Apollo 7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Apollo 7
Insigne de la mission
Données de la mission
Vaisseau Module de commande Apollo
Module de service Apollo
Fusée Saturn IB
Équipage 3 hommes
Date de lancement à 15:02:45 UTC
Site de lancement Centre spatial Kennedy, Floride, pas de tir 34 (LC-34) ;
Date d'atterrissage à 11:11:48 UTC
Site d'atterrissage 27° 32′ N, 64° 04′ O
Durée 10 jours, 20 heures et 9 minutes
Orbites 163
Photo de l'équipage
Donn Eisele, Walter M. Schirra et Walter Cunningham
Donn Eisele, Walter M. Schirra et Walter Cunningham
Navigation

Apollo 7 ( - ) fut la première mission habitée du programme Apollo, lancée par la fusée spatiale Saturn IB. Ce fut également la première mission américaine à envoyer une équipe de trois hommes dans l'espace et la première mission à diffuser des images pour la télévision.

Équipage[modifier | modifier le code]

L'équipage de la mission Apollo 7 était constitué des trois membres suppléants de la mission Apollo 1 de 1967, à savoir :

Au cas où un ou plusieurs membres d'équipage seraient incapables de remplir leur mission au moment du lancement, un équipage suppléant avait été désigné, il s'agit de l'équipage désigné pour apollo 10:

Une équipe était dédiée au soutien et à la préparation de la mission :

Trois équipes au sol s'occupaient du calcul de trajectoire et de la direction de vol, repérée chacune par une couleur (black, white, gold), dirigées par :

Aujourd'hui (juin 2019), un seul des membres de l'équipage d'Apollo 7, Walter Cunningham, est encore en vie. Eisele est décédé en 1987, Schirra en 2007. Après la mission Apollo 7, aucun des trois membres d'équipage ne réalisa d'autre vol spatial.

La mission Apollo 7[modifier | modifier le code]

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Caméra RCA exposée au Kennedy Space Center.

Vingt mois se sont écoulés depuis la tragédie d'Apollo 1, en janvier 1967 : le module de commande d'Apollo a été complètement remanié et le principal objectif de la mission Apollo 7 est précisément de le tester.

Apollo 7 étant lancé avec la fusée Saturn IB (SA-205), celle-ci n'emporte pas de module lunaire. Commandant la mission, Schirra — vétéran des programmes Mercury et Gemini — a voulu lui donner le nom de code « Phoenix » — allusion à l'oiseau qui renaît de ses cendres — en mémoire d'Apollo 1 mais l'idée a été rejetée par la direction de la NASA.

L'un des objectifs du vol est de tester la manœuvre d'arrimage avec le module lunaire. Pour cela les astronautes réalisent un certain nombre de manœuvres avec l'étage supérieur S-IVB. Ce faisant, ils s'aperçoivent rapidement que l'un des quatre panneaux censés servir de coiffe au LM ne s'est pas complètement ouvert. Raison pour laquelle, à partir de la mission suivante, ces éléments seront carrément éjectés de l'étage.

Le moteur SPS du module de service (conçu pour permettre aux vaisseaux Apollo des missions suivantes de quitter l'orbite lunaire et revenir sur Terre) est allumé à huit reprises. Tout fonctionne normalement.

Bien que la cabine d'Apollo soit plus spacieuse et confortable que celle de Gemini, les astronautes supportent difficilement les onze jours de la mission. Ils trouvent la nourriture mauvaise. De surcroît, Schirra développe un rhume sévère et communique son infection à ses coéquipiers : tous trois deviennent irritables et répondent avec agressivité aux capcoms[2]. Et alors que l'un des objectifs de la mission est de tester le dispositif de diffusion télévisée, permettant d'émettre des images en direct, la mauvaise humeur de l'équipage transparaît parfois lors des retransmissions.

Apollo 7 amerrit à 370 km au sud-sud-ouest des Bermudes et à 13 km au nord du porte-avions USS Essex qui l'attend.

Globalement, la mission est un succès, ce qui conforte les administrateurs de la NASA à poursuivre le programme selon les plans établis.

Le module de commande[modifier | modifier le code]

Pendant près de trente ans, la cabine Apollo a été prêtée au Musée des sciences et de la technologie du Canada, à Ottawa, ainsi que la tenue de Schirra. En novembre 2003, la Smithsonian Institution de Washington D.C. les récupère afin de les exposer dans une nouvelle annexe du centre Steven F. Udvar-Hazy.

Le module de commande est actuellement exposé au musée Frontiers of Flight près de Love Field à Dallas, Texas.

Données[modifier | modifier le code]

Modules de commande et de service :

  • Modèle : C/SM 101
  • Masse : 14 781 kg.

Paramètres orbitaux :

Insigne de la mission[modifier | modifier le code]

L'insigne de la mission, composée de cinq couleurs, dépeint le module de commande et de service, son propulseur SPS allumé et dont la traînée de feu ceint un globe — qui symbolise l'orbite terrestre que réalise la mission — sur lequel on peut lire les chiffres romains « VII » (dans l'océan Pacifique sud). Le nom de l'équipage est inscrit en blanc sur fond noir, sur un cercle qui entoure le globe.

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décédé lors d'un accident de la route, il n'aura jamais l'occasion d'effectuer une mission spatiale.
  2. (en) Robert Godwin, Project Apollo. The Test Program, Apogee Books, , p. 11

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]