Championnat de Formule E FIA 2014-2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Championnat de Formule E FIA
Saison 2014-2015
Généralités
Sport Formule E
Création 2014
Organisateur(s) FIA
Édition 1re
Participants 35 pilotes (20 titulaires)
Nombre de manches 11 courses
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau : Brésil Nelson Piquet Jr.
Champion constructeur Drapeau : France e.dams-Renault

Navigation

Le championnat de Formule E FIA 2014-2015 est la première saison du Championnat de Formule E FIA disputé avec des voitures électriques de Formule E. Comportant onze courses, il démarre le 13 septembre 2014 à Pékin et se termine le 28 juin 2015 à Londres. L'équipe e.dams-Renault est couronnée première championne du monde de Formule E. Le pilote champion est Nelson Piquet Jr.

Repères de début de saison[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme brun, habillé en noir, à la peau blanche, vu de face, regardant à droite.
Lucas di Grassi est le premier pilote à tester la Spark-Renault SRT 01E.

Le modèle de monoplace Spark-Renault SRT 01E est le seul homologué. Les premières Formule E ont été livrées aux écuries à quatre mois du début de la compétition[1]. Avec 40 pilotes, le Drivers' Club, lancé en janvier 2014[2], comporte le double du plateau de Formule E[3]. On retrouve d'anciens pilotes de Formule 1, tels que Jarno Trulli, Bruno Senna, Nelsinho Piquet, Sébastien Buemi, Nick Heidfeld, Franck Montagny, Jérôme d'Ambrosio mais aussi d'autres pilotes issus d'autres catégories comme Sam Bird, Stéphane Sarrazin, Nicolas Prost[4].

La quasi-totalité des essais de pré-saison se déroulent à Donington Park, en Angleterre, au quartier général des organisateurs de la Formule E[5].

Écuries et pilotes[modifier | modifier le code]

Toit d'un stand, lors d'un évènement automobile, sous un ciel bleu.
Jarno Trulli est le seul pilote à occuper les fonctions de directeur d'équipe et de pilote cette saison.

Toutes les écuries disposent de la même monoplace : la Spark-Renault SRT 01E. Le fournisseur pneumatique officiel du plateau est Michelin. Karun Chandhok et Oriol Servià ont été nommés représentants des pilotes de Formule E, pour améliorer différents points du championnats avec la FIA et les organisateurs[6].

Écuries et pilotes de la saison 2014-2015
Écuries no  Pilotes Manches
Drapeau : Royaume-Uni Virgin Racing Formula E Team[7] 2 Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird Toutes
3 Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari 1-9
Drapeau : Suisse Fabio Leimer 10-11
Drapeau : Inde Mahindra Racing Formula E Team[7] 5 Drapeau : Inde Karun Chandhok Toutes
21 Drapeau : Brésil Bruno Senna Toutes
Drapeau : États-Unis Dragon Racing Formula E Team[7] 6 Drapeau : Espagne Oriol Servià 1-4
Drapeau : France Loïc Duval 5-11
7 Drapeau : Belgique Jérôme d'Ambrosio Toutes
Drapeau : France e.dams-Renault Formula E Team[7] 8 Drapeau : France Nicolas Prost Toutes
9 Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Toutes
Drapeau : Suisse Trulli Formula E Team[7] 10 Drapeau : Italie Jarno Trulli Toutes
18 Drapeau : Italie Michela Cerruti 1-4
Drapeau : Italie Vitantonio Liuzzi  5-9
Drapeau : Suisse Alex Fontana 10-11
Drapeau : Allemagne Audi Sport ABT Formula E Team[7] 11 Drapeau : Brésil Lucas di Grassi Toutes
66 Drapeau : Allemagne Daniel Abt Toutes
Drapeau : Monaco Venturi Formula E Team[7] 23 Drapeau : Allemagne Nick Heidfeld Toutes
30 Drapeau : France Stéphane Sarrazin Toutes
Drapeau : États-Unis Andretti Formula E Team[7] 27 Drapeau : France Franck Montagny 1-2
Drapeau : France Jean-Éric Vergne 3-11
28 Drapeau : France Charles Pic[8] 1
Drapeau : États-Unis Matthew Brabham 2-3
Drapeau : États-Unis Marco Andretti 4
Drapeau : États-Unis Scott Speed 5-8
Drapeau : Royaume-Uni Justin Wilson 9
Drapeau : Suisse Simona de Silvestro 10-11
Drapeau : Japon Amlin Aguri Formula E Team[7] 55 Drapeau : Japon Takuma Satō[9] 1
Drapeau : Portugal António Félix da Costa 2-9
Drapeau : Japon Sakon Yamamoto 10-11
77 Drapeau : Royaume-Uni Katherine Legge 1-2
Drapeau : Mexique Salvador Durán 3-11
Drapeau : République populaire de Chine NEXTEV TCR Formula E Team[7] 88 Drapeau : République populaire de Chine Ho-Pin Tung 1-2, 4
Drapeau : Espagne Antonio García 3, 9
Drapeau : France Charles Pic 5-8
Drapeau : Royaume-Uni Oliver Turvey 10-11
99 Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet Toutes

Calendrier de la saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

Calendrier de la saison 2014-2015
no  Course Circuit Pays Date
1 ePrix de Pékin Circuit d'Olympic Green Drapeau de la République populaire de Chine Chine 13 septembre 2014
2 ePrix de Putrajaya Circuit de Persiaran Perdana Drapeau de la Malaisie Malaisie 22 novembre 2014
3 ePrix de Punta del Este Circuit Playa Brava Drapeau de l'Uruguay Uruguay 13 décembre 2014
4 ePrix de Buenos Aires Circuit de Puerto Madero Drapeau de l’Argentine Argentine 10 janvier 2015
5 ePrix de Miami Circuit urbain de Biscayne Bay Drapeau de la Floride Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis 14 mars 2015
6 ePrix de Long Beach Circuit urbain de Long Beach Drapeau de la Californie Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis 4 avril 2015
7 ePrix de Monaco Circuit de Monaco Drapeau de Monaco Monaco 9 mai 2015
8 ePrix de Berlin Circuit de Berlin-Tempelhof Drapeau de l'Allemagne Allemagne 23 mai 2015
9 ePrix de Moscou Circuit urbain de Moscou Drapeau de la Russie Russie 6 juin 2015
10 ePrix de Londres (C1) Circuit urbain de Battersea Park Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 27 juin 2015
ePrix de Londres (C2) Circuit urbain de Battersea Park Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 28 juin 2015
  • Remarque : l'épreuve malaisienne était initialement prévue le 18 octobre 2014 mais a été déplacée au 22 novembre[10]. La cause de ce report est que le Premier Ministre malaisien « avait d'autres engagements ce jour-là ».
  • À l'origine, une épreuve devait être organisée le 14 février, mais le lieu n'a jamais été déterminé et les moyens financiers ont forcé les organisateurs à revoir la saison à un total de neuf courses, même si des dizaines de villes ont postulé pour accueillir des courses de Formule E pour les saisons prochaines.
  • Pour pallier l'annulation de cette épreuve, les organisateurs ajoutent une course à Moscou et avancent d'une semaine la course de Berlin[11].
  • Peu après, les dirigeants de la Formule E décident d'organiser deux courses à Londres : une le samedi et une le dimanche, alors qu'il n'y avait qu'une seule course, le samedi, pour les autres manches[12].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des ePrix de la saison 2014-2015
no  Course Pole position Record du tour Vainqueur Écurie
1 Drapeau : République populaire de Chine Pékin Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : Japon Takuma Satō Drapeau : Brésil Lucas di Grassi Drapeau : Allemagne Audi Sport ABT
2 Drapeau : Malaisie Putrajaya Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird Drapeau : Royaume-Uni Virgin Racing
3 Drapeau : Uruguay Punta del Este Drapeau : France Jean-Éric Vergne Drapeau : Allemagne Daniel Abt Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : France e.dams-Renault
4 Drapeau : Argentine Buenos Aires Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird Drapeau : Portugal António Félix da Costa Drapeau : Japon Amlin Aguri
5 Drapeau : États-Unis Miami Drapeau : France Jean-Éric Vergne Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : France e.dams-Renault
6 Drapeau : États-Unis Long Beach Drapeau : Allemagne Daniel Abt Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet Drapeau : République populaire de Chine NEXTEV TCR
7 Drapeau : Monaco Monaco Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : France Jean-Éric Vergne Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : France e.dams-Renault
8 Drapeau : Allemagne Berlin Drapeau : Italie Jarno Trulli Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet Drapeau : Belgique Jérôme d'Ambrosio Drapeau : États-Unis Dragon Racing
9 Drapeau : Russie Moscou Drapeau : France Jean-Éric Vergne Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet Drapeau : République populaire de Chine NEXTEV TCR
10 Drapeau du Royaume-Uni Londres Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : Brésil Lucas di Grassi Drapeau : Suisse Sébastien Buemi Drapeau : France e.dams-Renault
11 Drapeau : France Stéphane Sarrazin Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird Drapeau : Royaume-Uni Virgin Racing

Déroulement de la saison et faits marquants du championnat[modifier | modifier le code]

13 septembre 2014 : ePrix de Pékin

Lors de la manche inaugurale de la discipline à Pékin, Nicolas Prost, auteur de la pôle position, et Nick Heidfeld luttent dans les derniers tours de course pour la victoire. Dans le dernier virage, le pilote Venturi attaque Prost mais ce dernier se décale et percute l'allemand. Heidfeld décolle ensuite sur un vibreur et termine son impressionnante cabriole dans les grillages. Il sort indemne de ce violent accident, tandis que Lucas di Grassi profite de cet accrochage pour s'imposer et devenir le premier vainqueur d'un ePrix de Formule E, devant Franck Montagny et Sam Bird[13].

22 novembre 2014 : ePrix de Putrajaya

Plus de deux mois après la première course de la saison, Nicolas Prost signe la pole position, mais applique une pénalité de dix places, pour avoir été tenu responsable de l'accident lors du dernier virage de la course précédente. Oriol Servià part donc en première place, mais est dépassé par Sam Bird qui prend les devants et se crée une confortable avance pour remporter la course. Il s'impose devant Lucas di Grassi, toujours leader du championnat, et Sébastien Buemi, parti de l'avant dernière position. Le dernier tour est marqué par la violente sortie de piste de Bruno Senna, alors quatrième[14].

13 décembre 2014 : ePrix de Punta del Este

Photographie d'une ligne de départ/arrivée d'un circuit, sous un ciel bleu.
La ligne de départ/arrivée de l'ePrix de Punta del Este.

En qualifications, le débutant dans la discipline, Jean-Éric Vergne signe la pole position devant Piquet Jr. et Prost. Dépassé par Nelson Angelo Piquet, il reprend rapidement les devants, mais son entrée dans les stands trop tôt à cause de l'intervention de la voiture de sécurité, le fait reculer au deuxième rang derrière Sébastien Buemi. Durant la deuxième moitié de course, les deux pilotes s'affrontent mais le classement reste le même. Finalement, à l'avant dernier tour, Vergne abandonne à la suite d'un problème mécanique, et Buemi s'impose devant Piquet et Lucas di Grassi, qui prend le large au championnat, alors que son rival Sam Bird abandonne[15].

10 janvier 2015 : ePrix de Buenos Aires

Photographie d'une rue de Buenos Aires, entourée d'arbres, sous un ciel bleu.
La grille de départ de l'ePrix de Buenos Aires.

Sébastien Buemi, après avoir réalisé la pole position, domine assez largement la première partie de course, s'offrant une bonne avance sur Nick Heidfeld et Lucas di Grassi. Après une brève intervention de la voiture de sécurité pour Karun Chandhok, Buemi doit renoncer à cause d'un problème de suspension. Di Grassi, après avoir pris le meilleur sur Heidfeld, prend les commandes de la course, mais abandonne pour le même problème que Buemi. Heidfeld lui succède donc, mais reçoit une pénalité des commissaires pour « excès de vitesse dans la voie des stands », laissant António Félix da Costa prendre la tête de la course jusqu'à son terme. Le Portugais s'impose devant Nicolas Prost, profitant d'un contact entre Daniel Abt et Jaime Alguersuari, et Nelson Piquet Jr. C'est ce dernier qui prend les commandes du championnat[16].

14 mars 2015 : ePrix de Miami

Jean-Éric Vergne décroche la pole position en qualification, devant son compatriote Nicolas Prost. Dominant la première partie de course, Vergne perd de nombreuses secondes dans les stands et Sam Bird, qui avait fait le choix de rester en piste, perd de la puissance et plusieurs places. Daniel Abt ressort donc en tête devant Prost. Scott Speed, débutant dans la discipline, effectue une remontée et rejoint Abt et Prost dans les derniers tours. Prost et Speed réussissent à dépasser Abt dans l'avant-dernier tour. Au terme d'un final d'anthologie, Prost s'impose juste devant Speed et Abt et prend la tête du championnat Pilotes, tout en consolidant la place de leader de e.dams-Renault au championnat Écuries[17].

4 avril 2015 : ePrix de Long Beach

Sébastien Buemi réalise le meilleur temps en qualifications mais reçoit une pénalité pour avoir utilisé trop de puissance lors de ces qualifications. Lors du départ, Nelson Piquet Jr prend le meilleur sur Daniel Abt et hérite des commandes de la course, qu'il ne lâchera jamais. Derrière lui, Jean-Éric Vergne termine deuxième de la course, après avoir notamment dépassé Lucas di Grassi, troisième. Buemi, parti de la dixième position après sa pénalité termine quatrième, tandis que son coéquipier Nicolas Prost, malgré de belles qualifications, termine quatorzième après un contact avec Jérôme d'Ambrosio. Au classement général, Di Grassi récupère la première place, devançant Piquet d'un point et Prost, auteur du meilleur tour en course, de six points. Sam Bird perd quant à lui deux places et se retrouve 5e après un abandon[18].

9 mai 2015 : ePrix de Monaco

Sur un tracé de Monaco raccourci, Sébastien Buemi est à nouveau le plus rapide en qualifications et s'élance en pôle position, devant Lucas di Grassi et Jérôme d'Ambrosio. Au départ, dans l'étroite descente après un virage Sainte Dévote modifié, un impressionnant carambolage élimine Bruno Senna et Jaime Alguersuari. Daniel Abt, Loïc Duval, Salvador Duran, Jean-Éric Vergne et Vitantonio Liuzzi sont également pris dans l'accrochage et devront renoncer pendant la course, ayant épuisé la batterie de leur deuxième voiture. En tête, Buemi continue de mener devant Di Grassi et Nelsinho Piquet, qui a doublé d'Ambrosio entre temps. Les deux brésiliens vont lutter jusqu'à la fin de la course, mais Piquet ne parvient pas à trouver la faille sur l'ancien pilote Virgin Racing en Formule 1. Buemi remporte donc sans difficulté ce ePrix monégasque, devient le premier pilote à s'imposer en partant de la pôle position, et est surtout le premier à s'imposer deux fois dans l'histoire du championnat [19]. Sam Bird et Jérôme d'Ambrosio complètent le top 5. Au classement des pilotes, di Grassi compte 4 points d'avance sur son compatriote Piquet, et 10 points d'avance sur Buemi qui remonte au 3e rang grâce à cette victoire [20].

23 mai 2015 : ePrix de Berlin

Scène de la course de Formule E de Berlin. Trois voitures sont dans un virage.
Scène de l'ePrix de Berlin.

Sur un circuit dessiné sur l'ancien aéroport de Tempelhof, Jarno Trulli surprend la concurrence et s'élance en pôle position, devant le leader du championnat Lucas di Grassi. Le brésilien prend vite la tête de la course, tandis que le vainqueur du Grand Prix de Monaco 2004 dégringole au classement. Di Grassi s'échappe petit à petit et est suivi par le belge d'Ambrosio, et par le suisse Buemi. Au prix d'une course insipide pour le Brésilien, et alors qu'il a passé la ligne d'arrivée en tête, di Grassi tombe en panne et s'immobilise en piste[21]. Il sera par la suite disqualifié par la direction de course, son aileron avant ayant été modifié par l'écurie Audi-Abt : Jérôme d'Ambrosio est donc déclaré vainqueur, devançant ainsi Buemi et Loïc Duval, qui signe son premier podium en Formula E ; Nelsinho Piquet s'empare quant à lui de la tête du classement des pilotes[22].

6 juin 2015 : ePrix de Moscou

Le paddock de la Formule E se rend à Moscou, autour du Kremlin pour la 9e course de la saison. Le poleman est Jean-Éric Vergne, qui est suivi de Piquet Jr et de Lucas di Grassi. Au départ, le fils du triple champion du monde de F1 dépasse "JEV" et s'échappe rapidement pour se mettre à l'abri. En fin de course, une lutte à trois se profile entre Vergne 3e, Buemi 4e et Nick Heidfeld 5e. Le pilote e-dams attaque Vergne à la chicane et le dépasse non sans contact, franchissant donc la ligne d'arrivée sur le podium. Le pilote helvétique sera pénalisé après la course, pour une manœuvre jugée dangereuse aux stands, ce qui permet à Heidfeld de monter enfin sur le podium, où il rejoint di Grassi, et le vainqueur du jour, Nelsinho Piquet : ces deux-là se retrouvent aux deux premières places du championnat, alors qu'il ne reste que la double-course londonienne pour les départager[23].

27 juin 2015 : ePrix de Londres (Course 1)

La finale de ce premier championnat de l'histoire a lieu à Londres, au milieu du Battersea Park. A l'aube de la course, Nelsinho Piquet, Lucas di Grassi, Sébastien Buemi, Nicolas Prost, Jérôme d'Ambrosio et Sam Bird ont encore mathématiquement des chances d'être titrés. Sur ce tracé très bosselé et très étroit, le suisse Buemi part en pôle. Malgré la pression de d'Ambrosio, l'ex-pilote Toro Rosso gagne la course et se rapproche un peu plus de Piqet au championnat. Jean-Éric Vergne, auteur d'une très belle course grâce à des dépassements osés sur ce circuit sinueux, monte sur la troisième marche du podium. Di Grassi et Piquet, les deux autres prétendants au titre, sont 4e et 5e. Au championnat, Piquet garde la tête avec 138 points, devant Buemi avec 133 points et di Grassi avec ses 125 unités. Le championnat constructeur est de son côté remporté par e-dams Renault.

28 juin 2015 : ePrix de Londres (Course 2)

La séance de qualifications est perturbée par la pluie, ce qui redistribue les cartes. On retrouve ainsi le surprenant Stéphane Sarrazin en pôle, alors que Buemi est 6e, di Grassi 11e et Piquet lointain 16e. En course, Sarrazin résiste à la pression de Sam Bird et franchit la ligne d'arrivée en tête, mais sera par la suite pénalisé à cause d'un niveau de consommation d'énergie trop élevé. Sam Bird est ainsi vainqueur à domicile, devant les deux Dragon de d'Ambrosio et de Loïc Duval. Bruno Senna termine 4e après avoir résisté aux assauts de Buemi, parti en tête-à-queue quelques tours plus tôt, tandis que di Grassi est 6e (avec le meilleur tour) et Piquet, au prix d'une belle remontée, est 7e. Avec 144 points, Nelsinho Piquet est ainsi le premier champion du monde de Formula E, pour seulement un petit point d'écart avec Sébastien Buemi. Di Grassi, longtemps leader du championnat, échoue à la 3e place finale avec 133 points. Derrière les presque intouchables voitures bleues et jaune du team e-dams, Dragon Racing se classe 2e du championnat constructeur grâce à son double-podium. Audi Sport ABT termine à la 3e position.

Classement de la saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

Système de points

Les points de la course sont attribués aux dix premiers pilotes classés. La pole position rapporte trois points, et deux points sont attribués pour le meilleur tour en course. Ce système d'attribution des points est utilisé pour chaque manche du championnat.

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e Pole MT
Points 25 18 15 12 10 8 6 4 2 1 3 2

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement pilotes
Pos. Pilote no  PEK
Drapeau : République populaire de Chine
PUT
Drapeau : Malaisie
PDE
Drapeau : Uruguay
BUE
Drapeau : Argentine
MIA
Drapeau : États-Unis
LBH
Drapeau : États-Unis
MON
Drapeau : Monaco
BER
Drapeau : Allemagne
MOS
Drapeau : Russie
LON (C1)
Drapeau : Royaume-Uni
LON (C2)
Drapeau : Royaume-Uni
Pts
1 Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet 99 8 Abd 2 3 5 1* 3 4 1 5 7 144
2 Drapeau : Suisse Sébastien Buemi 9 Abd 3 1 Abd 13 4 1 2 9 1 5 143
3 Drapeau : Brésil Lucas di Grassi 11 1* 2* 3* 16† 9 3 2 DSQ 2 4 6 133
4 Drapeau : Belgique Jérôme d'Ambrosio 7 6 5 8 14 4 6 5 1 12 2 2 113
5 Drapeau : Royaume-Uni Sam Bird 2 3 1 Abd 7 8 Abd 4 8 20 6 1 103
6 Drapeau : France Nicolas Prost 8 12† 4 7 2 1 14 6 10 8 7 10 89
7 Drapeau : France Jean-Éric Vergne 27 14†* 6* 18* 2 Abd 7 4 3 16 70
8 Drapeau : Portugal António Félix da Costa 55 8 Abd 1 6 7 9 11 7 51
9 Drapeau : France Loïc Duval 6 7 9 Abd 3 11 8 3 42
10 Drapeau : Brésil Bruno Senna 21 Abd* 14† 6 5* 20 5 Abd 17 16 16 4 40
11 Drapeau : Allemagne Daniel Abt 66 10 10 15 13 3 15 Abd 14 5 Abd 11 32
12 Drapeau : Allemagne Nick Heidfeld 23 13† DSQ 10* 8* 12 11 10 5 3 13 Abd 31
13 Drapeau : Espagne Jaime Alguersuari 3 11 9 5 4 11 8 Abd 12 14 30
14 Drapeau : France Stéphane Sarrazin 30 9 12 Abd 10 19 10 7 6 15 10 15 22
15 Drapeau : États-Unis Scott Speed 28 2 Abd 12 13 18
16 Drapeau : France Franck Montagny 27 2 15 18
17 Drapeau : Inde Karun Chandhok 5 5 6 13 Abd 14 12 13 18 13 12 13 18
18 Drapeau : France Charles Pic 28
88
4 17 16 8 15 16
19 Drapeau : Espagne Oriol Servià 6 7 7 9 9 16
20 Drapeau : Italie Jarno Trulli 10 Abd 17 4 15† 15 Abd 11 Abd 18 15 Abd 15
21 Drapeau : Mexique Salvador Durán 77 16* DSQ 10 Abd Abd 16 6 17 8 13
22 Drapeau : Royaume-Uni Oliver Turvey 88 9 9 4
23 Drapeau : Japon Takuma Satō 55 Abd 2
24 Drapeau : Italie Vitantonio Liuzzi 18 16 13 Abd 9 17 2
25 Drapeau : Royaume-Uni Justin Wilson 28 10 1
26 Drapeau : République populaire de Chine Ho-Pin Tung 88 16 11 11 0
27 Drapeau : Suisse Simona de Silvestro 28 11 12 0
28 Drapeau : Espagne Antonio García 88 11 19 0
29 Drapeau : Italie Michela Cerruti 18 14 Abd 12 Abd 0
30 Drapeau : États-Unis Marco Andretti 28 12 0
31 Drapeau : États-Unis Matthew Brabham 28 13 Abd 0
32 Drapeau : Suisse Fabio Leimer 3 14 Abd 0
33 Drapeau : Suisse Alex Fontana 18 Abd 14 0
34 Drapeau : Royaume-Uni Katherine Legge 77 15* 16* 0
35 Drapeau : Japon Sakon Yamamoto 55 Abd Abd 0
Légende
Couleur Résultat
Or Vainqueur
Argent 2e place
Bronze 3e place
Vert Dans les points
Bleu Hors des points
Non classé (NC)
Violet Abandon (Abd)
Rouge Non qualifié (NQ)
Noire Disqualifié (DSQ)
Blanc Non partant (NP)
Vide N'a pas participé

Gras – Pole position
Italique – Meilleur tour
* – Pilote bénéficiant du
FanBoost
† – Abandon, mais classé
(75% de la distance de la
course complétée)

Classement des écuries[modifier | modifier le code]

Classement écuries
Pos. Écurie no  PEK
Drapeau : République populaire de Chine
PUT
Drapeau : Malaisie
PDE
Drapeau : Uruguay
BUE
Drapeau : Argentine
MIA
Drapeau : États-Unis
LBH
Drapeau : États-Unis
MON
Drapeau : Monaco
BER
Drapeau : Allemagne
MOS
Drapeau : Russie
LON (C1)
Drapeau : Royaume-Uni
LON (C2)
Drapeau : Royaume-Uni
Pts/voiture Pts/ecurie
1 Drapeau : France e.dams-Renault 8 12† 4 7 2 1 14 6 10 8 7 10 88[24] 232
9 Abd 3 1 Abd 13 4 1 2 9 1 5 143
2 Drapeau : États-Unis Dragon Racing 6 7 7 9 9 7 9 Abd 3 11 8 3 58 171
7 6 5 8 15 4 6 5 1 12 2 2 113
3 Drapeau : Allemagne Audi Sport ABT 11 1* 2 3 17 9 3 2 DSQ 2 4 6 133 165
66 10 10 15 14 3 15 Abd 14 5 Abd 11 32
4 Drapeau : République populaire de Chine NEXTEV TCR 88 8 Abd 2 3 5 1* 3 4 1 5 7 144 152
99 16 11 11 11 17 16 8 15 19 9 9 8
5 Drapeau : Royaume-Uni Virgin Racing 2 3 1 Abd 7 8 Abd* 4 8 20 6 1 103 133
3 11 9 5 4 11 8 Abd 12 14 14 Abd 30
6 Drapeau : États-Unis Andretti 27 2 15 14†* 6 18* 2 Abd 7 4 3 16 88 119
28 4 13 Abd 13 2 Abd 8 13 10 11 12 31
7 Drapeau : Japon Amlin Aguri 55 Abd 8 Abd 1 6 7 10 11 7 Abd Abd 53 66
77 15* 16* 16* DSQ 10 Abd Abd 16 6 17 8 13
8 Drapeau : Inde Mahindra Racing 5 5 6 13 Abd 14 12 13 18 13 12 13 18 58
21 Abd* 14†* 6 5 20 5 Abd 17 16 16 4 40
9 Drapeau : Monaco Venturi 23 13† Abd* 10* 9 12 11 10 5 3 13 Abd 31 53
30 9 12 Abd 11 19 10 7 6 15 10 15 22
10 Drapeau : Suisse Trulli 10 Abd 17 4 16 15 Abd 12 Abd 18 15 Abd 15 17
18 14 Abd 12 Abd 16 13 Abd 9 17 Abd 14 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les premières Formule E ont été livrées », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 28 août 2014).
  2. « Formula E - Un Drivers' Club », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  3. « Formula E – 40 pilotes membres du Drivers’ Club », sur chequeredflags.fr,‎ (consulté le 28 août 2014).
  4. (en) « Formula E Drivers' Club », sur fiaformulae.com (consulté le 10 septembre 2014).
  5. « Formula E – Essais de pré-saison à Donington cet été », sur chequeredflags.fr,‎ (consulté le 28 août 2014).
  6. « Formule E - Deux pilotes référents », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 30 octobre 2014)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Spotters guide to Formula E », sur fiaformulae.com, Fórmula E,‎ 18 décembre de 2014 (consulté le 12 décembre 2014)
  8. Guillaume Navarro, « Formule E - Charles Pic et le champion GP2 rejoignent la Formule E », sur toilef1.com,‎ (consulté le 9 septembre 2014).
  9. Guillaume Navarro, « Takuma Sato électrique à l’idée de rouler en Formule E », sur toilef1.com,‎ (consulté le 11 septembre 2014).
  10. « Le GP de Malaisie repoussé », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 28 août 2014).
  11. « La Formule E en route pour Moscou », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 3 février 2015)
  12. Guillaume Navarro, « Formule E - Deux courses officialisées à Londres au mois de juin ! », sur toilef1.com,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  13. http://www.turbo.fr/actualite-automobile/727249-video-enorme-crash-formula/
  14. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Sam Bird vainqueur à Putrajaya », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  15. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Buemi s'impose en Uruguay, Vergne abandonne », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  16. « Formule E - Antonio Felix Da Costa vainqueur à Buenos Aires », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 5 avril 2015)
  17. « Formule E – Nicolas Prost et e.dams brillent à Miami », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 5 avril 2015)
  18. Jacques-Armand Dupuis, « Formule E – Piquet Jr s'impose devant Vergne à Long Beach », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 5 avril 2015)
  19. http://www.lequipe.fr/Sport-auto/Actualites/Buemi-double-vainqueur/557266
  20. http://www.fiaformulae.com/en/results/driver-standings.aspx
  21. « Formule E - Di Grassi sans concurrence », sur autoplus.fr,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  22. Edd Straw, « Berlin Formula E: D'Ambrosio gets win as di Grassi disqualified », sur autosport.com,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  23. Clément Sellier, « ePrix Moscou - Course : Piquet l'emporte avec brio », sur motorsinside.com,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  24. Nicolas Prost a 89 points, mais le classement est fait selon le résultat de toutes les courses sauf la pire. Dans son cas, Nicolas Prost a marqué des points à toutes les courses, et doit retirer le résultat de sa pire course (10e place). Il a ainsi 88 points.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]