Apollo 12

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Apollo 12
Image illustrative de l'article Apollo 12
Insigne de la mission
Équipage
CDR Pete Conrad
LMP Alan Bean
CMP Richard Gordon
Image illustrative de l'article Apollo 12
Pete Conrad, Richard Gordon et Alan Bean
Mission
Date lancement 14 novembre 1969
16 h 22 min TU
Objectif principal Alunissage de précision près de Surveyor 3
Vaisseau
Lançeur Saturn V SA-507
Module de commande (surnom) CM-109 (Yankee Clipper)
Module lunaire (surnom) LM-6 (Intrepid)
Sur la Lune
Date alunissage 19 novembre 1969
6 h 54 min 35 s TU
Lieu Oceanus Procellarum
Coordonnées 3° 00′ 45″ Sud 23° 25′ 18″ Ouest / -3.01239, -23.42157 ()  

Géolocalisation sur la carte : Lune

(Voir situation sur carte : Lune)
Point carte.svg
Apollo 12 sur Google Moon
Durée à la surface 1 jour 7.5 heures
Durée en EVA 7.7 heures (3.9 + 3.8)
Durée en orbite 3 jours 17.0 heures
Échantillons récoltés 34.4 kg
Atterrissage
Coordonnées 15° 47′ 00″ Sud 165° 09′ 00″ Ouest / -15.783333, -165.15 ()
Date 24 novembre 1969
20 h 58 min 24 s TU
Durée mission 10 j 4 h 36 min 24 s
Liens externes
Lunar Surface Journal Apollo 12
Apollo 12 Documentation
Apollo 12 Flight Journal
Précédent Apollo 11 Apollo 13 Suivant

Apollo 12 (14 novembre 1969 - 24 novembre 1969) est la sixième mission habitée du programme Apollo, et la deuxième à se poser sur la Lune.

Équipe et équipage[modifier | modifier le code]

Le vaisseau Apollo 12 comptait trois membres d'équipage :

Au cas où l'un des membres, ou plusieurs d'entre eux, seraient incapables de participer à la mission au moment du lancement, une équipe suppléante avait été désignée :

Au sol, une équipe était dédiée à l'assistance :

La direction du vol fut déléguée à quatre équipes, repérées par une couleur (gold, orange, green, maroon). Les directeurs correspondants étaient :

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Foudroiement du lanceur[modifier | modifier le code]

Peu après le décollage du centre spatial Kennedy, le lanceur Saturn V fut frappé par la foudre. Les instruments du module de commande s'éteignirent temporairement, et les données télémétriques du centre de contrôle furent interrompues quelques secondes. Lorsque le système se rétablit, les données étaient altérées et renvoyaient des informations probablement incomplètes et inexactes. John Aaron, consultant à la NASA, pensa que cela était lié à une défaillance d'un instrument à bord de la fusée, le SCE (Signal Conditioning Equipment), qui convertit les données brutes en données utilisables par les indicateurs du vaisseau et au sol[1]. Il aurait rendu l'âme lors du passage de l'éclair à cause du survoltage engendré par celui-ci[2].

Gardant cela à l'esprit, il suggéra à l'équipage de passer le SCE sur son alimentation auxiliaire, afin de le redémarrer. Les manipulations étaient un peu obscures et ni le directeur de vol, ni les capcoms, ni le commandant de la mission ne pouvaient se souvenir de la séquence à effectuer. Finalement, le pilote du module lunaire, Al Bean, se souvint que l'interrupteur du SCE était sur son panneau de commande, à cause d'un incident survenu une année auparavant, lors de l'entraînement, avant le lancement qui préparait à une telle manœuvre. Aaron et Bean ont réussi à redémarrer le SCE, sans quoi la mission aurait probablement été annulée. La télémétrie étant rétablie, l'équipage fut placé en orbite où ils eurent l'occasion de vérifier que le vaisseau n'était pas endommagé et que les instruments fonctionnaient correctement. Ils allumèrent alors le troisième étage (S-IVB) pour effectuer l'injection translunaire (Trans Lunar Injection, TLI).

Le S-IVB était, à l'origine, destiné à se placer en orbite héliocentrique en consommant le reste de carburant, afin qu'il n'interfère plus avec la mission. Cependant, une combustion prolongée avait privé l'étage d'une trop grande quantité de carburant pour qu'il s'échappe du système Terre-Lune : il effectua alors une orbite autour de la Terre, passa près de la Lune le 18 novembre 1969, passa en orbite solaire en 1971, rentra brièvement en orbite terrestre 31 ans plus tard. L'astronome amateur Bill Yeung lui donna la dénomination temporaire J002E3, avant de se rendre compte qu'il s'agissait d'un objet artificiel.

Alunissage[modifier | modifier le code]

Conrad, à côté du drapeau américain, sur la Lune.

Le module lunaire se posa dans l'océan des Tempêtes[3], où des missions inhabitées avait déjà eu lieu (Luna 5, Surveyor 3 et Ranger 7). L'UAI lui donna par ailleurs le nom alternatif Mare Cognitium, « Mer de la Connaissance ». Le site d'alunissage sera nommé Statio Cognitium[4].

Ce second alunissage était surtout un exercice de précision : la descente était automatisée, ne nécessitant que quelques corrections manuelles par Conrad. Alors qu'Apollo 11 se posa de manière presque aléatoire, bien en dehors de la zone prévue, Apollo 12 réussit un alunissage parfait. En réalité, Conrad posa le module lunaire à 177 m du site prévu, ce dernier semblant trop abrupt.

Afin d'améliorer la qualité des images de télévision prises depuis la Lune, une caméra couleur fut embarquée sur Apollo 12[5]. Malheureusement, alors que Bean apportait la caméra près du module lunaire pour l'installer, il la dirigea par erreur directement vers le Soleil, ce qui brûla les capteurs. La couverture télévisuelle de l'évènement s'arrêta aussitôt, et les seules images de la Lune rapportées par la mission étaient les photographies noir et blanc.

Opérations sur la Lune[modifier | modifier le code]

Conrad, à côté de Surveyor 3. On aperçoit le module lunaire en arrière-plan.

Conrad et Bean récupérèrent des pièces de Surveyor 3, qu'ils ramenèrent sur Terre pour être analysées. Ils ramassèrent également 34 kg de roches et placèrent un sismographe, un analyseur de flux solaire et un magnétomètre qui enverraient automatiquement leurs mesures à la Terre. Gordon, depuis Yankee Clipper, en orbite lunaire, effectua plusieurs photographies multispectrales de la surface.

La plaque lunaire, attachée à l'étage de descente de l’Intrepid représentait la Terre et portait les inscriptions (en acier poli inoxydable sur acier brossé) : APOLLO 12, 1969, ainsi que les noms et signatures des astronautes.

L'étage d'ascension du module lunaire fut abandonné, comme prévu, alors que Conrad et Bean rejoignaient Gordon en orbite. Il s'écrasa le 20 novembre 1969 à 3,94 S, 21,20 W. Les sismomètres enregistrèrent le choc et ses échos pendant plus d'une heure. L'équipage resta un jour supplémentaire en orbite, prenant notamment des photographies.

Amerrissage[modifier | modifier le code]

Amerrissage d'Apollo 12.
Ce film montre une séquence d'images mettant en évidence le mouvement de l'ombre du drapeau sur le site d'alunissage d'Apollo 12.

Le Yankee Clipper amerrit le 24 novembre 1969, à 20 h 58 min UTC à environ 800 km des Samoa américaines. Durant cette manœuvre, une caméra 16 mm se détacha et frappa violemment Bean au front, lui faisant perdre temporairement conscience. La blessure, bénigne, ne lui valut que six points de suture. Le module fut récupéré par l'USS Hornet.

Le Yankee Clipper est exposé au Virginia Air and Space Center de Hampton. L'USS Hornet est depuis transformé en musée, accessible au public, à Alameda.

La caméra de Surveyor 3, récupérée par Apollo 12, réside désormais au National Air and Space Museum[6].

Données détaillées[modifier | modifier le code]

Paramètres de vol[modifier | modifier le code]

  • Paramètres d'orbite lunaire (45 orbites, durée totale : 88 h 58 min 11,52 s)
    • Aposélène : 257,1 km
    • Périsélène : 115,9 km
    • Période : 88,16 min
    • Inclinaison : 32,54°
  • Durée totale sur la Lune : 31 h 31 min 11,6 s (record précédent : environ 10 h)
  • Manœuvres du module lunaire :
    • Détachement : 19 novembre 1969 à 4 h 16 min 2 s UTC
    • Amarrage : 20 novembre 1969 à 17 h 58 min 20 s UTC

Sorties extravéhiculaires[modifier | modifier le code]

