Jean Trémoulet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’endurance automobile image illustrant le sport automobile
image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’endurance automobile, le sport automobile et une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean Trémoulet, né le à Vézac (Dordogne) et mort le à Sagelat (Dordogne), est un coureur automobile français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Vézac en Dordogne[1] le 12 avril 1909, fils d'aubergistes, Jean Trémoulet alors mécanicien à Beynac a participé à trois reprises aux 24 Heures du Mans, de 1937 à 1939. Il gagne l'édition 1938 sur une Delahaye, en compagnie d'Eugène Chaboud[1]. De 1937 à 1938 il évolue surtout sur la 135CS, et en 1939 sur diverses versions de Talbot-Lago. En 1937 il est deuxième de la Coupe d'Automne à Montlhéry et en 1938 troisième du Grand Prix d'Anvers Sport[2].

Engagé dans la Résistance, il intègre le groupe Soleil en qualité de chef de garage du 4e régiment à la Pique. Il meurt à 35 ans au cours de la Deuxième Guerre mondiale, dans une chute de moto qui lui est fatale lors d'une mission sur la commune de Sagelat[1], à Puy Chanat, alors qu'il assurait une liaison pour le 4e régiment FTPF. Son souvenir est toujours présent à Vézac, où le terrain de jeux porte son nom.

Le circuit automobile de Faux, près de Bergerac porte son nom.

Il existe une rue Jean-Trémoulet, à Ivry-sur-Seine ou il habitait en 1936, rue Mirabeau. La rue des Noyers prit le nom de Jean Trémoulet par décision du conseil municipal le 27 juillet 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, Fanlac, (ISBN 2-86577-214-4), p. 907
  2. (en) « Jean Trémoulet », sur RacingSportsCars.com