Gordon Cooper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cooper.
image illustrant l’astronautique
Cet article est une ébauche concernant l’astronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Gordon Cooper
Image illustrative de l'article Gordon Cooper

Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Sélection Groupe 1 de la NASA, 1959
Naissance
Shawnee, Oklahoma
Décès (à 77 ans)
Ventura (Californie)
Durée cumulée des missions 9 j 9 h 15 min
Mission(s) Mercury 9
Gemini 5
Insigne Ma-9-patch-small.gifGemini5insignia.png

Gordon Cooper – de son vrai nom Leroy Gordon Cooper, surnommé « Gordo » par ses amis et collègues – était un astronaute américain né le à Shawnee dans l'Oklahoma aux États-Unis, et décédé le à Ventura, Californie aux États-Unis, à l'âge de 77 ans.

Il fut l'un des sept astronautes du groupe baptisé « The Original Seven » constitué dans le cadre du programme Mercury, programme de vols orbitaux habités d'une grande importance dans la compétition que se livraient alors les États-Unis et l'Union soviétique en matière de conquête spatiale.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Fils d'un lieutenant-colonel de l'US Air Force, le jeune Cooper mène ses études à Shawnee (Oklahoma), puis à Murray, dans le Kentucky.

Engagé dans les Marines à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il rejoint la US Air Force en 1949. Après avoir suivi l'entraînement des pilotes de l' US Air Force sur les bases de Perrin, au Texas, et de Williams, en Arizona, il est affecté au 86e Groupe de chasseurs-bombardiers à Munich, Allemagne. Puis, dans la deuxième moitié des années 1950, il effectue de nombreux vols en tant que pilote d'essai rattaché à la base d'Edwards, près de Los Angeles, Californie.

En avril 1959, il est sélectionné pour le programme Mercury.

Les 15 et , il pilote la capsule Faith 7 pour la dernière mission de la phase opérationnelle du projet Mercury. Il bat au cours de ce vol de 22 orbites le record américain de la mission la plus longue (34 heures, 19 minutes et 49 secondes), et il est le premier astronaute américain à dormir en orbite. Il fut le dernier américain à aller seul dans l'espace.

Le , il est le premier à réaliser un second vol orbital en tant que commandant de Gemini 5, accompagné par Charles Conrad pour une mission de 8 jours, qui est un nouveau record de durée.

Cooper fut également remplaçant sur les missions Gemini 12 (en tant que pilote) et Apollo X (en tant que commandant). Il totalise plus de 7 000 heures de vol sur des avions militaires et commerciaux et 225 heures de vols spatiaux.

Cooper quitte la NASA et l'US Air Force le avec le grade de colonel.

Par la suite, il dirigera ou collaborera à plusieurs sociétés dans les domaines de l'aérospatiale et de l'électronique.

Il est cité dans une chanson d'Henri Salvador : "Dis, Monsieur Gordon Cooper".

OVNIs[modifier | modifier le code]

Gordon Cooper a rappelé dans ses mémoires qu'il n'avait jamais observé personnellement d'OVNIs depuis l'espace[1]. Lors de différentes interviews, il a toutefois déclaré avoir eu l'occasion d'observer "sur terre" un OVNI à deux reprises : en 1951, lors d'un vol comme pilote de chasse de l'US Air Force au-dessus de l'Allemagne, puis, en 1957, depuis le sol à Edwards AFB, alors qu'il était employé de la NASA[2].

" Je pense que ces vaisseaux extraterrestres et leurs équipages qui visitent la Terre à partir d'autres planètes sont d'une manière évidente un peu plus avancés technologiquement que nous. [....]Pendant des années, j'ai vécu avec un secret, le secret imposé à tous les spécialistes et les astronautes. Je peux maintenant révéler que chaque jour, aux Etats-Unis, nos radars repèrent des objets de forme et de nature inconnues. Et il y a des milliers de rapports de témoins et quantités de documents qui le prouvent, mais personne ne veut les rendre publics. Pourquoi ? Parce que les autorités ont peur que les gens imaginent une espèce d'horribles envahisseurs. Donc le maître mot demeure: nous devons éviter la panique à tout prix. » (Gordon Cooper, ONU New York, 1985)[3]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. Chapitre 4, Nous ne sommes pas seuls dans l'espace, mémoires (Gordon Cooper, éditions Presses du Châtelet)
  2. Out of the Blue (en) (2002 film)
  3. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2008/12/14/1356588_ovni-le-temoignage-extraordinaire-de-l-astronaute-gordon-cooper-1927-2004.html