau titre. En 2004, avec le soutien du Renault Driver Development (la structure mise en place par Bruno Michel et Flavio Briatore pour dénicher les futurs pilotes du Renault F1 Team), il intègre les rangs du relevé championnat de Formule 3 Euroseries, au sein de l'écurie française Signature. Deux années durant, il lutte régulièrement dans la première partie du peloton, mais sans parvenir à remporter la moindre course, ce qui lui vaut de perdre fin 2005 le soutien du RDD.

Lors de l'hiver 2006-2007, il intègre également l'équipe de France de A1 Grand Prix, d'abord dans un rôle de pilote de réserve (derrière Nicolas Lapierre) puis en tant que pilote titulaire en fin de championnat. Il disputera la totalité de la saison 2007-2008.

Compétitions au Japon[modifier | modifier le code]

Loïc Duval en 2014 en Super Formula à Motegi

Son horizon sportif semblant bouché en Europe, il s'exile au Japon à partir de 2006, suivant le chemin tracé par Érik Comas et de nombreux autres pilotes français. Recruté par l'écurie de l'ancien pilote Satoru Nakajima, il s'impose rapidement comme l'un des acteurs majeurs du championnat de Formula Nippon, qu'il termine à la quatrième place finale avec deux succès au compteur dès sa première saison. Il connaît un peu moins de réussite en 2007, avec la sixième place, mais sans victoire. Parallèlement, comme la plupart des pilotes de Formula Nippon, il participe au championnat de Super GT.

En 2009, il devient champion de Formula Nippon avec trois victoires (lors des deuxième et cinquième manches à Suzuka et lors de la quatrième manche à Fuji) et deux pole positions (lors de la quatrième manche à Fuji et de la cinquième manche à Suzuka) pour un total de 51 points, avant la dernière course de l'année qui doit se disputer à Sugo les 26 et 27 septembre.

Succès en endurance avec Peugeot puis Audi[modifier | modifier le code]

Photographie de trois pilotes sur une voiture : deux de dos, l'un de face, Loïc Duval.
Loïc Duval lors de la parade des pilotes des 24 Heures du Mans 2011.

Lors de l'année 2008, il se fait remarquer en devenant le meilleur jeune des 24 Heures du Mans et en terminant 8e au général.

Il participe au 24 Heures du Mans 2010 sur une Peugeot 908 HDi FAP où il réalise le meilleur tour en course[1]. Il participe à nouveau à la classique mancelle en 2011 sur une Peugeot 908 HDi FAP du Team Oreca-Matmut avec Olivier Panis et Nicolas Lapierre. Il rejoint ensuite Audi Sport Team Joest et participe ensuite aux 24 Heures du Mans 2012 sur une Audi R18 et il est vainqueur des 24 Heures du Mans 2013 sur Audi R18 e-tron quattro, et remporte le titre de champion du monde aux côtés de Tom Kristensen et Allan McNish.En 2014 et 2015, il reste avec Audi Sport Team Joest, mais rencontre légèrement moins de succès.

Participations en Formule E[modifier | modifier le code]

Photographie d'une monoplace de Formule E grise, noire et rouge, vue de face, dans son ensemble.
Loïc Duval sur une Spark-Renault SRT 01E de Dragon Racing, à Berlin, lieu de son premier podium, en Formule E en 2015.

En parallèle de son programme en championnat du monde d'endurance FIA, il signe en 2015 avec Dragon Racing pour réaliser la course de Miami en Formule E[2]. Il fait la suite du championnat et termine neuvième avec un total de 42 points, se plaçant sur deux podiums en course. La saison suivante, il continue en Formule E avec l'équipe américaine.

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Empreintes des vainqueurs des 24 heures 2013 - Walk of fame - Le Mans
Résultats de Loïc Duval aux 24 Heures du Mans
Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
2008 Courage-Oreca LC70-Judd Team Oreca Soheil Ayari / Laurent Groppi 8e
2010 Peugeot 908 HDi FAP Team Oreca Olivier Panis / Nicolas Lapierre Abandon
2011 Peugeot 908 HDi FAP Team Oreca Olivier Panis / Nicolas Lapierre 5e
2012 Audi R18 TDI Audi Sport Team Joest Marc Gené / Romain Dumas 5e
2013 Audi R18 e-tron quattro Audi Sport Team Joest Tom Kristensen / Allan McNish Vainqueur
2015 Audi R18 e-tron quattro Audi Sport Team Joest Lucas di Grassi / Oliver Jarvis 4e

Carrière[modifier | modifier le code]

Loïc Duval en 2011 aux 250 km de Fuji

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 24H 2010 : Analyse de la course en LMP1, part1 (Diesel). », sur www.endurance-info.com (consulté le 14 février 2016)
  2. Jacques-Armand Dupuis, « Formule E - Loïc Duval fera ses débuts à Miami avec Dragon », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 9 mars 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :