24 Heures du Mans 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
24 Heures du Mans 2009
Description de l'image 24_heures_du_mans_2009_logo.jpg.
Généralités
Sport Compétition automobile
Organisateur(s) Automobile Club de l'Ouest
Édition 77e
Lieu(x) Drapeau de la France Le Mans
Date Du au
Site(s) Circuit des 24 Heures
Site web officiel
Palmarès
Vainqueur Drapeau de la France Peugeot Sport
Deuxième Drapeau de la France Peugeot Sport
Troisième Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest

Navigation

Les 24 Heures du Mans 2009, disputées les 13 et 14 juin 2009 sur le circuit de la Sarthe, sont la soixante-dix septième édition de cette épreuve. La Peugeot 908 HDi FAP no 9, pilotée par Marc Gené, Alexander Wurz et David Brabham remporte la course au classement général. La Peugeot no 8, pilotée par Sébastien Bourdais, Stéphane Sarazin et Franck Montagny assure le doublé. Peugeot renoue ainsi avec la victoire pour le première fois depuis 1993 et prend sa revanche sur Audi qui était invaincu dans la Sarthe depuis 2004. Tom Kristensen, octuple vainqueur de l'épreuve, également vainqueur en titre, tout comme ses équipiers Allan McNish et Rinaldo Capello ; s'emparent de la troisième place.

Dans la catégorie LMP2, tout comme en 2008, une Porsche RS Spyder Evo s'impose. Cette fois avec l'écurie danoise Team Essex / Poulsen Motorsport et les pilotes Casper Elgaard, Kristian Poulsen et Emmanuel Collard. L'allemande a très vite imposé un rythme en piste difficile à suivre par ses concurrents. La catégorie GT1 est la moins fournis du plateau, avec seulement six autos au départ. Sans la concurrence de Aston Martin Racing et de ses DBR9, la Chevrolet Corvette C6.R, pilotée par Johnny O'connell, Jan Magnussen et Antonio García ; de l'écurie officielle Corvette Racing s'impose avec six tours d'avance sur la Chevrolet Corvette de l'écurie française Luc Alphand Aventures. En GT2, la Ferrari F430 GTC, pilotée par Mika Salo, Pierre Kaffer et Jaime Melo ; de l'écurie américaine Risi Competizione s'impose pour la deuxième fois consécutive. Les Ferrari des écuries BMS Scuderia Italia, Risi Competizione / Krohn Racing et JMW Motorsport assure un quadruplé à Ferrari dans la catégorie. Les Porsche 911 GT3 RSR (997) abandonnent presque toutes. Seule la Porsche chinoise de l'écurie Endurance Racing Team Asia / Perspective Racing franchit la ligne, mais non classée.

Contexte avant la course[modifier | modifier le code]

Polémiques autour des choix techniques[modifier | modifier le code]

Imbroglio entre Audi et Peugeot sur la légalité de l'Audi R15 TDI[modifier | modifier le code]

Photo d'une voiture de sport-prototype, grise et noir. Une foule, des arbres et un ciel gris en arrière plan.
Un maximum de deux éléments aérodynamiques sont autorisés sur la face avant (ici celle de l'Audi R15 TDI pendant les vérifications techniques et administratives). Selon les dirigeants de Peugeot Sport, Audi ne respecterait pas cette règle.

Depuis la première apparition de l'Audi R15 TDI à l'occasion des 12 Heures de Sebring, un contexte tendu se créé entre Audi Sport et Peugeot Sport. Cette dernière n'est pas convaincu de la légalité des deux appendices aérodynamiques situées sur le « nez » de l'Audi. Dix jours avant les vérifications techniques et administratives, couramment appelées : pesage, l'ACO publie un communiqué à l'avantage de la firme allemande : « Le comité sport ACO confirme que l'ensemble des modifications demandées sur l'Audi R15 LMP1 par Audi-Sport sont conformes au règlement ACO 2009. La voiture est homologuée pour les 24 Heures du Mans 2009 ». Mais le lundi suivant, lors du pesage, différents techniciens de Peugeot Sport sont présents, non loin de l'endroit où est dévoilée la R15 TDI. Le prototype apparaît très modifié depuis la manche de Sebring, si bien que les modifications apportées ne sont pas légales du point de vue de Peugeot. Pour Wolfgang Ulrich, le patron d'Audi Sport, les interrogations de l'équipe française sont infondées : « Je n'ai pas apprécié les rumeurs survenues après Sebring, mais cela n'a rien changé à notre travail. Dés le début nous avions prévu deux types de carrosserie, une à forts appuis pour Sebring et une mieux adaptée au circuit du Mans »[H1 1].

Photo d'une voiture vue de face, sur un sol asphalté. Une foule, des arbres et un ciel gris en arrière plan.
Pour Peugeot, les deux dérives verticales sont interprétées comme étant des éléments aérodynamiques. Pour Audi, il s'agit d'éléments structurels.

Le lendemain, au dire d'Olivier Quesnel, le patron de Peugeot Sport, la situation ne s'améliore pas : « Ces modifications ne me conviennent pas et si rien ne change, j'envidage de porter réclamation avant les essais. Je ne m'attend pas à ce que l'ACO se déjuge, mais nous pourrons aller en appel auprès de la FIA ». Le lendemain matin, à 10 h 35, Peugeot Sport dépose une réclamation sur deux points qu'elle juge ambiguë. Le premier concerne l'appendice reliant les deux ailes avants, le second concerne les appendices placés sur la face interne de des ailes avants. Pour Peugeot, ces deux éléments remplissent un rôle illégal « Ces appendices et flap sont des éléments de carrosserie dont la seule fonction est de générer de l'appui. Ces éléments de carrosserie sont considérés comme des éléments aérodynamiques ne figurant pas sur la liste des éléments autorisés à l'article 3.6.2 du règlement et sont donc interdits ». En outre, Olivier Quesnel dit avoir préparé ses justifications dés Sebring : « Notre dossier de réclamation était déjà prêt, mais l'ACO s'était engagée à faire le nécessaire d'ici l'épreuve mancelle. J’insiste sur le fait que notre démarche est constructive et non agressive. Elle a pour but de clarifier une situation floue et d'obtenir un règlement clair et précis afin de préparer l'avenir. Tous les concurrents ont besoin d'une réglementation stable et ferme, avec un pouvoir fort qui tranche. Nous irons jusqu'au bout de notre démarche non pas pour affaiblir l'Endurance mais la rendre plus forte »[H1 2].

À 23 h 33, le collège des commissaires sportifs de l'ACO rejette la réclamation de Peugeot Sport. L'équipe française fait appel et l'ACO prévoit d'organiser une réunion fin juin, dans l'objectif de concerter les deux concurrents. La fédération internationale de l''automobile (FIA) devrait alors résoudre le conflit opposant les deux entités. Cependant, le règlement des 24 Heures du Mans étant rédigé par l'ACO, diverses questions se posent alors sur la résolution de l'affaire[H1 2]. Pour Jean-Claude Plassart, le président de l'ACO, la réglementation actuelle permet une certaine liberté pour les ingénieurs. L'objectif selon lui, est que chacun doit pouvoir l'interpréter à sa manière  : « Notre règlement n'est pas d'une grande précision, mais on ne veut pas que toutes les voitures se ressemblent. Chacun doit interpréter le règlement et l'ACO doit arbitrer »[H1 3].

Équivalence entre motorisation diesel et essence[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, Hugues de Chaunac est mécontent de l'aspect du règlement qui autorise un changement de moteur entre les qualifications et la course. Ce changement réglementaire, non prévu au départ, n'est pas sans conséquence sur l'augmentation du budget de son écurie, Oreca. De plus, le fait qu'Aston Martin Racing puisse utiliser une technologie à injection direct sur son moteur dérivé de la série, le V12 de la Lola B09/60-Aston Martin, ne plait guère à Oreca[H1 3].

photo d'un homme, habillé en noir et vert, parlant dans un micro, de face, trois-quart
Le patron de Pescarolo Sport, Henri Pescarolo, n'est pas satisfait des équivalences entre les motorisations diesel et essence.

Mais le problème souvent relevé par les écuries disposant de motorisation essence sur leur voitures, réside dans l'équivalence avec les moteur diesel, qui n'est selon eux pas respectée. Pour Henri Pescarolo, c'est la même problématique qui se pose chaque année : « Nous sommes dans une situation difficile et frustrante. Je mets au défi quiconque de prouver que notre voiture et nos pilotes sont à cinq ou six secondes au tour à conditions égales, c'est techniquement impossible. L'écart que vous constatez n'est pas un écart réel. Il ne répond pas à l'équité sportive. Je supplie l'ACO de rétablir cette équité ». Le vice-président de l'ACO Pierre Fillon, à quant à lui, indiqué que des précision seront apportées en vue de la saison 2010, une réduction du diamètres des brides est notamment à l'étude. Selon ses dire, Olivier Quesnel, reconnaît la nécessité de devoir faire quelques concession : « Je comprends qu'ont ait besoin des écuries privées et les laisser à dix secondes [d'écart] est délicat »[H1 3].

De son côté, le responsable de la communication chez Audi, Jürgen Pippig, ne trouve pas satisfaisant le fait de pouvoir modifier le règlement au dernier moment avant la course : « Le Mans reste intéressant pour Audi si la course conserve des règles claires et stables. Un changement de règlement peu de temps avant la course n'est pas acceptable. L'ACO doit donner un signal clair pour proposer les règles stables et viables à long terme »[H1 3].

Évolutions au niveau des règlements technique et sportif[modifier | modifier le code]

Début 2009, la réglementation technique en LMP1 évolue. Les dimensions du patin situé sous le fond plat des LMP1 et LMP2 doivent être revues. De plus, pour les prototypes à cockpit fermé, la température maximale autorisée est augmentée, elle passe à 32 °C. Ce changement a pour objectif d'aider les équipes ayant des difficultés à développer leur système de climatisation[1].

Au niveau des arrêts aux stands, les mécaniciens pourront, au même moment, déposer les roues près de la voiture et ravitailler en carburant. Les mécaniciens devront tout de même retourner dans le garage pendant le ravitaillement en carburant[1].

Incertitude sur le nombre de Porsche RS Spyder au départ[modifier | modifier le code]

Avant la publication de la liste des engagés, Porsche annonce que deux châssis de RS Spyder seront au départ aux 24 Heures du Mans. Mais l'Automobile Club de l'Ouest (ACO) annonce la présence de deux prototypes ; l'écurie Vitaphoe Racing s'associerait finalement avec Team Essex et Team Goh. L'incertitude est plutôt du côté de Vitaphone Racing, puisque les deux autres équipe ont déjà communiquées leur équipages. Au sein du Team Essex, Casper Elgaard et Krisitan Poulsen seraient titularisés. Ce dernier apporte des partenaires et remplace John Nielsen qui était pressenti au départ. Après avoir passé plusieurs années chez Pescarolo Sport, le Français Emmanuel Collard serait également de la partie dans le baquet de la Porsche danoise[2].

Chez Team Goh, l'équipe fait dans la continuité, en faisant confiance au Japonais Seiji Ara, avec qui elle a remporté l'édition 2004 sur Audi R8. Il est rejoint par Keisuke Kunimoto, actuellement engagé en championnat du Japon de Formule 3. Il a notamment remporté le Grand Prix de Macao en 2008. Le troisième pilote est le Sascha Maassen, deuxième en 2008 dans la catégorie LMP2. En outre, l'équipe fait appel à Torsten Robbens, directeur sportif pendant l'édition 2004, il officiera une nouvelle fois à ce poste. Pour les 24 Heures du Mans, Porsche prévoit l'ajout d'une nouvelle configuration aérodynamique pour les RS Spyder. De plus, en guise d'entrainement, le Team Goh et le Team Essex devraient disputer les 1 000 kilomètres de Spa[2].

Liste des engagés[modifier | modifier le code]

Liste officielle des concurrents et voitures invitées pour l'épreuve[3],[4]
Écurie Voiture Pneus Pilotes
LMP1
007 Drapeau : République tchèque AMR Eastern Europe Lola B09/60-Aston Martin M Drapeau : République tchèque Jan Charouz Drapeau : République tchèque Tomáš Enge Drapeau : Allemagne Stefan Mücke
008 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Lola B09/60-Aston Martin M Drapeau : Royaume-Uni Anthony Davidson Drapeau : Royaume-Uni Darren Turner Drapeau : Pays-Bas Jos Verstappen
009 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Lola B09/60-Aston Martin M Drapeau : Royaume-Uni Stuart Hall Drapeau : Pays-Bas Peter Kox Drapeau : Suisse Harold Primat
1 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Audi R15 TDI M Drapeau : Italie Rinaldo Capello Drapeau : Danemark Tom Kristensen Drapeau : Royaume-Uni Allan McNish
2 Drapeau : Allemagne Audi Sport North America Audi R15 TDI M Drapeau : Allemagne Lucas Luhr Drapeau : Allemagne Mike Rockenfeller Drapeau : Allemagne Marco Werner
3 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Audi R15 TDI M Drapeau : Allemagne Timo Bernhard Drapeau : France Romain Dumas Drapeau : France Alexandre Prémat
4 Drapeau : États-Unis Creation Autosportif (en) Creation CA07-Judd M Drapeau : Royaume-Uni Jamie Campbell-Walter Drapeau : Belgique Vanina Ickx Drapeau : France Romain Iannetta
6 Drapeau : Royaume-Uni Team LNT Ginetta-Zytek 09S M Drapeau : Royaume-Uni Lawrence Tomlinson Drapeau : Royaume-Uni Richard Dean Drapeau : Royaume-Uni Nigel Moore
7 Drapeau : France Peugeot Sport Peugeot 908 HDi FAP M Drapeau : France Nicolas Minassian Drapeau : Portugal Pedro Lamy Drapeau : Autriche Christian Klien
8 Drapeau : France Peugeot Sport Peugeot 908 HDi FAP M Drapeau : France Sébastien Bourdais Drapeau : France Franck Montagny Drapeau : France Stéphane Sarrazin
9 Drapeau : France Peugeot Sport Peugeot 908 HDi FAP M Drapeau : Australie David Brabham Drapeau : Espagne Marc Gené Drapeau : Autriche Alexander Wurz
10 Drapeau : France Oreca Oreca 01-AIM M Drapeau : Brésil Bruno Senna Drapeau : Monaco Stéphane Ortelli Drapeau : Portugal Tiago Monteiro
11 Drapeau : France Oreca Oreca 01-AIM M Drapeau : France Olivier Panis Drapeau : France Nicolas Lapierre Drapeau : France Soheil Ayari
12 Drapeau : France Signature-Plus Courage-Oreca LC70E-Judd M Drapeau : France Pierre Ragues Drapeau : France Franck Mailleux Drapeau : France Didier André
13 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Lola B08/60-Aston Martin M Drapeau : Italie Andrea Belicchi Drapeau : Suisse Neel Jani Drapeau : France Nicolas Prost
14 Drapeau : Allemagne Team Kolles Audi R10 TDI M Drapeau : Inde Narain Karthikeyan Drapeau : Pays-Bas Charles Zwolsman Drapeau : Allemagne André Lotterer
15 Drapeau : Allemagne Team Kolles Audi R10 TDI M Drapeau : Pays-Bas Christijan Albers Drapeau : Danemark Christian Bakkerud Drapeau : Italie Giorgio Mondini
16 Drapeau : France Pescarolo Sport Pescarolo 01-Judd M Drapeau : France Christophe Tinseau Drapeau : France Bruce Jouanny Drapeau : Portugal João Barbosa
17 Drapeau : France Pescarolo Sport Peugeot 908 HDi FAP M Drapeau : France Jean-Christophe Boullion Drapeau : France Benoît Tréluyer Drapeau : France Simon Pagenaud
23 Drapeau : Royaume-Uni Strakka Racing Ginetta-Zytek 09S M Drapeau : Royaume-Uni Peter Hardman Drapeau : Royaume-Uni Nick Leventis Drapeau : Royaume-Uni Danny Watts
LMP2
5 Drapeau : Japon NAVI Team Goh Porsche RS Spyder Evo M Drapeau : Japon Seiji Ara Drapeau : Japon Keisuke Kunimoto Drapeau : Allemagne Sascha Maassen
24 Drapeau : France Oak Racing Pescarolo 01-Mazda D Drapeau : France Jacques Nicolet Drapeau : Monaco Richard Hein (pl) Drapeau : France Jean-François Yvon (en)
25 Drapeau : Royaume-Uni Ray Mallock Ltd. Lola B08/86-Mazda M Drapeau : Royaume-Uni Mike Newton Drapeau : Brésil Thomas Erdos Drapeau : États-Unis Chris Dyson
26 Drapeau : Royaume-Uni Bruichladdich Bruneau Team Radical SR9-AER D Drapeau : France Pierre Bruneau Drapeau : France Marc Rostan (en) Drapeau : Royaume-Uni Tim Greaves
30 Drapeau : Italie Racing Box Lola B08/80-Judd M Drapeau : Italie Andrea Piccini Drapeau : Italie Matteo Bobbi Drapeau : Italie Thomas Biagi
31 Drapeau : Danemark Team Essex Porsche RS Spyder Evo M Drapeau : France Emmanuel Collard Drapeau : Danemark Casper Elgaard Drapeau : Danemark Kristian Poulsen
32 Drapeau : France Team Barazi Epsilon Zytek 07S/2 D Drapeau : Danemark Juan Barazi (en) Drapeau : Royaume-Uni Stuart Moseley Drapeau : Royaume-Uni Phil Bennett
33 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Lola B08/80-Judd M Drapeau : Royaume-Uni Jonny Kane Drapeau : Suisse Benjamin Leuenberger Drapeau : France Xavier Pompidou
35 Drapeau : France Oak Racing Pescarolo 01-Mazda D Drapeau : France Matthieu Lahaye Drapeau : France Karim Ajlani Drapeau : France Guillaume Moreau
39 Drapeau : Allemagne Kruse Schiller Motorsport Lola B07/46-Mazda M Drapeau : Japon Hideki Noda Drapeau : France Jean de Pourtales (en) Drapeau : Royaume-Uni Matthew Marsh
40 Drapeau : Portugal Quifel ASM Team Ginetta-Zytek 09S/2 D Drapeau : Portugal Miguel Amaral Drapeau : France Olivier Pla Drapeau : Royaume-Uni Guy Smith
41 Drapeau : Suisse GAC Racing Team Zytek 07S/2 M Drapeau : Arabie saoudite Karim Ojjeh Drapeau : France Claude-Yves Gosselin Drapeau : Autriche Philipp Peter
GT1
63 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Chevrolet Corvette C6.R M Drapeau : États-Unis Johnny O'Connell Drapeau : Danemark Jan Magnussen Drapeau : Espagne Antonio García
64 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Chevrolet Corvette C6.R M Drapeau : Monaco Olivier Beretta Drapeau : Royaume-Uni Oliver Gavin Drapeau : Suisse Marcel Fässler
66 Drapeau : Autriche Jetalliance Racing (en) Aston Martin DBR9 M Drapeau : Autriche Lukas Lichtner-Hoyer Drapeau : Autriche Thomas Gruber Drapeau : Allemagne Alex Müller
68 Drapeau : Japon JLOC Lamborghini Murciélago R-GT Y Drapeau : Italie Marco Apicella Drapeau : Japon Atsushi Yogō (de) Drapeau : Japon Yutaka Yamagishi
72 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Chevrolet Corvette C6.R D Drapeau : France Luc Alphand Drapeau : France Stéphan Grégoire Drapeau : France Patrice Goueslard
73 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Chevrolet Corvette C6.R D Drapeau : France Julien Jousse Drapeau : Pays-Bas Xavier Maassen (en) Drapeau : France Yann Clairay
GT2
70 Drapeau : France IMSA Performance Porsche 911 GT3 RSR (997) M Drapeau : Autriche Horst Felbermayr, Sr. Drapeau : Autriche Horst Felbermayr, Jr. Drapeau : France Michel Lecourt
75 Drapeau : République populaire de Chine Endurance Asia Team

Drapeau : France Perspective Racing

Porsche 911 GT3 RSR (997) D Drapeau de Hong Kong Darryl O'Young Drapeau : France Philippe Hesnault Drapeau : Bulgarie Plamen Kralev
76 Drapeau : France IMSA Performance Matmut Porsche 911 GT3 RSR (997) M Drapeau : France Patrick Pilet Drapeau : France Raymond Narac Drapeau : États-Unis Patrick Long
77 Drapeau : Allemagne Team Felbermayr-Proton Porsche 911 GT3 RSR (997) Drapeau : Allemagne Marc Lieb Drapeau : Autriche Richard Lietz Drapeau : Allemagne Wolf Henzler
78 Drapeau : Italie AF Corse Ferrari F430 GTC M Drapeau : Argentine Luís Pérez Companc Drapeau : Argentine Matías Russo Drapeau : Italie Gianmaria Bruni
80 Drapeau : États-Unis Flying Lizard Motorsports Porsche 911 GT3 RSR (997) M Drapeau : Allemagne Jörg Bergmeister Drapeau : États-Unis Seth Neiman (en) Drapeau : États-Unis Darren Law
81 Drapeau : Italie Team Seattle

Drapeau : États-Unis Advanced Engineering

Ferrari F430 GTC M Drapeau : États-Unis Don Kitch, Jr. Drapeau : États-Unis Joe Foster (pl) Drapeau : États-Unis Patrick Dempsey
82 Drapeau : États-Unis Risi Competizione Ferrari F430 GTC M Drapeau : Brésil Jaime Melo Drapeau : Allemagne Pierre Kaffer Drapeau : Finlande Mika Salo
83 Drapeau : États-Unis Risi Competizione Ferrari F430 GTC M Drapeau : États-Unis Tracy Krohn Drapeau : Suède Niclas Jönsson Drapeau : Belgique Eric van de Poele
84 Drapeau : Royaume-Uni Team Modena Ferrari F430 GTC M Drapeau : Royaume-Uni Leo Mansell Drapeau : Allemagne pl:Pierre Ehret Drapeau : Russie Roman Rusinov
85 Drapeau : Pays-Bas Spyker Squadron Spyker C8 Laviolette GT2-R M Drapeau : Pays-Bas Tom Coronel Drapeau : République tchèque Jaroslav Janiš Drapeau : Pays-Bas Jeroen Bleekemolen
87 Drapeau : Royaume-Uni Drayson Racing Aston Martin Vantage GT2 M Drapeau : Royaume-Uni Paul Drayson Drapeau : Royaume-Uni Jonny Cocker (en) Drapeau : Royaume-Uni Marino Franchitti
89 Drapeau : Allemagne Hankook Team Farnbacher Ferrari F430 GTC H Drapeau : Danemark Allan Simonsen Drapeau : Allemagne Dominik Farnbacher Drapeau : Saint-Marin Christian Montanari
92 Drapeau : Royaume-Uni JMW Motorsport Ferrari F430 GTC D Drapeau : Royaume-Uni Robert Bell Drapeau : Royaume-Uni Tim Sugden Drapeau : Royaume-Uni Andrew Kirkaldy
96 Drapeau : Royaume-Uni Virgo Motorsport Ferrari F430 GTC D Drapeau : Royaume-Uni Michael McInerney Drapeau : Royaume-Uni Sean McInerney Drapeau : Royaume-Uni Michael Vergers
97 Drapeau : Italie BMS Scuderia Italia Ferrari F430 GTC P Drapeau : Italie Fabio Babini Drapeau : Italie Matteo Malucelli Drapeau : Italie Paolo Ruberti (de)
99 Drapeau : Monaco JMB Racing Ferrari F430 GTC M Drapeau : Portugal Manuel Rodrigues Drapeau : France Yvan Lebon Drapeau : France Christophe Bouchut

Fin janvier, l'ACO annonce avoir reçu quatre-vingt-deux dossiers d'inscription. Mais cinquante-cinq équipages sont sélectionnés, avec en plus, huit suppléants près à prendre la place d'un hypothétique forfait. En outre, parmi ces cinquante-cinq sélectionnés, quinze concurrents sont invités d'office et directement, en fonction de leur résultats acquis dans les différents championnats organisés par l'ACO[5].

Forfaits et non sélection[modifier | modifier le code]

Plusieurs écuries ayant déposé une candidature ne sont pas sélectionnée par le comité. Parmi elles figurent l'écurie Team ECO Speed avec une Dome S102[6]. Selon le communiqué de Dome, l'écurie suisse n'aurait pas respectée la date de paiement de la location du prototype : « En raison du fait que ECO Speed n’a pas eu d’engagement pour les 24 Heures du Mans 2009 et qu’il n’y a pas de paiement de la part d’ECO Speed pour la location à la date convenue entre les deux parties, nous avons d’ores et déjà annulé le contrat avec ECO Speed vendredi dernier. Donc, avec cette annulation du contrat, nous voudrions vous informer qu’il n’y a malheureusement pas de S102 au Mans cette année »[7].

L'écurie basque-espagnole Epsilon Euskadi qui avait déjà déclarée forfait pour les Le Mans Series, et dont la candidature portait sur l'engagement de deux LMP1, déclare forfait pour les 24 Heures du Mans[8].

Fin avril, la Porsche RS Spyder de Vitaphone Racing déclare forfait. IMSA Performance en profite pour inscrire sa deuxième Porsche 911 GT3 RSR (997) initialement suppléante. La Porsche no 70 est exploité conjointement par IMSA Performance et l'écurie allemande Felbermayr-Proton. Horst Felbermayr, Sr. et son fils partage le volant avec Michel Lecourt, qui après avoir disputé la saison 2008 des Le Mans Series, effectue sa première apparition dans la classique mancelle[9],[10].

Réservistes[modifier | modifier le code]

L'ACO sélectionne en plus des cinquante-cinq inscrits, huit réservistes, près à prendre la place d'un concurrent déclaré forfait avant la course[5]. Parmi les huit réservistes, figurent entre autre, Spyker Squadron déposent initialement deux dossiers d'engagement, mais une seule Spyker C8 Laviolette GT2-R est inscrite sur la liste des engagés dévoilée en février. La seconde voiture est présente en huitième position sur la liste des réservistes[11].

Finalisation des équipages[modifier | modifier le code]

Aston Martin Racing apporte un soutien aux deux DBR9 engagées respectivement par Jetalliance Racing (en) et Gigawave Motorsport Ltd. La première citée effectuera ses débuts aux Mans[12]. Le 28 février, Lukas Lichtner-Hoyer est le premier pilote titularisé au sein de l'écurie : « Je suis bien évidemment ravi. Cette course est la plus importante et c’est une joie d’avoir été retenu, que ce soit pour moi ou pour toute l’équipe. Je suis allé deux fois aux 24 Heures du Mans en tant que spectateur et nous allons maintenant y être en tant que concurrent. C’est un rêve qui devient réalité pour toute l’équipe ». L'écurie autrichienne avait fait une demande en 2008, mais sans succès. Pour la première fois depuis 1972, une écurie autrichienne est au départ des 24 Heures du Mans[13]. L'écurie Full Speed qui avait déposer un dossier d’inscription avec une Saleen S7-R, n'est pas retenue par le comité de sélection[12].

Le même jour, Jeroen Bleekemolen, vainqueur des 24 Heures du Mans 2008 en LMP2 avec Van Merksteijn Motorsport sur Porsche RS Spyder, est annoncé pour piloter l'unique Spyker C8 Laviolette GT2-R au départ. Il rejoint Tom Coronel et Jarek Janis dans le baquet de la voiture néerlandais. Pour Bleekmolen, il s'agit d'un retour aux sources, puisque le néerlandais avait découvert le Mans en 2006 avec Spyker : « C’est sympa de revenir chez Spyker. Même si nous avons fait partie du même team, je n’ai jamais partagé la voiture avec Tom Coronel. Je le connais très bien et je suis content de travailler avec lui. Jarek et moi avons tous les deux roulé en DTM. Il est très bon et c’est un bon renfort pour l’équipe. Quand j’ai visité les ateliers de Spyker Squadron la semaine dernière, j’ai été impressionné de voir les progrès qui ont été faits. Leur manière d’aborder Le Mans est très professionnelle et je suis déjà impatient de courir en juin »[14].

Début mars, Chris Dyson complète l'équipe de l'écurie RML, où il pilotera la Lola B08/86-Mazda aux côtés de Mike Newton et Thomas Erdos. Après deux victoires consécutives dans la catégorie LMP2, en 2005 et en 2006, l'écurie britannique vise une nouvelle fois la victoire. Pour Phil Barker, le team manager, l'expèrience de Chris Dyson acquise en American Le Mans Series est un avantage : « C’est une très bonne nouvelle de voir Chris Dyson rejoindre le team. Le Dyson Racing ayant déjà testé leur coupé Lola-Mazda aux Etats-Unis, Chris connaît la voiture et nous apportera son expérience considérable acquise en American Le Mans Series où la compétition fait rage ». En outre, le motoriste japonais Mazda équipe également l'écurie Dyson Racing, présente en American Le Mans Series, ce qui explique l'implication entre RML et Dyson[15]. Fin mars, Bruno Senna rejoint l'équipe Oreca ; il pilotera la voiture no 10[16].

Photographie d'un homme, de face, portant une casquette bleu sur la tête
En 2009, Bruno Senna participe à ses premières 24 Heures du Mans.

En avril, le Speedy Racing Team Sebah annonce que le Suisse Neel Jani remplacera Marcel Fässler, parti chez Corvette Racing[17]. Malgré une saison marquée par un engagement multi-disciplinaires, avec le championnat de France FFSA GT, le championnat FIA GT et les Le Mans Series, l'écurie française Luc Alphand Aventures, sera présente dans la Sarthe. Luc Alphand, Patrice Goueslard et Jérôme Policand et le trio : Guillaume Moeau, Yann Clairay et Xavier Maassen sont les équipages annoncés[18].

Le 25 mai, le Français Romain Iannetta rejoint l'équipage de Creation Autosportif (en). Pour sa première participation en catégorie LMP1, il pilotera aux côtés de Jamie Campbell-Walter et Vanina Ickx. Il s'agira de sa quatrième participations au double tour d'horloge : « Je suis heureux de participer pour la quatrième fois à la plus importante course d’endurance du monde. Venir au Mans avec le Creation Autosportif, c’est pour moi une énorme opportunité. Le team a prouvé de nombreuses fois qu’il était compétitif et fiable en endurance et spécialement au Mans. Avec le moteur Judd 5,5 litres le package Creation nous permet d’espérer terminer les 77e 24 Heures du Mans avec un bon résultat. Je suis aussi heureux de partager la voiture avec mes coéquipiers Jamie Campbell-Walter et Vanina Ickx. Ils ont tous les deux l’expérience des prototypes et ils représentent pour moi un atout supplémentaire. Ce sera ma première année au volant d’une LMP1, aussi je suis impatient de découvrir la voiture durant les prochains essais en Angleterre ». Andy Woolgar, le directeur marketing de l'écurie ajoute : « Je suis très content d’avoir Romain avec Creation Autosportif. Il apporte des qualités sous-estimées, alors que c’est un pilote fiable, qui réfléchit vite, à un ensemble déjà bien bâti. Du point de vue du team, l’arrivée de Romain complète ce que nous croyons être un engagement solide pour la course de cette année. Ce que nous avons, c’est une voiture très bien préparée, un package moteur excellent et en qui nous avons confiance, et trois pilotes très bien assortis »[19].

Trois jours plus tard, le 28, João Barbosa est annoncé pour piloter aux côtés de Christophe Tinseau et Bruce Jouanny l'unique Pescarolo 01 engagée en catégorie LMP1. la pilote portugais a déjà disputé à cinq reprises les 24 Heures du Mans, à chaque fois avec Rollcentre Racing ; son meilleur résultat est quatrième place en 2007[20].

L'écurie basque-espagnole Epsilon Euskadi et sa ee2 sont initialement inscrit sur la liste. Le 1er juin, L'écurie monégasque JMB Racing annonce sont troisième pilote : Christophe Bouchut qui y effectuera à cette occasion sa seizième participation. Il rejoint donc Manuel Rodrigues et Yvan Lebon sur la Ferrari. Ce dernier a déjà couru en championnat de France FFSA GT avec Bouchut[21]. Le 4 juin, Stuart Moseley et Rolan Bervillé sont annoncés sur la Zytek de Barazi Epsilon[22]. Finalement, Bervillé ne participe pas à l'épreuve car remplacé le 8 juin par Phil Bennett[23]. Le lendemain, Yutaka Yamagishi est confirmé à bord de la Lamborghini du JLOC[24].

Le 8 juin, le Team Kolles annonce son dernier pilote : André Lotterer, spécialiste des courses japonaise, nottament le Super GT et la Formule Nippon. l'Allemand participera à ses premières 24 Heures du Mans, tout comme ses deux coéquipiers, le Néerlandais Charles Zwolsman et l'Indien Narayn Karthikeyan à bord de l'Audi R10 TDI no 14, voiture vainqueure en titre des trois éditions précedentes[25],[26].

Essais libres[modifier | modifier le code]

La séance d'essais libres débute sous une fine pluie. Allan McNish, à bord de l'Audi R15 TDI no 1, signe le temps le plus rapide en min 30 s 708[E3 1].

Qualifications[modifier | modifier le code]

Temps réalisés lors de la séance de qualification (vainqueurs de catégorie en gras)[27],[28]
Pos. Classe Équipe Pilote Temps Grille
1 LMP1 8 Drapeau : France Peugeot Sport Stéphane Sarrazin 3 min 22 s 888 1
2 LMP1 1 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Allan McNish 3 min 23 s 650 2
3 LMP1 7 Drapeau : France Peugeot Sport Nicolas Minassian 3 min 24 s 860 3
4 LMP1 17 Drapeau : France Pescarolo Sport Jean-Christophe Boullion 3 min 25 s 062 4
5 LMP1 9 Drapeau : France Peugeot Sport Marc Gené 3 min 25 s 252 5
6 LMP1 2 Drapeau : Allemagne Audi Sport North America Marco Werner 3 min 25 s 780 6
7 LMP1 3 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Alexandre Prémat 3 min 27 s 106 7
8 LMP1 007 Drapeau : République tchèque Aston Martin Racing Eastern Europe Stefan Mücke 3 min 27 s 180 8
9 LMP1 008 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Anthony Davidson 3 min 27 s 704 9
10 LMP1 13 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Andrea Belicchi 3 min 28 s 134 10
11 LMP1 23 Drapeau : Royaume-Uni Strakka Racing Danny Watts 3 min 29 s 798 11
12 LMP1 16 Drapeau : France Pescarolo Sport Christophe Tinseau 3 min 30 s 466 12
13 LMP1 15 Drapeau : Allemagne Team Kolles André Lotterer 3 min 31 s 192 13
14 LMP1 14 Drapeau : Allemagne Team Kolles 3 min 31 s 548 14
15 LMP1 10 Drapeau : France Oreca Stéphane Ortelli 3 min 33 s 514 15
16 LMP1 11 Drapeau : France Oreca Olivier Panis 3 min 33 s 860 16
17 LMP1 009 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Peter Kox 3 min 33 s 968 17
18 LMP1 6 Drapeau : Royaume-Uni Team LNT Richard Dean 3 min 35 s 804 18
19 LMP1 4 Drapeau : États-Unis Creation Autosportif (en) Jamie Campbell-Walter 3 min 35 s 960 19
20 LMP2 31 Drapeau : Danemark Team Essex Casper Elgaard 3 min 37 s 720 20
21 LMP2 5 Drapeau : Japon Navi Team Goh Seiji Ara 3 min 37 s 802 21
22 LMP1 12 Drapeau : France Signature Pierre Ragues 3 min 39 s 326 22
23 LMP2 33 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Xavier Pompidou 3 min 41 s 724 23
24 LMP2 25 Drapeau : Royaume-Uni Ray Mallock Ltd. Thomas Erdos 3 min 41 s 952 24
25 LMP2 40 Drapeau : Portugal Quifel ASM Team Olivier Pla 3 min 42 s 012 25
26 LMP2 30 Drapeau : Italie Racing Box Andrea Piccini 3 min 42 s 848 26
27 LMP2 41 Drapeau : Suisse GAC Racing Team Philipp Peter 3 min 44 s 830 27
28 LMP2 35 Drapeau : France Oak Racing Matthieu Lahaye 3 min 45 s 032 28
29 LMP2 32 Drapeau : France Team Barazi Epsilon Juan Barazi 3 min 52 s 956 29
30 LMP2 39 Drapeau : Allemagne Kruse Schiller Motorsport Hideki Noda 3 min 53 s 072 30
31 GT1 63 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Jan Magnussen 3 min 54 s 230 31
32 GT1 64 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Olivier Beretta 3 min 54 s 702 32
33 LMP2 26 Drapeau : Royaume-Uni Bruichladdich Bruneau Team Marc Rostan 3 min 55 s 320 33
34 GT1 66 Drapeau : Autriche Jetalliance Racing (en) Alex Müller 3 min 56 s 126 34
35 GT1 72 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Stéphan Grégoire 3 min 57 s 170 35
36 LMP2 24 Drapeau : France Oak Racing Richard Hein 3 min 57 s 524 36
37 GT1 73 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Yann Clairay 3 min 58 s 564 37
38 GT2 80 Drapeau : États-Unis Flying Lizard Motorsports Jörg Bergmeister 4 min 03 s 202 38
39 GT2 77 Drapeau : Allemagne Team Felbermayr-Proton Marc Lieb 4 min 03 s 232 39
40 GT2 82 Drapeau : États-Unis Risi Competizione Jaime Melo 4 min 04 s 056 40
41 GT2 99 Drapeau : Monaco JMB Racing Christophe Bouchut 4 min 04 s 084 41
42 GT2 97 Drapeau : Italie BMS Scuderia Italia Matteo Malucelli 4 min 04 s 222 42
43 GT2 76 Drapeau : France IMSA Performance Patrick Long 4 min 04 s 648 43
44 GT2 78 Drapeau : Italie AF Corse Gianmaria Bruni 4 min 04 s 938 44
45 GT2 92 Drapeau : Royaume-Uni JMW Motorsport Robert Bell 4 min 05 s 168 45
46 GT2 87 Drapeau : Royaume-Uni Drayson Racing Jonny Cocker 4 min 06 s 482 46
47 GT2 89 Drapeau : Allemagne Hankook Team Farnbacher Allan Simonsen 4 min 06 s 612 47
48 GT2 85 Drapeau : Pays-Bas Spyker Squadron Jeroen Bleekemolen 4 min 08 s 348 48
49 GT2 84 Drapeau : Royaume-Uni Team Modena Roman Rusinov 4 min 08 s 508 48
50 GT2 83 Drapeau : États-Unis Risi Competizione / Krohn Racing Tracy Krohn 4 min 08 s 758 50
51 GT2 70 Drapeau : France IMSA Performance Horst Felbermayr, Jr. 4 min 10 s 014 51
52 GT2 75 Drapeau : République populaire de Chine Endurance Asia Team / Drapeau : France Perspective Racing Darryl O'Young 4 min 10 s 456 52
53 GT2 96 Drapeau : Royaume-Uni Virgo Motorsport Michael Vergers 4 min 10 s 664 53
54 GT2 81 Drapeau : Italie Team Seattle / Drapeau : États-Unis Advanced Engineering Joe Foster 4 min 13 s 920 54
55 GT1 68 Drapeau : Japon JLOC Yutaka Yamagishi 4 min 21 s 812 55
photo d'un circuit éclairé, la nuit et vue de haut
En 2009, l'unique séance de qualifications se déroule en partie de nuit.

L'édition 2009 des 24 Heures du Mans n'inclus qu'une seule séance d'essais qualificatifs, contrairement aux années précédentes. Dix-spet minutes après le début l'entame de la séance, sur piste sèche, Franck Montagny signe un temps de min 25 s 608 à bord de la Peugeot 908 HDi FAP no 8. Puis à 20 h 47, il améliore son temps en min 24 s 852. Viennent ensuite les Peugeot de Pedro Lamy en min 26 s 992 et celle de Jean-Christophe Boullion en min 28 s 812. Quelques boucles plus tard, à bord du prototype exploité par Pescarolo Sport, Boullion améliore et porte son chrono à min 25 s 062. Quant aux Audi R15 TDI de Mike Rockenfeller et d'Allan McNish restent en embuscade avec des temps supérieurs à min 26 s. Mais à la fin de la première moitié de la séance, McNish boucle un tour en min 23 s 650 et obtient alors la pole provisoire[E3 1].

Du côté des motorisations essence, c'est Anthony Davidson qui s'en sort le mieux avec sa Lola B09/60-Aston Martin no 008 et un temps de min 29 s 522. L'écurie britannique Strakka Racing qui avait obtenue la pole lors des 1 000 kilomètres de Catalogne est deuxième du classement avec la Ginetta-Zytek 09S à bord de laquelle Danny Watts signe un temps de min 29 s 798[E3 1]. Pendant la première partie de la séance, Watts et Davidson sont les seuls pilotes équipés d'une voiture à motorisation essence, à être descendu sous la barre des min 30 s. Les deux pilotes s'en approchant le plus, sans toutefois y parvenir, sont : Christophe Tinseau (Pescarolo 01-Judd) en min 30 s 466 et Andrea Belicchi (Lola B08/60-Aston Martin) en min 30 s 552[E3 2].

Dans la deuxième partie, Stefan Mücke (Lola B09/60-Aston Martin no 007) améliore chez les « essence » avec un temps chronométré en min 27 s 180. Davidson améliore également avec un temps de min 27 s 704. Puis c'est au tour de Belicchi de signer un temps de min 28 s 134, qui le place en troisième position des « essence ». Chez les motorisations diesel, Sébastien Bourdais qui a remplacé Montagny, s'élance à son tour. Il signe un min 24 s 658 pas suffisamment rapide pour pouvoir déloger l'Audi de McNish. Durant son deuxième tour d'attaque, il est gêné par le trafique et n'améliore pas. Le Manceau est ensuite relayé par Stéphane Sarrazin qui, à partir de 22 h 40 commence à enchaîner des tours à un rythme soutenu. Malgré ses effort, il est consécutivement gêné par de nombreux événements. Le trafic, un drapeau jaune sortie à la suite de l'escapade hors piste au niveau de la passerelle Dunlop de la Pescarolo 01 no 24 de Jacques Nicolet, ainsi que la sortie de piste de Jan Charouz (Lola-Aston Martin no 007) à la chicane Michelin, l'empêche de réaliser un temps s'approchant de celui de l'Audi provisoirement installée en pole position. À vingt-neuf minutes du terme, le Français trouve enfin une piste dégagée et se retrouve en avance sur le temps de McNish au virage de Mulsanne ; il échoue pour 78 millièmes seulement[E3 2].

À 23 h 47, alors qu'il est semble t-il dans sa dernière tentative, il signe un temps de min 22 s 888 et arrache la pole position à Allan McNish. Lorsqu'il descend de sa voiture, il déclare : « Cette année, plus encore que les deux dernières années, je voulais faire la pole position. J'avais un feeling particulier, je ne sais pas pourquoi... Au début j'ai été gêné par une Audi, un hasard, une coïncidence... Ils n'ont pas dit à Kristensen que j'étais derrière lui, il m'a aperçu au dernier moment, il a fait gauche-droite... Bon c'est le sport. Oui, c'était mon dernier tour, mais c'est pour cela que c'est bon, car tu n'a pas le droit de te louper, même si tu es gêné. J'ai pu me lâcher en fin de séance, notamment dans le virage Porsche et le temps est tombé ! J'attaquais à bloc, voilà ! »[E3 2].

Dans la catégorie LMP2, Les Porsche RS Spyder Evo dominent et Casper Elgaard (no 31) obtient la pole pour 82 millièmes face à Seiji Ara (no 5). À environs quatre secondes, Xavier Pompidou sur Lola B08/80-Judd ne peut que faire mieux que troisième. En GT1, la lutte pour la pole se résume à un duel interne chez Corvette Racing puisque Jan Magnussen (Chevrolet Corvette C6.R no 63) arrache la pole à Olivier Beretta (no 64) pour moins d'une demi seconde. La Lamborghini Murciélago R-GT du JLOC se classe dernière du classement général avec un temps de min 21 s 812. Enfin, la catégorie GT2 est la plus disputée pour la pole position. En effet, les huit premières voitures se tiennent en deux secondes, et les quatre première en moins d'une seconde. Jörg Bergmeister sur la Porsche 911 GT3 RSR (997) no 80 du Flying Lizard Motorsports, parvient à prendre l'avantage sur le temps de Marc Lieb (Porsche 911 GT3 RSR (997) no 77 / Team Felbermayr-Proton) pour une différences infime de 30 millièmes de seconde. La première Ferrari F430 GTC pilotée par Jaime Melo, le vainqueur de la catégorie en 2008, est troisième. À bord de la Ferrari du JMB Racing, Christophe Bouchut obtient la quatrième place, là aussi pour un écart très faible (28 millièmes)[E3 3].

Au soir des qualifications, certains observateurs semblent impressionnés par le temps réalisé de la Peugeot de Sarrazin. En effet, pour la saison 2009, l'ACO a décidé de réduire d'environs 10,5 % la puissance des moteurs ), en diminuant la taille du diamètre des brides d'admission, ainsi qu'en diminuant la pression maximale autorisée dans ces derniers[E3 2],[E3 3]. S'ajoute à cela, la diminution des dimensions de l'aileron arrière imposée par le règlement. Malgré ces changements, la pole position de 2008, en min 18 s 513, également obtenu par Sarrazin, ne paraît pas si lointaine[E3 3].

Pilotes qualifiés par nationalités[modifier | modifier le code]

Nombre de pilotes par nationalité
Drapeau : France 42 Français Drapeau : Royaume-Uni 30 Britanniques Drapeau : Allemagne 14 Allemands Drapeau : Italie 11 Italiens Drapeau : États-Unis 9 Américains
Drapeau : Autriche 8 Autrichiens Drapeau : Pays-Bas 8 Néerlandais Drapeau : Danemark 5 Danois Drapeau : Japon 5 Japonais Drapeau : Portugal 5 Portugais
Drapeau : Suisse 4 Suisses Drapeau : Brésil 3 Brésiliens Drapeau : Monaco 3 Monégasques Drapeau : Argentine 2 Argentins Drapeau : Australie 2 Australiens
Drapeau : Belgique 2 Belges Drapeau : Espagne 2 Espagnols Drapeau : République tchèque 2 Tchèques Drapeau : Bulgarie 1 Bulgare Drapeau de Hong Kong 1 Hongkongais
Drapeau : République populaire de Chine 1 Chinois Drapeau : Finlande 1 Finlandais Drapeau : Inde 1 Indien Drapeau : Russie 1 Russe Drapeau : Saint-Marin 1 Saint-Marinais
Drapeau : Arabie saoudite 1 Saoudien Drapeau : Suède 1 Suédois

Warm-up[modifier | modifier le code]

Le warm-up est une séance d'échauffement qui permet au concurrent de vérifier le bon fonctionnement des voitures avant le départ de la course. Lors de cette séance, les trois Peugeot obtiennent les trois meilleurs temps. Malgré un changement de turbo sur sa voiture (no 8), Franck Montagny est le plus rapide en min 26 s 457. Les Audi connaissent quelques déboires, Tom Kristensen voit son accélérateur se bloquer, tandis que Marco Werner est contraint d'éviter une voiture de la catégorie GT2 ; de ce fait, il part en tète-à-queue et fait une excursion hors piste au niveau de la passerelle Dunlop. De surcroît, les Audi R15 TDI sont victimes d'un sous-virage, qui ne semblait pas présent lors des séances précédentes[H4 1].

Deux voitures ne prennent pas la piste, la Lamborghini no 68 du JLOC inscrite en catégorie GT1, et la Lola no 39 de Kruse Schiller Motorsport inscrite en LMP2. L’écurie Luc Alphand Aventures a due procéder à un changement de moteur sur la no 73 et la Spyker a mit douze minutes à parcourir un tour du circuit. En outre, en fin de séance, Christophe Tinseau part en tète-à-queue au virage d'Indianapolis mais s'en sort sans conséquence[H4 1].

Animations et évènements avant la course[modifier | modifier le code]

Plusieurs animations sont organisés avant la course, comme la parade des pilotes, le Classic British Welcome, ainsi que diverses expositions de photos et de peintures en rapport avec l'épreuve. Par ailleurs, de nombreux acteurs de la discipline se livrent à différentes conférences de presse, qui ont lieu pendant la semaine qui précède le week-end de course. Le mercredi après-midi, Michelin, puis c'est au tour de l'Automobile Club de l'Ouest d'organiser une conférence le jeudi matin et trois conférences sont organisées le vendredi avec Aston Martin, Audi et Peugeot[H4 1].

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Première heure : Domination des Peugeot, une Audi retardée, une Peugeot également[modifier | modifier le code]

15 h : Le départ de la course est donné par Luca di Montezemolo, le patron de Ferrari. Avant même d'avoir franchit passé la ligne, la Lola B07/46 no 39 de Kruse Shiller Motorsport est victime d'une fuite d'huile est s'arrête à son stand. À la passerelle Dunlop, Allan McNish, à bord de l'Audi R15 TDI no 1, tente de dépasser Franck Montagny à bord de la Peugeot 908 HDi FAP no 8 partie de la pole. L'écossais n'y parvient pas. Dans le même tour, Alexander Wurz qui pilote la Peugeot no 9 se dédouble de Jean-Christophe Boullion (Peugeot no 17) au niveau de la chicane Playstation. Puis, c'est au tour de Pedro Lamy de dépasser McNish à la chicane Michelin. Les Audi R15 TDI semble souffrir en vitesse de pointe, puisque Stefan Mücke à bord de la Lola B09/60-Aston Martin no 007 parvient à doubler Alexandre Prémat sur l'Audi no 3 avant le virage de Mulsanne[H5 1].

À 15 h 4, Montagny commence à distancer Lamy. Allan McNish est troisième, il est suivi par Wurz (Peugeot no 9), Boullion (Peugeot no 17), Mike Rockenfeller (Audi no 2), Mücke (Lola-Aston Martin no 007), Prémat (Audi no 3) et Darren Turner (Lola-Aston Martin no 008). Ce premier groupe creuse un écart avec un deuxième groupe constitué d'Andrea Belicchi (Lola B08/60 no 13), Christophe Tinseau (Pescarolo 01 no 16), Peter Hardman (Ginetta-Zytek 09S no 23), les Audi R10 TDI de Christijan Albers (no 15) et de Charles Zwolsman no 14), Stéphane Ortelli (Oreca 01 no 10), Harold Primat (Lola-Aston Martin no 009), Olivier Panis (Oreca 01 no 11), Richard Dean (Ginetta-Zytek no 6) et Jamie Campbell-Walter (Creation CA07 no 4). Dans la catégorie LMP2, les deux Porsche RS Spyder Evo sont à le lutte, Seiji Ara à bord de no 5 avec Emmanuel Collard sur no 31. Xavier Pompidou (Lola B08/80 no 33) et Thomas Erdos (Lola B08/86 no 25) sont déjà distancés. En GT1, Jan Magnussen (Chevrolet Corvette C6.R (no 63) a pris l'ascendant sur ses adversaires, d'autant que l'Aston Martin DBR9 de Jetalliance Racing rentre aux stands pour effectuer un changement d'alternateur. Quant à l'unique Lamborghini Murciélago R-GT engagée, elle rentre à son stand et abandonne (officiellement à 15 h 30) au terme du premier tour (surchauffe moteur). En catégorie GT2, la Ferrari F430 GTC de Jaime Melo (AF Corse) mène la danse devant un groupe composé de Porsche 911 GT3 RSR (997) et de Ferrari F430 GTC : Marc Lieb, Christophe Bouchut, Matteo Malucelli et Jörg Bergmeister[H5 1].

Phographie d'une voiture orange, vue de face, sur une piste
En début de course, la Ginetta-Zytek 09S du Team LNT est retardée par des problèmes électriques.

Trois minutes plus tard, les trois Peugeot officielles sont en tête, puisque Wurz vient de doubler McNish peut avant la chicane Michelin. À cet instant, Pedro Lamy effectue le meilleur tour en course de en min 25 s 028, et Marc Lieb (Porsche no 77/GT2) vient de prendre le meilleur sur Jaime Melo. Quant à la Ferrari de Malucelli et l'Aston Martin V8 Vantage GT2 de Jonny Cocker, elles subissent toutes deux, une crevaison qui les obligent à rentrer aux stands au ralenti[H5 1]. À 15 h 10, alors qu'il entame son troisième tour de course, Alexandre Prémat (Audi no 3/LMP1) tente de dépasser Mücke (Lola-Aston Martin no 007/LMP1) à la Passerelle Dunlop, sans succès. Au virage d'Indianapolis, Prémat est semble t'il déséquilibré par le vibreur, il ne peut prendre le virage qui tourne à gauche et se retrouve dans le baque à gravier, en touchant le mur de pneus. Avec l'aide des commissaires, il parvient à repartir, mais perds trois minutes. L'Audi endommagée rentre aux stands en ayant déjà perdu un tour, elle en perds un second à son stand, une réparation sur l'avant de la voiture devant être effectuée. Au même instant, la Ginetta du Team LNT, pilotée par Richard Dean rencontre des problèmes électriques[H5 2].

