Brendon Hartley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hartley.
Brendon Hartley
Description de cette image, également commentée ci-après
Brendon Hartley en 2014
Biographie
Date de naissance (29 ans)
Lieu de naissance Palmerston North, Nouvelle-Zélande
Nationalité Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Site web brendonhartley.nz

Carrière
Qualité Pilote automobile
Équipe WEC
Drapeau : Irlande Murphy Prototypes (2012-2013)
Drapeau : Allemagne Porsche Team (2014-2017)
Formule 1
Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso (2017-)
Statistiques
Numéro permanent 28
Nombre de courses 23
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Brendon Hartley, né le à Palmerston North, Nouvelle-Zélande, est un pilote automobile néo-zélandais, champion du monde d'endurance en 2015 et 2017 et vainqueur des 24 Heures du Mans en 2017.

Il devient pilote de Formule 1 chez Toro Rosso à partir du Grand Prix des États-Unis 2017 où il remplace Pierre Gasly puis prend la place de Daniil Kvyat pour les dernières courses de la saison.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts en sport automobile[modifier | modifier le code]

Brendon Hartley, en Eurocup Formule Renault, en 2007.

Brendon Hartley a débuté dans les sports mécaniques à l'âge de 6 ans, en karting. En 2003, âgé seulement de 13 ans, il fait ses débuts en monoplace et remporte le Formula Ford Festival de Nouvelle-Zélande. L'année suivante, il termine deuxième du championnat national de la spécialité.

Après deux années en Formule Toyota néo-zélandaise, il rejoint l'Europe et les championnats de Formule Renault: d'abord le championnat d'Europe du Nord en 2006, puis le championnat d'Italie en 2007, année au cours de laquelle il est intégré au programme de jeunes pilotes de Red Bull. En plus de sa troisième place dans le championnat d'Italie, il est titré en Eurocup. Il fait également ses débuts en Formule 3 lors des Masters de Zolder, où il décroche la quatrième place.

En 2008, Brendon Hartley poursuit sa progression dans la hiérarchie du sport automobile en accédant au championnat britannique de Formule 3 au sein du Carlin Motorsport. Au mois de février, il effectue également ses débuts en Formule 1 à l'occasion d'une séance d'essais privés au cours de laquelle il fait faire ses premiers tours de roue à la Toro Rosso STR3 sur le circuit de Vairano en Italie[1].

À l'issue de la saison 2008, il termine troisième du championnat de Grande-Bretagne de F3, ayant signé cinq victoires. L'année suivante, Hartley est engagé en Formule 3 Euro Series ainsi qu'en World Series by Renault (Formule Renault 3.5) avec Tech 1 Racing. En 2010, il participe aux World Series by Renault avec Tech 1 Racing.

Endurance[modifier | modifier le code]

Hartley débute en endurance lors des 6 Heures de Spa 2012 avec une Oreca 03 dans la catégorie LMP2 au sein de l'écurie Murphy Prototypes[2]. Toujours avec la même équipe, il participe à la saison 2013 de l'European Le Mans Series.

En décembre 2013, il est annoncé chez Porsche au sein du programme LMP1 pour participer au championnat du monde d'endurance 2014, il fait équipe avec Timo Bernhard et Mark Webber sur une Porsche 919 Hybrid[3]. En 2015, il participe aux 24 Heures du Mans, toujours sur la Porsche 919 Hybrid avec les même coéquipiers ; ils terminent deuxièmes de l'épreuve et sont sacrés champions du monde d'endurance. L'année suivante, Brendon Hartley participe à nouveau aux 24 Heures du Mans, sur la même voiture et avec les mêmes coéquipiers. Ils terminent treizièmes malgré une panne nocturne qui a immobilisé la Porsche pendant quelques heures.

En 2017, il remporte les 24 Heures du Mans sur la Porsche 919 Hybrid avec Earl Bamber et Timo Bernhard[4]. Après cette victoire, il remporte trois victoires consécutives en championnat du monde d'endurance, avant de s'adjuger le titre de champion du monde, pour la deuxième fois, à l'issue des 6 Heures de Shanghai 2017. Il remporte également le Petit Le Mans 2017.

2017 : débuts en Formule 1 en cours de saison chez Toro Rosso[modifier | modifier le code]

Hartley est appelé par la Scuderia Toro Rosso pour participer au Grand Prix automobile des États-Unis 2017 de Formule 1 où il remplace Pierre Gasly, parti disputer la finale de Super Formula au Japon; depuis Mike Thackwell en 1984, il n'y avait plus eu de pilote néo-zélandais en Formule 1[5].

Parti dix-neuvième et avant-dernier à la suite de pénalités moteur pour son premier Grand Prix, il termine treizième, devant les deux Haas et la Sauber de Marcus Ericsson.

Le 25 octobre, Helmut Marko confirme que Daniil Kvyat ne reviendra pas après le Grand Prix des États-Unis et que Gasly et Hartley feront équipe jusqu'à la fin de la saison[6].

Au Mexique, il abandonne à cause d'une casse de son moteur. Au Brésil, à nouveau devant son coéquipier Pierre Gasly sur la grille, il doit éviter Lance Stroll qui rate son envol, et abandonne pour la deuxième fois consécutive en trois courses. Lors de la dernière manche de la saison, au Grand Prix d'Abou Dabi, il établit le dernier temps des qualifications et il est pénalisé d'un recul de dix places sur la grille après l'installation d'un neuvième exemplaire de MGU-H sur sa monoplace. Il termine quinzième de l'épreuve, juste devant Gasly.

Le 16 novembre 2017, la Scuderia Toro Rosso confirme Hartley pour la saison 2018, en même temps que Gasly[7].

2018[modifier | modifier le code]

Brendon Hartley lors des qualifications du Grand Prix de Chine 2018

Au Grand Prix inaugural en Australie, il se qualifie seizième avec plus de sept dixièmes de seconde d'avance sur son coéquipier Pierre Gasly ; il se classe quinzième après une sortie de piste au départ qui le relègue en dernière position. À Bahreïn, Hartley rate la dernière phase qualificative et se place derrière Sergio Pérez sur la grille alors qu'il a réalisé un meilleur temps ; il s'accroche ensuite avec le Mexicain et, pénalisé de trente secondes, se classe dix-septième. En Chine, il s'accroche avec son coéquipier qui prend l'intérieur de l'avant-dernier virage du circuit pour tenter un dépassement après un freinage très tardif ; le Néo-Zélandais lui referme la porte en prenant le point de corde.

À Bakou, Hartley n'a pas la possibilité de faire un tour rapide en qualifications mais est repêché par les commissaires de course ; opportuniste, il termine dixième et marque son premier point en Formule 1. En Espagne, un énorme accident lors de la dernière session des essais libres le prive des qualifications ; à nouveau autorisé à prendre le départ, il franchit la ligne d'arrivée douzième. À Monaco et au Canada, il abandonne deux fois consécutivement, harponné par Charles Leclerc, en panne de freins et accroché par Lance Stroll. Au Grand Prix de France, pénalisé d'un recul de 35 places il s'élance de la dernière position et termine quatorzième. En Autriche, il se qualifie en avant-dernier ; si son écurie en profite pour changer intégralement son groupe propulseur, il abandonne sur problème mécanique. En Grande-Bretagne, victime d'une rupture de sa suspension avant gauche lors des essais libres, il ne participe pas aux qualifications ; parti dernier depuis des stands, il abandonne sur panne électrique. En Allemagne, qualifié dix-huitième, il profite d'une course perturbée par la météo pour marquer le point de la dixième place. En Hongrie, il passe pour la première fois en Q3 et se qualifie huitième ; il termine onzième. En deuxième partie de saison, c'est plus compliqué, avec aucune entrée dans les points mais aussi deux abandons, l'un en Italie où il a été pris dans les deux cotés par Stoffel Vandoorne et Marcus Ericsson, et l'autre en Russie, sur problème de freins. Au Japon il se qualifie sixième juste devant Gasly, mais termine la course treizième après un départ catastrophique et une usure des pneus prématurées. Au Grand Prix des États-Unis, Hartley se classe neuvième après une course convaincante et, profitant des disqualifications de Magnussen et Ocon, se classe neuvième quand son coéquipier termine douzième. Lors du Grand Prix du Mexique, il abîme son fond plat lors d'un contact avec ocon et reçoit cinq secondes de pénalité ; douzième sous le drapeau à damier, il est reclassé quatorzième.

Résultats en compétition automobile[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Brendon Hartley en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2017 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR12 Renault V6 turbo Pirelli 4 0 0 0 0 0 2 0 23e
2018 Red Bull Toro Rosso Honda Toro Rosso STR13 Honda V6 turbo Pirelli 19 0 0 0 0 3 7 4 19e
Total 23 0 0 0 0 3 9 4
Résultats détaillés des saisons de Brendon Hartley en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Classement Points
inscrits
2017 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR12 Renault V6 turbo R.E 17 1.6 P AUS CHN BHR RUS ESP MON CAN AZE AUT GBR HON BEL ITA SIN MAL JPN USA
13
MEX
Abd.
BRE
Abd.
ABU
15
23e 0
2018 Red Bull Toro Rosso Honda Toro Rosso STR13 Honda V6 turbo RA618H 1.6 P AUS
15
BAH
17
CHI
20*
AZE
10
ESP
12
MON
19*
CAN
Abd.
FRA
14
AUT
Abd.
GBR
Abd.
ALL
10
HON
11
BEL
14
ITA
Abd.
SIN
17
RUS
Abd.
JAP
13
USA
9
MEX
14
BRÉ ABU 19e 4

Légende : ici

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Brendon Hartley aux 24 Heures du Mans[8]
Année Équipe Châssis Moteur Pneus Catégorie Équipiers Tours Résultat
2012 Drapeau de l'Irlande Murphy Prototypes 48 Oreca 03 Nissan Dunlop LMP2 Drapeau du Royaume-Uni Jody Firth
Drapeau du Royaume-Uni Warren Hughes
196 Abandon
2013 Drapeau de l'Irlande Murphy Prototypes 48 Oreca 03 Nissan Dunlop LMP2 Drapeau de l'Inde Karun Chandhok
Drapeau des États-Unis Mark Patterson
319 12e
2014 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team 20 Porsche 919 Hybrid Porsche Michelin LMP1 Drapeau de l'Allemagne Timo Bernhard
Drapeau de l'Australie Mark Webber
346 Abandon
2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team 17 Porsche 919 Hybrid Porsche Michelin LMP1 Drapeau de l'Allemagne Timo Bernhard
Drapeau de l'Australie Mark Webber
394 2e
2016 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team 1 Porsche 919 Hybrid Porsche Michelin LMP1 Drapeau de l'Allemagne Timo Bernhard
Drapeau de l'Australie Mark Webber
346 13e
2017 Drapeau de l'Allemagne Porsche LMP Team 2 Porsche 919 Hybrid Porsche Michelin LMP1 Drapeau de l'Allemagne Timo Bernhard
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Earl Bamber
367 Vainqueur

Résultats en championnat du monde d'endurance FIA[modifier | modifier le code]

Année Équipe Classe Voiture Moteur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Rang Points
2012 Murphy Prototypes LMP2 Oreca 03 Nissan VK45DE 4.5 L V8 SEB SPA
3
LMS
Abd
SIL
9
SAO BHR FUJ SHA NC* 0
2013 Murphy Prototypes LMP2 Oreca 03 Nissan VK45DE 4.5 L V8 SIL SPA LMS
12
SÃO CTA FUJ SHA BHR NC* 0
2014 Porsche Team LMP1 Porsche 919 Hybrid Porsche 2.0 L Turbo V4 (Hybrid) SIL
3
SPA
12
LMS
NC
COA
5
FUJ
3
SHA
6
BHR
3
SÃO
Abd
9e 64,5
2015 Porsche Team LMP1 Porsche 919 Hybrid Porsche 2.0 L Turbo V4 (Hybrid) SIL
Abd
SPA
3
LMS
2
NÜR
1
COA
1
FUJ
1
SHA
1
BHR
5
Champion 166
2016 Porsche Team LMP1 Porsche 919 Hybrid Porsche 2.0 L Turbo V4 (Hybrid) SIL
Abd
SPA
26
LMS
13
NÜR
1
MEX
1
COA
1
FUJ
3
SHA
1
BHR
3
4e 134,5
2017 Porsche LMP Team LMP1 Porsche 919 Hybrid Porsche 2.0 L Turbo V4 (Hybrid) SIL
2
SPA
3
LMS
1
NÜR
1
MEX
1
COA
1
FUJ
4
SHA
2
BHR
2
Champion 208

* Hartley est invité et inéligible aux points.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hartley tests for Toro Rosso grandprix.com, 3 avril 2008
  2. « Spa : Brendon Hartley renforce Murphy Prototypes. », sur endurance-info.com, (consulté le 22 octobre 2018).
  3. « WEC / Le Mans ? Porsche « fier de son équipage » », sur autohebdo.fr, (consulté le 22 octobre 2018).
  4. « Porsche remporte la 85e édition des 24 Heures du Mans avec la 919 Hybrid n°2 », sur lequipe.fr, (consulté le 21 octobre 2017).
  5. Emmanuel Touzot, « Officiel : Brendon Hartley va piloter pour Toro Rosso à Austin », sur nextgen-auto.com, (consulté le 14 octobre 2017)
  6. Jacques-Armand Dupuis, « Le Dr. Marko confirme le départ de Kvyat », sur autohebdo.fr, (consulté le 25 octobre 2017).
  7. « Gasly et Hartley confirmés pour 2018 - F1i.fr », F1i.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Palmarès de Brendon Hartley au 24H du Mans », sur les24heures.fr (consulté le 5 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]