Bean descend du module lunaire.
  • Durée totale des EVA : 7 h 45 min 18 s (record précédent : environ 5 h)
  • EVA 1 : 19 novembre 1969 de 11 h 32 min 35 s UTC à 15 h 28 min 38 s UTC (3 h 56 min 3 s)
    • Conrad — EVA 1
      • Marche sur la Lune à 11 h 44 min 22 s UTC
      • Retour au LM à 15 h 27 min 17 s UTC
    • Bean — EVA 1
      • Marche sur la Lune à 12 h 13 min 50 s UTC
      • Retour au LM à 15h 14 min 18 s UTC
  • EVA 2 : 20 novembre 1969 de 3 h 54 min 45 s UTC à 7 h 44 min UTC (3 h 49 min 15 s)
    • Conrad — EVA 2
      • Marche sur la Lune à 3 h 59 min UTC
      • Retour au LM à 7 h 42 min UTC
    • Bean — EVA 2
      • Marche sur la Lune à 4 h 6 min UTC
      • Retour au LM à 7 h 30 min UTC

Insigne de la mission[modifier | modifier le code]

L'insigne de la mission Apollo 12 évoque l'origine des membres d'équipage : l'US Navy. On y voit un bateau à voile se posant sur la Lune, formant une traînée de feu et portant le drapeau des États-Unis en guise de pavillon. Le nom de la mission, « APOLLO XII » et celui des membres sont inscrits en bleu sur une large bordure dorée, avec un liseré bleu. Le bleu et l'or sont les couleurs traditionnelles de l'US Navy. On peut distinguer quatre étoiles dans l'arrière-plan, une pour chaque astronaute, et une en l'honneur de Clifton Williams, qui décéda le 5 octobre 1967 après une défaillance de son T-38. Il faisait partie de l'équipage suppléant d'Apollo 9 et aurait probablement été aux commandes du module lunaire pour Apollo 12.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Alan Bean bricola un minutage sur l'appareil photographique, dans l'objectif de prendre une photographie de Conrad et lui devant Surveyor 3. Le minuteur n'était pas inclus dans leur équipage standard, il craignait que la photographie soit rejetée lors du débriefing par les analystes concernant la manière dont elle fut prise. Une manipulation lors des sorties extra véhiculaires détruisit le minuteur, aussi ce plan ne fut finalement jamais exécuté.
  • L'équipage suppléant d'Apollo 12 réussit à placer dans les checklists des astronautes, attachés aux poignets de leur combinaison, des miniatures extraites du magazine Playboy, inaugurant la première image érotique sur la Lune[8] Les checklists contenaient également, à la fin, des termes de topographie complexes, afin de réaliser un rapport aussi ampoulé que possible et de placer les équipes au sol dans la confusion. Des petits dessins, mettant en jeu les astronautes et leur vaisseau (celui-ci porte le sigle « USA », avec un « S » retourné, par analogie avec la lettre cyrillique « Я ») ont également été introduits[8].
  • Conrad, passionné de baseball et qui collectionnait les casquettes des grands joueurs, pensait en réaliser une suffisamment grande pour être placée sur son casque, qu'il pourrait porter durant les sorties sur la Lune. Il n'avait cependant aucun moyen de l'emporter sur Apollo 12 sans que cela ne soit remarqué, et abandonna son idée.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) ApolloSaturn.com.
  2. (en) NASA : Flight control in the Apollo program.
  3. a et b Le module lunaire Apollo 12 se posa à 183 m de la sonde Surveyor 3 (posée en avril 1967), dont ils devaient récupérer des éléments. Vous pouvez voir le site a cette adresse: http://lunar.gsfc.nasa.gov/ Sur la photo prise par la sonde LRO on distingue clairement le LEM, la sonde Surveyor et les pas des astronautes!!Cette distance avait été choisie pour éviter d'endommager les éléments de la sonde avec de la poussière lunaire. La modification, finalement, du site d'alunissage recouvrit toutefois Surveyor 3 d'une fine couche.
  4. Conrad et Bean ne donnèrent pas de nom formel au site, bien que Conrad proposa de le surnommer « Pete's Parking Lot »
  5. La mission Apollo 11 emmenait une simple caméra noir et blanc, qui de plus subissait un voilage important à cause des rayons X et cosmiques émis par le Soleil.
  6. Air and Space Museum
  7. a et b Yankee Clipper et Intrepid sont deux bateaux de l'US Navy.
  8. a et b (en) NASA : Lunar Surface Journal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]