À 15 h 14, la course dans la catégorie GT2 est serrée entre Ferrari et Porsche. Jaime Melo (Ferrari no 82) reprend le leadership à Christophe Bouchut (Ferrari no 99). Les deux hommes devancent : Marc Lieb (Porsche no 77), Patrick Long (Porsche no 76) et Jörg Bergmeister (Porsche no 80)[H5 2]. 15 h 22, Christian Albers (Audi no 15) ravitaille et en profite pour changer de capot avant, la Ginetta de Quifel ASM Team (LMP2) en fait de même car Guy Smith est aux prises avec des soucis d'allumage. Les deux concurrents perdent respectivement douze et dix-neuf minutes[H5 2]. À 15 h 24, après sept tours de course, les Peugeot continuent de creuser l'écart ; Allan McNish pointe maintenant à vingt-et-une secondes de la Peugeot de tête. En catégorie GT2, Marc Lieb est revenu à la hauteur de Jaime Melo[H5 2].

À la fin de la première demi heure (15 h 31, les trois Peugeot de l'usine, caracolent en tête ; Montagny (Peugeot no 8), puis Lamy (Peugeot no 7) et enfin Wurz (Peugeot no 9) ont dorénavant une confortable avance sur un deuxième groupe composé de McNish (Audi no 1), Boullion (Peugeot no 17), Rockenfeller (Audi no 2), Mücke (Lola-Aston Martin no 007) et Turner (Lola-Aston Martin no 008). Entre temps, Christophe Tinseau (Pescarolo no 16 ravitaille en même temps qu'Andrea Belicchi (Lola no 13) ; le Français s'en sort mieux que l'Italien, et lui prend donc la neuvième place. Plus loint dans le classement, à bord de la Lola-Aston Martin no 009 Harold Primat dépasse coup sur coup, Ortelli (Oreca no 10) et Zwolsman (Audi no 14)[H5 2]. 15 h 35 : Alexander Wurz (Peugeot no 9) marque son premier arrêt , au dixième tour, il repart en huitième position. Quant à la Creation no 4, elle voit sa progression gênée par diverses problèmes d'alimentation[H5 2].

À 15 h 38, les deux Peugeot menant la course, s'arrête à leur tour, tout en gardant leur pneus. Alors que Pedro Lamy (Peugeot no 7) repart de son emplacement, Jean-Christophe Bouillon (Peugeot no 17) arrive et ne peut l'éviter. L'avant de la Peugeot de Pescarolo Sport harponne l'arrière gauche de la Peugeot de Lamy. Le Portugais qui a semble t'il été relaché trop tôt, est alors contraint de faire un tour complet au ralenti. Le pneus déchiré, endommage très fortement la carrosserie de la voiture no 7 et plusieurs voitures doivent passer au travers des débris de fibre de carbone. Ces dernier sont peut-être à l'origine de la crevaison que vient de subir Marc Lieb, le meneur de la catégorie GT2. Patrick Long se retrouve alors en première place[H5 2]. Quatre minutes après l'accrochage des deux Peugeot dans les stands, la course est neutralisée, dans l'objectif de nettoyer la piste des débris. McNish (Audi no 1) bénéficie des différents arrêt aux stands pour pointer en tête de la course au douzième tour. Il ravitaille le tour suivant, et Rockenfeller (Audi no 2) en fait de même. Les mécaniciens de Pescarolo Sport procède à un changement de capot avant sur la Peugeot no 17. Bouillon aura marqué un temps d'arrêt de min 26 s, soit un tour de perdu[H5 2].

15 h 44 : La Lola-Aston Martin no 009 pilotée par Harold Primat, rentre aux stands pour changer d'alternateur. Le Suisse perd vingt minutes[H5 2]. À 15 h 47, Pedro Lamy rentre enfin aux stands où une longue réparation attend sa voiture. Pendant vingt-quatre minutes, les mécaniciens changent de nombreux éléments : capot, filtre à particules, turbocompresseur, carsh box et ponton). 15 h 50 : Finalement, chez Peugeot Sport, les dirigeants décident de changer de stratégie de course, la no 9, pilotée par Marc Gené s'arrête à nouveau pour monter de nouveaux pneus[H5 2].

À la fin de le première heure (15 h 56) et après treize minutes de neutralisation, la voiture de sécurité rentre aux stands et la course reprends ses droit sous drapeau vert. À cet instant, Franck Montagny (Peugeot no 8) a une avance de min 42 s sur McNish (Audi no 1) et Rockenfeller (Audi no 2) qui le suit, min 48 s sur Mücke (Lola-Aston Martin no 007), min 50 s sur Gené (Peugeot no 9) et Turner (Lola-Aston Martin no 008) et min 26 s sur la Lola no 13 de Rebellion Racing, pilotée par Andrea Belicchi. Ce dernier dépasse Tinseau (Pescarolo no 16) dans la ligne droite des Hunaudières. Avant l'entame de la deuxième heure, il ne reste que neuf voitures dans le même tour. Zwolsman, neuvième, est donc le dernier dans le même tour que les meneurs (Audi no 14), il devance les deux Oreca d'Ortelli (no 10) et Panis (no 11), Hardman (Ginetta-Zytek no 23), Collard (Porsche no 31) premier en LMP2, Albers (Audi no 15) et Pierre Ragues sur la Courgae-Oreca LC70E de l'écurie Signature. Parmi les favoris retardés, on retrouve notamment Boullion (Peugeot no 17) au dix-neuvième rang et Prémat (Audi no 3) au vingt-troisième. Dans la catégorie GT1, Magnussen (Chevrolet Corvette no 63) mène toujours. Dans la catégorie GT2, les écarts sont faibles, Patrick Long (Porsche no 76) précède : Melo (Ferrari no 82), Bergmeister (Porsche no 80), Bouchut (Ferrari no 99), Rob Bell (Ferrari no 92) et Dominik Farnbacher (Ferrari no 89)[H5 2].

Deuxième heure : Sortie de piste pour Stéphane Ortelli[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Pos. Après la 1re heure[29] Après 6 heures[30] Après 12 heures[31] Après 18 heures[32]
Voiture / Pilotes Voiture / Pilotes Voiture / Pilotes Voiture / Pilotes
1
8
Drapeau : France Team Peugeot Total
Peugeot 908 HDi FAP
Bourdais - Montagny - Sarrazin
9
Drapeau : France Peugeot Sport Total
Peugeot 908 HDi FAP
Brabham - Gené - Wurz
9
Drapeau : France Peugeot Sport Total
Peugeot 908 HDi FAP
Brabham - Gené - Wurz
9
Drapeau : France Peugeot Sport Total
Peugeot 908 HDi FAP
Brabham - Gené - Wurz
2
1
Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest
Audi R15
Capello - Kristensen - McNish
1
Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest
Audi R15
Capello - Kristensen - McNish
1
Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest
Audi R15
Capello - Kristensen - McNish
8
Drapeau : France Team Peugeot Total
Peugeot 908 HDi FAP
Bourdais - Montagny - Sarrazin
3
2
Drapeau : Allemagne Audi Sport North America
Audi R15
Luhr - Rockenfeller - Werner
2
Drapeau : Allemagne Audi Sport North America
Audi R15
Luhr - Rockenfeller - Werner
8
Drapeau : France Team Peugeot Total
Peugeot 908 HDi FAP
Bourdais - Montagny - Sarrazin
1
Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest
Audi R15
Capello - Kristensen - McNish
4
007
Drapeau : République tchèque AMR Eastern Europe
Lola-AM B09/60
Charouz - Enge - Mücke
008
Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing
Lola-AM B09/60
Davidson - Turner - Verstappen
17
Drapeau : France Pescarolo Sport
Peugeot 908 HDi FAP
Boullion - Tréluyer - Pagenaud
007
Drapeau : République tchèque AMR Eastern Europe
Lola-AM B09/60
Charouz - Enge - Mücke
5
9
Drapeau : France Peugeot Sport Total
Peugeot 908 HDi FAP
Brabham - Gené - Wurz
17
Drapeau : France Pescarolo Sport
Peugeot 908 HDi FAP
Boullion - Tréluyer - Pagenaud
007
Drapeau : République tchèque AMR Eastern Europe
Lola-AM B09/60
Charouz - Enge - Mücke
11
Drapeau : France Team Oreca Matmut AIM
Oreca 01
Panis - Lapierre - Ayari

Classement final de la course[modifier | modifier le code]

Classement final de la course (vainqueurs de catégorie sur fond jauni)[33],[34],[35],[36]
Pos. Catégorie no  Écurie Pilotes Châssis Moteur Pneus Tours/Abandon
1 LMP1 9 Drapeau : France Peugeot Sport Drapeau : Australie David Brabham
Drapeau : Espagne Marc Gené
Drapeau : Autriche Alexander Wurz
Peugeot 908 HDi FAP Peugeot HDi 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 382
2 LMP1 8 Drapeau : France Peugeot Sport Drapeau : France Franck Montagny
Drapeau : France Sébastien Bourdais
Drapeau : France Stéphane Sarrazin
Peugeot 908 HDi FAP Peugeot HDi 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 381
3 LMP1 1 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Drapeau : Danemark Tom Kristensen
Drapeau : Royaume-Uni Allan McNish
Drapeau : Italie Rinaldo Capello
Audi R15 TDI Audi TDI 5,5 L Turbo V10
(Diesel)
M 376
4 LMP1 007 Drapeau : République tchèque Aston Martin Racing Eastern Europe Drapeau : République tchèque Jan Charouz
Drapeau : République tchèque Tomáš Enge
Drapeau : Allemagne Stefan Mücke
Lola B09/60-Aston Martin Aston Martin 6,0 L V12 M 373
5 LMP1 11 Drapeau : France Oreca Drapeau : France Olivier Panis
Drapeau : France Nicolas Lapierre
Drapeau : France Soheil Ayari
Oreca 01 AIM YS5.5 5,5 L V10 M 370
6 LMP1 7 Drapeau : France Peugeot Sport Drapeau : France Nicolas Minassian
Drapeau : Portugal Pedro Lamy
Drapeau : Autriche Christian Klien
Peugeot 908 HDi FAP Peugeot HDi 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 369
7 LMP1 14 Drapeau : Allemagne Team Kolles Drapeau : Pays-Bas Charles Zwolsman
Drapeau : Inde Narain Karthikeyan
Drapeau : Allemagne André Lotterer
Audi R10 TDI Audi TDI 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 369
8 LMP1 16 Drapeau : France Pescarolo Sport Drapeau : France Christophe Tinseau
Drapeau : France Bruce Jouanny
Drapeau : Portugal João Barbosa
Pescarolo 01 Judd GV5.5 S2 5,5 L V10 M 368
9 LMP1 15 Drapeau : Allemagne Team Kolles Drapeau : Danemark Christian Bakkerud
Drapeau : Pays-Bas Christijan Albers
Drapeau : Suisse Giorgio Mondini
Audi R10 TDI Audi TDI 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 360
10 LMP2 31 Drapeau : Danemark Team Essex
Drapeau : Danemark Poulsen Motorsport
Drapeau : Danemark Casper Elgaard
Drapeau : Danemark Kristian Poulsen
Drapeau : France Emmanuel Collard
Porsche RS Spyder Evo Porsche MR6 3,4 L V8 M 357
11 LMP1 12 Drapeau : France Signature Drapeau : France Pierre Ragues
Drapeau : France Franck Mailleux
Drapeau : France Didier André
Courage-Oreca LC70E Judd GV5.5 S2 5,5 L V10 M 344
12 LMP2 33 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Drapeau : Suisse Benjamin Leuenberger
Drapeau : France Xavier Pompidou
Drapeau : Royaume-Uni Jonny Kane
Lola B08/80 Judd DB 3,4 L V8 M 343
13 LMP1 008 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Drapeau : Royaume-Uni Anthony Davidson
Drapeau : Royaume-Uni Darren Turner
Drapeau : Pays-Bas Jos Verstappen
Lola B09/60-Aston Martin Aston Martin 6,0 L V12 M 342
14 LMP1 13 Drapeau : Suisse Speedy Racing Team Sebah Drapeau : Italie Andrea Belicchi
Drapeau : France Nicolas Prost
Drapeau : Suisse Neel Jani
Lola B08/60 Aston Martin 6,0 L V12 M 342
15 GT1 63 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Drapeau : États-Unis Johnny O'Connell
Drapeau : Danemark Jan Magnussen
Drapeau : Espagne Antonio García
Chevrolet Corvette C6.R Chevrolet LS7.R 7,0 L V8 M 342
16 GT1 73 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Drapeau : Pays-Bas Xavier Maassen (en)
Drapeau : France Yann Clairay
Drapeau : France Julien Jousse
Chevrolet Corvette C6.R Chevrolet LS7.R 7,0 L V8 D 336
17 LMP1 3 Drapeau : Allemagne Audi Sport Team Joest Drapeau : Allemagne Timo Bernhard
Drapeau : France Romain Dumas
Drapeau : France Alexandre Prémat
Audi R15 TDI Audi TDI 5,5 LTurbo V10
(Diesel)
M 333
18 GT2 82 Drapeau : États-Unis Risi Competizione Drapeau : Brésil Jaime Melo
Drapeau : Allemagne Pierre Kaffer
Drapeau : Finlande Mika Salo
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 329
19 GT2 97 Drapeau : Italie BMS Scuderia Italia Drapeau : Italie Fabio Babini
Drapeau : Italie Matteo Malucelli
Drapeau : Italie Paolo Ruberti (de)
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 P 327
20 LMP2 24 Drapeau : France Oak Racing Drapeau : France Jacques Nicolet
Drapeau : Monaco Richard Hein (pl)
Drapeau : France Jean-François Yvon (en)
Pescarolo 01 Mazda MZR-R 2,0 Turbo L4 D 325
21 LMP1 23 Drapeau : Royaume-Uni Strakka Racing Drapeau : Royaume-Uni Nick Leventis
Drapeau : Royaume-Uni Peter Hardman (en)
Drapeau : Royaume-Uni Danny Watts
Ginetta-Zytek 09S Zytek 4,5 L V8 M 325
22 GT2 83 Drapeau : États-Unis Risi Competizione
Drapeau : États-Unis Krohn Racing
Drapeau : États-Unis Tracy Krohn
Drapeau : Belgique Eric van de Poele
Drapeau : Suède Niclas Jönsson
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 323
23 GT2 92 Drapeau : Royaume-Uni JMW Motorsport Drapeau : Royaume-Uni Robert Bell
Drapeau : Royaume-Uni Andrew Kirkaldy
Drapeau : Royaume-Uni Tim Sugden
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 D 320
24 LMP1 4 Drapeau : États-Unis Creation Autosportif (en) Drapeau : Royaume-Uni Jamie Campbell-Walter
Drapeau : Belgique Vanina Ickx
Drapeau : France Romain Iannetta
Creation CA07 Judd GV5.5 S2 5,5 L V10 M 319
25 GT2 85 Drapeau : Pays-Bas Spyker Squadron Drapeau : Pays-Bas Tom Coronel
Drapeau : Pays-Bas Jeroen Bleekemolen
Drapeau : République tchèque Jaroslav Janiš
Spyker C8 Laviolette GT2-R Audi 3,8 L V8 M 319
26 GT2 78 Drapeau : Italie AF Corse Drapeau : Italie Gianmaria Bruni
Drapeau : Argentine Luís Pérez Companc
Drapeau : Argentine Matías Russo
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 317
27 GT2 84 Drapeau : Royaume-Uni Team Modena Drapeau : Royaume-Uni Leo Mansell
Drapeau : Allemagne pl:Pierre Ehret
Drapeau : Russie Roman Rusinov
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 314
28 LMP2 32 Drapeau : France Barazi-Epsilon Drapeau : Danemark Juan Barazi (en)
Drapeau : Royaume-Uni Phil Bennet
Drapeau : Royaume-Uni Stuart Moseley
Zytek 07S/2 Zytek 2ZG348 3,4 L V8 D 306
29 GT2 99 Drapeau : Monaco JMB Racing Drapeau : France Manuel Rodrigues
Drapeau : France Yvan Lebon
Drapeau : France Christophe Bouchut
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 304
30 GT2 81 Drapeau : Italie Advanced Engineering
Drapeau : États-Unis Team Seattle
Drapeau : États-Unis Patrick Dempsey
Drapeau : États-Unis Don Kitch, Jr.
Drapeau : États-Unis Joe Foster (pl)
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 M 301
31 GT1 66 Drapeau : Autriche Jetalliance Racing (en) Drapeau : Autriche Lukas Lichtner-Hoyer
Drapeau : Autriche Thomas Gruber
Drapeau : Allemagne Alex Müller
Aston Martin DBR9 Aston Martin 6,0 L V12 M 294
32 GT2 96 Drapeau : Royaume-Uni Virgo Motorsport Drapeau : Royaume-Uni Sean McInerney
Drapeau : Royaume-Uni Michael McInerney
Drapeau : Pays-Bas Michael Vergers
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 D 280
Nc. GT2 75 Drapeau : République populaire de Chine Endurance Asia Team
Drapeau : France Perspective Racing
Drapeau de Hong Kong Darryl O'Young
Drapeau : France Philippe Hesnault
Drapeau : Bulgarie Plamen Kralev
Porsche 911 GT3 RSR (997) Porsche 4,0 L Flat-6 D 186
Abd. GT2 87 Drapeau : Royaume-Uni Drayson Racing Drapeau : Royaume-Uni Paul Drayson
Drapeau : Royaume-Uni Jonny Cocker (en)
Drapeau : Royaume-Uni Marino Franchitti
Aston Martin V8 Vantage GT2 Aston Martin 4,5 L V8 M 272
Abd. LMP2 5 Drapeau : Japon Navi Team Goh Drapeau : Japon Seiji Ara
Drapeau : Japon Keisuke Kunimoto
Drapeau : Allemagne Sascha Maassen
Porsche RS Sypder Evo Porsche MR6 3,4 L V8 M 339
Abd. GT1 64 Drapeau : États-Unis Corvette Racing Drapeau : Royaume-Uni Oliver Gavin
Drapeau : Monaco Olivier Beretta
Drapeau : Suisse Marcel Fässler
Chevrolet Corvette C6.R Chevrolet LS7.R 7,0 L V8 M 311
Abd. LMP2 25 Drapeau : Royaume-Uni Ray Mallock Ltd. Drapeau : Brésil Thomas Erdos
Drapeau : Royaume-Uni Mike Newton
Drapeau : États-Unis Chris Dyson
B08/86 Mazda MZR-R 2,0 L Turbo L4 M 273
Abd. GT2 76 Drapeau : France IMSA Performance Drapeau : France Patrick Pilet
Drapeau : France Raymond Narac
Drapeau : États-Unis Patrick Long
Porsche 911 GT3 RSR (997) Porsche 4,0 L Flat-6 M 265
Abd. LMP2 39 Drapeau : Allemagne Kruse Schiller Motorsport Drapeau : Japon Hideki Noda
Drapeau : France Jean de Pourtales (en)
Drapeau : Royaume-Uni Matthew Marsh
Lola B07/46 Mazda MZR-R 2,0 L Turbo L4 D 261
Abd. LMP1 009 Drapeau : Royaume-Uni Aston Martin Racing Drapeau : Royaume-Uni Stuart Hall
Drapeau : Suisse Harold Primat
Drapeau : Pays-Bas Peter Kox
Lola B09/60-Aston Martin Aston Martin 6,0 L V12 M 252
Abd. LMP1 10 Drapeau : France Oreca Drapeau : Monaco Stéphane Ortelli
Drapeau : Brésil Bruno Senna
Drapeau : Portugal Tiago Monteiro
Oreca 01 AIM YS5.5 5,5 L V10 M 219
Abd. LMP1 17 Drapeau : France Pescarolo Sport Drapeau : France Simon Pagenaud
Drapeau : France Jean-Christophe Boullion
Drapeau : France Benoît Tréluyer
Peugeot 908 HDi FAP Peugeot HDi 5,5 L Turbo V12
(Diesel)
M 210
Abd. LMP2 35 Drapeau : France Oak Racing Drapeau : France Matthieu Lahaye (en)
Drapeau : France Guillaume Moreau
Drapeau : Suisse Karim Ajlani
Pescarolo 01 Mazda MZR-R 2,0 L Turbo L4 D 208
Abd. LMP2 30 Drapeau : Italie Racing Box Drapeau : Italie Andrea Piccini
Drapeau : Italie Thomas Biagi
Drapeau : Italie Matteo Bobbi
Lola B08/80 Judd DB 3,4 L V8 M 203
Abd. GT2 80 Drapeau : États-Unis Flying Lizard Motorsports Drapeau : Allemagne Jörg Bergmeister
Drapeau : États-Unis Darren Law
Drapeau : États-Unis Seth Neiman (en)
Porsche 911 GT3 RSR (997) Porsche 4,0 L Flat-6 M 194
Abd. GT2 89 Drapeau : Allemagne Hankook Team Farnbacher Drapeau : Allemagne Dominik Farnbacher
Drapeau : Danemark Allan Simonsen
Drapeau : Saint-Marin Christian Montanari
Ferrari F430 GTC Ferrari 4,0 L V8 H 183
Abd. LMP1 6 Drapeau : Royaume-Uni Team LNT Drapeau : Royaume-Uni Lawrence Tomlinson
Drapeau : Royaume-Uni Richard Dean
Drapeau : Royaume-Uni Nigel Moore
Ginetta-Zytek 09S Zytek ZG408 4,0 L V8 M 178
Abd. LMP1 2 Drapeau : Allemagne Audi Sport North America Drapeau : Allemagne Marco Werner
Drapeau : Allemagne Lucas Luhr
Drapeau : Allemagne Mike Rockenfeller
Audi R15 TDI Audi TDI 5,5 L Turbo V10
(Diesel)
M 104
Abd. LMP2 41 Drapeau : Suisse GAC Racing Team Drapeau : Arabie saoudite Karim Ojjeh
Drapeau : France Claude-Yves Gosselin
Drapeau : Autriche Philipp Peter
Zytek 07S/2 Zytek ZG384 3,4 L V8 M 102
Abd. GT2 70 Drapeau : France IMSA Performance
Drapeau : Allemagne Team Felbermayr-Proton
Drapeau : France Michel Lecourt
Drapeau : Autriche Horst Felbermayr, Sr.
Drapeau : Autriche Horst Felbermayr, Jr.
Porsche 911 GT3 RSR (997) Porsche 4,0 L Flat-6 M 102
Abd. GT1 72 Drapeau : France Luc Alphand Aventures Drapeau : France Luc Alphand
Drapeau : France Stéphan Grégoire
Drapeau : France Patrice Goueslard
Chevrolet Corvette C6.R Chevrolet LS7.R 7,0 L V8 D 99
Abd. LMP2 26 Drapeau : Royaume-Uni Team Bruichladdich Drapeau : France Pierre Bruneau
Drapeau : France Marc Rostan (en)
Drapeau : Royaume-Uni Tim Greaves
Radical SR9 AER P07 2,0 L Turbo L4 D 91
Abd. LMP2 40 Drapeau : Portugal Quifel ASM Team Drapeau : Portugal Miguel Amaral
Drapeau : France Olivier Pla
Drapeau : Royaume-Uni Guy Smith
Ginetta-Zytek 09S/2 Zytek ZG348 3,4 L V8 D 46
Abd. GT2 77 Drapeau : Allemagne Team Felbermayr-Proton Drapeau : Allemagne Marc Lieb
Drapeau : Allemagne Wolf Henzler
Drapeau : Autriche Richard Lietz
Porsche 911 GT3 RSR (997) Porsche 4,0 L Flat-6 M 24
Abd. GT1 68 Drapeau : Japon JLOC Drapeau : Japon Atsushi Yogō (de)
Drapeau : Japon Yutaka Yamagishi
Drapeau : Italie Marco Apicella
Lamborghini Murciélago R-GT Lamborghini 6,0 L V12 Y 1

