Chabrillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabrillan (homonymie).

Chabrillan
Chabrillan
Chabrillan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Crest
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Drôme
Maire
Mandat
Guy Audras
2014-2020
Code postal 26400
Code commune 26065
Démographie
Gentilé Chabrillanais, Chabrillanaises
Population
municipale
706 hab. (2016 en augmentation de 6,17 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 28″ nord, 4° 56′ 32″ est
Altitude Min. 149 m
Max. 352 m
Superficie 17,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Chabrillan

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Chabrillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chabrillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chabrillan

Chabrillan est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Chabrillanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Allex Eurre Rose des vents
Grane N Divajeu
O    Chabrillan    E
S
La Roche-sur-Grane Autichamp

La commune de Chabrillan est située dans le Sud-Est de la France, sur la rive gauche de la Drôme, à 7 km de Crest, 31 km de Valence et 44 km de Die.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des fouilles préventives au passage du TGV Méditerranée sur la commune, une équipe d'archéologues est intervenue sur le site de la Prairie. Elle a mis au jour une dalle anthropomorphe du néolithique. Elle reposait aux côtés d'un foyer et d'une fosse contenant le squelette d'un chien. Taillée dans un calcaire gréseux, elle mesurait 45 centimètres de long, 31 centimètres de large et avait une épaisseur de 13 centimètres. Elle a été datée du chasséen ancien[1].

Elle évoque un personnage stylisé avec une face en relief, des yeux en retrait et un front proéminent. Sur les côtés de la dalle ont été incisés des bras parallèles et droits[1]. Le torse, peut être féminin, est légèrement dégagé par rapport à la surface ce qui suggère des seins[2].

La dalle était prévue pour être plantée dans le sol puisqu'elle est taillée en pointe à la base. Ce type de figuration s'apparente à celles retrouvées en Languedoc, en Provence dans le Comtat Venaissin et à Avignon. Rien ne permettant de lier cette représentation anthropomorphe à un rite funéraire humain, soit elle a pu identifier l'occupante de l'habitation, soit symboliser un personnage féminin de statut important[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Jacqueline Thury-Bouvet    
mars 2008 mars 2014 Alain Charrier    
mars 2014 En cours
(au 30 octobre 2014)
Guy Audras[3] SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 706 habitants[Note 1], en augmentation de 6,17 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7165707778699301 0161 0251 0291 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
963905907906901864851810766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
764722707605610542531528534
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
519474494544629608648654659
2013 2016 - - - - - - -
663706-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village vu de la plaine.
  • Église Saint-Pierre (XIe siècle).
  • Village perché (restauré).
  • Le Château de Chabrillan (ruines, château fort et remparts).
  • Réserve naturelle des Ramières.

À l'angle des routes RD 104 et RD 591 se trouvait un chêne auquel les habitants attribuaient des pouvoirs de guérison des affections cutanées des bébés. Le pèlerinage s'effectuait de nuit, et les mères venaient suspendre aux branches ou déposer dans le tronc. Une petite chapelle dépendante de l'abbaye Saint-Chaffre du Monestier se trouvait à proximité, et il est possible qu'après sa disparition, le pèlerinage de la chapelle se soit transféré au chêne, qui est mort à plus de 300 ans, abattu par un orage en novembre 1982. Un autre a été planté dans les années 1980[8].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Long, né le 15 mars 1866, mort à Colombo (Ceylan) le 15 janvier 1923, avocat puis magistrat, député de la Drôme de 1910 à 1923, ministre du Ravitaillement en 1917 dans le gouvernement de Paul Painlevé, Gouverneur Général de l'Indochine Française de 1919 à 1923.
  • François Permingeat (né le 17 septembre 1917 à Chabrillan, mort en 1988), ingénieur, chercheur scientifique installé à Toulouse, spécialiste en géologie et minéralogie, professeur d'université, plusieurs fois décoré, primé et médaillé[réf. nécessaire].
  • Famille Guigues de Moreton de Chabrillan, famille des comtes et des marquis de Chabrillan.
  • Gustave André (1908-1944), instituteur à Chabrillan, résistant, compagnon de la Libération.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sylvie Saintot, Archéologie sur toute la ligne, p. 69.
  2. a et b Sylvie Saintot, op. cit., p. 70.
  3. Chabrillan sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 30 octobre 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. F. Monteiller « Enquêtes sur les arbres remarquables de la Drôme », Études drômoises, (no)69, décembre 1986, p. 51-52.
  9. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Archéologie sur toute la ligne. Les fouilles du TGV Méditerranée dans la moyenne vallée du Rhône, Éd. Le Musée de Valence/Semgy, Éditions d'Art, 2001, (ISBN 285056513X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :