Barnave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barnave
Barnave
Le village, face au Glandasse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Michelle Philippe
2020-2026
Code postal 26310
Code commune 26025
Démographie
Gentilé Barnavois
Population
municipale
198 hab. (2017 en augmentation de 16,47 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 39″ nord, 5° 22′ 15″ est
Altitude Min. 474 m
Max. 1 339 m
Superficie 13,06 km2
Élections
Départementales Canton du Diois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Barnave
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Barnave
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barnave
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barnave

Barnave est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Barnavois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Barnave est un petit village du Diois situé face au dôme Pié Ferré (2 040 m) du Glandasse.

La commune est à environ 80 km de Valence (préfecture), 15 km de Die (sous-préfecture) et 13 km de Luc-en-Diois (ancien chef-lieu de canton).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau Barnavette est attesté au XIIIe siècle : Barnaveta (censier de l'évêché de Die). Il est formé de la réunion du ravin des Fontaines et du ruisseau de Gaudune, qui se jette dans la Drôme, sur la commune de Barnave, après un parcours de 3,75 kilomètres. En 1891 : largeur moyenne de 10 mètres, pente de 177 m, débit ordinaire de 0,25 m3/s, extraordinaire de 52 m3/s[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

  • D 93 : depuis la haute ou la basse vallée de la Drôme.
  • D 140 : par le col de Pennes (alt. 1 040 m).
  • D 340 : accès au village.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Il existe un service de transport scolaire desservant toutes les communes depuis la haute vallée de la Drôme. Il achemine les élèves au collège et lycée du Diois. Ce service est accessible au public. Par ailleurs, un transport TER par car est assuré par la SNCF en direction de la gare de Die.

Une aire de covoiturage a été aménagée à l'entrée du village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

  • Village ancien (ruelles, voûtes) de mi-montagne[2].
Nature des paysages

Le village de Barnave s'est développé au pied et sur le flanc de la colline du Serre, le long du ruisseau, dans un petit cirque bordé au nord par le plateau de Solaure et à l'ouest par la montagne de Pennes. La nature des paysages se caractérise par une forte opposition entre l'ubac et l'adret : l'épaisse forêt domaniale de conifères, face à la quasi omniprésence des cultures et des chênes. La viticulture est l'activité économique dominante du village (70 ha de coteaux).

Style architectural

L'architecture typique des habitations du village de Barnave est un mélange d'influence provençale (« tuiles-canal » caractéristiques) et de vestiges de l'époque médiévale. La pierre, extraite du sol calcaire et des cours d'eau, a servi de base à la quasi-totalité des habitations qui composent le « Bourg ». Cependant, bien que constituant de très belles façades, ces pierres sont traditionnellement enduites de chaux.

Le village de Barnave, visible depuis la Barnavette (montage).

Hameaux et lieux-dits de la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Serre : une ferme d'élevage ovin destiné à la production de laine (agriculture biologique).
  • La Louine : trois maisons d'habitation dont deux fermes établies en agriculture biologique. L'alambic à alcool jadis propriété de la CUMA, datant de 1946 et dont la structure tombait en ruine, a été cédé en 2007 pour un euro symbolique à deux habitants du village alors âgés de 25 ans. Il a été monté au hameau de la Louine afin que l'art de la distillation des fruits perdure à Barnave. Il existe un autre alambic au hameau, utilisé pour la distillation de plantes aromatiques.
  • La Bégude : hameau d'habitation.
  • Le Moulin de Jansac : hameau d'habitation qui a la particularité de dépendre pour moitié à la commune de Recoubeau-Jansac.
  • La Perlette : le hameau ne rassemble plus aujourd'hui qu'une seule ferme. Il se trouve à 3 km environ du village à vol d'oiseau, sur l'autre rive de la Drôme. Cependant, aucune traversée n'a jamais été étudiée et il faut faire un détour de près de 7 km par la route pour se rendre sur les lieux.
  • Les Brunets : imposante ferme reconvertie en résidence secondaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Barnava en occitan.