Statistiques et informations diverses[modifier | modifier le code]

Longueur du tracé est de 13,629 km.

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

 Après-course[modifier | modifier le code]

Catégorie LMP1[modifier | modifier le code]

Catégorie LMP2[modifier | modifier le code]

Catégorie GT1[modifier | modifier le code]

Catégorie GT2 [modifier | modifier le code]

Statistique[modifier | modifier le code]

Les 24 Heures du Mans 2009 représentent :

Les empreintes des vainqueurs de l'édition 2009 sur le "Walk of fame" du Mans

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • François Hurel, Réclamations et suppliques : Pour plus d'équité et de stabilité, Le Mans Racing, no 54, 2009 :
  1. Hurel 2009, p. 12.
  2. a et b Hurel 2009, p. 13.
  3. a, b, c et d Hurel 2009, p. 14.
  • Stéphane Engoulvant, Essais/24 Heures du Mans : Sarrazin au cœur de la nuit, Le Mans Racing, no 54, 2009 :
  1. a, b et c Engoulvent 2009, p. 30.
  2. a, b, c et d Engoulvent 2009, p. 31.
  3. a, b et c Engoulvent 2009, p. 32.
  • François Hurel, Avant-course : Franck, Carlos, Lucas et les autres, Le Mans Racing, no 54, 2009 :
  1. a, b et c Hurel 2009, p. 35.
  • François Hurel, 24 Heures du Mans : Nul ne sera épargné..., Le Mans Racing, no 54, 2009 :
  1. a, b et c Hurel 2009, p. 39.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Hurel 2009, p. 40.
  • Références internet :
  1. a et b Anthony Megevand, « Règlement ACO : Quelques modifications au programme », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 12
  2. a, b et c Anthony Megevand, « Porsche : Deux... ou trois Spyder au départ ? », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 13
  3. « LISTE DES CONCURRENTS & VOITURES INVITES AUX VERIFICATIONS ADMINISTRATIVES & TECHNIQUES » [PDF], sur verstappen.nl, (consulté le 8 juillet 2009) [PDF]
  4. Anthony Megevand, « OFFICIEL : La liste des 55 invités aux 24 H du Mans 2009 ! », sur endurance-info.com, (consulté le 4 août 2017)
  5. a et b Patrice Girard, « 24 Heures du Mans - 82 demandes pour 55 places ! Comme aux plus beaux jours... », sur pitstop.com, (consulté le 26 juillet 2017)
  6. Anthony Megevand, « Le Team ECO Speed alignera une Dome S102 ! », sur endurance-info.com, (consulté le 4 août 2017)
  7. Claude Foubert, « Dome et ECO Speed : Déjà la rupture ! », sur endurance-info.com, (consulté le 11 août 2017)
  8. Anthony Megevand, « Epsilon-Euskadi : Conception de la ee2 finalisée. Les ee1 pas à vendre. », sur endurance-info.com, (consulté le 4 août 2017)
  9. Cécile Bonardel, « Baquets pourvus pour l’écurie IMSA Performance Matmut », sur endurance-info.com, (consulté le 13 avril 2017)
  10. a et b « Michel Lecourt », sur 24h-en-piste.com (consulté le 13 avril 2017)
  11. Anthony Megevand, « Spyker : Un escadron homogène ! », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 15
  12. a et b Anthony Megevand, « Full Speed : En suspens... », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 13
  13. Laurent Mercier, « Jetalliance : Lukas Lichtner-Hoyer premier pilote confirmé. », sur endurance-info.com, (consulté le 4 août 2017)
  14. Anthony Megevand, « Spyker : Jeroen Bleekemolen complète l’équipage. », sur endurance-info.com, (consulté le 4 août 2017)
  15. Cécile Bonardel, « Chris Dyson renforcera RML au Mans. », sur endurance-info.com, (consulté le 11 août 2017)
  16. Cécile Bonardel, « Bruno Senna s'invite au Mans avec le Team ORECA-Matmut », sur endurance-info.com, (consulté le 11 août 2017)
  17. Anthony Megevand, « Speedy/Sebah : Neel Jani première ! », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 14
  18. Anthony Megevand, « Luc Alphand Aventures : Sur tous les fronts ! », Le Mans Racing, no 52,‎ , p. 14
  19. Claude Foubert, « Creation : Romain Iannetta avec Campbell-Walter et Vanina Ickx », sur endurance-info.com, (consulté le 14 avril 2017)
  20. Claude Foubert, « João Barbosa confirmé sur la Pescarolo Judd n°16 », sur endurance-info.com, (consulté le 14 avril 2017)
  21. a, b et c Laurent Mercier, « Christophe Bouchut rejoint le JMB Stradale Racing. », sur endurance-info.com, (consulté le 13 avril 2017)
  22. Claude Foubert, « Stuart Moseley et Roland Berville sur la Zytek Barazi Epsilon. », sur endurance-info.com, (consulté le 13 avril 2017)
  23. Claude Foubert, « Phil Bennett, troisième pilote de la Ginetta-Zytek Barazi-Epsilon. », sur endurance-info.com, (consulté le 13 avril 2017)
  24. Laurent Mercier, « Quelques infos en direct des stands… », sur endurance-info.com, (consulté le 13 avril 2017)
  25. Laurent Mercier, « 24H Le Mans : Le lundi matin en bref, part 3. », sur endurance-info.com, (consulté le 14 avril 2017)
  26. a, b, c et d Jean-Philippe Doret, « 24 Heures du Mans 2009 : deux Audi pas comme les autres », sur lemans.org, (consulté le 14 avril 2017)
  27. ACO, « Qualifying Practice 1 - After 4 Hours », (consulté le 19 juin 2009) [PDF]
  28. (en) « Le Mans 24 Hours - (Qualifying Results) », sur racingsportscars.com (consulté le 8 avril 2017)
  29. ACO, « Race - After 1 hour », (consulté le 17 juin 2009) [PDF]
  30. ACO, « Race - After 6 hours », (consulté le 17 juin 2009) [PDF]
  31. ACO, « Race - After 12 hours », (consulté le 17 juin 2009) [PDF]
  32. ACO, « Race - After 18 hours », (consulté le 17 juin 2009) [PDF]
  33. Thierry Chargé, « Classement des 24 heures du Mans 2009 », sur les24heures.fr, (consulté le 8 avril 2017)
  34. (en) « Le Mans 24 Hours - (Race Results) », sur racingsportscars.com (consulté le 8 avril 2017)
  35. (en) « Le Mans 24 Hours - (Car Information) », sur racingsportscars.com (consulté le 8 avril 2017)
  36. « Classement 2009 : 77eme édition », sur 24h-en-piste.com (consulté le 8 avril 2017)
  37. (fr) Site officiel des 24 Heures du Mans, « Résultats des qualifications » (consulté le 15 juin 2009) [PDF]
  38. (fr) Site officiel des 24 Heures du Mans, « Liste des chronos » (consulté le 15 juin 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Hurel, « Réclamations et suppliques : Pour plus d'équité et de stabilité », Le Mans Racing, no 54,‎ , p. 12-14 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Hurel, « Pesage : Avis de tempête », Le Mans Racing, no 54,‎ , p. 26-29 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Stéphane Engoulvent, « Essais/24 Heures du Mans : Sarrazin au cœur de la nuit », Le Mans Racing, no 54,‎ , p. 30-32 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Hurel, « Avant-course : Franck, Carlos, Lucas et les autres », Le Mans Racing, no 54,‎ , p. 34-37 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Hurel, « 24 Heures du Mans : Nul ne sera épargné... », Le Mans Racing, no 54,‎ , p. 38-52 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]