Étienne Vassy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Vassy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
VarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Étienne Vassy, né le à Hauterives Drôme et mort le à La Croix-Valmer, est un géophysicien français.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis-Étienne, aubergiste et de Marie-Justine Pellerin. Il épouse le , à Paris 16e, Arlette Tournaire (, Saint-Nexans - , Paris), professeur agrégée de physique en 1935 à la Sorbonne. Elle est la fille de Pierre Tournaire (, Puy-Guillaume - , Paris), professeur agrégé de mathématiques et de Jeanne Vitrac.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le couple s'intéresse à la haute atmosphère, à l'ozone stratosphérique et à l'optique atmosphérique, Étienne Vassy est reconnu comme le premier en France à avoir vu l´intérêt scientifique des fusées-sondes.

En 1937, le couple passe cinq mois à la station géophysique d'Ifrane. Il mèneront aussi de 1937 à 1947 des expériences à l'observatoire du Pic du Midi.

En 1948, lors de sa création il est devient membre du CASDN [1]. Afin d´obtenir ces moyens, il contacta avec succès les militaires du Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) à Vernon[2],[3].

Une première expérience radioélectrique dessinée par Karl Rawer fut lancée le sur l´engin Véronique NA-V12[4],[5]. Un nombre important des fusées de la série Véronique AGI fut de 1959 à 1969 consacré à des recherches dans l´atmosphère supérieure, en premier lieu à l´aide d´émission de vapeurs métalliques (par exemple, du sodium). Des nuages lumineux furent ainsi produits dont le développement pouvait être suivi au sol.

Son épouse, Dr. Arlette Tournaire[6], était responsable d´une partie importante de l´activité scientifique. En 1954, elle est nommée maître de recherche du CNRS puis en 1968 directeur du Laboratoire parisien de Physique de l´Atmosphère, en particulier des observations d'ozone. De 1963 à 1967, elle présida le programme français de fusées-sondes. En 1959, elle fut élevée au rang d'officier des Palmes académiques

Publications[modifier | modifier le code]

  • d'Étienne Vassy
    • Sur quelques problèmes de l´ozone, 1937
    • L'exploration de la haute atmosphère à l'aide des engins autopropulsés, 1949
    • Physique de l´atmosphère 1 .. 3, Gauthier-Villars, 1956-1966
    • L´intérêt scientifique des satellites artificiels, 1958
  • d'Arlette Tournaire Vassy
    • Fondements théoriques de la photographie, Ed de la Revue d'optique, 1953
    • La luminescence nocturne, Springer, 1976

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comité d'Action Scientifique de la Défense Nationale
  2. Philippe Varnoteaux, « La part du CNRS dans les débuts de la conquête de l’espace (1945-1965) »
  3. Jacques Blamont, « Origines et principes de la politique spatiale de la France » [PDF], sur rayonnementduCNRS.com
  4. H.Mende, Karl Rawer et Étienne Vassy, Absorption radioélectrique par l´ionosphère mesurée à bord d´une fusée, Ann. Geophys.13,231 (1957)
  5. « Les Lancements de Véronique », sur CapcomEspace.net
  6. pagerankstudio.com/Blog/2010/10/arlette-vassy-bio...

Liens externes[modifier | modifier le code]