Attestations[modifier | modifier le code]

  • 1171 : Barnava[3].
  • 1227 : Castrum de Barnava (cartulaire de Die, 31)[1].
  • XIVe siècle : mention du prieuré : Prioratus de Barnava (pouillé de Die)[1].
  • 1509 : mention de l'église : Ecclesia beate Marie Barnave (vis. épisc.)[1].
  • 1891 : Barnave, commune du canton de Luc-en-Diois[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce toponyme dériverait du celtique barro, « escarpement de montagne, sommet »[3] et nava, « plaine entre des montagnes, plateau bas cerné de montagnes »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Céramiques et fonds d'amphores romaines[2].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Terre des Artaud d'Aix.
  • 1227 : acquise par les évêques de Die.
  • 1299 : cédée aux abbés d'Aurillac.
  • Fin XVIe siècle : vendue aux (de) Lers de Jony.
  • 1666 : vendue aux (du) Vivier, derniers seigneurs.

Avant 1790, Barnave était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die[1].

Son église, dédiée à saint Blaise et plus anciennement à la Sainte Vierge, était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît, connu dès le XIVe siècle et uni vers la fin du XVIe siècle au prieuré de Saint-Marcel de Die, et dont le titulaire avait la collation de la cure et les dîmes[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
- 1977 Roger Lagarde - -
1977 1995 René Liotard Sympathisant PS -
1995 2011 Jean-Marc Matisse NPA -
2011 En cours
(au 31 octobre 2014)
Michelle Philippe[5] DVG Médecin

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2017, la commune comptait 198 habitants[Note 1], en augmentation de 16,47 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
236267273303319300308334315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304307309328327340381319304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
284276260201202181172135154
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
143117109119125155156170193
2017 - - - - - - - -
198--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école (aujourd'hui fermée) & la mairie

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Terrain de boule (concours annuel).
  • Chasse.
  • Local autogéré pour les jeunes.
  • Salle polyvalente.

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Terrain de football.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

62,5 % de la population[réf. nécessaire].

Élevage[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

12,5 % de la population[réf. nécessaire].

Artisanat[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de l'époque féodale. Une grande partie des ruines du vieux village sont toujours visibles, ainsi que quelques vestiges du château. Une grosse portion du rempart est restée debout (aujourd'hui habitée) ainsi que la porte dont le dispositif supportant la herse peut encore s'observer[réf. nécessaire].
  • Église catholique du XIXe siècle[2].
  • Temple protestant[2].
  • En 1997, sous l'impulsion du maire de Barnave, les jeunes de la commune âgés de 8 à 15 ans ont construit un local qui leur est destiné (direction de l'architecte Pascal Beatman). Sa structure est un mélange de styles, avec de fortes influences orientales. Nous y trouvons une pièce centrale, présentant quatre voûtes d'angle et surmontée d'une coupole, deux petits espaces attenants avec des voûtes d'arêtes et enfin une nef. Bâti de brique et enduit d'un mélange de terre-paille, le local est toujours un grand lieu de rassemblement et de fête pour les jeunes[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Vues de la route en lacet vers Jansac et du col de Pennes[2].
  • Vue idéale sur les falaises du Glandasse et les sommets du Jocou et du Grand Ferrand.
  • Montagne de Pennes : panorama sur la Drôme provençale, la vallée de la Roanne et les premiers contreforts du Vercors.
  • Montagne de Solaure : panorama sur la basse vallée de la Drôme et sur les Trois Becs (1559 m, 1545 m et 1589 m), fameux sommets dominant la commune de Saillans.
  • Village botanique : membre des « Villages botaniques de la Drôme » d'après l'initiative de la mairie d'Hauterives. Un circuit botanique est développé par les habitants sur le thème des plantes dites « de zone sèche ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Barnave possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 20
  2. a b c d e f g h i j et k Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Barnave
  3. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 130, (ISBN 2600028838)
  4. Pierre Gastal : Noms de lieux et de rivières de France, site 2017.
  5. Barnave sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.